Favrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Favrieux
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Bonnières-sur-Seine
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines
Maire
Mandat
Lionel Lemarie
2014-2020
Code postal 78200
Code commune 78231
Démographie
Population
municipale
151 hab. (2012)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 41″ N 1° 38′ 35″ E / 48.9447, 1.643148° 56′ 41″ Nord 1° 38′ 35″ Est / 48.9447, 1.6431  
Altitude Min. 100 m – Max. 141 m
Superficie 3,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Favrieux

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Favrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Favrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Favrieux

Favrieux est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Favrillais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Favrieux dans les Yvelines

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Favrieux est située dans le nord-ouest du département des Yvelines, à 8 km au sud-ouest de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 49 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département. Elle se trouve dans le plateau agricole du Mantois à environ 125 m d'altitude.

La commune est limitrophe de Fontenay-Mauvoisin au nord, Soindres au nord-est, Flacourt au sud, Le Tertre-Saint-Denis au sud-ouest et Perdreauville à l'ouest.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le territoire sans relief très marqué est en légère pente du nord-ouest vers le sud-est, où s'amorce le ravin du pont Bât-Cheval, origine du ru Morand, affluent de la Vaucouleurs.

L'habitat est groupé dans le village, le long de la route principale, le reste du territoire est consacré à la grande culture de céréales et d'oléagineux. Environ 20 % du territoire est boisé, notamment le bois de la Meule au sud-ouest.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La route départementale D 928 qui relie Mantes-la-Jolie à Anet traverse la commune selon un axe nord-est - sud-ouest. La voirie communale la relie à la commune voisine de Perdreauville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Faveriz au XIIIe siècle, Faverieux[2].

Favrieux est une forme diminutive de faviéres, qui sont des champs de fèves, essentielles dans la nourriture du paysan médiéval[3].

Le nom de Favrieux dériverait du latin, faber, désignant le forgeron[réf. souhaitée].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a été incendié au cours de la guerre de Cent Ans par les troupes du roi d'Angleterre, Henri II.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 151 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
132 125 132 107 120 122 121 129 121
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
120 120 122 106 98 86 85 90 98
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
80 86 78 50 51 53 63 64 70
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
80 72 100 121 144 124 130 128 145
2012 - - - - - - - -
151 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 25 %, plus de 60 ans = 23,6 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 16,4 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 26 %, plus de 60 ans = 20,6 %).
Pyramide des âges à Favrieux en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,4 
2,8 
75 à 89 ans
5,5 
20,8 
60 à 74 ans
13,7 
25,0 
45 à 59 ans
26,0 
16,7 
30 à 44 ans
21,9 
13,9 
15 à 29 ans
15,1 
20,8 
0 à 14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Favrieux[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Robert Valo[8]    
mars 2008 2014 Robert Valo[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Favrieux appartient au canton de Bonnières-sur-Seine et n'est rattachée à aucune communauté de communes.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Favrieux fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[9],[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame
  • L'église Notre-Dame-de-la-Trinité : petite église en pierre meulière dont l'origine remonte au XIe siècle. Clocher en charpente placé au-dessus du pignon occidental dans lequel se trouve le porche d'entrée. La cloche datant de 1111 a été refondue en 1852.
  • Pont-Bât-Cheval : pont ancien à une seule arche sur l'ancien chemin de Mantes-la-Jolie à Dammartin-en-Serve, franchissant le ravin du même nom qui marque la limite avec la commune de Flacourt.
  • Musée du vélo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Favrieux », Union des maires des Yvelines (consulté le 17 avril 2011).
  2. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  6. « Évolution et structure de la population à Favrieux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  7. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  8. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  9. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 16 avril 2011).
  10. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 16 avril 2011).