Géant (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir géant.
Le roi Arthur rencontre un géant faisant rôtir un porc.
Enluminure du Roman de Brut de Wace, XIVe siècle, British Library, ms. Egerton 3028, fo 49.

Dans le folklore et les mythologies du monde, les géants sont des créatures généralement anthropomorphes et de très grande taille.

Les croyances indo-européennes font souvent des géants des être primordiaux, associés à la cosmogonie et aux forces de la nature. Ces géants caractérisés par leur force et brutalité sont souvent en conflit avec les dieux, notamment dans les mythologies grecque, nordique, et ossète.

Les géants sont également présents dans les religions abrahamiques, Goliath étant le plus célèbre.

Les histoires de géants se retrouvent en abondance dans le folklore et dans les contes pour enfants. En France, le géant le plus connu est Gargantua, popularisé par François Rabelais. Le folklore se manifeste dans des fêtes populaires des processions de géants en France et en Belgique, qui sont inscrites sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO.

Dans la mythologie[modifier | modifier le code]

Mythologie finnoise et estonienne[modifier | modifier le code]

Les géants sont présents dans le légendaire et la tradition folklorique finnoise. L'épopée nationale finlandaise, le Kalevala, rapporte l'histoire du géant Antero Vipunen qui englouti le héros Väinämöinen seulement pour le régurgiter après que le héros le torture de l'intérieur et obtient de lui des chants magiques.

Dans la cosmogonie finnoise, Ilmatar est la déesse primordiale d'une taille gigantesque, qui modèle les reliefs de la Terre avec son corps.

L'épopée nationale estonienne Kalevipoeg, compilée à partir de chants populaires, narre les aventures d'un héros géant doté d'une grande force.

Mythologie grecque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géant (mythologie grecque).

Les géants de la mythologie grecque sont les fils de la déesse primordiale Gaïa, et se caractérisent par leur grande taille et leur force. Ils se sont retrouvés en conflit avec les divinités olympiennes, un épisode appelé les gigantomachies.

Mythologie nordique[modifier | modifier le code]

Surt détruisant les mondes avec son épée flamboyante (Dollman, 1909)
Article détaillé : Jötunn.

Les Jötunn sont les géants de la mythologie nordique. Ils ont un rôle important dans la cosmogonie puisque la première créature vivante, Ymir, est un géant créé du mélange de la glace de Niflheim et du feu de Muspellheim. Ymir a alors engendré toute la race des géants, dont certains se sont unis avec des dieux, ainsi l'ensemble du panthéon nordique descend également des géants. Le dieu Odin et ses frères tuent ensuite le géant primordial Ymir et créent la terre (Midgard) avec sa dépouille.

Certains géants se lient avec les dieux au point de rejoindre le panthéon divin (Loki, Skadi...), d'autres sont des amis des dieux et ont une fonction quasi-divine (Ægir est le géant des mers). Néanmoins, les géants sont en général les ennemis jurés des dieux, ils se caractérisent par leur force brute mais certains sont également rusés et sages (Útgarða-Loki, Vafþrúðnir). Comme certains dieux, ils sont souvent capables de métamorphose (Thjazi). Le pire ennemi des géants est le dieu Thor, qui défend le monde des dieux d'Ásgard de leurs attaques, et livre régulièrement des batailles victorieuses contre eux.

Dans l'eschatologie nordique, une grande bataille prophétique aura lieu, le Ragnarök, où les géants et les autres forces du chaos se battront contre les dieux et les hommes. Au terme de ce conflit, seuls survivront quelques dieux et un couple d'humains.

Le troll est synonyme de Jötunn, toutefois à la christianisation de la Scandinavie, le nom de trolls est resté dans le folklore nordique pour désigner des créatures généralement plus grandes que les humains, et souvent brutales, laides et stupides.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Chris Bishop, « Pyrs, Ent, Eoten, Gigans : Anglo-Saxon Ontologies of "Giant" », Neuphilologische Mitteilungen, Modern Language Society, vol. 107, no 3,‎ , p. 259-270 (lire en ligne).
  • Henri Bresc, « Le temps des géants », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Université de Provence / Jeanne Laffitte « 13e congrès, Aix-en-Provence, 1982 : Temps, mémoire, tradition au Moyen-Âge », no 13,‎ , p. 243-266 (lire en ligne).
  • (de) Sophus Bugge, « Der Gott Bragi in den norrönen Gedichten », Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur, vol. 13,‎ , p. 187-201 (lire en ligne).
  • (en) Marlene Ciklamini, « Óðinn and the Giants », Neophilologus, vol. 46,‎ , p. 145-158 (lire en ligne).
  • (en) Jeffrey Jerome Cohen, Of Giants : Sex, Monsters, and the Middle Ages, University of Minnesota Press, coll. « Medieval Cultures », n° 17, 1999, 260 p.
  • (en) David Gay, « Milton's Samson and the Figure of the Old Testament Giant », Literature and Theology, Oxford University Press, vol. 9, no 4,‎ , p. 355-369 (lire en ligne).
  • Mathias Delcor, « Le mythe de la chute des anges et de l'origine des géants comme explication du mal dans le monde, dans l'apocalyptique juive : Histoire des traditions », Revue de l'histoire des religions, Paris, Presses universitaires de France, t. 190, no 1,‎ , p. 3-53 (lire en ligne).
  • (en) John Finlayson, « Arthur and the Giant of St. Michael's Mount », Medium Ævum, Society for the Study of Medieval Languages and Literature, vol. 33, no 2,‎ , p. 112-120 (lire en ligne).
  • (en) Matthew Goff, « Gilgamesh the Giant : The Qumran Book of Giants' Appropriation of "Gilgamesh" Motifs », Dead Sea Discoveries, Brill, vol. 16, no 2,‎ , p. 221-253 (lire en ligne).
  • (en) Riti Kroesen, « Ambiguity in the relationship between heroes and giants », Arkiv för Nordisk Filologi, vol. 111,‎ , p. 57-71 (lire en ligne).
  • (en) Årmann Jakobsson, « The Good, the Bad and the Ugly : Bárðar saga and Its Giants », Mediæ val Scandinavia, vol. 15,‎ , p. 1-15 (lire en ligne).
  • (en) Årmann Jakobsson, « Where do the Giants Live ? Once upon a time, in the forest », Arkiv för nordisk filologi, vol. 121,‎ , p. 101-112 (lire en ligne).
  • (en) Årmann Jakobsson, « A contest of cosmic fathers : God and giant in Vafþrúðnismál », Neophilologus, vol. 92,‎ , p. 263-277 (lire en ligne).
  • (en) Årmann Jakobsson, « Identifying the Ogre : The Legendary Saga Giants », dans Annette Lassen, Agneta Ney & Ármann Jakobsson (dir.), Fornaldarsagaerne, myter og virkelighed : studier i de oldislandske fornaldarsögur Norðurlanda, Copenhague, 2009, p. 181–200, lire en ligne.
  • (en) Admiel Kosman, « The Story of a Giant Story : The Winding Way of Og King of Bashan in the Jewish Haggadic Tradition », Hebrew Union College Annual, Hebrew Union College - Jewish Institute of Religion, vol. 73,‎ , p. 157-190 (lire en ligne).
  • (en) S. Krauss, « Jewish Giants in the Gentile Folklore », The Jewish Quarterly Review, University of Pennsylvania Press, vol. 38, no 2,‎ , p. 135-149 (lire en ligne).
  • Claude Lecouteux, Les monstres dans la littérature allemande du Moyen Âge : contribution à l'étude du merveilleux médiéval, Besançon, Éditions la Völva, coll. « Littérature », , 2e éd. (1re éd. 1982, Éditions Kümmerle), 765 p. (ISBN 979-10-95451-03-7, présentation en ligne).
  • Claude Lecouteux, « Un phénomène d'enlaidissement dans la littérature médiévale allemande : l'évolution de la morphologie du Géant », Revue belge de philologie et d'histoire, t. LVII,‎ , p. 667-675.
  • Claude Lecouteux, « Le géant allemand au Moyen Âge : typologie et mythologie », dans Les géants processionnels en Europe, Bruxelles, Ministère de la communauté française, coll. « collection Folklore et art populaire en Wallonie », n° 10, 1983, p. 47-59.
  • Christophe Lemardelé, « Une gigantomachie dans la Genèse ? Géants et héros dans les textes bibliques compilés », Revue de l’histoire des religions, Paris, Armand Colin, no 2,‎ , p. 155-174 (lire en ligne).
  • René Meurant, Géants de Wallonie, coll. « Wallonie, Art et Histoire », 1975, présentation en ligne.
  • (en) Luke Morgan, The Monster in the Garden : The Grotesque and the Gigantic in Renaissance Landscape Design, University of Pennsylvania Press, coll. « Penn Studies in Landscape Architecture », 2016, 256 p., chap. 4 : « "Rare and Enormous Bones of Huge Animals" : The Colossal Mode », p. 115-134.
  • (de) Eugen Mogk, « Bragi als Gott und Dichter », Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur, vol. 12,‎ , p. 383-392 (lire en ligne).
  • (de) Eugen Mogk, « Bragi », Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur, vol. 14,‎ , p. 81-90.
  • (en) Lotte Motz, « Giantesses and their Names », Frühmittelalterliche Studien, vol. 15,‎ , p. 495-511 (lire en ligne).
  • (en) Lotte Motz, « Giants in Folklore and Mythology : A New Approach », Folklore, Taylor & Francis, Ltd., vol. 93, no 1,‎ , p. 70-84 (lire en ligne).
  • (en) Lotte Motz, « Giants and Giantesses : A Study in Norse Mythology and Belief », Amsterdamer Beiträge zur älteren Germanistik, vol. 22,‎ , p. 83-108.
  • (en) Lotte Motz, « Gods and Demons of the Wilderness : A Study in Norse Tradition », Arkiv för Nordisk Filologi, vol. 99,‎ , p. 175-187.
  • (en) Lotte Motz, « The Families of Giants », Arkiv för Nordisk Filologi, vol. 102,‎ , p. 216.
  • (en) Lotte Motz, « Old Icelandic giants and their names », Frühmittelalterliche Studien, vol. 21,‎ , p. 295-317 (lire en ligne).
  • (en) Lotte Motz, « Kingship and the giants », Arkiv för Nordisk Filologi, vol. 111,‎ , p. 73-88 (lire en ligne).
  • Guy-Édouard Pillard, Le Vrai Gargantua : mythologie d'un géant, Paris, Imago, , 200 p. (ISBN 2-902702-38-8, présentation en ligne).
  • (en) Anne Lake Prescott, « The Odd Couple: Gargantua and Tom Thumb », dans Jeffrey Jerome Cohen (dir.), Monster Theory : Reading Culture, University of Minnesota Press, 1996, 336 p., p. 75-91.
  • (en) Margaret Clunies Ross, Prolonged Echoes : Old Norse Myths in Medieval Northern Society, Odense, Odense University Press, 1994.
  • (en) Werner Schäfke, « Dwarves, Trolls, Ogres, and Giants », dans Albrecht Classen (dir.), Handbook of Medieval Culture : Fundamental Aspects and Conditions of the European Middle Ages, vol. 1, Berlin, De Gruyter, coll. « De Gruyter Reference », , X-696 p. (ISBN 978-3-11-026659-7 et 3110266598), p. 347–383.
  • Antoine Schnapper, « Persistance des géants », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, Armand Colin, no 1, 41e année,‎ , p. 177-200 (lire en ligne).
  • (en) B. C. Spooner, « The Giants of Cornwall », Folklore, Taylor & Francis, Ltd., vol. 76, no 1,‎ , p. 16-32 (lire en ligne).
  • (en) Walter E. Stephen, « De Historia Gigantum : Theological Anthropology before Rabelais », Traditio, Cambridge University Press, vol. 40,‎ , p. 43-89 (lire en ligne).
  • Francis Vian, « La Guerre des Géants devant les penseurs de l'antiquité », Revue des Études Grecques, Paris, les Belles lettres, t. 65, fascicule 304-305,‎ , p. 1-39 (lire en ligne).
  • Francis Vian, « La Guerre des Géants : le Mythe avant l'époque hellénistique », L'Année sociologique, 3e série,‎ , p. 440-443.

Articles connexes[modifier | modifier le code]