La Jument verte (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Jument verte
Image illustrative de l'article La Jument verte (roman)
Dans le roman, la jument verte survit en tant que personnage d'un tableau (ici, cheval vert datant de la dynastie Tang, Chine).

Auteur Marcel Aymé
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard
Date de parution 1933
Nombre de pages 340 pages

La Jument verte est un roman de Marcel Aymé écrit en 1933.

Ce roman fut adapté au cinéma par Claude Autant-Lara en 1959.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action se déroule à la campagne. Un homme s'aperçoit un jour qu'il possède une jument verte.

L'histoire est essentiellement une étude de la morale sexuelle et des comportements des habitants d'un petit village français du XIXe siècle, Claquebue, juste après la Guerre franco-allemande de 1870. L'intrigue est basée sur une querelle entre la famille Haudouin et la famille Maloret, et sur une lettre égarée qui révélait des secrets concernant ce conflit.

L'ouvrage est divisé en 17 chapitres écrits à la troisième personne avec des interludes utilisant la première personne du singulier, intitulés " les propos de la jument", ce qui permet au lecteur d'observer les caractères des différents protagonistes selon plusieurs perspectives.

Autour du roman[modifier | modifier le code]

Aire de repos de la Jument Verte, sur l'A39.

Le village de Villers-Robert dans le Jura, où Marcel Aymé a passé son enfance, a servi en partie d'inspiration pour le village de Claquebue.

Une aire de repos sur l'A39, située à Colonne dans le Jura, a été appelée l'« aire de la Jument verte ».

Marcel Aymé est un des rares écrivains à avoir parlé de l'hygiène intime des femmes. Il cite dans La Jument verte le cas du curé de Claquebue qui « Le curé de Claquebue (…) sachant que le bidet ou la Gyraldose ont des effets plus subversifs qu'un banquet anti-clérical, il en préservait ses ouailles[1]. »

Le roman La jument verte a été publié en 1965 dans Le Livre de Poche sous une couverture du peintre Claude Schürr.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]