Saint-Illiers-la-Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Illiers-la-Ville
Saint-Illiers-la-Ville
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Intercommunalité Communauté de communes Les Portes de l'Ile de France
Maire
Mandat
Jean-Louis Fournier
2020-2026
Code postal 78980
Code commune 78558
Démographie
Gentilé Islériens
Population
municipale
396 hab. (2018 en augmentation de 15,45 % par rapport à 2013)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 37″ nord, 1° 32′ 29″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 167 m
Superficie 6,48 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bonnières-sur-Seine
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Illiers-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Illiers-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Illiers-la-Ville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Illiers-la-Ville

Saint-Illiers-la-Ville est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à 18 km environ au sud-ouest de Mantes-la-Jolie.

Ses habitants sont appelés les Islériens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Saint-Illiers-la-Ville dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Illiers-la-Ville est située dans le nord-ouest du département des Yvelines, à 15 km environ au sud-ouest de Mantes-la-Jolie, sous-préfecture, et à 57 km environ au nord-ouest de Versailles, préfecture du département. C'est une commune rurale située sur un plateau voué à la grande culture céréalière.

Elle est limitrophe des communes de La Villeneuve-en-Chevrie au nord, de Rosny-sur-Seine et Perdreauville à l'est, de Saint-Illiers-le-Bois et Lommoye à l'ouest et de Bréval au sud.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

À l'écart des grands axes, la commune est reliée aux communes voisines par des routes départementales.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Illiers-la-Ville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sanctus Hylarius les Chans vers 1250[6], Saint Illier la Ville en 1793[7].

L'hagiotoponyme « Saint-Illiers » dériverait de saint Hilaire, qui fut pape au Ve siècle, ou de saint Hélier, moine du VIe siècle[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Site habité dès le paléolithique.
  • La commune fut longtemps qu’un seul territoire, appelé Islaris locus[réf. nécessaire], réunie au sein d'une même seigneurie avec Saint-Illiers-le-Bois.
  • 1965 : création d'un centre de stockage souterrain de gaz naturel.
  •  : incendie spectaculaire de la plate-forme de stockage de gaz, par suite de la fuite d'une vanne souterraine. Maîtrisé au bout de quelques heures, l'incendie ne fit que des dégâts matériels.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Millon[9]    
mars 2008 En cours
(au 19 janvier 2021)
Jean-Louis Fournier[10] DVD Retraité
Réélu en 2014 et 2020

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Illiers-la-Ville appartient au canton de Bonnières-sur-Seine ainsi qu'à la communauté de communes du plateau de Lommoye.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines.

Sur le plan judiciaire, Saint-Illiers-la-Ville fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[11],[12].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2018, la commune comptait 396 habitants[Note 3], en augmentation de 15,45 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
217210202188181208229218201
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
193201209199175147176194187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185193171148156165150163158
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
130146154191228269278342345
2018 - - - - - - - -
396--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 22,8 %, 30 à 44 ans = 19,1 %, 45 à 59 ans = 25 %, plus de 60 ans = 15,4 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 25,4 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 14,8 %).
Pyramide des âges à Saint-Illiers-la-Ville en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,4 
2,9 
75 à 89 ans
1,4 
12,5 
60 à 74 ans
12,0 
25,0 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
25,4 
22,8 
15 à 29 ans
17,6 
17,6 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture : la commune comptait, au recensement agricole de 2000, huit exploitations agricoles, dont quatre professionnelles, exploitant une surface de 541 hectares de SAU (surface agricole utile). Cette SAU était consacrée quasi exclusivement à la grande culture céréalière (522 hectares de terres labourables dont 60 % en céréales). On comptait également une vingtaine d'hectares en surface fourragère, mais il n'existe plus d'élevage dans la commune[18].
  • Énergie : centre de stockage souterrain de gaz naturel de Storengy, filiale de ENGIE. Ce centre, d'une capacité de 1 244 millions de mètres cubes et d'une profondeur de 470 mètres, est situé en lisière de la forêt de Rosny-sur-Seine, au nord-est de la commune. Malgré la proximité de ce stockage, les habitants de la commune, trop peu nombreux pour justifier l'extension du réseau, ne sont pas desservis par le réseau de distribution de gaz naturel.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le portail de l'église Saint-Hilaire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Hilaire, XVIe siècle, Inscrite MH en 1928[19],[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 1549.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Claude Guizard, Lexique toponymique de l’arrondissement de Mantes-la-Jolie, page 10.
  9. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  10. Extrait de la fiche de M. Jean-Louis FOURNIER, sur lesbiographies.com
  11. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 16 avril 2011).
  12. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 16 avril 2011).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Évolution et structure de la population à Saint-Illiers-la-Ville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011).
  17. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 22 avril 2011).
  18. « Blaru (78558 - Commune) - Chiffres clés », Insee Statistiques locales (consulté le 18 mai 2011).
  19. « L'église Saint-Hilaire », notice no PA00087633, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture.