Le Tartre-Gaudran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Tartre-Gaudran
Le Tartre-Gaudran
Blason de Le Tartre-Gaudran
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Houdanais
Maire
Mandat
Frédéric de La Rue
2020-2026
Code postal 78113
Code commune 78606
Démographie
Population
municipale
36 hab. (2018 en augmentation de 12,5 % par rapport à 2013)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 59″ nord, 1° 35′ 51″ est
Altitude Min. 134 m
Max. 174 m
Superficie 4,28 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bonnières-sur-Seine
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Le Tartre-Gaudran
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Le Tartre-Gaudran
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Tartre-Gaudran
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Tartre-Gaudran

Le Tartre-Gaudran est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Elle est en 2021 la commune la moins peuplée des Yvelines avec 36 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position du Tartre-Gaudran dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune du Tartre-Gaudran se trouve dans le centre-ouest des Yvelines en lisière ouest de la forêt de Rambouillet, à la limite de l'Eure-et-Loir, à 40 kilomètres au sud de Mantes-la-Jolie, chef-lieu d'arrondissement, à 26 kilomètres à l'ouest de Rambouillet et à 49 kilomètres au sud-ouest de Versailles, la préfecture du département.

C'est un plateau entre 135 et de 150 mètres d'altitude, en légère pente vers le sud, bordé au sud par des hauteurs boisées culminant à 168 mètres (butte-témoin), qui séparent la commune de Faverolles. Sa limite nord est marquée le fond d'un talweg qui prend naissance dans la commune voisine de La Hauteville et qui se prolonge vers le nord-ouest par le haut cours de l'Opton, ruisseau affluent de la Vesgre.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes sont Grandchamp et La Hauteville au nord, de La Boissière-École à l'est, et confine au département d'Eure-et-Loir et à la région Centre-Val de Loire, avec Faverolles au sud et Les Pinthières à l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • L`Opton marque la limite nord de la commune.[1].

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Elle est traversée dans sa partie ouest par la route départementale 983 reliant la RN 12 à Nogent-le-Roi (Eure-et-Loir) situé à huit kilomètres au sud-ouest.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 15 de la société de transport Transdev Rambouillet et par la ligne HOUDAN de la société de transport Transdev Houdan.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Tartre-Gaudran est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte 11 lieux-dits administratifs [Note 3] répertoriés[7] dont Queue Noire et Butte du Tartre.

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 97,21 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 1,05 % d'espaces ouverts artificialisés et 1,73 % d'espaces construits artificialisés[8].

Le territoire est quasi-totalement rural, à 98 %. L'espace rural se partage approximativement entre les terres cultivées (60 %) et les bois et forêts (40 %), ces derniers se trouvant en périphérie, principalement à l'ouest et au sud (les Bois Vallée, Bois du Groussay).

L'habitat se résume à trois fermes et quelques habitations dispersées dans le territoire. L'espace construit se limite à 1,73 % du territoire communal et comprend presque exclusivement des habitations anciennes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées Collem Goderani vers 1272[9],[10] ; Collis Goderani[Quand ?] ; puis françaises Tertre-Godran[Quand ?]; Tertre-Goderani[Quand ?][11]; Le Tartre Gaudran en 1793[12].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en (le) Tertre- au sens topographique d'« élévation, colline »[9], altéré par la suite en Tartre à cause de l'alternance fréquente er / ar. Le second élément -Gaudran représente le nom de personne germanique Godhramm[9], composé de god « dieu » et hramm de hraban « corbeau » (cf. allemand Rabe, Raben « corbeau »)[13] et que l'on retrouve dans Berhthramm > Bertrand[14].

Remarque : les formes latinisées avec l'élément latin collem / collis traduisent le mot tertre, celui-ci étant déjà attesté en français vers 1100 comme nom commun au sens de « petite éminence de terre isolée à sommet aplati »[15], mais que les scribes n'ont pas su latiniser, d'où leur recours au latin collem / collis de sens analogue mais qui ne s'est pas perpétué en ancien français. Un dérivé du latin collis a donné le diminutif italien collina passé en français vers le XVIe siècle sous la forme colline[16], d'où son absence dans la toponymie française médiévale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce territoire fut au XIIe siècle la propriété du chanoine de la cathédrale de Chartres, Geoffroy de Lève. En 1250, le seigneur est Robert du Tertre. La famille du Tertre conserva cette seigneurie pendant trois siècles, avant qu'elle ne retourne en possession du diocèse de Chartres au XVIIe siècle[17].

Au XVIIIe siècle, ce fut une seigneurie appartenant au comte de Morville.

Depuis la destruction de l'église en 1832, la paroisse est rattachée à celle de La Hauteville.

En 1993, Albert Uderzo dessine le blason de la commune. La voie qui mène à sa propriété a par ailleurs été renommée « allée de la Serpe d'or », en référence à l'album homonyme dessiné par Uderzo[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Les maires du Tartre-Gaudran[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1892 1905 Aristide Bieuville    
mars 2001 2008 Bernard Le Hyaric    
mars 2008 août 2014 Bernard Le Roux    
août 2014 En cours Frédéric de la Rue    

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune du Tartre-Gaudran appartient au canton de Houdan et fait partie de la Communauté de communes du pays Houdanais.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines.

Sur le plan judiciaire, Le Tartre-Gaudran fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[19],[20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22].

En 2018, la commune comptait 36 habitants[Note 4], en augmentation de 12,5 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
382434302430293335
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
343029262218211717
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
16920101217153115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
231418182729313232
2013 2018 - - - - - - -
3236-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Le Tartre-Gaudran en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
6,3 
75 à 89 ans
0,0 
18,8 
60 à 74 ans
12,5 
43,8 
45 à 59 ans
50,0 
18,8 
30 à 44 ans
18,8 
6,3 
15 à 29 ans
6,3 
6,3 
0 à 14 ans
12,5 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 6,3 %, 15 à 29 ans = 6,3 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 43,8 %, plus de 60 ans = 25,1 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 12,5 %, 15 à 29 ans = 6,3 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 50 %, plus de 60 ans = 12,5 %).

Économie[modifier | modifier le code]

La population active comprend 12 personnes, actives dans le secteur tertiaire, commerce et services aux particuliers. Quatre d'entre elles relèvent de la catégorie cadre et les autres de la catégorie employés. Aucun chômeur n'est recensé (données 1999)[26].

Le territoire de cette commune rurale est essentiellement consacré à l'agriculture (production céréalière).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Oratoire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cette petite commune n'a plus d'église, l'ancienne église paroissiale construite en 1162 fut démolie en 1832. À son emplacement se trouve un simple calvaire dédié à saint Pancrace. Les offices religieux sont faits à l'église de La Hauteville.

De la même façon, c'est le cimetière de ce village voisin qui est utilisé pour les inhumations. Le monument aux morts de La Hauteville commémore aussi les morts du Tartre-Gaudran et de Grandchamp.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Uderzo (1927-2020), auteur de bande dessinée, possédait sa résidence principale au Tartre-Gaudran[Quand ?].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Tartre-Gaudran Blason
De gueules à un sabot d'argent voguant sur une mer fascée ondée d'azur et d'argent de six pièces; au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or; à un mat habillé d'argent mouvant du sabot et brochant sur le chef. Devise : Nec mergitur item (« Il ne coule pas non plus »).
Détails
Le blason de la commune fut dessiné en 1993 par Albert Uderzo. Il est inspiré de celui de la ville de Paris, mais la nef est remplacée par un sabot flottant. La commune a adopté comme devise Nec mergitur item (« Il ne coule pas non plus »), ce qui constitue une autre référence à Paris, dont la devise est Fluctuat nec mergitur (« Il tangue mais ne sombre pas »), s'agissant de la nef représentée sur les armes. C'est une manière pour la commune la moins peuplée d'Île-de-France de se comparer à la plus importante de France, avec un clin d'œil quant au statut agricole de la commune[18].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Le Tartre-Gaudran », p. 345

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Tartre-Gaudran », sur SIGES - Seine-Normandie (consulté en ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duParis », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Site territoires-fr.fr consulté le 9 avril 2021 sous le code commune 78606.
  8. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  9. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 670a
  10. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, page 1671.
  11. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Hraban sur le site de Nordic Names [1]
  14. Berhthraban sur le site de Nordic Names [2]
  15. tertre sur le site du CNRTL [3]
  16. Colline sur le site du CNRTL [4]
  17. Monique Bardy, La grande histoire des Yvelines, p. 146.
  18. a et b Philippe Cohen, « Albert Uderzo avait donné son blason au plus petit village des Yvelines », sur actu.fr, (consulté le ).
  19. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  20. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. « Évolution et structure de la population à Le Tartre-Gaudran en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  25. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  26. Insee, Population active ayant un emploi par sexe et statut selon l’act économique