Fenrir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fenrir (homonymie).
Týr sacrifie son bras dans la gueule de Fenrir, de John Bauer (1911).

Dans la mythologie nordique, Fenrir (« habitant des marais ») ou Fenrisúlfr (« loup de Fenrir ») ou Fenris est un loup gigantesque, fils de Loki[1] et de la géante Angrboda[2], tout comme Jörmungand, le serpent de Midgard, et Hel, qui règne sur le monde des morts. Considéré trop puissant et dangereux par les dieux, Fenrir est enchaîné par ruse et se libérera pour la bataille prophétique Ragnarök durant laquelle il avalera Odin puis sera abattu violemment par Vidar, un des fils du dieu.

Mythes[modifier | modifier le code]

Enchaînement[modifier | modifier le code]

Týr nourrit Fenrir, de Louis Huard (1891).

L'épisode du sacrifice de la main du dieu Týr dans la mâchoire de Fenrir est raconté en détail dans le chapitre 34 du Gylfaginning, il est également évoqué au chapitre 25 en guise d'« exemple de sa hardiesse »[3]. Fenrir est élevé par les Ases et grandit démesurément, à tel point que seul Týr a le courage de lui donner à manger. Les Ases décident alors de l'enchaîner pour qu'il ne puisse accomplir la prophétie selon laquelle il causera leur perte. Ils fabriquent une chaîne (Loeding) et le mettent au défi de se libérer ; celui-ci, voulant accroître son prestige, s'y soumet et y parvient. Alors ils en fabriquent une autre plus solide (Dromi) mais elle cède aussitôt. Craignant de ne pouvoir l'emprisonner, les Ases envoient le messager Skirnir à Svartalfaheimr, chez les elfes sombres, pour fabriquer un lien magique : Gleipnir, faite par des ingrédients qui depuis n'existent plus ; bruits de pas de chat, barbe de femme, racines de montagnes, nerfs d'ours, haleine de poisson et crachat d'oiseau. Le lien a alors l'aspect d'un ruban de soie. Ils demandent à Fenrir de se soumettre une fois de plus à l'épreuve mais celui-ci leur répond qu'il n'a rien à gagner à briser un simple ruban et, s'il était magique, il ne leur fait pas confiance pour le libérer. Il n'accepte de le faire que si l'un d'eux met sa main dans sa gueule en guise de bonne foi.

Fenrir arrache la main de Týr. Manuscrit SÁM 66, 1765, Copenhague, Bibliothèque royale.
Fenrir enchaîné. Manuscrit ÁM 738 4to, 1680, Reykjavik, Institut Árni Magnússon.

Seul Týr a le courage d'accepter, et il s'exécute. Fenrir attaché se démène mais plus il essaye de se libérer, plus le lacet se raidit. Alors tous les Ases éclatent de rire, sauf Týr, qui venait de perdre sa main. Les dieux attachent les liens aux sols tandis que Fenrir se débat et tente de les mordre. Pour l'en empêcher, les Ases lui mettent une épée en travers de la bouche (la garde reposant sur la mâchoire inférieure et la pointe à l'opposé). Depuis, le loup ne cesse de rugir, et de la bave s'écoule de ses mâchoires et forme le fleuve Ván (volonté). Il restera ainsi attaché jusqu'à la bataille prophétique du Ragnarök, lorsque toutes les chaînes se briseront[4].

Dans le poème eddique Lokasenna, le dieu malin Loki s'en prend successivement aux principaux dieux par une joute verbale. Loki alors s'en prend à Týr en évoquant la perte de sa main par Fenrir :

Loci qvaþ:
38.
«Þegi þv, Tyr!
þv kvnnir aldregi
bera tilt meþ tveim;
handar ennar hogri
mvn ec hinnar geta,
er þer sleít Fenrir fra.»
Loki dit :
38.
«Tais-toi, Týr,
Jamais tu n'as su
Rétablir la paix entre deux opposants;
Ta dextre,
Je la mentionnerai,
Celle que t'arracha Fenrir.»
Tyr qvaþ:
39.
«Handar em ec vanr,
enn þv hroþrs-vitniss,
ba/l er beggia þrá;
vlfgi hefir oc vel,
er i bondom scal
bíþa ragnara/crs.» [5]
Týr dit :
39.
«S'il me manque une main,
A toi manque Hródvitnir[Note 1] ;
Malheur nous angoisse tous deux.
Le loup ne l'a pas belle non plus
Qui dans les chaînes doit
Attendre le crépuscule des dieux[6]

Ragnarök[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ragnarök.

Dans l'eschatologie nordique, il est prophétisé qu'une grande bataille aura lieu dans laquelle les géants, conduits par le dieu Loki, attaqueront les Ases sur la plaine de Vígríd. Cet événement s'appelle le Ragnarök. Toutes les chaînes se briseront, et le loup Fenrir, comme son père Loki, seront libérés. Le géant du feu Surt combattra aux côtés des autres forces du chaos et enflammera le monde, qui coulera dans l'océan. Au cours de cette bataille, la majorité des dieux, et tous les hommes hormis un couple, Líf et Lífþrasir, périront. Plusieurs textes s'accordent que le dieu Odin sera tué par le loup monstrueux Fenrir. Puis le fils d'Odin, Vidar, vengera son père, tuant Fenrir en lui arrachant la mâchoire ou en lui transperçant le cœur avec son épée[7].

Edda poétique[modifier | modifier le code]

Le poème eddique Völuspá décrit en détail les évènements du Ragnarök et mentionne Fenrir à plusieurs reprises. À la strophe 40 il est dit qu'une vieille enfante « la race de Fenrir » (il s'agit peut être de la mère de Fenrir, Angrboda), et qu'un d'entre eux détruira le soleil (référence probable au loup Hati). La strophe 53 annonce qu'à la bataille, le dieu Odin ira combattre le loup (Fenrir) mais il sera tué. On apprend ensuite à la strophe 55 que le fils d'Odin, Vidar, vengera son père en transperçant le cœur de Fenrir :

55.
Þá kemr inn mikli
mögr Sigföður
Viðarr vega
at valdýri;
lætr hann megi hveðrungs
mund um standa
hjör til hjarta;
þá er hefnt föður[8].
55.
Alors arrive le noble
Fils de Sigfödr[Note 2],
Vidarr, pour tuer
La bête à charogne,
Du poing il enfonce
L'épée jusqu'au cœur
Du fils de Hvedrungr[Note 3]
Voici que le père est vengé[9].

Dans le poème eddique Vafþrúðnismál, le dieu Odin et le géant Vafþrúðnir jouent à un classique jeu de questions où ils s'interrogent sur les choses des mondes, testant ainsi mutuellement leur sagesse. À la strophe 52, Odin demande au géant ce qui causera sa mort au Ragnarök, et celui-ci répond à la strophe suivante que le loup (Fenrir) l'engloutira, mais Vidar le vengera en fendant la gueule du loup. Ceci diffère quelque peu du récit de la Völuspá. Une autre référence au combat se trouve à la strophe 17 des Grímnismál où il est dit simplement que Vidar vengera son père, mais Fenrir n'est pas mentionné.

Edda de Snorri[modifier | modifier le code]

Vidar combat Fenrir. Illustration de W. G. Collingwood (1908).

Le Ragnarök est décrit dans l'Edda de Snorri, au chapitre 51 de la partie Gylfaginning. Fenrir se libèrera et accompagnera les géants à la bataille contre les dieux, ce que Snorri évoque en ces termes :

« Le loup Fenrir marchera la gueule béante, la mâchoire inférieure rasant la terre et la mâchoire supérieure touchant le ciel, et il l'ouvrirait davantage encore s'il y avait la place. Des flammes jailliront de ses yeux et de ses narines. »

— Gylfaginning, chapitre 51[10]

À la bataille, Fenrir engloutira Odin. Mais le loup sera ensuite tué par Vidar qui lui déchirera la gueule, description en désaccord avec la Völuspá dont les vers sont pourtant cités dans le texte.

« Le loup engloutira Odin, et telle sera sa mort. Mais aussitôt, Vidar s'avancera et posera un pied sur la mâchoire inférieure du loup. À ce pied, il porte la chaussure dont la matière a été assemblée de toute éternité : ce sont les morceaux de cuir que les hommes rognent à la pointe et au talon de leurs chaussures, et c'est la raison pour laquelle tout homme qui veut venir en aide aux Ases doit jeter ces rognures. D'une main, il saisira la mâchoire supérieure du loup et lui déchirera la gueule : telle sera la mort du loup. »

— Gylfaginning, chapitre 51[11]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans l'univers de Warhammer 40.000, Fenrir est le monde chapitral des Space Wolves, dont l'histoire et l'emblème reposent principalement sur le thème du loup. Il est aussi intéressant de noter que le Primarque Leman Russ partait au combat flanqué de ses deux loups, Freki et Geri, rappel de la représentation d'Odin et ses loups.
  • Dans la saga Harry Potter, l'écrivaine anglaise J. K. Rowling donne le nom de Fenrir à un loup-garou, particulièrement sauvage, parmi les Mangemorts qui apparaissent dans le sixième tome de la saga : Fenrir Greyback.
  • Dans la saga Les Chroniques de la Tour, de l'écrivain espagnol Laura Gallego García, l'elfe Fenris est un personnage capable de se transformer en loup-garou.
  • Dans le roman intitulé Fenrir, par l'auteure néerlandaise Hella S. Haasse, il y a une peinture illustrant le loup Fenrir en train d'avaler le soleil. L'histoire traite entre autres des loups.
  • Dans le Silmarillion, Tolkien décrit un loup, Carcharoth, appelé aussi Anfauglir, qui est très proche du Fenrir mythologique et dévore la main de Beren devant le palais de Morgoth
  • Dans la saga "Anita Blake" de Laurell K. Hamilton, la meute des loup-garou compte dans sa hiérarchie un fenrir (celui qui veut prendre la place du chef de la meute, l'Ulfric)
  • Dans la bande dessinée "Louve", de la série Les Mondes de Thorgal, le deuxième tome intitulé "La main coupée du dieu Tyr" relate la légende de Fenrir et Tyr.
  • Dans la saga "Les Vampires de Manhattan" de Melissa de la Cruz, dans le septième et dernier tome "Les Portes du paradis".
  • Dans le manga Saint Seiya, Fenrir fait partie des guerriers divins d'Asgard, et combat et vit avec une meute de loups. Comme les six autres guerriers divins, il fait référence à un personnage important de la mythologie nordique.
  • Dans la série Arielle Queen de Michel J. Lévesque, Fenrir est un personnage mi-homme, mi-loup, qui a pour devoir d'avaler la lune et faire régner la lune noire sur Midgard. Il est le fils de Loki et d'Angrboda et le demi-frère de Hel et le frère de Jörmungandr.

Dans les jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Le nom Fenrir apparaît dans de nombreux jeux vidéo pour désigner un loup, une autre créature, un sort, un objet ou une machine. Notamment dans Quest for Glory (1989), Final Fantasy VII (1997), Valkyrie Profile (1999), Final Fantasy IX (2000), Age of mythology (2002), Final Fantasy XI (2002), Lineage II (2003), Battle Engine Aquila (2003), EVE Online (2003), Fire Emblem: The Sacred Stones (2004), World of Warcraft (2004), Kingdom Hearts 2 (2005), Ace Combat X: Skies Of Deception (2006), Guild Wars: Eye of the North (2007), Etrian Odyssey (2007), Rappelz (2008), Shin Megami Tensei : Imagine (2008), Tales of Symphonia: Dawn of the New World (2008), Dragon Age 2 (2011), et Battlestar Galactica Online (2011), Smite (2013) Inazuma Eleven 3 (2010), Monster warlord (2011).

Dans la musique[modifier | modifier le code]

Fenriz est le pseudonyme du batteur du groupe de black metal norvégien Darkthrone, autrement le loup mythologique est souvent référencé dans les paroles de groupes issus du Pagan metal qui s'inspirent de la mythologie nordique, et particulièrement chez les groupes de Viking metal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hródvitnir signifie "Le Loup Célèbre", et désigne donc Fenrir qui est un des enfants monstrueux de Loki, avec Jörmungand et Hel.
  2. « Père de la victoire » : Odin[9].
  3. « Écumant » : Loki, le père de Fenrir[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Loki est ainsi désigné par la kenning « père du loup » dans la Haustlöng de Þjóðólfr ór Hvini (8).
  2. La Völuspá hin skamma (Hyndluljód, 40) indique qu'Angrboda est la mère de Fenrir, et Snorri Sturluson ajoute dans son Edda (Gylfaginning, 34) qu'il s'agit d'une géante.
  3. Sturluson 1991, p. 58.
  4. Sturluson 1991, p. 62-64.
  5. (is) « Lokasenna », sur http://etext.old.no/ (consulté le 24 juin 2010)
  6. Boyer 1992, p. 483.
  7. Simek 2007, p. 259.
  8. (is) « Völuspá », sur http://etext.old.no/ (consulté le 1er août 2010)
  9. a, b et c Boyer 1992, p. 547.
  10. Sturluson 1991, p. 96.
  11. Sturluson 1991, p. 97.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :