Fée Carabosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fée Carabosse
Personnage de fiction apparaissant dans
La Princesse Printanière (dans Contes des Fées).

La fée Carabosse, dessin préparatoire réalisé par Léon Bakst en 1921 pour un costume du ballet La belle au bois dormant.
La fée Carabosse, dessin préparatoire réalisé par Léon Bakst en 1921 pour un costume du ballet La belle au bois dormant.

Alias Vieille fée
Origine France
Sexe Féminin
Entourage La Belle au bois dormant
Ennemi de Fée marraine

Créé par Marie-Catherine d'Aulnoy

La fée Carabosse, ou simplement Carabosse, est un personnage de « La Princesse Printanière » conte publié par Marie-Catherine d'Aulnoy, dans le deuxième tome de ses Contes des fées parus en 1697[1]. Carabosse est par la suite devenue l'archétype de la fée malfaisante, vieille et laide, remarquable par sa bosse. L'étymologie du nom est incertaine : le mot a été par exemple rapproché du lyonnais « carabisse » par les lexicographes du CNRTL. Il semble toutefois plus plausible que Madame d'Aulnoy ait inventé ce nom, simple transposition française du terme grec ancien κάραϐος qui veut dire « escarbot, scarabée », comme semble le confirmer la présence d'un « escarbot » dans le conte [2]. Différentes étymologies ont pu interférer (« kara » par exemple, signifie « noir » en turc, et « à trente-six carats » est une expression superlative à valeur intensive suggérant la taille spectaculaire de la bosse[3].). Il est également fort possible d'entendre dans le nom de Carabosse un écho du « marquis de Carabas », pseudonyme donné par le Chat botté au fils du Meunier dans le « Maître Chat » de Charles Perrault, paru quelques mois avant « La Princesse Printanière » [4].

La marraine maléfique[modifier | modifier le code]

On trouve des mauvaises fées bien antérieures aux textes de Madame d'Aulnoy et de Charles Perrault. Ainsi Éris dans la mythologie grecque déesse de la Discorde: faute d'avoir été invitée aux noces de Thétis et Pélée, elle se venge en jetant une pomme d'or portant l'inscription « pour la plus belle »[5]. Ce geste est à l'origine du déclenchement de la Guerre de Troie et de la mort d'Achille, survenant malgré la précaution de sa mère pour le rendre invincible en le plongeant dans les eaux du Styx. Au XIIIe siècle, dans la chanson de geste «  Les Prouesses et faitz du noble Huon de Bordeaux » : Obéron, le roi des Elfes, explique à Huon qu'il doit son aspect à une fée en colère qui lui jeta un sort le jour de son baptême[6].

Mais c'est le personnage de Carabosse, imaginé originellement par la baronne d'Aulnoy, qui devint au XIXe et au XXe siècle la plus célèbre incarnation de la fée marraine dévoyée, au point de devenir un type, et de cristalliser sur son nom tous les aspects de ce personnage de méchante fée vieille et malfaisante.

L'héroïne d'un conte de Marie-Catherine d'Aulnoy[modifier | modifier le code]

Marie-Catherine d'Aulnoy a mis en scène plusieurs figures de fée laides et maléfiques. La plus célèbre d'entre elles est Carabosse, qui apparaît dans « La Princesse Printanière ». La conteuse en donne une description effrayante de nourrice monstrueuse : « un laideron qui avait les pieds de travers, les genoux sous le menton, une grosse bosse, les yeux louches, et la peau plus noire que de l'encre. Elle tenait entre ses bras un petit magot de singe à qui elle donnait à téter, et elle parlait un jargon que l'on n'entendait pas »[7]. Repoussée par la reine enceinte qui l'affuble du qualificatif de « grosse laide », Carabosse revient maudire la princesse à sa naissance: « Je doue cette petite créature / De guignon guignonnant / Jusqu'à l'âge de vingt ans »[8]. La malédiction est atténuée par une des fées que le roi et la reine avaient invitées pour accorder leurs dons à l'enfant.

De « La Princesse Printanière » à « La Belle au bois dormant » : histoire d'une confusion[modifier | modifier le code]

Carabosse est souvent confondue à tort avec la mauvaise fée qui frappait de malédiction l'héroïne de La Belle au bois dormant, mais dans le conte de Charles Perrault publié pour la première fois en 1696, la méchante fée était anonyme  : elle y était simplement désignée comme une « vieille fée »[9]. Nulle Carabosse non plus dans l'adaptation des frères Grimm, qui ne retiennent qu'une « treizième femme sage » [10], par opposition aux onze premières qui offrent à la princesse des dons merveilleux et à la douzième qui intervient en dernier ressort pour atténuer la malédiction. La confusion entre la fée de « La Belle au bois dormant » et la Carabosse de « La Princesse Printanière » est attestée dès le milieu du XIXe siècle[11]. Mais c'est le ballet La Belle au bois dormant de Tchaïkovsky, créé en 1890, qui entérine un amalgame durable en donnant à l'opposante le nom de Carabosse. Le ballet russe complique encore le trouble en identifiant cette Carabosse avec la vieille fileuse auprès de qui l'héroïne se pique le doigt, alors que les deux personnages sont distingués dans les versions antérieures de Perrault et de Grimm. Walt Disney, toutefois, dans son adaptation de La Belle au bois dormant en 1959, se garde de son côté de confondre la mauvaise fée et Carabosse, et invente pour son antagoniste le nom de Maléfique (Maleficient).

A partir du XIXe siècle, la figure de Carabosse tend à s'émanciper de plus en plus de ses origines littéraires pour mener son existence propre. Le Dr Jules Demars, naturaliste breton, imagine ainsi en 1856 une légende mettant en scène ce personnage non loin de Guémené-Penfao, donnant naissance à une légende encore vivace dans la région[12]. La Fée Carabine de Daniel Pennac (1987)métamorphose le visage de Carabosse en démultipliant dans ce roman policier les figures de vieilles dangereuses, armées et entraînées à tuer.

Théâtre des Funambules, affiche du spectacle La fée Carabosse, 1858.

Extrait[modifier | modifier le code]

La scène des dons dans « La Princesse Printanière » de M.-C. d'Aulnoy et l'intervention de Carabosse (1697)

Voilà qu’elles s’enferment vitement pour la douer : la première la doua d’une beauté parfaite ; la seconde, d’avoir infiniment de l’esprit ; la troisième, de chanter merveilleusement bien ; la quatrième, de faire des ouvrages en prose et en vers.

Comme la cinquième ouvrait la bouche pour parler, l’on entendit dans la cheminée un bruit comme d’une grosse pierre qui tomberait du haut d’un clocher, et Carabosse parut toute barbouillée de suie, criant à tue-tête :

Je doue cette petite créature

De guignon guignonnant

Jusqu’à l’âge de vingt ans.

À ces mots, la reine qui était dans son lit se prit à pleurer, et à prier Carabosse d’avoir pitié de la petite princesse. Toutes les fées lui disaient : « Hélas ! ma sœur, déguignonnez-la ; que vous a-t-elle fait ? » Mais cette laide fée hongrait et ne répondait point ; de sorte que la cinquième, qui n’avait pas parlé, tâcha de raccommoder l’affaire, et la doua d’une longue vie pleine de bonheur, après que le temps de la malédiction serait passé. Carabosse n’en fit que rire, et elle se mit à chanter vingt chansons ironiques, en regrimpant par la même cheminée.[13]

Interprétation[modifier | modifier le code]

Dans le ballet La Belle au bois dormant de Tchaïkovski, le rôle de la Fée Carabosse est tenu par :

Dans L'Odyssée d'Alice Tremblay, par Pierrette Robitaille en 2002
Dans la comédie musicale pour Enfant : Abbacadabra (1983), par Marie-France Roussel

La Fée Carabosse est un opéra-comique de Victor Massé (1859)

Du discrédit à l'icône féministe[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, Carabosse a pu apparaître comme l'émanation de stéréotypes sexistes stigmatisant les vieilles femmes célibataires. Par défi, des cercles féministes ont revendiqué la figure jusque là décriée de Carabosse : Eliane Viennot donna ainsi le nom de Carabosses à la librairie féministe qu'elle ouvrit en 1978 à Paris[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nadine Jasmin et Raymonde Robert, Contes des fées : suivis des Contes nouveaux, ou, Les fées à la mode, Champion, (ISBN 2-7453-1065-8 et 978-2-7453-1065-1, OCLC 57333745, lire en ligne), p. 264 sqq.
  2. Madame d'Aulnoy (éd. Constance Cagnat), Conte de fées, Paris, Gallimard, , 396 p. (ISBN 978-2-07-040072-0), p. 154
  3. Sylvie Weil et Louise Rameau, Trésors des expressions françaises, Paris, Belin, coll. « Français retrouvé », , 223 p. (ISBN 2-7011-0382-7).
  4. Tony Gheeraert, Contes, Paris, H. Champion, (ISBN 978-2-7453-2218-0 et 2-7453-2218-4, OCLC 800992072, lire en ligne), p. 213
  5. Marina Warner, Monuments & maidens : the allegory of the female form, Univ. of California Press, (ISBN 0-520-22733-6 et 978-0-520-22733-0, OCLC 44268005, lire en ligne), p. 72
  6. Le rapprochement entre Carabosse et la mauvaise fée de Huon de Bordeaux a par exemple été proposé par Pierre Saintyves, alias Emile Nourry, Les contes de Perrault et les récits parallèles. Leurs origines (coutumes primitives et liturgies populaires), Paris (Nourry), 1923, p. 175.
  7. Madame d'Aulnoy, Contes, op. cit., p. 134.
  8. Ibid., p. 136.
  9. Ch. Perrault, Contes, édition citée, p. 179.
  10. Jacob Grimm, Wilhelm Grimm et Natacha Rimasson-Fertin, Contes pour les enfants et la maison, dl 2017 (ISBN 978-2-7143-1192-4 et 2-7143-1192-X, OCLC 1011096281, lire en ligne), p. 282
  11. Roger de Beauvoir parle ainsi de « la fée Carabosse de notre ami Perrault » (L'Abbé de Choisy, Paris, Gabriel Roux et Cassanet, 1848, p. 106.)
  12. Voir la Revue des traditions populaires, t. I, 1886, p. 315. URL: https://www.google.fr/books/edition/Revue_des_traditions_populaires/kASgAAAAMAAJ et Ouest-France Payse de Loire, 18-07-2019, https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/les-legendes-de-loire-atlantique-1-la-fee-carabosse-est-nee-a-guemene-penfao-5dd559dc-365d-47a4-b8c9-ef7a579b826f
  13. Madame d'Aulnoy, Contes de fées, op. cit., p. 136.
  14. Voir l'article: "Carabosse", in Les Cahiers du GRIF, n°23-24, 1978p. 185. URL: http://www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1978_num_23_1_2392

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :