Moisson (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moisson
Moisson (Yvelines)
Le bâtiment de la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Intercommunalité Communauté de communes Les Portes de l'Ile de France
Maire
Mandat
Cécile Debon
2020-2026
Code postal 78840
Code commune 78410
Démographie
Gentilé Moissonnais
Population
municipale
936 hab. (2021 en diminution de 1,58 % par rapport à 2015)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 29″ nord, 1° 40′ 04″ est
Altitude Min. 11 m
Max. 43 m
Superficie 9,70 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bonnières-sur-Seine
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Moisson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Moisson
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
Moisson
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
Moisson
Liens
Site web moisson.fr

Moisson est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à 17 km environ au nord-ouest de Mantes-la-Jolie.

Ses habitants sont appelés les Moissonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de Moisson dans les Yvelines.

La commune de Moisson est située à 18 km au nord-ouest de Mantes-la-Jolie, dans une boucle de la Seine qui forme une presqu'île.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Son territoire est délimité par le cours de la Seine, face aux communes de La Roche-Guyon, Haute-Isle et Vétheuil (toutes trois dans le Val-d'Oise), mais englobe certaines îles du fleuve : île de Bouche et île de Haute-Isle,

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

C'est une plaine alluviale (altitude 40 mètres), en grande partie boisée, et le lieu de nombreuses exploitations de gravières et sablières.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moisson
La Roche-Guyon
(Val-d'Oise)
Haute-Isle
(Val-d'Oise)
Moisson Vétheuil
(Val-d'Oise)
Freneuse Mousseaux-sur-Seine Saint-Martin-la-Garenne

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 687 mm, avec 11,3 jours de précipitations en janvier et 7,5 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Magnanville à 12 km à vol d'oiseau[3], est de 11,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 641,5 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moisson est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[10],[11].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 81,15 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 12,29 % d'espaces ouverts artificialisés et 6,56 % d'espaces construits artificialisés[12].

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Pavillon La Vacherie (Maison dite du Passeur).
  • Lavacourt, village rattaché à la commune borde la Seine à l'est de la commune[13].
  • La Vacherie à l'ouest où est située la Maison dite du Passeur[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme ancienne était Moison avec un seul s. Le nom « Moisson » désigne en ancien français le moineau et le sobriquet d'un homme vif, léger. Ce mot a désigné aussi le moissonneur. La végétation de ce lieu humide et marécageux, le fait dériver du latin muscus qui désigne la mousse[14] ou d'une ancienne redevance moison ou muyson, de muy, « une mesure de volume ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site du village est occupé dès la préhistoire, comme l'atteste la découverte d'armes en silex.

Ce territoire fut longtemps rattaché au duché de la Roche-Guyon.

Jusqu'au XVIIe siècle, la boucle de la Seine constitue une importante garenne, jusqu'à ce que le duc de La Rochefoucauld, seigneur de La Roche-Guyon, accorde à sept vignerons de Moisson une permission valable six mois de dépeupler toute la garenne de ses lapins, contre une redevance de 1 200 livres et de douze douzaines de lapins. L'autorisation est renouvelée l'année suivante et accordée à d'autres paysans, contre une redevance de 2 500 livres et de dix-huit douzaines de lapins.

Le reboisement est entrepris à partir de 1750 par le duc Alexandre de La Rochefoucauld, puis poursuivi par sa fille, la duchesse d'Enville. On y plante alors des chênes, bouleaux, pins maritimes et sylvestres, puis en 1773, six cents pieds de mûriers. Une magnanerie est même créée pour l'élevage du bombyx du mûrier, le ver à soie, mais ne connaît qu'une existence éphémère : elle ferme dès 1785[15].

En 1902 et dans les années suivantes, les frères Paul et Pierre Lebaudy, riches industriels du sucre installés à Rosny-sur-Seine, y ont fait construire et fait voler des ballons dirigeables. Le premier vol eut lieu le . Une stèle en hommage aux frères Lebaudy fut inaugurée en 2002 à l’occasion du centenaire de ce vol.

En 1947, Le Scoutisme français y organisa le jamboree de la paix, rassemblement de scouts du monde entier.

En 1992, l’UCPA prend en charge la gestion de la base de loisirs jusqu’en 2002.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Moisson[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2020 Daniel Gouriou    
2020 En cours Cécile Debon    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Moisson appartient au canton de Bonnières-sur-Seine ainsi qu'à la communauté de communes des Portes de l’Île-de-France dont la ville centre est également Bonnières.

Le territoire communal est également inclus dans celui de l'opération d'intérêt national Seine-Aval[16].

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines.

Sur le plan judiciaire, Moisson fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[17],[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2021, la commune comptait 936 habitants[Note 3], en diminution de 1,58 % par rapport à 2015 (Yvelines : +2,04 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810853800861892846829739692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
588642631587504504489436399
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
385401405290280304247257347
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
350387462604662795899927964
2021 - - - - - - - -
936--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 489 hommes pour 489 femmes, soit un taux de 50 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,32 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
0,8 
5,4 
75-89 ans
6,6 
16,9 
60-74 ans
13,8 
26,1 
45-59 ans
22,6 
18,1 
30-44 ans
21,2 
14,8 
15-29 ans
15,0 
18,2 
0-14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2020 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,4 
5,8 
75-89 ans
7,8 
13,5 
60-74 ans
14,7 
20,7 
45-59 ans
20,2 
19,7 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
16,9 
21,3 
0-14 ans
19,3 

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations sportives dont le Club de Voile de Moisson-Lavacourt (CVML), membre de la Fédération française de voile et présidé par Eric TURBOT. Ce club organise de multiples régates régionales et nationales et compte environ 100 membres.

Économie[modifier | modifier le code]

La base de plein air et de loisirs.
  • Exploitation de sablières : cette exploitation a été fortement réduite et porte sur 80 ha environ. La production de sable de très bonne qualité porte sur environ 200 000 tonnes par an. L'exploitant est la Compagnie des sablières de la Seine (CSS, groupe Lafarge).
  • La base de plein air et de loisirs des Boucles de Seine[25] installée autour d'un plan d'eau de 120 hectares créé dans d'anciennes sablières reconverties.
Elle s'étend aussi sur la commune voisine de Mousseaux-sur-Seine.
Cette base offre la possibilité de pratiquer les sports nautiques, mais comprend aussi, entre autres, un golf à 18 trous et des aires pour pratiquer le VTT.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Bac permettant de traverser la Seine de Lavacourt à Vétheuil.
La Seine à Lavacourt par Claude Monet, 1880, Dallas Museum of Art.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment construit au XVIIIe siècle était le lieu de péage pour les personnes traversant le fleuve par l'ancien bac.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Forêt régionale de 368 ha (touchant aussi les communes de Freneuse et Mousseaux-sur-Seine) retenue dans le cadre du programme européen Natura 2000 intitulé « Coteaux et boucles de la Seine ».

Une réserve naturelle régionale est créée sur les communes de Moisson et Mousseaux-sur-Seine en 2009.

Les plans d'eau en bordure de Seine constituent aussi un lieu d'hivernage de nombreuses espèces d'oiseaux aquatiques.

Moisson dans les arts[modifier | modifier le code]

Le paysage a inspiré les impressionnistes, notamment Claude Monet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Moisson », p. 116–117
  • Jean-Luc Leleux et Dalila Hachelaf, Moisson : la presqu'île des dirigeables, Éditions Pierrann, , 154 p. (ISBN 2-912297-60-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Moisson et Magnanville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Magnanville » (commune de Magnanville) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Magnanville » (commune de Magnanville) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  13. a et b Cercle Généalogique de Versailles et des Yvelines, Paysages d'Yvelines à la fin du XVIIIe siècle : Le cadastre de Bertier de Sauvigny, Archives départementales des Yvelines, .
  14. « Domaine régional de la Boucle de Moisson », Agence des espaces verts de la Région d'Île-de-France (consulté le ).
  15. Collectif, La Roche-Guyon, l'un des plus beaux villages de France, éd. du Valhermeil, 1996, p. 61
  16. « OIN Seine-Aval », EPAMSA (consulté le ).
  17. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  18. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Moisson (78410) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  25. (fr) Base nautique de Moisson-Mousseaux}