Orvilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orvilliers
Orvilliers
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Houdanais
Maire
Mandat
Marie Flis
2020-2026
Code postal 78910
Code commune 78474
Démographie
Gentilé Orvillierois
Population
municipale
927 hab. (2019 en augmentation de 25,1 % par rapport à 2013)
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 35″ nord, 1° 38′ 37″ est
Altitude Min. 99 m
Max. 138 m
Superficie 5,94 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bonnières-sur-Seine
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orvilliers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orvilliers
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Orvilliers
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Orvilliers

Orvilliers est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position d'Orvilliers dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située à 60 km à l'ouest de Paris, et à 16 km au sud de Mantes-la-Jolie, sur le plateau du Mantois.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Orvilliers
Mulcent
Civry-la-Forêt Orvilliers Prunay-le-Temple
Richebourg

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Elle est desservie par la route départementale 983 qui relie Mantes-la-Jolie à Houdan. Et 9 km de route nationale N 12.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 38, Express 60, Orgerus et SMTS de l'établissement Transdev de Houdan.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Orvilliers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 89,46 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 4,07 % d'espaces ouverts artificialisés et 6,47 % d'espaces construits artificialisés[6].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Hameau de Favières situé sur une colline au sud de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Urs villare[7], Ursvillaris[8] et Ursvillareau au IXe siècle[9], Orvillers vers 1250[9], Osvillare en 1351[9].

Il s'agirait d'une formation toponymique médiévale en -viller au sens ancien de « parti d'un domaine rural », tombée dans l'attraction des noms en -ville plus courants. Il est précédé du nom de personne Ursius, utilisé par les Germains sous la forme Uro[9], Il est issu ultimement du latin ursus (« ours »), fréquemment employé à l'époque carolingienne. il faut voir un individu nommé Ours plutôt que l'animal !

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce territoire eut dans l'histoire de nombreux propriétaires : jusqu'au XVe siècle, ce sont les familles d'Orvilliers, de Richebourg et de Tranchelion. De 1562 jusqu'au début du XVIIIe siècle, il est possession de la famille Vialard[10].

Au cours du XVIIIe siècle, les propriétaires vont se succéder : ce sera d'abord Charles de Bourbon, comte d’Eu, petit-fils de Louis XIV puis le roi Louis XV en 1773, Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre en 1775, la famille Gautier de Chailly en 1776 et la famille de Tourteau (monsieur Tourteau, conseiller du roi) en 1785. À compter de 1840, il devient possession de l'abbaye d'Orgerus[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2001 Chantal Burtin    
mars 2001 2008 Chantal Burtin[12]    
mars 2008 2020 Chantal Hourson[13]    
2020 En cours Marie Flis    

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune d'Orvilliers appartient au canton de Bonnières-sur-Seine et est rattachée à la communauté de communes du pays Houdanais.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines.

Sur le plan judiciaire, Orvilliers fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[14],[15].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2019, la commune comptait 927 habitants[Note 3], en augmentation de 25,1 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
407426459442508505513485461
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
453425454422384382352382402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
424414382351346330305355329
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
277270286381479484566589741
2018 2019 - - - - - - -
924927-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 41,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (38,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 13,5 % la même année, alors qu'il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 472 hommes pour 452 femmes, soit un taux de 51,08 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,68 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,4 
3,4 
75-89 ans
3,1 
8,1 
60-74 ans
11,9 
21,2 
45-59 ans
17,5 
23,1 
30-44 ans
27,9 
15,7 
15-29 ans
13,5 
28,6 
0-14 ans
25,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,3 
5,7 
75-89 ans
7,7 
13,4 
60-74 ans
14,5 
20,6 
45-59 ans
20,3 
19,8 
30-44 ans
19,9 
18,4 
15-29 ans
17 
21,5 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne possède qu'une école primaire et maternelle, la construction d'un restaurant scolaire est à prévoir, en attendant, la restauration se déroule dans la salle des fêtes.

Économie[modifier | modifier le code]

Commune essentiellement agricole (grande culture céréalière)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.
Le lavoir.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin.
Èdifice en pierre, construit en 1608, qui comporte une nef simple sans transept. Le clocher refait en 1932 est couvert par un toit pyramidal à quatre pans, entièrement couvert d'ardoise.
L'église contient quelques œuvres classées à l'inventaire des monuments historiques, un maître-autel en chêne datant du début du XVIIIe siècle, trois tableaux du début du XIXe siècle représentant respectivement sainte Geneviève, l'adoration des bergers et saint Martin en évêque, un groupe sculpté du XVIe siècle dit la charité de saint Martin ainsi qu'un bâton de procession du XVIIIe siècle[22].
  • La Maison blanche.
Ancien café acquis en 1954 par un de ses oncles, elle fut la résidence du président Georges Pompidou.
En forme de U inversé, situé rue du Vieux-Lavoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La tombe de G. Pompidou.
  • Georges Pompidou (1911-1974), président de la République française, possédait une demeure dans le village et est enterré dans le cimetière communal, de même que son épouse Claude Pompidou.
  • Orson Welles et Oja Kodar avaient une maison à Orvilliers, où ils tournèrent certaines scènes de film comme pour Vérités et Mensonges et The Other Side of the Wind. Cette propriété de caractère fait l'objet d'un vaste programme immobilier très controversé de cinquante-deux maisons implantées dans le grand parc de 2,5 hectares jouxtant la maison[23].
  • Henri Coutière (1869-1952), écrivain, scientifique, titulaire de la chaire de zoologie à l'École supérieure de pharmacie de Paris. Retiré en 1937 dans sa propriété d'Orvilliers, il s'y éteindra le .
  • Geneviève Pezet (1913-2009), peintre et sculptrice, posséda à Orvilliers une résidence-atelier.
  • Claude Ayot dit Claude Carrère (1930-2014), compositeur, parolier, chanteur et producteur de musique français y possédait une résidence secondaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 1, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « Orvilliers », p. 331–333

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  7. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  8. Polyptyque d'Irminon, tome 1, page 258.
  9. a b c et d Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 982.
  10. Historique de Courgent, publié sur le site du Groupement Paroissial de Septeuil (consulté le 26 décembre 2017)
  11. Le Patrimoine des communes des Yvelines, Paris, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1).
  12. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ .
  13. « Orvilliers », Union des maires des Yvelines (consulté le ).
  14. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  15. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Orvilliers (78474) », (consulté le ).
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département des Yvelines (78) », (consulté le ).
  22. « Œuvres mobilières à Orvilliers », base Palissy, ministère français de la Culture.
  23. « Un projet immobilier sur l'ancien domaine d'Orson Welles », sur leparisien.fr (consulté le ).