Civry-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Civry-la-Forêt
Église.
Église.
Blason de Civry-la-Forêt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Bonnières-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du pays Houdanais
Maire
Mandat
Danièle Le Foll
2014-2020
Code postal 78910
Code commune 78163
Démographie
Gentilé Civryens
Civryennes
Population
municipale
356 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 03″ nord, 1° 37′ 01″ est
Altitude Min. 80 m – Max. 157 m
Superficie 9,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Civry-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Civry-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Civry-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Civry-la-Forêt

Civry-la-Forêt est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Civry-la-Forêt dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Civry-la-Forêt se trouve dans l'ouest des Yvelines et dans le sud du Mantois, à vingt kilomètres environ au sud-ouest de Mantes-la-Jolie.

Le territoire communal s'étend sur près de 1 000 hectares sur le plateau du Mantois. Le territoire est essentiellement rural (à près de 90 %) et boisé pour un tiers environ, dans le fond de la vallée de la Vaucouleurs et avec la forêt de Civry qui occupe un quart du territoire communal dans sa partie sud.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosé par la Vaucouleurs, petite rivière affluent de la Seine qui suit la limite nord-ouest de la commune.

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

  • Picotière,
  • Bonneville.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe de Mulcent au nord-est, d'Orvilliers à l'est, de Gressey au sud, de Richebourg au sud-est, de Boissets à l'ouest, de Tilly au nord-ouest et de Montchauvet au nord.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Située dans une plaine vouée à la grande culture, à l'écart des grands axes, Civry-la-Forêt est reliée aux communes voisines par la route départementale 166.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 38, Houdan et SMTS de l'établissement Transdev de Houdan.

Sentier de randonnée[modifier | modifier le code]

La commune est parcourue par un sentier de randonnée, le GR de Pays des Yvelines.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attestée sous les formes Villa Sibriaci[1],[2], Severicurtis en 1030 , la paroisse s'est appelée « la Forest de Civry » jusqu'à la Révolution[3].

L'étymologie de ce toponyme provient de l'agglutination du nom de personne gallo-romain Severius et du suffixe acum qui signifie : la « terre de Severius (le sévère, le rigide) » .

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Civry-la-Forêt Blason D'or à la bande d'azur accompagnée en chef d'un moulin avec sa roue à aube d'argent brochant sur la bande, et en pointe d'un arbre de sinople fûté d'argent; au chef d'azur chargé de l'inscription « CIVRY LA FORET » en lettres capitales, adextrée d'une truite et senestrée d'une perdrix, le tout d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Historique[modifier | modifier le code]

Le territoire était déjà habité à l'âge du bronze ; on y a retrouvé les vestiges d'un atelier de fonderie de cette époque, ainsi que divers outils.

La seigneurie de la Forest a appartenu à plusieurs familles successivement, Raoul de Civry au XIe siècle, les seigneurs de Richebourg au XIVe siècle puis à la famille Vialard au XVIe siècle. Elle fut rachetée avant la Révolution par Louis Charles de Bourbon, comte d'Eu[3].

Le nom de « Civry » viendrait du nom d'un personnage gallo-romain, Sevire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Civry-la-Forêt[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2001 Jean-Louis Aubert    
mars 2001 2008 Jean-Louis Aubert[4]    
mars 2008 2014 Jean-Louis Aubert[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Civry-la-Forêt appartient au canton de Houdan et est rattachée à la communauté de communes du pays Houdanais.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Civry-la-Forêt fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[6],[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 356 habitants, en augmentation de 3,79 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
412 431 420 403 317 308 299 302 303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
285 274 271 250 232 243 228 241 241
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
254 257 247 184 168 139 141 150 145
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
184 200 190 210 280 310 330 370 356
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,4 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 28,2 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 12,9 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 14,4 %, 30 à 44 ans = 28,1 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 15,6 %).
Pyramide des âges à Civry-la-Forêt en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
1,2 
75 à 89 ans
3,0 
11,7 
60 à 74 ans
12,6 
19,0 
45 à 59 ans
20,4 
28,2 
30 à 44 ans
28,1 
13,5 
15 à 29 ans
14,4 
26,4 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Commune essentiellement agricole et résidentielle :

  • agriculture : grande culture céréalière, élevage de volailles,
  • golf (golf de la Vaucouleurs).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La Vaucouleurs Golf club permet la pratique du golf sur l'un de ses trois parcours. Les Vallons (18 trous) La Rivière (18 trous) Le 360 (9 trous avec des greens et départs en gazon synthétique) qui s'étendent sur un peu plus de 100ha. Une école de golf s'adresse plus spécialement aux enfants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Barthélemy : église en pierre du XIIe siècle, reconstruite au XVIe après sa destruction au cours de la guerre de Cent Ans. Son clocher, à flèche couverte d'ardoise, est une tour de défense à l'allure massive. L'abside et le clocher sont protégés comme monuments historiques par arrêté du 14 octobre 1963[14]. Cette église est isolée du bourg, à environ un kilomètre.
  • Sur le flanc ouest de l'église, se trouve une porte dont la voûte romane remonte au XIIe siècle[3].
  • Puits couvert du XVIIIe siècle.
  • Mairie-école, en brique à chaînages de pierre, du début du XXe siècle.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alain Cuny (1908-1994). Comédien. Il habitait le lieu-dit Savon Noir. Il est enterré à Civry-la-Forêt.
  • Jean-Marc Loubier (né en 1953). Écrivain. Biographe de Louis Jouvet

Divers[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la promotion du tourisme rural, la commune est adhérente de l'association du Pays des Marches d'Yvelines depuis 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Bonnebas, Les noms des villes et villages d'Eure & Loire - Page 95
  2. Alp. Durand, E. Grave - La Chronique de Mantes ou Historie de Mantes - Page 20
  3. a, b et c Le Patrimoine des communes des Yvelines, Paris, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), t. 1, p. 298-299
  4. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  5. « Civry-la-Forêt », Union des maires des Yvelines (consulté le 23 avril 2011).
  6. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  7. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 23 avril 2011).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Évolution et structure de la population à Civry-la-Forêt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  13. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011)
  14. « Église Saints-Gorgon-et-Barthélémy », notice no PA00087408, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Œuvres mobilières à Civry-la-Forêt », base Palissy, ministère français de la Culture