Boinville-en-Mantois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boinville-en-Mantois
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Bonnières-sur-Seine
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Daniel Maurey
2014-2020
Code postal 78930
Code commune 78070
Démographie
Population
municipale
315 hab. (2014)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 53″ nord, 1° 45′ 28″ est
Altitude Min. 56 m – Max. 145 m
Superficie 4,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Boinville-en-Mantois

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Boinville-en-Mantois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boinville-en-Mantois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boinville-en-Mantois

Boinville-en-Mantois est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Boinvillois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Boinville-en-Mantois dans les Yvelines.
Locator Dot.png

La commune de Boinville-en-Mantois est située à 8 km au sud-est de Mantes-la-Jolie, dans le plateau du Mantois à une altitude de 135 m environ.

La commune est limitrophe des communes de Mézières-sur-Seine et Guerville au nord, de Goussonville à l'est et d'Arnouville-lès-Mantes au sud-est.

La commune est desservie par la ligne SMTS de la société de transport Transdev Houdan.


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bovani villa au IXe siècle, Bovais villa au Xe siècle, Bovenvilla en 1077[2], Boinvilla vers 1250 et fin du XVe siècle[2], Boinville-en-Pincerais [Quand ?][3].

Son territoire est cité pour la première fois Bovani villa, au IXe siècle, comme appartenant à l'abbaye Saint-Germain-des-Prés[4].

Bovani villa signifierait « la métairie du bœuf »[5]. Cette étymologie est fantaisiste, car Bovani est distinct de bovini, génitif de bovinus « cheptel bovin »[6]. En effet, bovini n'a aucune raison d'avoir été altéré en Bovani par des copistes latinistes, ce dernier ne faisant pas sens, en revanche l'inverse eut été possible.

Il s'agit, comme c'est généralement le cas, d'une formation toponymique médiévale en -ville « domaine rural », dont le premier élément Boin- représente le nom du propriétaire. Albert Dauzat et Charles Rostaing croient reconnaître l'anthroponyme germanique Bova[7], avec la marque -n du cas régime. On attendrait plus régulièrement *Bo(u)vainville, mais le [v] s'est amuï en finale et parfois aussi à l'intervocalique, comme on le constate aussi dans les patronymes courants Bouyer, Boyer, Bo(u)hier, variantes de Bouvier[Note 1]. Bova est aussi à l'origine du nom de sainte Beuve, abbesse au VIIe siècle. En outre, la plupart des noms en -ville reposent sur un nom de personne germanique.

  • 1933 : ajout du déterminant complémentaire en-Mantois, pour éviter toute confusion avec son homonyme Boinville, dans Boinville-le-Gaillard (également commune des Yvelines).

Quasi-homonymie probable avec Boinvilliers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de Boinville fut longtemps au Moyen Âge la propriété des seigneuries voisines, notamment de Goussonville et Hargeville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Boinville-en-Mantois[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2001 Daniel Maurey    
mars 2001 2008 Daniel Maurey[8]    
mars 2008 2014 Daniel Maurey[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Boinville-en-Mantois appartient au canton de Guerville et n'est rattachée à aucune communauté de communes.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, Boinville-en-Mantois fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[9],[10].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 315 habitants, en augmentation de 3,62 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
283 315 298 300 288 300 310 302 290
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
265 270 263 245 242 213 197 186 180
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
168 168 160 160 151 143 159 162 167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
172 175 229 262 259 296 290 321 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 22,8 %, 45 à 59 ans = 26,8 %, plus de 60 ans = 16,1 %) ;
  • 48,6 % de femmes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 24,8 %, plus de 60 ans = 19,2 %).
Pyramide des âges à Boinville-en-Mantois en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,7 
4,0 
75 à 89 ans
5,0 
12,1 
60 à 74 ans
13,5 
26,8 
45 à 59 ans
24,8 
22,8 
30 à 44 ans
22,0 
14,8 
15 à 29 ans
15,6 
19,5 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Commune rurale.

Poste électrique de Mézerolles : important poste de transformation et d'interconnexion du réseau de transport d'électricité à haute-tension entourant la capitale. Ce poste sur lequel convergent de nombreuses lignes à haute tension se trouve à 5 km au sud de la centrale thermique de Porcheville.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin : édifice en pierre datant du XIe siècle, reconstruit au XIVe siècle. La nef à trois travées est recouverte intérieurement d'un lambris.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Paul Lebel, La toponymie des environs de Vergy (Côte-d'Or) [1] : "de l'autre côté du bois de Manluan qui limite nos regards vers l'est existe le petit hameau de Corboin dont un nom date de cette période [carolingienne]. pour s'en convaincre, il suffit d'étudier ses mentions anciennes : Courbohain 1383, Courbohoin 1379, Courbouain 1377, Corboen 1372, Corboven 1317, 1262. Je laisse de côté les mentions Carboni 1178, Carboin 866 qui proviennent du cartulaire de Saint-Seine, et ne s'accordent pas phonétiquement avec les précédentes, elles ont dû subir des altérations sous la plume des copistes. Les prononciations vulgaires qui se dégagent des graphies que je retiens sont korbou-èn et korbouvèn-; le passage de l'un à l'autre se fait très régulièrement puisqu'en bourguignon le -v- intervocalique tombe: ainsi, au français bouvier correspond bouhier, devenu nom de famille avec Bouherot, son diminutif. Cette prononciation korbouvèn- représente l'expression *Cort Bovain, forme romane de Corte Bovane « la ferme de Bôva », le burgonde bôva était l'équivalent du latin pupa « petite fille ». Il était choisi comme nom de femme. Ainsi Corboin doit son nom à une femme, tout comme un écart de Pargny (Aisne), Courbouvain (Courbovain 1300)..."
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Boinville-en-Mantois », Union des maires des Yvelines (consulté le 18 avril 2011).
  2. a et b Marie Thérs̀e Morlet - Les Noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule Tome 3, Page 266
  3. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  4. Auguste Longnon, Polyptyque de l'abbaye de Saint-Germain des Prés, 1886, p. 314.
  5. Claude Guizard, Lexique toponymique de l’arrondissement de Mantes-la-Jolie p. 11
  6. Marianne Mulon, Noms de lieux d'Ile-de-France, 1997, p. 85.
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 91b
  8. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  9. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  10. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 18 avril 2011).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population à Boinville-en-Mantois en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  16. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)