Montchauvet (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montchauvet.
Montchauvet
Montchauvet (Yvelines)
L'église Sainte Marie-Madeleine.
Blason de Montchauvet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Bonnières-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du pays Houdanais
Maire
Mandat
Georges Duval
2014-2020
Code postal 78790
Code commune 78417
Démographie
Gentilé Montécalvétiens
Population
municipale
273 hab. (2015 en diminution de 5,21 % par rapport à 2010)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 32″ nord, 1° 37′ 50″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 131 m
Superficie 7,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Montchauvet

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Montchauvet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montchauvet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montchauvet

Montchauvet est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Montécalvétiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Montchauvet dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Montchauvet se trouve sur le plateau du Mantois, dans le nord-ouest du département des Yvelines, à 15 kilomètres au sud-ouest de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 45 kilomètres environ au nord-ouest de Versailles, chef-lieu du département.

Les communes limitrophes sont Boinvilliers au nord-ouest, Courgent à l'est, Mulcent au sud-est, Civry-la-Forêt au sud, Tilly au sud-ouest et Dammartin-en-Serve au nord.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Deux cours d'eau confluent dans la commune de Montchauvet, circulant dans des vallées encaissées. Il s'agit de la Vaucouleurs, rivière de 20 km, affluent de la Seine, orientée sud-ouest - nord-est[1] et du ru d'Ouville (parfois orthographié « ru d'Houville »), ruisseau de 10 km qui circule d'ouest en est et rejoint la Vaucouleurs en contrebas du village[2].

La présence de ces cours d'eau, sujets à des crues subites en cas de précipitations d'intensité exceptionnelle, expose une partie du territoire à des risques d'inondation. La commune fait l'objet d'un périmètres R111-3[3], tenant lieu de plan de prévention des risques d'inondation (PPRI), approuvé en 1992[4],[5].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune déborde largement de la vallée de la Vaucouleurs, au nord et au sud de celle-ci, sur le plateau du Mantois.

Du fait de la présence d'anciennes carrières souterraines dans le sous-sol, notamment au centre du village, la commune de Montchauvet est répertoriée par l'inspection générale de carrières de Versailles parmi les 101 communes sous-minées du département des Yvelines[6].

Utilisation du territoire[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 2,5 % 20,24
Espace urbain non construit 2,9 % 23,19
Espace rural 94,6 % 760,10
Source : Iaurif

Le territoire communal est très largement rural (94,6 %), l'espace urbain construit occupant 20,2 hectares, soit 2,5 % du territoire total[7].

L'espace rural est consacré principalement à l'agriculture qui occupe 572,6 hectares, soit 71,3 % de la superficie totale de la commune[8], constituée quasi exclusivement par la grande culture (céréales, colza). Les bois occupent 168,4 hectares, soit 21 % du total. Ils sont concentrés le long des cours d'eau.

L'habitat est concentré dans le bourg historique. Il est constitué exclusivement d'habitations individuelles. Les surfaces consacrées aux activités économiques et aux chantiers représentent 1,5 ha (0,2 % du territoire). Dans l'espace urbain ouvert, qui couvre 23,2 hectares, sont compris les parcs et jardins pour 18 hectares (dont le parc du château des Trois Fontaines) et une partie du golf de Civry-la-Forêt qui empiète sur environ 5 hectares à la limite sud de la commune.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Montchauvet est située un peu à l'écart de la route départementale D11 qui relie Bréval à Saint-Cyr-l'École[réf. nécessaire] et la longe au nord. Des petites routes d'intérêt local la relient à Dammartin-en-Serve, Boinvilliers, Courgent, Mulcent, Orvilliers, Civry-la-Forêt, Tilly.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 02 de la société de transport Transdev Houdan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées [apud] Montem Calvetum en 1203, Mons Calvus, Mons caleus[9], Mons Calveti au XIIIe siècle[10],[11].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en Mont-, suivi de l'adjectif chauvet « chauve »[12],[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, le territoire de la commune de Montchauvet était traversé par une voie reliant Paris à Évreux via la plaine de Versailles et Septeuil. Cette voie se situait entre deux itinéraires parallèles, la voie Paris-Rouen par la vallée de la Seine au nord et la voie Paris-Dreux via Jouars (Diodurum), qui figurait dans l'itinéraire d'Antonin, au sud[14].

Au XIIe siècle, le site est fortifié par le roi Louis VI le Gros. Le château est construit en 1136 par Amaury de Montfort, et la ville entourée de murailles.

En 1378, la ville est prise par Du Guesclin.

Le roi Charles V, puis Henri IV, font démolir complètement le château.

1er décembre 1909 : un violent ouragan s'abat sur le village et endommage le clocher.

 : dynamitage du clocher, qui provoque des dégâts importants à l'église et aux habitations. Ce clocher est reconstruit en 1912 par Jean Richepin de l'Académie française, qui fut maire de la commune et résida au château des Trois Fontaines.

Le 8 juin 1944, un avion militaire anglais est abattu sur le territoire de la commune. Ses six occupants, dont le pilote J.E. Todd, de la Royal Australian Air Force, sont enterrés dans un carré du cimetière communal.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Georges Duval Sans étiquette Agriculteur
2001 2014 Jean-Jacques Le Quéré[15] Sans étiquette  
1995 2001 Claude Zabiaux Sans étiquette  
1977 1995 Yvonne Poulard Sans étiquette  
1971 1977 Maurice Viaud Sans étiquette  
1945 1971 Leon Duval Sans étiquette  
1944 1945 Alexandre Fauriaux Sans étiquette  
1930 1944 Prosper Marias Sans étiquette  
1919 1930 Eugène Duval Sans étiquette  
1912 1919 Jean Richepin Sans étiquette  
1910 1912 Victor Bourgois Sans étiquette  
1900 1907 Leopold Rouvray Sans étiquette  
1887 1900 Jules Laurent Sans étiquette  
1882 1887 Louis-Isidore Duval Sans étiquette  
1881 1882 Victor Ferrand Sans étiquette  
1871 1881 Armand Bigre Sans étiquette  
1871 1871 Boulland Sans étiquette  
1865 1871 Louis Ruffin Sans étiquette  
1856 1865 Louis-Pascal-Bon Laurent Sans étiquette  
1848 1856 Claude-Damien Duval Sans étiquette  
1834 1848 Jean-Baptiste Hubert Sans étiquette  
1832 1834 Jacques Jolivet Sans étiquette  
1828 1832 Louis Tortel Sans étiquette  
1823 1828 Taillefer Sans étiquette  
1815 1823 René Debras Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Montchauvet appartient au Bonnières-sur-Seine depuis 2015 et est rattachée à la communauté de communes du pays Houdanais.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Sur le plan judiciaire, Montchauvet fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[16],[17].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2015, la commune comptait 273 habitants[Note 1], en diminution de 5,21 % par rapport à 2010 (Yvelines : +1,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
447 496 561 488 508 542 569 521 488
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
421 410 366 345 348 328 291 325 358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
323 330 313 251 266 230 221 219 207
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
193 193 185 202 236 254 285 290 274
2015 - - - - - - - -
273 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 24 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 16 %, 15 à 29 ans = 11,8 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 22,2 %, plus de 60 ans = 27,8 %).
Pyramide des âges à Montchauvet en 2007 en pourcentage[22]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
2,8 
4,1 
75 à 89 ans
7,6 
19,2 
60 à 74 ans
17,4 
19,9 
45 à 59 ans
22,2 
21,2 
30 à 44 ans
22,2 
15,8 
15 à 29 ans
11,8 
19,2 
0 à 14 ans
16,0 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[23]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • une exposition d'art artisanal local au printemps
  • une brocante avec marché gourmand le 2e ou 3e dimanche de septembre

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune comptait, au recensement agricole de 2000, six exploitations agricoles, exploitant une surface de 658 hectares de SAU (surface agricole utile), consacrée essentiellement à la grande culture céréalière. Cette SAU, qui correspond à la surface cultivée par les exploitations ayant leur siège dans la commune, comprenait 422 hectares de céréales et 30 hectares de prairies permanentes. Elle a augmenté de 25 % entre 1988 et 2000, passant de 528 à 658 hectares. Il n'existait plus élevage dans la commune en 2000 alors qu'en 1988 on recensait encore une cinquantaine de bovins et environ 500 volailles. La main d'œuvre employée équivalait à 7 UTA[24](unité de travail annuel)[25].

  • Tourisme
  • Commune résidentielle

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les ruines du donjon.
Le clocher reconstruit en 1912.
  • Église Sainte-Marie-Madeleine : le chœur et la nef datent des XIIe et XIIIe siècles. Le clocher carré date de 1912.
  • Pont à arches en pierre [26] : situé à l'ouest du village, sur le ru d'Ouville. Il fut construit à l'époque de Philippe Auguste. Il porte le nom de Pont de l'Arche.
  • Porte de Bretagne : vestige des anciennes fortifications, deuxième enceinte construite à la demande de Philippe Auguste.
  • Montchauvet compte parmi ses rues, la rue du Massacre, en souvenir d'une importante bataille entre l'armée française et anglaise lors de la Guerre de Cent Ans, qui fit plusieurs centaines de morts.
  • Montchauvet disposait autrefois de trois lieux de cultes : l'église Sainte-Marie-Madeleine, une chapelle aujourd'hui détruite mais dont les ruines sont encore visibles dans la rue du Massacre, et une autre église dont les vestiges se résument à des caves voutées sous des demeures de la rue de la Porte de Bretagne.
  • Montchauvet dispose d'un château, le château des Trois Fontaines, limitrophe de la commune de Montchauvet et celle de Dammartin-en-Serve. Il fut érigé pour Catherine de Médicis mais elle n'en profita pas beaucoup. Aujourd'hui, c'est une demeure privée que l'on ne visite pas, tout juste visible de loin.
  • Le lavoir de Montchauvet
  • Les ruines du donjon. Conservées en l'état. Le maire actuel a fait remblayer la butte sur laquelle trône le donjon afin d'éviter les éboulements. Un mur de fortification part en direction de la forêt mais il n'est pas visible sans entrer dans le terrain (interdit d'accès).
  • La légende raconte qu'un trésor caché par des moines serait toujours enfoui quelque part dans Montchauvet, peut-être sous les ruines du donjon. Selon une autre tradition, un important trésor d'objets et de monnaies aurait été caché par les Protestants dans les environs[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Richepin (1849-1926), poète et auteur dramatique, résida au château des Trois-Fontaines et fut maire de la commune de 1912 à 1919.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Montchauvet

Les armes de Montchauvet se blasonnent ainsi :
D'azur au mont d'argent surmonté de deux chauves-souris éployées d'or.

Silhouette de chauve-souris découpée dans un volet à Montchauvet
Silhouette de chauve-souris découpée dans un volet à Montchauvet.
La Porte de Bretagne, vestige des fortifications du XIIe siècle.
Tombes de l'équipage de l'avion britannique abattu en juin 1944.

La devise latine de Montchauvet est Neutro se tenebunt, qui se traduit par « Ils restent neutres ». Cette devise vient du fait que Montchauvet était la frontière entre les territoires occupés par les Anglais et ceux restés aux mains du roi de France, en position neutralité, afin d'assurer le ravitaillement des troupes, soit un endroit stratégique pour les deux camps. Ainsi, la devise prit son sens puisque Montchauvet, bien que française, ne prenait pas partie dans les conflits et a su rester intacte à la fin de la Guerre de Cent ans.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire et légendes de Montchauvet, G. Cochet, Paris , 1949 (plaquette de 43 pages)
  • L'église de Montchauvet, Docteur Jean Fournée, membre de la Société Française d'Archéologie, 1957 (plaquette de 11 pages).
  • Église Sainte Marie-Madeleine à Montchauvet", monographie, Raymond Roz, 1993 (plaquette de 30 pages).
  • Montchauvet-Une histoire, Philippe Moinel, 2002 (plaquette de 27 pages).
  • Église Sainte Marie-Madeleine, mémoire sur les travaux effectués entre 1866 et 1952, Philippe Moinel, 2003 (plaquette de 15 pages).
  • Montchauvet, une architecture militaire et religieuse novatrice en pays mantois. Mémoire de maîtrise, Michel Lheure, 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche cours d'eau La Vaucouleurs (H3070600) », Sandre (consulté le 8 juin 2011).
  2. « Fiche cours d'eau Ru d'Ouville (H3072000) », Sandre (consulté le 8 juin 2011).
  3. Périmètre établi pour la prévention d'un risque en application d'un ancien article R111-3 du code de l'urbanisme.
  4. « Dossier départemental des risques majeurs 2007 », Préfecture des Yvelines (consulté le 8 juin 2011), p. 14.
  5. « Information sur les risques naturels et technologiques majeurs - Commune de Montchauvet », Préfecture des Yvelines (consulté le 8 juin 2011).
  6. « Liste des communes sous-minées du département des Yvelines (2010) », Inspection générale des carrières souterraines abandonnées Yvelines-Essonne - Val-d'Oise (consulté le 8 juin 2011).
  7. « Occupation du sol détaillée en 2008 - Montchauvet », Iaurif (consulté le 8 juin 2011).
  8. La superficie de la commune est estimée à 803,53 hectares par l'Iaurif
  9. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire) [1]
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 472b
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  13. Ernest Nègre, op. cit.
  14. Yvan Barat, Les Yvelines 78, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, coll. « Carte archéologique de la Gaule », (ISBN 978-2-87754-189-3), p. 251.
  15. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  16. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  17. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  22. « Évolution et structure de la population à Montchauvet en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011).
  23. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011).
  24. Cette unité équivaut au travail d'une personne travaillant à temps plein pendant une année
  25. « Montchauvet (78417 - Commune) - Chiffres clés », Insee Statistiques locales (consulté le 8 juin 2011).
  26. Notice no PA00087794, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. Victor R. Belot, rapporté par France de Mijolla et Cyril Delettre, in Les Yvelines au fil des yeux, Martelle, 1992 (ISBN 2-87890-019-7) (notice BnF no FRBNF37624931)