Tomba dell'Orco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’archéologie image illustrant les Étrusques image illustrant l’Italie
Cet article est une ébauche concernant l’archéologie, les Étrusques et l’Italie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Plan de la Tomba dell'Orco.

La tomba dell'Orco (littéralement « la tombe des enfers », parfois traduit incorrectement « la tombe de l'ogre » au sens de divinité infernale[1], quelquefois Tombe d'Orcus) est une des tombes peintes du site de la Nécropole de Monterozzi[2], près de la ville de Tarquinia dans le nord du Latium en Italie.

Description[modifier | modifier le code]

Cette tombe (sur les 200 peintes du site parmi les 6 000 enfouies sous des tumulus) est caractéristique par sa représentation de la divinité chthonienne du panthéon étrusque Tuchulcha.

Velia Velcha, mur droit de la tombe Orcus I.

Découverte en 1868, elle comporte deux grandes chambres funéraires (5,14 m × 5,46 m × 2,50 de hauteur, et 11,5 m × 11,0 m × 2,18 m de hauteur), dont la première (la plus ancienne) comporte des restes de fresques représentant la scène du banquet dans laquelle apparaît encore les traces d'une figure féminine, Velcha (connue comme Vélia Spurinna, femme de Arnth Velcha), soit une des rares traces de cette noble famille de Tarquinia.

La seconde chambre traite de scènes mythologiques d'inspiration grecque, et de l'accès à l'Enfer, avec la représentation d'Hypnos, dieu du sommeil, de détails de l'Enfer, et du portrait de Charun.

Stylistique[modifier | modifier le code]

Cette tombe est typique de la période hellénistique de la chronologie de l'histoire des Étrusques (fin du IVe et début du IIe siècle av. J.-C.). Les thèmes purement décoratifs des siècles précédents sont abandonnés au profit de la représentation du passage vers l'au-delà, en quittant la vie agréable terrestre. Même les représentations des personnages mythologiques (Aita, Fersipnei, Celun) semble céder la place à l'inutilité de combattre le voyage inexorable vers l'Enfer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Franz de Ruyt, « Massimo Pallottino, La peinture étrusque » (compte rendu), L'antiquité classique, tome XXII, fasc. 2, 1953, p. 556, lire en ligne.
  2. 200 sur les 6 000 du site

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :