Plougourvest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plougourvest
Plougourvest
L'église paroissiale Saint-Pierre.
Blason de Plougourvest
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Landivisiau
Intercommunalité Pays de Landivisiau
Maire
Mandat
Jean Jézéquel
2014-2020
Code postal 29400
Code commune 29193
Démographie
Gentilé Plougourvestois
Population
municipale
1 397 hab. (2015 en augmentation de 6,07 % par rapport à 2010 en augmentation de 6,07 % par rapport à 2010)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ nord, 4° 05′ ouest
Superficie 14,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plougourvest

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plougourvest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plougourvest

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plougourvest

Plougourvest [pluguʁvɛst] (en breton : Gwikourvest) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Plougourvest est une commune située dans le Léon au nord de Landivisiau et à une quinzaine de kilomètres au sud du littoral de la Manche. Elle ne fat pas partie de la Ceinture dorée stricto sensu, mais sa partie nord est désormais concernée par l'extension des cultures légumières de celle-ci, la commune n'étant pas éloignée de Saint-Pol-de-Léon.

Le finage de Plougourvest est à cheval sur la ligne de partage des eaux entre les bassins des petits fleuves côtiers coulant vers le nord et se dirigeant vers la Manche (le Stang, un affluent du Guillec, sert de limite communale à l'ouest avec Plougar et la partie nord-est du territoire communal est drainée par un affluent de rive gauche de l'Horn qui, plus en aval, coule au sud de la chapelle de Lambader et alimente le plan d'eau de Lanorgant, situés en Plouvorn, et sert pour partie, plus en amont, de limite orientale à la commune de Plougourvest, la séparant de Plouvorn) et le ruisseau de Kerfeunteniou, un modeste affluent de rive droite de l'Élorn, qui coule vers le sud et draine l'extrême sud du territoire communal. Les altitudes s'échelonnent entre 126 mètres (au sud-est du finage, entre Kerdurant et Quillivant) et 65 mètres d'altitude (à la limite nord-est de la commune, entre Troujoulen et Lambader), la majeure partie du finage communal formant un plateau légèrement incliné vers le nord, ce qui lui permet de bénéficier quelque peu sur le plan climatique de l'influence adoucissante de la mer. Le bourg est situé vers 106 mètres d'altitude.

La commune était traditionnellement un pays de bocage et conserve un habitat dispersé en nombreuses fermes isolées et petits hameaux. Le bourg s'est agrandi ces dernières décennies de quelques lotissements, en raison de la proximité de Landivisiau, où travaillent la plupart des nouveaux venus.

Plougourvest fait partie de la Communauté de communes du Pays de Landivisiau et traditionnellement du pays chikolodenn, initialement le nom de la coiffe portée par les femmes de la région de Saint-Pol-de-Léon[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Description du bourg[modifier | modifier le code]

Jean Rohou décrit ainsi le bourg de Plougourvest en 2004 :

« Le bourg ne comportait qu'une dizaine de maisons bien séparées les unes des autres : certaines étaient des fermes, les autres y ressemblaient (...). Maintenant le bourg a quintuplé. Enlevez l'église, il ressemble à n'importe quel lotissement urbain.[2]. »

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Plebegorvest en 1260, Ploegorguest en 1292, Ploeorguest vers 1330, Ploeourvest vers 1467, Ploeornest en 1481 et Ploervest en 1464 et en 1516[3].

Plougourvest vient du breton ploe (paroisse) et de Gourguest, saint breton[3].

Son nom en breton est Gwikourvest[4]. et "Guicourvest" en français au XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Deux tumuli sont répertoriés, l'un à Lannurien, l'autre au Spernen[5]. Des urnes cinéraires d'époque romaine et des tuiles gallo-romaines ont été trouvées à Lannurien et à Streat-Glas[6]. Un bracelet en or fut trouvé en 1864 à Spernen, près de la voie romaine allant de Landivisiau à Roscoff[7].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Lors de la Réformation de 1443, Guigourvest, y compris sa trève de Landivisiau, compte 7 nobles : Guyon de Coëtquelven (seigneur dudit lieu), Olivier Glaziou, Hervé de Landiviziau (sieur dudit lieu), Jean de l'Estang, Alain Nédélec, Jean Percevas (sieur du Mesgouin) et Yvon Prigent (sieur de Crechquelen), 8 lors la montre de Lesneven en 1481 et 9 lors de celle du , aussi à Lesneven[8].

Une foire, ancêtre des foires de Landivisiau, fut créée en 1429 en peine campagne à Coatsabiec (alors en Plougourvest, désormais en Bodilis), aux alentours de la chapelle Saint-Mathieu, ancien prieuré de l'abbaye Saint-Mathieu de Fine-Terre[9]. Ne trouvant pas à se loger dans les environs, les marchands passaient la nuit sur place, brûlant du bois pour se réchauffer. À la suite d'un incident survenu en 1768 (la foule tua un exempt [un policier] et blessa deux gendarmes qui voulaient arrêter un mendiant), la foire fut transférée à Landivisiau[10].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le manoir de Lannurien fut construit à la fin du XVIe siècle par un noble :, M. de Penc'hoadic[11], mais il fut acheté au XVIIe siècle par un riche négociant et armateur de Morlaix, Hervé Barazer[12]. La famille, bien que roturière, se fit appeler Barazer de Lannurien[13]. La présence d'une chapelle, disparue depuis longtemps, est confirmée par l'existence d'une chapellenie qui a subsisté jusqu'à la Révolution française[14].

En 1534 Plougourvest compte 6 nobles dont François de Tournemine (seigneur de Coëtmeur), Hervé Geoffroy (seigneur de Rochglas) et Olivier Clocheur (seigneur du Mesgouin)[15].

Au XVIIe siècle, la châtellenie de Daoudour est subdivisée en deux juridictions : celle de "Daoudour-Landivisiau", dite aussi "Daoudour-Coëtmeur", qui avait son siège à Landivisiau et comprenait Plouvorn et ses trèves de Mespaul et Sainte-Catherine, Plougourvest et sa trève de Landivisiau, Guiclan, Saint-Thégonnec, Guimiliau, Lampaul-Bodénès, Pleyber-Christ, Commana et sa trève de Saint-Sauveur, Plounéour-Ménez et pour partie Plouénan ; et celle de "Daoudour-Penzé", qui avait son siège à Penzé et comprenait Taulé et ses trèves de Callot, Carantec, Henvic et Penzé, Locquénolé, Saint-Martin-des-Champs et sa trève de Sainte-Sève[16].

Un aveu de 1683 évoque « le vieux château de Daoudour (...), ledit château à présent ruiné, situé près la ville de Landiviziau, paroisse de Guicourvest ; sur les fossés, douves et issues duquel château a été bâti des logements et jardinages appartenant au seigneur avouant, tant en fief qu'en domaine, à présent nommé "le terroir du Vieux Châtel", contenant sous ledit château, douves et issues, un journal »[17].

L'armorial du Léon cite comme nobles de Plougourvest pour la période 1674-1690 les sieurs de Coëtmeur, de Coëtquelven, de Coëtivelec, de Parscau, Glaziou (sieur de Landivisiau), Percevas (sieur du Mescouin), Prégent (sieur de Crec'hquelhen). En 1710 décède Gaspar Allain, sieur de Bazorne, lieutenant de la milice de Gwicourvest [Plougourvest] et receveur de la seigneurie de Landivisiau[18].

À Plougourvest, entre 1688 et 1693[19], 25,2 % des décès surviennent avant l'âge de 1 an et 50,4 % avant l'âge de 20 ans ; 11,7 % seulement après 60 ans. Famines et épidémies accroissent le nombre de morts à enterrer dans l'église, comme c'était alors la coutume : 65 morts à Plougourvest en 1761. En 1710, année de disette, sinon de famine, la mortalité augmenta de 32 % à Plougourvest par rapport aux deux années précédentes[20].

Les fonts baptismaux de l'église paroissiale de Plougourvest datent de 1667. Le recteur était alors « noble et vénérable Louis de Crésoles », selon une inscription[21].

Les prêtres avaient laissé le presbytère de Plougourvest se dégrader et le corps politique décida de le fermer. Le recteur saisit la justice et, le , un arrêt du Parlement de Bretagne ordonne au corps politique de la paroisse de rendre les clefs du presbytère au recteur[22]. Trois ou quatre grands chênes situés dans le cimetière sont vendus en 1766 pour subvenir aux réparations urgentes, ce qui n'empêche pas le nouveau recteur, Guillaume Le Fur, de trouver le presbytère et le cancel en mauvais état et d'en demander réparation aux héritiers de son prédécesseur[23].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Guicourvest en 1778 :

« Guicourvest, à 3 lieues un tiers au sud-sud-ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché, à 39 lieues un tiers de Rennes et à 3 lieues deux-tiers de Landerneau, sa subdélégation. Cette paroisse ressortit à Lesneven et compte, non compris ceux de Landivisiau, sa trève, 1 200 communiants[24]. La cure est présentée par l'Évêque. Ses maisons nobles sont Coetmeur, Coetquelven, l'Estang, Mescouin et Parcoz. Ce territoire est coupé de ruisseaux qui arrosent les prairies qui se trouvent sur leurs bords. Les terres sont fertiles en grains et lins ; on y cueille beaucoup de fruits et on y voit des landes[25] »

En 1789, il subsistait deux maisons nobles à Plougourvest : L'Estang et Mescouin, et deux à Landivisiau : Coëtmeur et Coëtquelven[26].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le , le maire de Plougourvest avise le district de Landerneau que le recteur et le vicaire de la paroisse « ont déclaré qu'ils ne prêteraient pas le serment de fidélité prescrit » à la Constitution civile du clergé ; le , ceux-ci émigrent en Angleterre[27].

Page du registre des délibérations du corps municipal de Plougourvest en date du

L'attitude des habitants de Plougourvest lors de la levée en masse est connue avec précision grâce à la découverte récente du registre des délibérations de la commune : le , le corps municipal de Plougourvest répondit à François Mathurin Lacaze (de Landivisiau), commissaire nommé par le district de Landerneau, qu'aucun volontaire ne s'était présenté pour s'inscrire à la levée de 8 hommes demandée à la commune ; en conséquence le commissaire fit sonner les cloches et les hommes « se sont tous trouvés assemblés à l'église (...) à neuf heures précises ». L'assurance leur fut donnée que la levée n'était que « pour le service des côtes » et non pour aller se battre sur le front du nord-est (dans le cadre des Guerres révolutionnaires). Le corps municipal décida de tergiverser, demandant huit jours pour faire la "cueillette"[28] avant de procéder au tirage au sort et fit observer que le nombre de soldats demandé était élevé (« plus de la moitié de celui de Landivisiau »). Finalement le tirage au sort eût lieu le ... après la bataille de Kerguidu, une fois donc la défaite des insurgés connue[29].

En 1799, il n'y a plus que 46 marchands de toiles à Saint-Thégonnec (mais c'est encore la commune où ils sont les plus nombreux), 26 à Guiclan, 23 à Plouvorn, 16 à Bodilis, 10 à Landivisiau, 4 à Saint-Servais, 3 à Plougar, 2 à Plougourvest (Guillaume Le Guen[30] à Lannurien et René Le Bihan[31] à Rochglas)[32].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les écoles de Plougourvest[modifier | modifier le code]

Plougourvest a un instituteur dès 1813. En 1833, 53 % en hiver et 40 % en été des garçons de 5 à 12 ans étaient scolarisés, mais dans un local obscur, humide et malsain. La construction d'une nouvelle école est décidée en 1843 (elle est achevée 5 ans plus tard). En 1855, à la demande du Conseil municipal, un vicaire instituteur est nommé par l'évêque pour remplacer le maître laïc qui exerçait précédemment (62 élèves étaient inscrits en 1867 dans une classe unique) ; une nouvelle école des garçons est construite en 1873, mais est victime d'un incendie en 1895 et une autre est alors construite, la précédente devenant la mairie) ; l'effectif est de 91 élèves en 1906, une deuxième classe ouvrant en 1907 seulement).

Une école de filles ouvra en 1848 mais ferma rapidement ; ce n'est qu'en 1872 qu'une école de filles ouvrit à nouveau, en grande partie grâce à une donation de la comtesse Marie Aimée Charlotte Le Gac de Laurabu, veuve Bizien du Lézard ; elle est tenue par les Sœurs de l'Immaculée Conception de Saint-Méen. Une école publique de filles ouvrit vers la fin du XIXe siècle, mais ses effectifs culminèrent à seulement 9 élèves en 1919 (elle ferma vers 1925) alors que l'école privée catholique en accueillait entre 106 et 153 entre 1912 et 1920, dont une trentaine d'internes[33].

Les autres faits du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le , un arrêté du maire de Plougourvest rappelle la suppression du droit de vaine pâture dans la commune.

L'alcoolisme était alors important : le , Alain Guiader, maire de la commune, « considérant les malheurs et les désordres qui se multiplient au sein de la population rurale par suite de funestes habitudes d'intempérance » décide une limitation des horaires d'ouverture des cabarets[34].

En 1846 à Plougourvest, 49 % des terres étaient cultivées (dont 23 % en froment, 22 % en avoine, 16 % en orge, 16 % en trèfle et luzerne, 8 % en sarrasin, 5 % en pommes de terre, 5 % en panais, 3 % en choux, navets, betteraves et rutabagas, 2 % en lin et chanvre ; étonnamment le seigle n'était pas cultivé alors que c'était pourtant une culture fréquente dans la région), 38 % étaient en landes et bruyères, 2 % en bois et taillis, 2 % en prés naturels. La commune comptait à cette date 158 chevaux, 312 ovins, 64 porcs et 105 ruches qui produisaient 1 260 kg de miel[35].

Le journal Océan précise en 1847 qu'à Plougourvest règne « une affreuse misère ». En 1853, le Conseil municipal indique qu'il y a dans la commune « 200 personnes cherchant l'aumône » (sur une population de 1302 habitants)[36]. Le pourcentage de conscrits illettrés à Plougourvest entre 1858 et 1867 est de 48 %[37].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plougourvest en 1853 :

« Plougourvest : commune formée de l'ancienne paroisse dite Guicourvest ; aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Guéruas, Kerduff, Lostallon, Keridiou, Keroulé, Mez-Gouin, Villeneuve, Kersaliou. Superficie totale : 1 508 hectares, dont (...) terres labourables 734 ha, prés et pâtures 101 ha, bois 24 ha, landes et incultes 471 ha (...). Moulins : 4. L'une des sources du Leg, ou Léguer, est en cette commune. Géologie : micaschiste. On parle le breton. »

— A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne[38]

En 1853 à Plougourvest (qui compte alors 1 302 habitants), « il y a 200 pauvres (...) cherchant l'aumône » déclare le Conseil municipal.

Le , jour de la foire Saint-Mathieu dans le hameau de Coatsabec, alors en Plougourvest (désormais en Bodilis), la foule tue un exempt et blesse deux gendarmes qui voulaient arrêter un mendiant[39]. À la suite de cet incident, la foire de Coatsabiec fut transférée à Landivisiau ; c'est l'origine de la foire Saint-Mathieu de cette ville.

Gilles Cardinal[40], originaire de Plougourvest, soldat au 75e de ligne, fut blessé lors de la bataille de Gravelotte pendant la Guerre de 1870[41].

Un nouveau presbytère est construit en 1871, l'ancien étant insalubre ; la destruction de ce dernier permit d'agrandir le cimetière[42].

Le tracé du chemin d'intérêt commun n°21 (actuel RD 35), allant de Landivisiau à la mer, via Plougourvest, Tréflaouénan et Cléder, est adopté en 1873[43] et les travaux sont en cours en 1880, ainsi que pour le chemin allant vers Lambader[44].

Un arrêté du Préfet du Finistère en date du suspendit de ses fonctions le maire de Plougourvest, « une somme ayant été allouée pour être distribuée aux indigents de la commune à l'occasion de la fête nationale, le maire n'a pas fait de cette somme l'emploi qui était prescrit »[45].

En 1896, un document indique que les Sœurs de l'Immaculée Conception de Saint-Méen assistaient et soignaient gratuitement les malades de Plougourvest à domicile[46].

« À Plougourvest, dans mon enfance, nous parlions encore des deux cordelées, la longue et la brève, à l'origine subdivisons fiscales, devenues associations d'entraide. Elles ne fonctionnaient plus, mais on devait en principe assister à l'enterrement de toute personne de sa cordelée »[47].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le , Kerbiriou, curé de Plougourvest, fait partie des 31 prêtres du diocèse de Quimper dont les traitements[48] sont retenus par décision du gouvernement Combes « tant qu'ils ne feront pas emploi de la langue française dans leurs instructions et l'enseignement du catéchisme » car ils utilisaient le breton[49].

La décision de construire une école des filles à Plougourvest est prise en 1905[50].

L'inventaire des biens d'église a lieu à Plougourvest le . « À notre arrivée, le tocsin a été sonné et la protestation ci-annexée a été lue. L'église, remplie de fidèles, était fermée. Sur nos instances, Monsieur le Recteur a donné l'ordre d'ouvrir et nous avons pu procéder à l'inventaire, et cela au milieu d'une nombreuse assistance chantant des cantiques »[51].

« Monsieur, nous, membres du conseil de la fabrique de Plougourvest et la représentant, affirmons que nous subissons une violence et protestons contre l'acte que vous allez poser. Cet acte inventorial, contraire à la Constitution de l'Église, vient d'être réprouvé et condamné pa Notre Seigneur Père le pape Pie X. »

Le journal L'Univers du relate le mariage à Plougourvest du comte François de Goësbriand[52], capitaine au 3e régiment d'infanterie coloniale, avec Melle Élisabeth de Quengo de Tonquédec, fille de l'ancien zouave pontifical, capitaine des mobiles et maire de Plougourvest Urbain de Quengo de Tonquédec.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plougourvest

Le monument aux morts de Plougourvest porte les noms de 54 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux deux au moins sont morts sur le front belge dès août 1914 (Goulven Corre à Arsimont le et Jacques Malgorn à Rossignol le lendemain) ; Alain Olier, soldat au 260e régiment d'infanterie, est tué à l'ennemi à Sgenovo en Serbie dans le cadre de l'expédition de Salonique le ; deux (Jean Cabon, Alain Lenez) sont morts alors qu'ils étaient prisonniers en Allemagne ; la plupart des autres sont morts sur le sol français[53].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Un cheval trait postier breton élevé à Plougourvest (photographie datant de 1926)

La ligne ferroviaire à voie métrique exploitée initialement par les Chemins de fer armoricains allant de Plouescat à Rosporden ouvre en 1912 et dessert notamment une gare située à Plougourvest ; cette voie ferrée croise à Landivisiau celle des Chemins de fer de l'Ouest. Le train est surnommé An tren patatez (le "train des pommes de terre"). Son exploitation fut reprise par les Chemins de fer départementaux du Finistère en 1921. La ligne ferma en 1946.

Le , le Conseil municipal de Plougourvest vote le principe de l'électrification de la commune, mais un devis ne fut établi qu'en 1938 et l'électrification ne fut réalisée qu'après la Seconde Guerre mondiale.

En 1934 tous les chemins vicinaux et la plupart des chemins ruraux donnant accès aux fermes étaient empierrés à Plougourvest, ce qui était loin d'être le cas sans la plupart des communes bretonnes de l'époque où les chemins creux, de véritables bourbiers en période hivernale, prédominaient encore largement.

En 1934, l'école publique de garçons du bourg est regroupée avec celle du Gouezou, une école de hameau.

Le , le Conseil municipal de Plougourvest décide de refuser toute organisation de bal public dans la commune.

L'élevage des chevaux, notamment de postiers bretons, était alors très pratiqué à Plougourvest, plusieurs d'entre eux, des étalons, furent primés et vendus à divers haras[54].

Le manoir de Kervoanec, où habitait jusque-là une branche de la famille de Quengo de Tonquédec, devint hospice et dispensaire en 1935[55].

Claude-Marie Mével[56] fut recteur de Plougourvest entre 1933 et 1956[57].

Plougourvest avait à cette époque une école catholique pour les filles et une école laïque pour les garçons.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plougourvest porte les noms de 4 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale : parmi elles Francis Miossec, quartier-maître à bord du cuirassé Bretagne, victime de l'attaque anglaise à Mers el-Kébir le et Joseph Méar, mort en captivité en Allemagne en 1941[53].

Pendant la guerre, l'école publique des garçons de Plougourvest fut occupée par les Allemands et dut se replier dans un hangar situé près de la gare.

49 hommes de Plougourvest furent prisonniers en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi les hommes de la commune âgés de 20 à 40 ans, un sur quatre le resta pendant cinq ans[58].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , une des quatre statues de Notre-Dame de Boulogne[59], celle de l'itinéraire occidental, fut accueillie à Plougourvest : « À Plougourvest, tout le monde se pressait pour l'accueillir au pied d'un arc de triomphe à l'entrée de la paroisse, maire et recteur en tête. Tout le monde l'accompagna au long d'autres monuments triomphaux jusqu'à la sortie [de la paroisse]. Certains marchaient sans chaussures, sur 5 km de routes caillouteuses, les pieds en sang »[57]. Ce fut « sans doute un des derniers avatars d'une religion populaire collective mi-procession mi-croisade, où se mêle une ancienne pastorale de la peur et l'espoir du renouveau » a écrit Yann Celton[60].

En 1945 à Plougourvest, tous les hommes sauf six et toutes les femmes sauf trois allaient régulièrement à la messe. « La plus belle cérémonie était celle de la Fête-Dieu au printemps : une procession sur près de 500 mètres, jusqu'à un reposoir en forme d'autel pour le Saint Sacrement, dans un espace tendu de draps ornés de boutons de roses. Le sol était couvert de sciure de bois teinte, entourée de marc de café et parsemée de fleurs de genêts et de digitales, disposées en figures géométriques »[57].

En 1946, le recteur de la paroisse, outrepassant ses pouvoirs, dit aux parents de Jean Rohou qu'ils étaient excommuniés car ils mettaient leur fils à « l'école du diable » en l'envoyant dans un collège public. L'ouverture d'une école privée catholique de garçons en octobre 1949 entraîna une véritable désertion de l'école publique : 71 élèves pour l'école catholique contre 12 pour l'école laïque et seulement 6 l'année suivante. L'école publique n'accueille plus que 2 élèves en 1969 et ferme alors en septembre 1969[61].

En 1949 une école privée catholique de garçons remplace l'école publique qui existait jusque-là. En 1961, l'école catholique de filles, forte de 3 classes, passe dans le giron de la Congrégation des Filles du Saint-Esprit de Saint-Brieuc.

L'électricité arrive à Plougourvest en 1950, même si le principe de l'électrification de la commune avait été voté dès 1925.

En 1954, Plougourvest comptait parmi ses terres cultivées 27 % en froment, 16 % en avoine, 4 % en orge, 11% en trèfle et luzerne, 14 % en pommes de terre, 27 % en choux, navets et betteraves, 1 % en lin et chanvre ; la commune comptait alors 410 chevaux, 1085 bovins, 12 ovins et 776 porcs. En 1979, le maïs est devenu la culture dominante, devançant le blé ; les cultures légumières ont beaucoup progressé, surtout les artichauts et les choux-fleurs, mais aussi les brocolis, petits pois et haricots verts, occupant désormais 10 % de la S.A.U. et devançant désormais les pommes de terre ; les prairies, le plus souvent temporaires, occupent 44 % de la surface agricole utile ; le nombre des bovins a alors augmenté de 48 % par rapport à 1954, celui des porcs a été multiplié par dix et celui des volailles par cent, en raison de l'essor des élevages hors-sol ; par contre les chevaux ont disparu (remplacés par des tracteurs : ils étaient déjà 50 en 1961). En 2004, 85 % des fermes recensées en 1930 avaient disparu, permettant l'agrandissement des exploitations subsistantes[62].

Un soldat originaire de Plougourvest, Robert Roué, est mort pendant la Guerre d'Algérie[53].

En 1968, le conseil municipal de Plougourvest décida de détruite les deux-tiers du cimetière entourant l'église pour faire un parking[63]

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2012, l'hippodrome de Landivisiau, situé en fait sur la commune de Plougourvest, a été transformé en "Équipôle du pays de Landivisiau".

Article détaillé : Équipôle du pays de Landivisiau.

Les transformations de Plougourvest[modifier | modifier le code]

Jean Rohou décrit en ces termes en 2004 les changements survenus depuis sa jeunesse dans sa commune natale : « Le cimetière est devenu pelouse. Le bourg est plein de pavillons avec garage, comme dans n'importe quelle banlieue. Dans la campagne, il n'y a presque plus de talus, les cultures sont entièrement différentes et les vaches ont changé de couleur »[64].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8549841 0061 0401 1001 2901 3271 3571 302
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2891 2011 2051 1531 1341 1431 1651 1791 201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1301 1751 2061 1351 0611 0201 0251 0081 014
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 0091 0071 0231 0601 1241 1441 2191 3371 397
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[65] puis Insee à partir de 2006[66].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1792 Guillaume Kerbrat[67]   Cultivateur.
1792 1794 Jean Tanguy [Tangui][68]   Cultivateur.
1795   Hervé Saliou[69]   Cultivateur.
1808 1836 Claude-Marie Le Guen[70]   Habitait le manoir et la métairie de Lannurien où il était fermier.
1836 1848 Alain Guiader [Guyader][71]   Cultivateur.
1848 1860 Hervé Guyader[72]   Habitait le manoir de Rochglass. Demi-frère d'Alain Guiader, maire précédent.
1861 1873 Étienne Caër[73]   Maréchal-ferrant.
1874 1882 Paul Kerbrat[74]   Cultivateur.
1882 1925 Urbain de Quengo de Tonquédec[75]   Propriétaire.
1925 1927 Alain de Quengo de Tonquédec[76]   Fils d'Urbain de Quengo de Tonquédec, maire précédent.
1928 1935 Jean-Louis Pouliquen[77]   Cultivateur.
1935 1959 Guillaume Caroff    
1959 1977 Jean Laurent    
1977 1983 Jean-Pierre Abgrall    
1983 1995 Francis Bécam[78]   Ancien policier, puis fonctionnaire du service de l'Équipement.
1995 en cours Jean Jézéquel DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Kervoanec (désormais EHPAD, Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).
  • Le château de Kervoanec : la famille qui porte son nom y réside en 1503. Elle le cède en 1566 à Alain de Kéréhorat, seigneur de Kergournadec'h. En 1710, Renée Corentin Allain, seigneur de Pen-an-Ru, y habite. Après 1780, il passe par alliance à la famille Bizien de Lizart qui le lègue à la famille Quengo de Tonquédec, derniers propriétaires[79]. Le château actuel[80], reconstruit vraisemblablement pendant le deuxième quart du XIXe siècle, a été vendu en 1933 à la municipalité de Landivisiau, transformé en asile tenu par les sœurs du Saint-Esprit jusqu'en 1978 et reconverti en EHPAD ("Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes", c'est-à-dire en maison de retraite pour personnes âgées) sous le nom de "Résidence Saint-Michel"[81].
  • L'église Saint-Pierre, inscrite au titre des monuments historiques en 2012 [82].

« Malgré la désertion des fidèles et la multiplication des maisons dans le bourg, l'église en reste le centre. Elle est jolie et bien dégagée : un élégant clocher de 1588, un porche méridional de 1616, des fonts baptismaux de 1667, un autel et un retable légèrement antérieurs (...), plus deux bannières, un calice et une patène du XVIIe siècle, un ciboire du XVIIIe siècle et un beau reliquaire du XIVe siècle en argent ciselé ». Ces trésors ont été cachés lors de la Terreur, probablement au manoir de Lannurien[83].

Événements[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://bleuniadur.over-blog.com/article-4751101.html
  2. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  3. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plougourvest »
  4. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 95, Editions Jean-Paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) »
  5. "Inventaire des monuments du néolithique et de l'âge du Bronze dans le Finistère. Rapport de 2010", voir http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/files/original/ded5983be0bfa4928b2e8e5203cb202e.pdf
  6. J. De Rusunan, Les monuments mégalithiques et romains de l'arrondissement de Morlaix, "Bulletin de la Société d'études scientifiques du Finistère", 1890, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6282513v/f5.image.r=Plougourvest?rk=21459;2
  7. Émile Cartailhac, "Dictionnaire archéologique de la Gaule : époque celtique", tome II. H-Z, 1875-1923, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763804h/f443.image.r=Plougourvest
  8. http://www.infobretagne.com/plougourvest.htm
  9. Louis Le Guennec, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1928, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5786704t/f137.image.r=Coatsabiec?rk=42918;4
  10. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  11. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f255.image.r=Penchoadic?rk=343349;2
  12. Hervé Barazer, né le à Morlaix, décédé le à Morlaix, directeur de l'hospice de Morlaix en 1681, lieutenant de la milice bourgeoise en 1674, commerçant, banquier et agent de Jacques II Stuart, dernier roi catholique d'Angleterre, fut maire de Morlaix, de même que son fils Guillaume Barazer (1673-1730) et son petit-fils Guillaume Jean Barazer (1718-1762). Un de leurs descendants, Jean-Marie-Jacques Barazer de Lannurien (1895-1942) en était le propriétaire dans les premières décennies du XXe siècle
  13. "Barazer de Lannurien", monographie imprimée, 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56538364/f4.image.r=Lannurien?rk=21459;2
  14. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  15. http://www.infobretagne.com/plougourvest.htm
  16. Arthur de La Borderie, Les grandes seigneuries de Bretagne. La vicomté ou principauté de Léon, "Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f108.image.r=Daoudour?rk=21459;2
  17. Arthur de La Borderie, Les grandes seigneuries de Bretagne. La vicomté ou principauté de Léon, "Revue de Bretagne et de Vendée", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207871k/f111.image.r=Plougourvest?rk=987129;2
  18. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  19. L'année 1691 n'est pas prise en compte car le registre paroissial de cette année-là manque
  20. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  21. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  22. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ISBN 978-2-918135-37-1]
  23. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  24. Personnes en âge de communier
  25. .Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og
  26. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  27. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ISBN 978-2-918135-37-1]
  28. Tournée des conscrits dans la paroisse afin de récolter quelque argent, accompagnée de forces libations
  29. Jean Rohou, « Plougourvest. Entre révolte et Révolution », ArMen numéro=204, janvier-février 2015
  30. Guillaume Le Guen, né le à Guiclan, décédé le au manoir de Lannurien en Plougourvest
  31. René Le Bihan, baptisé le à Plouénan, décédé le à Plougourvest
  32. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  33. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  34. Cité par Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  35. Jean-Marie Éleouet, "Statistique agricole générale de l'arrondissement de Morlaix", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1257176.r=Plougourvest?rk=42918;4 et Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  36. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  37. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  38. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2 , 1853, consultable https://books.google.fr/books?id=MZIPAAAAQAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiC2MHYsc_ZAhXR16QKHXexCXgQ6AEIRTAF#v=onepage&q=Plougourvest&f=false
  39. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  40. Gilles Cardinal est né le à Plougourvest et décédé le à Pont ar Roz en [(Saint-Thégonnec]]
  41. Jean-Charles Chenu, "Rapport au conseil de la Société française de secours aux blessés des armées de terre et de mer, sur le service médico-chirurgical des ambulances et des hôpitaux, pendant la guerre de 1870-1871", tome 2, 1871, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6115174x/f309.image.r=Plougourvest?rk=1180263;2
  42. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  43. "Rapports et délibérations/Conseil général du Finistère", avril 1873, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5565206k/f33.image.r=Plougourvest?rk=42918;4
  44. "Rapports et délibérations/Conseil général du Finistère", août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f396.image.r=Plougourvest?rk=64378;0
  45. Journal Le Temps, n° du 22 août 1882, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2288432/f3.image.r=Plougourvest?rk=42918-4
  46. La France charitable et prévoyante : tableaux des œuvres et institutions des départements, numéro 1, 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802221d/f627.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  47. Jean Rohou, "Fils de ploucs", éditions Ouest-France, page 204, [ (ISBN 2-7373-3452-7)]
  48. En vertu du Concordat, les prêtres étaient alors payés par l'État
  49. Journal La Croix no 6064 du 18 et 19 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2199243/f1.image.r=Pouldreuzic.langFR
  50. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 11 août 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6407926/f4.image.r=Plougourvest?rk=1137344;4
  51. Procès-verbal rédigé par le percepteur de Landivisiau, cité par Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ISBN 978-2-918135-37-1]
  52. François de Goësbriand, né le à Daoulas, décédé le à La Haye-Fouassière (Loire-Inférieure)
  53. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=37239
  54. M.-E. Frouin, "Le cheval breton", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65791452/f91.image.r=Plougourvest?rk=429186;4 et Antoine-Auguste Saint-Gal de Pons, " Origines du cheval breton. Le Haras de Langonnet. Les Dépôts de Lamballe et d'Hennebont. Le Dépôt de remonte de Guingamp", 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6550412c/f323.image.r=Plougourvest?rk=879832;4
  55. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 11 mars 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k660097d/f4.image.r=Plougourvest?rk=901292;0
  56. Claude-Marie Mével fut professeur au collège Saint-Yves de Quimper entre 1904 et 1914, puis aumônier de l'hôpital de Landerneau et, à partir de 1925, du pensionnat Sainte-Jeanne-d'Arc de Brest
  57. a, b et c Jean Rohou, Catholiques et Bretons toujours ? : essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne, Brest, Dialogues, (ISBN 978-2-918135-37-1)
  58. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  59. Boulogne avait accueilli en 1938 le 4e congrès national en l'honneur de Marie ; transportées à Lourdes pendant la Seconde Guerre mondiale, ces quatre statues repartirent séparément vers Boulogne à partir de mai 1943 où elles arrivèrent le après être passées un peu partout en France
  60. Yann Celton, L'Église et les Bretons : de la Révolution au XXIe siècle, Plomelin, Palantines, 2008
  61. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  62. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  63. Jean Rohou, "Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  64. Jean Rohou, "Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  65. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  66. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  67. Guillaume Kerbrat, baptisé le , décédé le à Kergrac'h en Plougourvest
  68. Probablement Jean Tanguy [Tangui], né le à La Villeneuve en Plougourvest, décédé le à La Villeneuve en Plougourvest
  69. Hervé Saliou, né le à Plouvorn, décédé le à Plougourvest
  70. Claude-Marie Le Guen, né le à Plouvorn, décédé le au manoir de Lannurien en Plougourvest
  71. Alain Jean Guiader [Guyader], né le à Plougourvest, décédé le au manoir de Rochglass en Plougourvest
  72. Hervé Guyader, né le 23 nivôse an IV () au manoir de Rochglass en Plougourvest, décédé le au manoir de Rochglass en Plougourvest
  73. Étienne Caër, né le à Plougourvest, décédé le au bourg de Plougourvest
  74. Paul Kerbrat, né le à Plounévez-Lochrist, décédé le à Coativellec en Plougourvest
  75. Urbain de Quengo de Tonquédec, né le au manoir de Kerdaoulas en Saint-Urbain (Finistère), décédé le à Kervoanec en Plougourvest
  76. Alain de Quengo de Tonquédec, né le à Kervoanec en Plougourvest, décédé le à Cellettes (Loir-et-Cher)
  77. Jean-Louis Pouliquen, né le à Plouédern
  78. Francis Bécam, né en juin 1917 à Plougourvest, décédé en septembre 1997, voir http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=19971002&article=2676566&type=ar
  79. http://fr.topic-topos.com/chateau-de-kervoanec-plougourvest
  80. http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29002920
  81. http://etablissements.hopital.fr/annuaire_hopital.php?id=4481
  82. Notice no PA29000073, base Mérimée, ministère français de la Culture
  83. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]