Mespaul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mespaul
Mespaul
Mairie de Mespaul.
Image illustrative de l’article Mespaul
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Léon Communauté
Maire
Mandat
Bernard Floch
2020-2026
Code postal 29420
Code commune 29148
Démographie
Gentilé Mespaulitains
Population
municipale
955 hab. (2018 en augmentation de 4,03 % par rapport à 2013)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 37′ nord, 4° 01′ ouest
Superficie 11,48 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Roscoff - Saint-Pol-de-Léon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Pol-de-Léon
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Mespaul
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Mespaul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mespaul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mespaul

Mespaul [mɛspɔl] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Mespaul est située au sud-ouest de Plouénan, à peu près à mi-chemin entre Plouescat (à l'ouest) et Morlaix (à l'est). La commune appartient au canton de Saint-Pol-de-Léon. Elle est limitrophe de Plouvorn au Sud, Trézilidé à l'Ouest, Tréflaouénan et Plougoulm au Nord-Ouest. Faisant partie du Léon, Mespaul se trouve à une dizaine de kilomètres de la Manche.

Communes limitrophes de Mespaul
Plougoulm
Trézilidé Mespaul Plouénan
Plouzévédé Plouvorn

L'Horn au Nord et à l'Est et le Guillec à l'Ouest vers Sainte-Catherine sont des fleuves côtiers servant pour une part de limite communale, avec Plouénan pour le premier cité et avec Trézilidé pour le second nommé. Le finage communal est aussi traversé par un affluent de rive gauche de l'Horn qui sépare le terroir traditionnel de Mespaul de celui de l'ancienne trève de Sainte-Catherine.

Carte de la commune de Mespaul.

Mespaul est constitué d'une partie du plateau du Léon qui, sur la commune, culmine à 73 mètres à l'Est de Sainte-Catherine et à 72 mètres dans la partie sud-est de la commune, située sur la rive droite de l'Horn. Les altitudes s'abaissent progressivement vers le nord, le point le plus bas (21 mètres) se trouvant à la limite nord de la commune à l'endroit dans la vallée de l'Horn à l'endroit où celui-ci quitte le territoire communal. Le bourg de Mespaul est vers 56 mètres d'altitude ; il est en position relativement centrale au sein du finage communal.

Mespaul présente traditionnellement un paysage de bocage avec un habitat rural dispersé en écarts formés de hameaux et fermes isolées. Éloignée des grandes villes et distante de la mer, la commune n'a guère été touchée par la rurbanisation, sauf aux alentours du bourg et, à un degré moindre, autour de Sainte-Catherine, qui présente l'aspect d'un village-rue.

Le bourg de Mespaul est à l'écart des grands axes de circulation et n'est desservi que par des routes secondaires. La D 69, est la route principale qui traverse la commune (elle vient de Landivisiau, via Plouvorn, et va jusqu'à Saint-Pol-de-Léon), mais cet axe sud-nord passe par Sainte-Catherine (une déviation évite la traversée du village), et non par le bourg.

Cadre géologique[modifier | modifier le code]

Dans la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon, l'observation du sarcophage roman (dit de Conan Mériadec), réalisé au XIIe siècle en granite de Sainte-Catherine, laisse voir les plages de tourmaline.

Mespaul est au nord-est du domaine structural de la zone de Léon qui constitue un vaste antiforme granitique et métamorphique de 70 km sur 30 km orienté NE-SW. Postérieurement au métamorphisme hercynien, se développe un important plutonisme : le chapelet nord de granites rouges tardifs (ceinture batholitique de granites individualisée pour la première fois par le géologue Charles Barrois en 1909[1], formant de Ouessant à Barfleur (Aber-Ildut, Carantec, Ploumanac'h, puis Flamanville et Barfleur) un alignement de plutons de direction cadomienne, contrôlé par les grands accidents directionnels WSW-ENE), datés aux alentours de 300 Ma, correspond à un magmatisme permien[2]. L'orogenèse hercynienne se termine par la formation de deux accidents crustaux majeurs qui décalent les granites carbonifères : le décrochement dextre nord-armoricain (faille de Molène – Moncontour) et le cisaillement senestre de Porspoder-Guissény (CPG)[3]. Le plutonisme sur le territoire de Mespaul se traduit par la mise en place du massif de Sainte-Catherine qui se présente en feuillets lenticulaires allongés sur près de 35 kilomètres[4] (depuis la grève de Kerigou en Saint-Pol-de-Léon jusqu'au-delà du Drennec[5]). Ce massif encaissé dans le socle métamorphique (orthogneiss monzogranitique de Plouénan dont la direction des plis conditionne l'allure générale du massif) du flanc sud de l'antiforme, forme une succession discontinue de bosses monadnocks qui dominent le riche plateau limoneux du Haut-Léon. « C’est un massif leucogranitique équant très évolué (> 72 % SiO2) à microcline, albite, quartz, muscovite, parfois biotite, avec tourmaline et béryl, considéré comme très tardif dans l’histoire magmatique du Léon[6] ». Le granite est caractérisé surtout par la cristallisation de nombreuses petites plages de tourmaline noirâtre qui, par contraste, renforcent sa blancheur. Selon sa mise en place, il présente quatre faciès géochimiques principaux[7]. Cette venue du leucogranite à tourmaline de Sainte-Catherine est associée au fonctionnement du la faille de Porspoder[8].

Les monuments de la région montrent que le granite de Sainte-Catherine a fourni de belles pierres de taille mais, mieux encore, s'est prêté aussi à la sculpture. Les édifices ayant fait appel à ce granite (par exemple la partie sommitale de la flèche de Notre-Dame du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon [reconstruite depuis en utilisant un autre granite] ou encore le château de Kerjean [mais là aussi un autre granite a été utilisé lors de sa restauration])[9], sont essentiellement inclus dans une zone de contour piriforme qui correspond aux affleurements du granite lui-même[10], jalonnés par plusieurs dizaines de carrières dont la plupart sont abandonnées et parfois même entièrement comblées[7].

Touristiquement, les principaux aspects de la géologie de la région peuvent être abordés au cours de promenades géologiques qui permettent d'observer sur un espace réduit des roches d'âge et de nature différents, témoins de phénomènes géologiques d'ampleur (magmatisme, tectogenèse, métamorphisme, érosion…)[11].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[12]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[13].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[14]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[12]

  • Moyenne annuelle de température : 11,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 9,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 954 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 16,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[16] complétée par des études régionales[17] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Sibiril S A », sur la commune de Sibiril, mise en service en 1988[18] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[19],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,7 °C et la hauteur de précipitations de 923,6 mm pour la période 1981-2010[20]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Landivisiau », sur la commune de Saint-Servais, mise en service en 1966 et à 15 km[21], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[22], à 11,2 °C pour 1981-2010[23], puis à 11,5 °C pour 1991-2020[24].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mespaul est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[25],[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Roscoff - Saint-Pol-de-Léon, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 9 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[28],[29].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (97,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (41,8 %), terres arables (32,7 %), prairies (22,2 %), zones urbanisées (3,3 %)[30].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[31].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Mezpaul en 1426.

Mespaul vient de maez (« champ ouvert » en breton) et de Paul Aurélien, patron de la paroisse (premier évêque du pays du Léon)[32].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Visitant Mespaul en 1927, le chanoine Pérennès et l'abbé Bellec remarquèrent, non loin de la chapelle Sainte-Catherine, au lieu-dit « Lannéir », gisant dans le fossé sur le bord de la route (une ancienne voie romaine[33]), un fragment de pierre paraissant porter des lettres gravées. « C'était une pierre de 0m22 de hauteur et 0m29 de rayon. Avant d'être mutilée, elle devait avoir, ainsi que le monument 0m60 de diamètre. (...) La trouvaille était sans conteste un fragment de borne romaine, l'inscription étant visible : "MANICVS AXVMVS TRI POTEST" ("Germanicus maxumus tribunicia potestate") ». Cette inscription daterait du IIIe siècle, l'expression Germanicus Maximus se rencontrant sous le règne de Maximin Ier le Thrace[34].

Ce déchiffrement est incorrect car il ne prend pas en compte les lettres TRI POTEST. Cette inscription est répertoriée dans le Corpus Inscriptionum Latinarum et reconstituée comme suit [Ti(berius) Claudius Drusi] / [f(ilius) Caesar Augustus] / [Ge]RMANICVS PO[nti]/[fex m]AX<i=U>MVS TRI[bu]/[nici]AE POTEST[atis V] / [imp(erator) XI p(ater) p(atriae) co(n)s(ul) III] / [designatus IIII]. Le Germanicus ayant le titre de pontifex maximus s'identifie comme l'empereur Claude (41-54), surnommé Germanicus[35].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

D'abord trèves de Plouvorn, Mespaul et son quartier de Sainte-Catherine sont issus d'un démembrement de l'ancienne paroisse de l'Armorique primitive de Plouvorn. Mespaul devint une paroisse indépendante qui dépendit de l'ancien évêché de Léon.

Le manoir de Kergoulouarn est connu depuis la réformation de la noblesse de 1443, date à laquelle il était habité par Yves Kergounouarn (ancien nom que portait cette famille et ce manoir), puis par son fils Yvon de Kergounouarn, à la montre de 1467, à laquelle il déclarait disposer de 120 livres de rente. En 1578 le manoir passa par mariage aux mains d'Ollivier Le Rouge, sieur de Moguérou en Plougonven[36].

Le granite de Sainte-Catherine (un granite clair parsemé de cristaux bleu noir de tourmaline) fut utilisé dès le Moyen Âge ; il servit aussi à construire partiellement le château de Kerjean ; il a peu été utilisé à l'époque moderne[37].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, la châtellenie de Daoudour est subdivisée en deux juridictions : celle de "Daoudour-Landivisiau", dite aussi "Daoudour-Coëtmeur", qui avait son siège à Landivisiau et comprenait Plouvorn et ses trèves de Mespaul et Sainte-Catherine, Plougourvest et sa trève de Landivisiau, Guiclan, Saint-Thégonnec, Guimiliau, Lampaul-Bodénès, Pleyber-Christ, Commana et sa trève de Saint-Sauveur, Plounéour-Ménez et pour partie Plouénan ; et celle de "Daoudour-Penzé", qui avait son siège à Penzé et comprenait Taulé et ses trèves de Callot, Carantec, Henvic et Penzé, Locquénolé, Saint-Martin-des-Champs et sa trève de Sainte-Sève[38].

L'existence d'une croix de peste datée de 1626 à Croas ar Vossen laisse supposer une épidémie de peste vers cette date.

Le manoir de Kergoulouarn, rebâti vers 1600[39], est vendu au XVIIIe siècle à un riche financier de Morlaix, Jacques-Alain de La Marre, puis passe par alliances successives aux mains de la famille Berthou de Kervezio, puis en 1764 de la famille La Bourdonnaye-Montluc[40].

D'autres anciens manoirs sont de nos jours en ruine ou ont disparu comme Coatudavel et Cosquérou. Ces anciennes seigneuries déçues sont entourées de bois. La famille de Coatudavel, selon Louis Le Guennec aurait fourni un évêque de Poitiers, Mgr Mathurin Le Ny de Coatudavel, décédé en 1739 (mais cette information est douteuse car on n'en trouve nulle trace par ailleurs) et s'est éteinte en la personne de Louis-Emmanuel Le Ny de Coatudavel, baptisé le à Brest, paroisse de Saint-Louis, lieutenant de vaisseau, fait prisonnier lors de l'expédition de Quiberon en 1795[Note 6] et qui fut fusillé alors qu'il avait à peine plus de 18 ans[41]. « Du manoir de Coatudavel (...), je n'ai plus trouvé vers 1900, qu'un amas de décombres au milieu d'une petite futaie » écrit Louis Le Guennec[42].

La trève de Sainte-Catherine[modifier | modifier le code]

Comme Mespaul, Sainte-Catherine était sous l'Ancien Régime une trève dépendant de la paroisse de Plouvorn. Sa chapelle, ancienne église tréviale, fut construite à l’initiative des seigneurs de Créac’h-Quérault, date du XVe siècle, mais modifiée les siècles suivants (elle a été restaurée en 1895). Vers 1840, donc après la suppression de cette trève, Sainte-Catherine est indiqué comme ayant 470 habitants[43].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Mespaul est érigé en commune en 1790. En 1791, le curé J. Gougouil ainsi que Moal à Sainte-Catherine font partie des prêtres refusant de s’assermenter à la Constitution civile du clergé.

Le , quatre gendarmes vinrent arrêter le recteur de Sainte-Catherine ; ils furent assaillis à coups de pierres par les paroissiens et l'un d'eux fut grièvement blessé[44].

Le manoir de Kergoulouarn est saisi nationalement et acquis par les citoyens René Bazin et de Chamer[45].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1849, pour un total de terres arables de 1 447 hectares, la commune de Mespaul en a 142 cultivés en froment, 82 en orge, 82 en avoine, 33 en sarrasin, 43 en pommes de terre, 27 en panais, 27 en autres plantes sarclées, 81 en trèfle et luzerne, 27 en lin et chanvre et aucun en jachère ; les prairies naturelles y couvraient 346 ha, les bois 134 ha, les landes (ajonc) et le seigle 67 ha[46]. Selon la même source, on recensait à Mespaul 228 chevaux (en 1825), 200 bovins (en 1836) et 150 porcs (en 1836).

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Mespaul en 1853 :

« Mespaul (commune formée de l'ancienne trève de Plouvorn ; aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Creach'glas, Kergos, Lescendan, Ceac'hnoalar, Villeneuve, Coatudavel, Kertanguy, Cosquérou. Maison principale : manoir de Kertanguy. Superficie totale 1 158 hectares, dont (...) terres labourables 546 ha, prés et pâturages 124 ha, vergers et jardins 10 ha, bois 67 ha, canaux et étangs 5 ha, landes et incultes 326 ha (...). Moulins : 5 (de Quidan, de Cosquérou, de Hoenner, à eau)? Il y a en Mespaul, outre l'église, les chapelles Saint-Athanase[Note 7] et Sainte-Catherine, qui ont chacune un pardon d'un jour. L'agriculture est florissante en cette commune ; on y cultive beaucoup les plantes sarclées, et notamment la pomme de terre. L'engrais de mer y est employé. On l'achète aux communes qui sont plus près de l'Océan [en fait de la Manche]. Pendant l'hiver les femmes, riches ou pauvres, n'ont d(autre occupation que celle de filer ; pendant l'été elles travaillent beaucoup au sarclage des champs. L'usage des grandes journées conserve toute sa vigueur ; par exemple lorsqu'un cultivateur a besoin d'exécuter un grand transport de bois, de goémon, etc.., il appelle à l'aide ses parents et ses voisins, qui accourent travailler avec lui, à charge de revanche. Géologie : granite. On parle le breton[47]. »

La commune est principalement rurale et le développement agricole fait croître la population au XIXe siècle. Dès le XXe siècle, le nombre d'habitants diminue avec la mécanisation de l'agriculture, qui implique une main-d'œuvre moindre.

Lors des élections municipales de 1896 « la liste réactionnaire de M. de Kertanguy passe toute entière avec 150 et 149 voix. La liste républicaine obtient de 119 à 105 voix  » écrit le journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest[48].

La Congrégation religieuse des Filles de la Sainte Vierge de la Retraite de Vannes disposait d'une maison à Mespaul en 1899, y pratiquant notamment l'enseignement[49]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

L'actuelle église paroissiale Saint-Éloi (saint Éloi a supplanté saint Alar , saint patron de l'église précédente) de Mespaul est construite vers 1900 selon des plans d'Ernest Le Guerranic ; elle remplace une église datant du XVIe siècle, dédiée à saint Alar qui était située quelques centaines de mètres plus au nord et dont les pierres furent vendues à un antiquaire de Plestin[50]. L'ossuaire du Vieux-Bourg est le dernier vestige encore visible de l'ancien enclos paroissial.

Mespaul : un coin du bourg au début du XXe siècle (carte postale, auteur inconnu).
L'inventaire des biens d'église à Mespaul (journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest du .

En réponse à une enquête épiscopale organisée en 1902 par Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon en raison de la politique alors menée par le gouvernement d'Émile Combes contre l'utilisation du breton par les membres du clergé, le recteur de Mespaul, l'abbé Messager, écrit : « Les instructions paroissiales se font toujours ici en breton »[51].

L'inventaire des biens d'église est effectué par le commissaire de police, accompagné de gendarmes, le [52]. La construction d'une école de garçons est décidée en 1907[53].

Une foire fut organisée le premier jeudi de chaque mois dans le village de Sainte-Catherine à partir de janvier 1905[54].

Le pardon de la Saint-Éloy, fin juin, durait alors trois jours, par exemple celui de 1910[55].

Trois religieuses de la congrégation de la Sainte Vierge de la Retraite de Vannes habitant à Mespaul furent poursuivies en 1912, ainsi que le maire Élie Salaün de Kertanguy qui les soutenait, pour reconstitution d'une congrégation dissoute, mais finalement acquittées[56].

L'installation d'un service téléphonique à Mespaul est décidée en 1913[57].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En novembre 1914 un soldat de Mespaul, Alain Biannic[Note 8], fut décoré de la Médaille militaire pour avoir sauvé deux officiers au péril de sa vie. Ce fait d'armes est longuement décrit dans le journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest du [58].

Le monument aux morts de Mespaul porte les noms de 46 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux un marin (Jean Pleyber) mort en mer lors du naufrage du croiseur cuirassé Léon Gambetta le  ; deux soldats (Jean Charles et Yves Péron) sont morts en Belgique dès août 1914 ; deux sont morts en captivité en Allemagne (Jean Boulch dès septembre 1914 et Jean Jolivet le , donc après l'armistice) ; tous les autres sont décédés sur le sol français dont, à titre d'exemple, François Boulch, prêtre né à Mespaul en 1882, sous-lieutenant au 19e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Tahure (Marne)[59], décoré de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre et Yves Foustoul, canonnier au 28e régiment d'artillerie de campagne, mort à Douaumont le , décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre ; parmi eux, trois sont décédés en 1919, donc après la fin de la guerre[60].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

L'élevage des chevaux était alors important à Mespaul, comme en témoigne par exemple la participation de nombreux agriculteurs de la commune à des concours hippiques[61] et notamment au Concours central hippique de Paris[62].

Une coopérative agricole dénommée "La Paysanne" fut créée à Mespaul ; elle existait encore pendant la Deuxième Guerre mondiale[63]. Une autre coopérative agricole, la "Breizad", créée en 1934, a aussi son siège social à Sainte-Catherine en Mespaul[64]. Un centre de sélection de pommes de terre de semences,(variété Kam-Melen) est créé en 1926 à Mespaul[65].

En 1929 les habitants de Sainte-Catherine demandent l'installation d'une cabine téléphonique dans leur village « en raison de l'éloignement de toute autre cabine »[66]. Lors des élections municipales de 1929 « la liste de concentration républicaine Montfort est élue en entier contre la liste réactionnaire sortante Person »[67].

Un article de 1932 du journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest indique que le bourg de Mespaul n'est pas encore, à cette date, raccordé à l'électricité[68].

Une équipe de football, les "Jeunes de Mespaul", dénommée aussi "Olympique de Mespaul", existait dans la commune en 1935[69].

Le pardon de Mespaul était organisé chaque année le dernier dimanche de juin. Celui de l'année 1938 se déroula le dimanche 26 juin et le journal La Dépêche de Brest et de l'Ouest écrit : « L'an dernier une foule considérable accourue des communes environnantes assista à ce pardon traditionnel »[70].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Mespaul porte les noms de 8 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles Corentin Prigent, sous-lieutenant, engagé volontaire dans les Forces françaises libres, décédé des suites de ses blessures en Syrie le , décoré de la Croix de Guerre, de la Croix de la Libération et de la Médaille de la Résistance[71].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1792 Maurice Loussaut[Note 9]   Cultivateur.
1794 1795 Hamon Quéré   Cultivateur.
1803 1804 Offret    
1808 1815 Jean-Marie Salaun de Kertanguy[Note 10]   Baron d'Empire. Propriétaire. Le baron de Kertanguy habitait durant la belle saison son manoir de Coatudavel en Mespaul. Frère de Jean Augustin Salaun de Kertanguy, maire de Plouénan entre 1816 et 1818.
1815 1829 François Péron[Note 11]   Tisserand.
         
1833 1836 Claude Monfort[Note 12]   Meunier.
         
1847 1851 Gabriel Mingam[Note 13]   Cultivateur.
1853 1873 Yves Péron[Note 14]   Cultivateur.
1873 1895 Olivier Quillivéré[Note 15]   Cultivateur. Sa liste est qualifiée en 1888 de « réactionnaire »[72].
1896 1916 Élie Salaün de Kertanguy[Note 16]   Baron. Ancien zouave pontifical. Chevalier de l'Ordre de Pie IX. Directeur d'une compagnie d'assurances sur la vie.
1919 1929 Jean Person[Note 17]   Cultivateur.
1929 1952 François Marie Monfort[Note 18]   Commerçant.
         
1959 1969 Jean Yves Autret[Note 19]   Cultivateur.
         
1983 1995 François Person    
1995 2014 Jean-Jacques Moal    
2014 En cours Bernard Floch DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Sainte-Catherine (XVe et XVIIIe siècles), ancienne église tréviale de Plouvorn. Datant du XVe siècle dans ses parties les plus anciennes, elle est presque entièrement reconstruite au XVIIIe siècle et restaurée en 1895. Son calvaire est inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques depuis 1997.
  • L'ossuaire du Vieux-Bourg.
  • La croix de peste de Croas ar Vossen (elle date de 1626).
  • La fontaine de Saint-Anastase[Note 20].
  • L'oratoire de Cosquérou.
  • Le moulin du C'houenner.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[73]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[74].

En 2018, la commune comptait 955 habitants[Note 21], en augmentation de 4,03 % par rapport à 2013 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0069271 2621 0941 1891 2511 3051 3511 198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1781 1941 2061 1541 1341 1041 0671 0271 025
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0511 1211 1441 0791 0981 1211 0461 014964
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
963937814779797739827891930
2018 - - - - - - - -
955--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[75] puis Insee à partir de 2006[76].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution du rang démographique[modifier | modifier le code]

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[77] 1975[77] 1982[77] 1990[77] 1999[77] 2006[78] 2009[79] 2013[80]
Rang de la commune dans le département 187 179 187 196 210 201 197 197
Nombre de communes du département 286 283 283 283 283 283 283 283

En 2017, Mespaul était la 186e commune du département en population avec ses 966 habitants (territoire en vigueur au ), derrière Trégourez (185e avec 972 habitants) et devant Saint-Jean-Trolimon (187e avec 962 habitants).

Vie locale[modifier | modifier le code]

Salle polyvalente.
  • Salle polyvalente construite dans les années 2000.
  • Espace multifonctions de 600 m2 construit en 2013, utilisé pour les scolaires.
  • Stade Jean-Autret, utilisé par les clubs de football (Union Sportive Mespaulitaine).
  • Allée Verte, parcours sportif réalisé en 2014.
  • Foire de Sainte-Catherine organisée par les associations de la commune jusqu'en 2012. Chaque année à la Foire de Sainte-Catherine organisée en juillet, on remontait le temps à travers les vieux métiers, les labours et récolte à l'ancienne, etc..[81].

Légende[modifier | modifier le code]

  • Louis Le Guennec raconte une légende concernant une riche et très belle héritière de Kergoulaouarn, Juzette, longtemps maltraitée et même un temps séquestrée par sa belle-mère et sa fille issue d'un premier mariage, Barbe, laide, qu'elle tenta en vain par un subterfuge de faire épouser à la place de Juzette par un riche marquis[82].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[15].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Le président de la commission militaire, désirant le sauver à cause de sa jeunesse lui dit : « Vous n'avez pas dix-huit ans, sans doute ? ». « Je devine votre intention, lui répondit l'accusé, et vous en remercie, mais je ne sauverai pas ma vie par un mensonge ». Il fut fusillé
  7. Une confusion existe entre saint Athanase et saint Anastase (nom d'un calvaire actuel de la commune), voire sainte Anastasie, sans que l'on sache de quel saint ou sainte il s'agit véritablement.
  8. Alain Biannic, né le à Mespaul, soldat au 48e régiment d'infanterie, mort des suites de maladie contractée en service le à l'hôpital mixte de Montpellier (Hérault).
  9. Maurice Loussaut, né le à Plouezoc'h, décédé le à Mespaul.
  10. Jean-Marie Salaun de Kertanguy, né le à Saint-Pol-de-Léon, baron d'Empire en 1811, décédé le à Saint-Pol-de-Léon.
  11. François Péron, né le à Plouénan, décédé le à Kervren Gorre Ploue en Plougoulm.
  12. Claude Monfort, né le à Ploénan, décédé le à Kertanguy en Mespaul.
  13. Gabriel Mingam, né le à Plouénan, décédé le à Kerivin Kertanguy en Mespaul.
  14. Yves Péron, né le à Mespaul, décédé le à Mespaul.
  15. Olivier Quillivéré, né le à Mespaul, décédé le à Mespaul.
  16. Élie Salaün de Kertanguy, né le à Dinan, décédé le à Paris, inhumé à Mespaul le .
  17. Jean Person, né le à Mespaul, décédé le à Coatudréas en Mespaul.
  18. François Marie Monfort, né le à Mespaul, décédé le à Mespaul.
  19. Jean Yves Autret, né le à Lesvern en Mespaul, décédé le à Laniègre en Mespaul.
  20. Une confusion existe entre saint Athanase (nom d'une ancienne chapelle disparue) et saint Anastase, voire sainte Anastasie, sans que l'on sache de quel saint ou sainte il s'agit véritablement.
  21. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. C. Barrois, Carte géologique à 1/80000, feuille Lannion (1re édit.), 1909.
  2. Louis Chauris, « Le granite porphyroïde de Porzpaul dans l'île d'Ouessant: un nouvel élément dans la ceinture des « granites rouges » du Massif armoricain (France) », Comptes Rendus de l'Académie des Sciences, Paris, iI, t. 313,‎ , p. 245-250.
  3. Eric Marcoux, Alain Cocherie, Gilles Ruffet, Jean-René Darboux, Catherine Guerrot, « Géochronologie revisitée du dôme du Léon (Massif armoricain, France) », Géologie de la France, no 1,‎ , p. 19-20 (lire en ligne).
  4. « Très étroit à l'Est, où les deux pointements littoraux ne dépassent pas quelques dizaines de mètres, le granite s'élargit au droit du hameau de Sainte-Catherine, avant de se ramifier, vers l'Ouest, en une série de diverticules indépendants. Le granite de Sainte-Catherine est l'intrusion la plus récente de la région ». Cf L. Chauris et al., Carte géologique de la France au 1/50000 Fougères. Saint-Pol-de-Léon, éditions du BRGM, 1998, p. 49
  5. Filon de Landouzen constitué d'un granite aplito-pegmatitique à tourmaline (type "Sainte-Catherine").
  6. Marcoux, op. cit., p. 30
  7. a et b Louis Chauris, « Éclairage lithologique sur l’église de Lanhouarneau (Finistère) : XIVe-XVIe-XVIIIe siècles », Revue archéologique de l'Ouest, vol. 23,‎ , p. 117-149 (DOI 10.4000/rao.156).
  8. Marcoux, op. cit., p. 27
  9. Louis Chauris, « Problématiques lithologiques pour travaux de restauration : exemples en Bretagne », sur Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne (Gallica), (consulté le ).
  10. Utilisation du granite de Sainte-Catherine : 1, affleurements ; 2, édifice en pierres de taille ; 3, édifice en moellons ; 4, localité ; 5, toponyme « Mengleuz » (carrière) ; 6, limite de la principale zone d’utilisation (d’après Chauris, 1993)
  11. Hubert Lardeux, Claude Audren, Bretagne, Masson, , p. 127.
  12. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  13. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  14. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  15. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  16. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  17. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  18. « Station Météo-France Sibiril S A - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Orthodromie entre Mespaul et Sibiril », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station Météo-France Sibiril S A - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  21. « Orthodromie entre Mespaul et Saint-Servais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Landivisiau - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. « Station météorologique de Landivisiau - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  24. « Station météorologique de Landivisiau - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  25. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  27. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  31. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  32. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 84, Editions Jean-paul Gisserot » (ISBN 2877474828, consulté le ).
  33. Cette voie romaine venant de Vorgium, via Vorganium en Plounéventer et Le Folgoët, passant ensuite près du château de Penmarc'h en Saint-Frégant et de Kerscao en Kernilis en direction de Plouguerneau.
  34. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 3 novembre 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658720g/f5.image.r=Fr%C3%A9gant?rk=450646;0
  35. Inscription référencée CIL 17-02, 00415.
  36. Louis Le Guennec, « Nos vieux manoirs à légende. Le manoir de Kergoulouarn, en Mespaul », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  37. Serj Le Maléfan, Granites de Bretagne, Coop Breizh, 2013 (ISBN 978-2-84346-588-8).
  38. Arthur de La Borderie, Les grandes seigneuries de Bretagne. La vicomté ou principauté de Léon, "Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f108.image.r=Daoudour?rk=21459;2
  39. « Les anciens manoirs de Plouvorn », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  40. Louis Le Guennec, « Nos vieux manoirs à légende. Le manoir de Kergoulouarn, en Mespaul », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  41. Louis Le Guennec, Le Finistère monumental. Tome 1 : Morlaix et sa région, Réédition "Les Amis de Louis Le Guennec", 1913 (réédition 1979)
  42. Louis Le Guennec, « Les nobles de Plouvorn en 1481 », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  43. Hirth, Charles Cuvier et Jonas Ennery, « Dictionnaire général de géographie universelle ancienne et moderne, historique, politique, littéraire et commerciale. accompagné d'une introduction à l'étude de la géographie dans ses rapports avec l'histoire (tome 1) », sur Gallica, 1839-1841 (consulté le ).
  44. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, (ISBN 978-2-918135-37-1).
  45. Louis Le Guennec, « Nos vieux manoirs à légende. Le manoir de Kergoulouarn, en Mespaul », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  46. Jean-Marie Éléouet, « Statistique agricole générale de l'arrondissement de Morlaix. », sur Gallica, (consulté le ).
  47. A. Marteville et P. Varin, « Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne (tome 2) », sur Google livres, (consulté le ).
  48. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Les élections de dimanche. Mespaul. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  49. Bulletin des congrégations, « Nos congrégations religieuses. Filles de la Sainte Vierge de la Retraite de Vannes. », sur Gallica, (consulté le ).
  50. « Étymologie et histoire de Mespaul. », sur InfoBretagne.com (consulté le ).
  51. Fanch Broudic, "L'interdiction du breton en 1902", Coop Breizh, 1997, (ISBN 2-909924-78-5).
  52. « Les inventaires en province. À Mespaul. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest, (consulté le ).
  53. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Mespaul. Adjudication. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  54. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Mespaul. Foire mensuelle. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  55. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Mespaul. Le pardon de Saint-Éloi. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  56. Le Radical, « Religieuses en correctionnelle », sur Gallica, (consulté le ).
  57. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Mespaul. Téléphone. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  58. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Les gars bretons au feu. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), 20 décmbre 1914 (consulté le ).
  59. Dieu et Patrie : l'héroïsme du clergé français devant l'ennemi, « Diocèse de Quimper et Léon. Mort au champ d'honneur. », sur Gallica, (consulté le ).
  60. « Mespaul. Monument aux morts. », sur Memorial GenWeb, (consulté le ).
  61. « Les concours hippiques », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  62. « Liste des prix du concours hippique de Paris », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  63. « Coopérative agricole « La Paysanne », Mespaul. », sur Gallica, (consulté le ).
  64. La Tribune : Journal républicain de Morlaix et de l'arrondissement, « Coopérative agricole « La Breizad » », sur Gallica, (consulté le ).
  65. Vicomte de Rougé, « La sélection de la pomme de terre en Bretagne », sur Comptes rendus des séances de l'Académie d'agriculture de France (Gallica), (consulté le ).
  66. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Plougoulm. Installation du téléphone. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  67. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Résultat des élections municipales. Mespaul. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  68. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Mespaul. Fête des écoles », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  69. « À Mespaul. Jeunes de Mespaul battent Jeunes de Plouénan par 5 à 3 », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  70. La Dépêche de Brest et de l'Ouest, « Mespaul. Pardon de Mespaul. », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  71. « Mespaul. Monument aux morts. », sur Memorial GenWeb, (consulté le ).
  72. « Les élections de dimanche », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).
  73. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  74. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  75. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  76. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  77. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  78. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  79. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  80. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  81. « Sainte-Catherine. Un bar à l'ancienne le 22 juillet. », sur https://www.letelegramme.fr, (consulté le )
  82. Louis Le Guennec, « Nos vieux manoirs à légende. Le manoir de Kergoulouarn, en Mespaul », sur La Dépêche de Brest et de l'Ouest (Gallica), (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :