Geneviève Massignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  une femme de lettres image illustrant français image illustrant l’Acadie
Cet article est une ébauche concernant une femme de lettres française et l’Acadie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Massignon.
Geneviève Massignon
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
Nationalité
Activités

Geneviève Massignon (née à Paris le , décédée en 1966) était une linguiste et écrivaine française. Son père était l'universitaire et islamologue français Louis Massignon. Elle est l'auteur d'importants travaux sur le français acadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licenciée ès-lettres en 1941, Geneviève Massignon est chargée, après la Seconde Guerre mondiale, en remplacement de Jacques Pignon (Université de Poitiers puis Sorbonne) décédé prématurément, de préparer, pour le CNRS, un Atlas linguistique du centre-ouest de la France, centré sur les départements de Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, Charente et Charente-Maritime, c'est-à-dire sur le domaine linguistique poitevin-saintongeais[1]. À sa mort elle avait pratiquement fini les enquêtes, et son travail sera publié par Brigitte Horiot sous le titre d'Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest : Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois.[2] Il sera le support d'une analyse dialectométrique effectuée par Liliane Jagueneau[3].

Son frère aîné, Yves-Louis-Fernand Massignon, chercheur en géographie humaine, séjourne à Madawaska, où il étudie les populations canadiennes et publie ses travaux sous le titre "Au Canada, la Haute vallée de Saint-Jean (Madawaska) et l'avenir franco-américain". Intéressée par les recherches de son frère, notamment sur le peuple acadien, elle obtient en 1946 une bourse des Relations culturelles du Ministère des Affaires étrangères et se rend dans les Provinces Maritimes. Elle y recueille le folklore acadien traditionnel, les contes et le parler local.

En 1966, elle est attendue aux festivités franco-acadiennes de Belle-Île-en-Mer pour commémorer le bicentenaire de l'installation des Acadiens dans cette île. Elle meurt subitement peu avant d'une crise cardiaque.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Français moderne, volumes 8-9, 1940 : "notre collaborateur J. Pignon, qui fera l’Atlas linguistique poitevin-saintongeais pour le futur ALFR"
  2. Geneviève Massignon, Brigitte Horiot, Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest : Poitou, Aunis, Saintonge, Angoumois, 3 volumes, 1971-1983. [Édité par le CNRS.]
  3. Liliane Jagueneau, Structuration de l'espace linguistique entre Loire et Gironde, Analyse dialectométrique des données de l'Atlas Linguistique et Ethnographique de l'Ouest, thèse de Doctorat d'État, Toulouse, 1987.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De bouche à oreilles – Le conte populaire français
  • Contes de l'Ouest, Birère, Vendée, Angoumois, éditions Erasme, Paris, 1954.
  • "Les parlers français d'Acadie, enquête linguistique", Librairie Klincksieck, Paris, 1962, 2 tomes.
  • Contes corses Aix-en-Provence,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]