Béhémoth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Béhémoth
Description de cette image, également commentée ci-après
Béhémoth et Léviathan, aquarelle préparatoire de William Blake pour les Illustrations du Livre de Job.
Créature
Autres noms B'hemot, Bahīmoūth ou بهموت (Bahamūt)
Origines
Origine Bible hébraïque
Première mention Livre de Job

Béhémoth ou B'hemot (Bəhēmôthhébreu : בהמות) est une créature biblique mentionnée dans le Livre de Job (40:10-19).

Métaphoriquement, le nom désigne toute bête de grande taille et/ou puissante. Il est connu en arabe comme بهيموث (Bahīmoūth) ou بهموت (Bahamūt).

Origine[modifier | modifier le code]

Le mot « Béhémoth » est la forme plurielle de (bəhēmāh : désigne en hébreu biblique les animaux domestiques, le bétail, mais c'est un pluralis excellentiae, une méthode hébraïque pour exprimer la grandeur en « pluralisant » le nom (cf. Elohim), ce qui indique que le Béhémoth est la plus grande et puissante créature terrestre.

Métaphoriquement, le nom désigne toute bête de grande taille et/ou puissante. Un rorqual est donc parfois qualifié de « béhémoth marin ».

Le Béhémoth est présenté dans le livre de Job comme la Bête, la force animale que l'homme ne peut domestiquer. Son apparence est imprécise, les uns en font un taureau énorme, les autres un hippopotame[1] ou un rhinocéros. Selon une tradition rabbinique, Béhémoth et Léviathan sont réservés pour le festin des justes qui aura lieu à la fin du monde.

L'origine mythique du Béhémoth, comme celle du Léviathan, autre monstre de la création originelle, pourrait se trouver dans les légendes babyloniennes où ils représentent les deux monstres marins primordiaux du chaos originel, respectivement nommé Apsû et Tiamat. Le Béhémoth perdra, au seuil de l'ère chrétienne, ses attributs marins et deviendra un monstre terrestre.

Dans l'Apocalypse syriaque de Baruch (XXIX, 4), il est dit que les deux monstres, apparus au cinquième jour de la Création, seront servis en nourriture aux justes au grand banquet après la fin des temps. La même idée se retrouve dans le IVe Livre d’Esdras (VI, 47).


Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Très tôt le nazisme fut comparé à ce monstre biblique symétrique du Léviathan. (Cf. F. Neumann, Behemoth, Structure et pratique du national-socialisme (1942)


Le Béhémoth dans l'art et la culture populaire[modifier | modifier le code]

La Pêche du Behemot (morse ?) se fait dans le golfe du Len, (aujourd'hui, mer de Laptev), selon une carte de Guillaume Delisle.

Littérature[modifier | modifier le code]

Behemoth est le titre d'un ouvrage posthume de Thomas Hobbes, paru en 1681, un précédent ouvrage du même auteur s'intitulant Léviathan (1651) et celui d'une nouvelle de Cornelius Mathews, parue en 1839 et sous-titrée « A Legend of the Mound-Builders ». C'est également le titre d'un ouvrage de Franz Leopold Neumann paru en 1942 et sous-titré « Structure et pratique du national-socialisme ».

Arthur Rimbaud évoque « rut des Béhémots » et le Léviathan dans son poème Le Bateau Ivre (1871). Aimé Césaire fait de son propre verbe épique un nouveau béhémoth : « ma parole béhémot entre les grands fûts blancs du silence ou du mensonge » (« béhémot » — et non « béhémoth » — renvoie aux mots), exprimant la révolte contre les non-dits et les interdits qui frappent la mémoire historique de la traite et de l'esclavage.

On trouve régulièrement des évocations du Béhémoth dans la littérature :

  • Dans Les Misérables (1862) de Victor Hugo, l'auteur mentionne le nom de Béhémoth pour comparer les égouts de Paris à « la monstrueuse souille de Thèbes » et ainsi nous montrer le caractère immonde du « cloaque »[2].
  • Dans Le Maître et Marguerite (1967) de Mikhaïl Boulgakov, un Béhémoth apparaît sous les traits d'un énorme chat noir doué de parole accompagnant le Diable.
  • Dans L'Empereur-Dieu de Dune (1981) de Frank Herbert, le personnage de Leto II est comparé à un « terrible Béhémoth ».
  • Dans le cycle de l’Héritage (2003) de Christopher Paolini, le personnage d'Eragon, lorsqu'il découvre les montagnes des Beors fait référence au Béhémoth.
  • Dans la série de romans The Expanse (2011-2018), le Behemoth est l'un des vaisseaux de l'OPA. Il s'agit du plus gros vaisseau des flottes martiennes, terrestres et ceinturiennes réunies.

Musique[modifier | modifier le code]

  • Behemoth, première chanson de l'album God's Balls (1989) du groupe Tad.
  • Le Béhémoth est cité dans la chanson Year Zero groupe Ghost.
  • Behemoth, est un groupe de black et death metal polonais.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Dans la série Once Upon a Time, le Béhémoth est un être à la force colossale que doit affronter le Prince James pour prouver sa bravoure au Roi Midas.
  • Dans la série The Expanse, le Béhémoth est un vaisseau spatial cylindrique de deux kilomètres de long et de 500 mètres de diamètre.
  • Dans la série Les Simpson, le Land Behemoth est un camping-car doté d'une antenne parabolique, d'une télévision grand écran et d'une friteuse. Il est vendu au RV Round-Up de Bob et n'est que le deuxième meilleur derrière Ultimate Behemoth. Ned l'achète et emmène Rod lors d'une sortie père-fils. Il apparaît dans les épisodes The Call of the Simpsons, Lemon of Troy et Grift of the Magi.
  • Dans la série d'animation Huntik, Béhémoth est le nom du Titan légendaire du Corps ayant appartenu à Lord Casterwill, et le premier des trois Titans légendaires à être retrouvé par les héros.

Manga[modifier | modifier le code]

  • Dans Fullmetal Panic! (1998) de Shōji Gatō, à la saison 1 (principalement dans l'épisode 11 : « Le Réveil de Béhémoth »), le Béhémoth est un Arm Slave contrôlé par le groupe terroriste A21.
  • Dans Air Gear, Behemoth est le nom d'une équipe d'Air Trecks.
  • Dans Saint Seiya: The Lost Canvas, le spectre Violate porte l'armure du Béhémoth.
  • Dans la série d'animation Beyblade: Burst dérivée du manga Beyblade, une toupie porte le nom de Beast Behemoth.
  • Dans la série de mangas Beelzebub (2009-2014), Béhémoth est le leader de la grande armée du Seigneur Démon En'ô.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans Master of Magic, le Béhémoth est une créature reptilienne invocable, l'une des plus puissantes en magie de nature.
  • Le Béhémoth apparaît dans Heroes of Might and Magic III, Heroes of Might and Magic IV et Might and Magic: Heroes VII. Généralement aux côtés de tribus barbares, ils sont présentés comme des bêtes géantes d'apparences simiesques déchiquetant les adversaires avec leurs longues griffes.
  • Dans la série Final Fantasy, le Béhémoth a pour apparence une forme d'animal à corne à tête de lion (on le retrouve dans tous les Final Fantasy du 2e au 15e).
  • Dans Fallout 3, les Béhémoths Super-Mutants sont les cinq boss.
  • Dans Age of Mythology: The Titans, les Béhémoths sont de puissantes unités de siège atlantes.
  • Dans Guild Wars 2, le Béhémoth des ombres est un Boss de la Vallée de la reine.
  • Dans Metal Gear Solid 3: Snake Eater, Béhémoth est des surnoms donné au Shagohod, la machine de guerre.
  • Dans Elsword (en), Béhémoth est un boss représenté comme étant une créature cyborg contrôlée par une succube Karis.
  • Dans Monster Hunter Generations / Monster Hunter X (Cross), le monstre nommé Gammoth (Gammuto en japonais) est à la fois un Béhémoth et un mammouth.
  • Dans Kingdom Hearts, les Béhémoths sont de puissants Sans-cœurs rencontrés vers la fin du premier jeu.
  • Dans Forge of Empires, les Béhémoths sont des unités lourdes du Futur Arctique.
  • Dans Battlefield 1, les Béhémoths sont des véhicules lourds, de types Zeppelin ou train armé.
  • Dans Shadowgate, un Béhémoth est le monstre final.
  • Dans Evolve, le Béhémoth est un monstre jouable à deux variantes : celui de pierre, avec des capacités liées au feu et à la terre, et celui de glace.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En russe, le terme de бегемот (bégémot) désigne un hippopotame.
  2. Victor Hugo, Les Misérables Tome II, Cinquième Partie « Jean Valjean », Livre deuxième « L'intestin de Léviathan », III-Bruneseau, p. 1693, Les Classiques de Poche.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark R. Sneed, Taming the Beast, Berlin/Boston, Walter de Gruyter GmbH, coll. « Studies of the Bible and Its Reception » (no 12), (ISBN 978-3-11-058033-4)
  • (en) K. William Whitney (Jr.), Two Strange Beasts: Leviathan and Behemoth in Second Temple and Early Rabbinic Judaism, Eisenbrauns, (ISBN 978-1-57506-914-2, lire en ligne)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Michael V. Fox, « Behemoth and Leviathan », Biblica, vol. 93, no 2,‎ , p. 261–267 (ISSN 0006-0887, lire en ligne, consulté le )
  • (en) Alexander Kulik, « The Mysteries of Behemoth and Leviathan' and the Celestial Bestiary of 3 Baruch », Le Muséon, vol. 122 (3),‎ , p. 291-329 (DOI 10.2143)
  • (en) Bernard F. Batto, « Behemoth », dans Karel van der Toorn, Bob Becking et Pieter Willem van der Horst, Dictionary of Deities and Demons in the Bible, Leiden, Wm. B. Eerdmans Publishing, , 2e éd. (ISBN 978-0-8028-2491-2, lire en ligne), p. 165-169
  • Michel Mervaud, « Un monstre sibérien dans l'Encyclopédie et ailleurs : le Behemoth », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, vol. 17, no 1,‎ , p. 107–132 (DOI 10.3406/rde.1994.1271, lire en ligne, consulté le )
  • Bernard Couroyer, « Le « glaive » de Béhémoth : Job, XL, 19-20 », Revue Biblique, vol. 84, no 1,‎ , p. 59–79 (ISSN 0035-0907, lire en ligne, consulté le )
  • Bernard Couroyer, « Qui est Béhémoth ? : Job, XL, 15-24 », Revue Biblique, vol. 82, no 3,‎ , p. 418–443 (ISSN 0035-0907, lire en ligne, consulté le )
  • Joseph Gutmann, « Leviathan, Behemoth and Ziz : Jewish Messianic Symbols in Art », Hebrew Union College Annual, vol. 39,‎ , p. 219–230 (ISSN 0360-9049, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]