Saint-Illiers-le-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Illiers-le-Bois
Saint-Illiers-le-Bois
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Intercommunalité Communauté de communes Les Portes de l'Ile de France
Maire
Mandat
Christine Noël
2020-2026
Code postal 78980
Code commune 78559
Démographie
Gentilé Ilslériens
Population
municipale
426 hab. (2019 en diminution de 6,17 % par rapport à 2013)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 33″ nord, 1° 30′ 24″ est
Altitude Min. 129 m
Max. 166 m
Superficie 4,39 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bonnières-sur-Seine
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Illiers-le-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Illiers-le-Bois
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Illiers-le-Bois
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Illiers-le-Bois
Liens
Site web saintillierslebois.fr

Saint-Illiers-le-Bois est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à 19 km environ au sud-ouest de Mantes-la-Jolie.

Ses habitants sont appelés les Ilslériens.

Localisation de Saint-Illiers-le-Bois dans les Yvelines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Illiers-le-Bois se situe dans le nord-ouest du département des Yvelines, à la limite de l'Eure, à 18 km environ au sud-ouest de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 60 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

Saint-Illiers-le-Bois est la seule commune des environs qui ne comprend aucun hameau. C'est une commune rurale située sur un plateau voué à la grande culture céréalière.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe des communes de Villiers-en-Désœuvre à l'ouest et au sud, de Saint-Illiers-la-Ville et Bréval à l'est, de Lommoye au nord.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

À l'écart des grands axes, la commune est reliée aux communes voisines par des routes départementales.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est irriguée par le ruisseau de l'Étang, ou Fieffe, ruisseau de 15 km de long, affluent de l'Eure, dont le cours est orienté vers l'est, puis s'infléchit vers le sud puis vers l'ouest dans les communes voisines avant de rejoindre l'Eure à Bueil[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Illiers-le-Bois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 91,91 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 3,19 % d'espaces ouverts artificialisés et 4,89 % d'espaces construits artificialisés[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom a subi de nombreux changements, il se nommait Sanctus Telerus Boscus avant l'an 1200, Santus Islarus Lucus en 1204, plus tard ce fut Saint-Hellier et Saint-Illiers-des-Champs en 1605, Saint-Yliers-le-Bois puis Saint-Hilliers-le-Bois, au XVIIIe et XIXe siècle.

L'hagiotoponyme « Saint-Illiers » dériverait de saint Hilaire, qui fut pape au Ve siècle, ou de saint Hélier, moine du VIe siècle[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fut longtemps qu’un seul territoire, appelé Islaris locus, réunie au sein d'une même seigneurie avec Saint-Illiers-la-Ville.

La seigneurie de Saint-Illiers-le-Bois, créée en 1472 et disparue avec la Révolution française a essentiellement été détenue par deux grandes familles : la famille Du Val, parfois également seigneurs de Saint-Illiers-la-Ville (1472-1656 et 1719-1799); la famille du marquis de Tilly-Blaru (1656-1719).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2020 Claude Noël[9]    
mars 2020 En cours Christine Noël    

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Illiers-le-Bois appartient au canton de Bonnières-sur-Seine ainsi qu'à la Communauté de communes des Portes de l’Île-de-France.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines.

Sur le plan judiciaire, Saint-Illiers-le-Bois fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[10],[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2019, la commune comptait 426 habitants[Note 3], en diminution de 6,17 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330343389384371379369349357
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
353339339344309325310318326
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
279266261253250212226231243
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
191156189229297437441442453
2015 2019 - - - - - - -
434426-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,8 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 213 hommes pour 214 femmes, soit un taux de 50,12 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,32 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,9 
4,7 
75-89 ans
4,7 
16,0 
60-74 ans
16,4 
24,5 
45-59 ans
26,8 
15,6 
30-44 ans
15,0 
17,0 
15-29 ans
16,9 
22,2 
0-14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2018 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,3 
5,7 
75-89 ans
7,7 
13,4 
60-74 ans
14,5 
20,6 
45-59 ans
20,3 
19,8 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
17 
21,5 
0-14 ans
19,4 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.
  • Le seul commerce de la commune est le bar/restaurant/concert "Le Titty Twister".

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église de la Sainte-Trinité.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château (ou manoir seigneurial) de Saint-Illiers-le-Bois date du XIIIe siècle.
De grands travaux de modernisation et d'agrandissement y ont été effectués au XVIe, XVIIIe et XIXe siècles. L'actuel propriétaire du château, d'origine poitevine, y a fait faire de nombreux travaux afin de faire disparaître les apports peu heureux du XIXe siècle de lui redonner autant que possible son aspect initial.
  • L'église de la Sainte-Trinité date du XVIe siècle, dotée d'un clocher en tour carrée, a été remaniée aux XVIIe et XIXe siècles. Elle offre la particularité d'être entourée par le cimetière. Les reliques de sainte Clémence, offertes en 1693 par le pape Innocent XII au cardinal d'Estrées, sont conservées dans la chapelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Saint-Illiers-le-Bois », p. 128

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche cours d'eau - Ruisseau de l'Etang (H4309000) », Sandre (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  8. Claude Guizard, Lexique toponymique de l’arrondissement de Mantes-la-Jolie, page 10
  9. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  10. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  11. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Illiers-le-Bois (78559) », (consulté le ).
  17. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).