Centaure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Centaure (homonymie).
image illustrant la mythologie grecque image illustrant les créatures légendaires
Cet article est une ébauche concernant la mythologie grecque et les créatures légendaires.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Centaure en marbre exposé à Rome (Italie).

Dans la mythologie grecque, un centaure (en grec ancien Κένταυροι / Kéntauroi) est une créature mi-homme, mi-cheval, que l'on disait issue soit d'Ixion et de Néphélé, soit de Centauros et des juments de Magnésie.

Récits mythologiques[modifier | modifier le code]

Les amours des Centaures. Rubens, vers 1635. Musée Calouste-Gulbenkian

Une étymologie ancienne fait dériver leur nom de deux mots grecs : κεντειν / kentein, « piquer », et ταυρος / tauros, « taureau ». Dans l’Iliade cependant, Homère utilise le mot φηρ / phêr, « bête » (I, 268 et II, 743) pour désigner les adversaires de Pirithoos, décrits comme de sauvages habitants des montagnes de la Thessalie. Le terme de « centaure » est réservé à Chiron, « le plus juste des centaures » (XI, 832).

Les centaures sont décrits comme ayant la partie inférieure équine. Ils vivaient à l'origine sur le mont Pélion, en Thessalie. Parmi les plus connus :

L'agression d'Atalante[modifier | modifier le code]

Atalante croise un jour la route de deux centaures, Hyléos et Rhoécos : ceux-ci veulent abuser de la jeune vierge, mais sont transpercés par ses flèches.

Le combat contre les Lapithes[modifier | modifier le code]

Lapithe combattant un centaure, métope sud 30 du Parthénon, v. 447-433 av. J.-C., British Museum

Les centaures du Pélion avaient pour voisins les Lapithes, dont ils descendaient. Ils sont invités à l'occasion du mariage du roi Pirithoos avec Hippodamie (tout comme Thésée), mais le banquet tourne mal : plusieurs centaures ivres, notamment Eurytion, tentent de violer Hippodamie et d'autres femmes Lapithes. Un combat s'engage au cours duquel de nombreux centaures sont tués. Les autres, chassés du mont Pélion, se réfugièrent pour la plupart autour de Pholos sur le mont Pholoé.

Le combat contre Héraclès[modifier | modifier le code]

Tandis qu'il traquait le sanglier d'Érymanthe, Héraclès est un temps l'hôte de Pholos. Il exprime un jour le souhait de boire du vin : Pholos le prévient qu'il n'ose ouvrir la jarre à vin, commune à tous les centaures. Mais sur l'insistance du héros, il s'y résout : les autres centaures, sentant l'odeur du vin, deviennent alors furieux et se jettent sur Héraclès, qui en tue plusieurs et pourchasse les autres.

Mort de Chiron et dispersion des centaures[modifier | modifier le code]

Après avoir été chassé du mont Pélion, Chiron s'installe au cap Malée. Or, les autres centaures, toujours traqués par Héraclès, parviennent jusqu'à lui ; là, le héros utilise ses flèches empoisonnées et en décoche une par mégarde sur Chiron, son tuteur. Celui-ci, rongé de douleurs, mais ne pouvant mourir parce qu'il est immortel, obtient finalement de Zeus de mourir à la place de Prométhée.

Les rares survivants sont par la suite dispersés dans le Péloponnèse ou près d'Éleusis, avec l'aide de Poséidon qui en cache certains.

Interprétation[modifier | modifier le code]

Squelette factice de centaure articulé par Skull Unlimited International.

Si l'on excepte Pholos et Chiron, tous deux « avisés » (leur parenté est d'ailleurs différente des autres), les centaures symbolisaient pour les Grecs les appétits animaux (concupiscence et ivresse en sont les traits caractéristiques). Ainsi le combat contre les Lapithes peut se lire comme une parabole de l'affrontement des états civilisé et sauvage.

L'origine de leur représentation est généralement expliquée ainsi : le cheval a été introduit en Grèce dès le XVIe siècle av. J.-C., mais n'était alors utilisé que comme bête d'attelage ; les centaures représenteraient, dans les légendes de l'Âge héroïque, les premiers cavaliers.

Les types de centaures[modifier | modifier le code]

Hôtel d'Albiat ou maison des Centaures à Montferrand (aujourd'hui Clermont-Ferrand). Bas-relief au tympan de la porte de l'escalier, dans la cour intérieure, avec un centaure mâle et un centaure femelle, soit centauresse, XVe siècle.

Il existe quatre types de centaures : le bucentaure, dont le corps est celui d'un taureau, assimilé au Minotaure ; l'onocentaure, avec un corps d'âne ; l'ichtyocentaure, aussi appelé centaure-triton ou centaure marin, avec un corps d'hippocampe (cheval marin qui tire le char de Poséidon) ; et le centaure commun, aussi appelé hippocentaure, avec un corps de cheval et un buste d'homme.

Les centaures de l'Antiquité sont en principe de sexe mâle. Mais, par la suite, on trouve des représentations de centaures femelles, appelées centauresses.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Chasse fantastique, Franz von Stuck


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :