Mespaul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mespaul
Mespaul
Mairie de Mespaul.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Saint-Pol-de-Léon
Intercommunalité Haut-Léon Communauté
Maire
Mandat
Bernard Floch
2014-2020
Code postal 29420
Code commune 29148
Démographie
Gentilé Mespaulitains
Population
municipale
930 hab. (2015 en augmentation de 4,38 % par rapport à 2010)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ nord, 4° 01′ ouest
Superficie 11,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Mespaul

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Mespaul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mespaul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mespaul

Mespaul [mɛspɔl] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mespaul est située au sud-ouest de Plouénan, à peu près à mi-chemin entre Plouescat (à l'ouest) et Morlaix (à l'est). La commune appartient au canton de Saint-Pol-de-Léon. Elle est limitrophe de Plouvorn au Sud, Trézilidé à l'Ouest, Tréflaouénan et Plougoulm au Nord-Ouest. L'Horn au Nord et le Guillec vers Sainte-Catherine sont des cours d'eau s’arrêtant dans la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Mezpaul en 1426.

Mespaul vient de maez (« champ ouvert » en breton) et de Pol Aurélien, patron de la paroisse (premier évêque du pays du Léon)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

D'abord trèves de Plouvorn, Mespaul et son quartier de Sainte-Catherine sont issus d'un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plouvorn. Mespaul devient une paroisse indépendante qui dépend de l'évêché de Léon.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, la châtellenie de Daoudour est subdivisée en deux juridictions : celle de "Daoudour-Landivisiau", dite aussi "Daoudour-Coëtmeur", qui avait son siège à Landivisiau et comprenait Plouvorn et ses trèves de Mespaul et Sainte-Catherine, Plougourvest et sa trève de Landivisiau, Guiclan, Saint-Thégonnec, Guimiliau, Lampaul-Bodénès, Pleyber-Christ, Commana et sa trève de Saint-Sauveur, Plounéour-Ménez et pour partie Plouénan ; et celle de "Daoudour-Penzé", qui avait son siège à Penzé et comprenait Taulé et ses trèves de Callot, Carantec, Henvic et Penzé, Locquénolé, Saint-Martin-des-Champs et sa trève de Sainte-Sève[2].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Mespaul est érigé en commune en 1790. En 1791, le curé J. Gougouil ainsi que Moal à Sainte-Catherine font partie des prêtres refusant de s’assermenter à la Constitution civile du clergé.

Le , quatre gendarmes vinrent arrêter le recteur de Sainte-Catherine ; ils furent assaillis à coups de pierres par les paroissiens et l'un d'eux fut grièvement blessé[3].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La commune est principalement rurale et le développement agricole fait croître la population au XIXe siècle. Dès le XXe siècle, le nombre d'habitants diminue avec la mécanisation de l'agriculture, qui implique une main-d'œuvre moindre.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Jean-Jacques Moal    
2014 en cours Bernard Floch DVD Agriculteur

Monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Éloi, reconstruite vers 1900 à partir des plans de Le Guerrannic. Le culte de saint Éloi s'expliquant par une confusion au Moyen Âge avec saint Alor, ancien évêque de Quimper, dont la vie est très peu connue.
  • La chapelle Sainte-Catherine (XVe et XVIIIe siècles), ancienne église tréviale de Plouvorn. Datant du XVe siècle dans ses parties les plus anciennes, elle est presque entièrement reconstruite au XVIIIe siècle et restaurée en 1895. Son calvaire est inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques depuis 1997.
  • L'ossuaire du Vieux-Bourg.
  • La fontaine de Saint-Anastase.
  • L'oratoire de Cosquérou.
  • Le moulin du C'houenner.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0069271 2621 0941 1891 2511 3051 3511 198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1781 1941 2061 1541 1341 1041 0671 0271 025
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0511 1211 1441 0791 0981 1211 0461 014964
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
963937814779797739827891930
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Salle polyvalente.
  • Salle polyvalente construite dans les années 2000.
  • Espace multifonctions de 600 m2 construit en 2013, utilisé pour les scolaires.
  • Stade Jean-Autret, utilisé par les clubs de football (Union Sportive Mespaulitaine).
  • Allée Verte, parcours sportif réalisé en 2014.
  • Foire de Sainte-Catherine organisée par les associations de la commune jusqu'en 2012.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 84, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
  2. ||Arthur de La Borderie]], Les grandes seigneuries de Bretagne. La vicomté ou principauté de Léon, "Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f108.image.r=Daoudour?rk=21459;2
  3. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ISBN 978-2-918135-37-1]
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :