Plouescat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plouescat (Ploueskad)
Plouescat
Baie du Kernic.
Blason de Plouescat (Ploueskad)
Héraldique
Plouescat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Saint-Pol-de-Léon
Intercommunalité Haut-Léon Communauté
Maire
Mandat
Daniel Jacq
2014-2020
Code postal 29430
Code commune 29185
Démographie
Gentilé Plouescatais
Population
municipale
3 471 hab. (2015 en diminution de 3,82 % par rapport à 2010)
Densité 235 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 28″ nord, 4° 10′ 24″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 56 m
Superficie 14,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plouescat (Ploueskad)

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plouescat (Ploueskad)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plouescat (Ploueskad)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plouescat (Ploueskad)

Plouescat [pluɛskat] est une commune française de Bretagne, située sur le littoral nord du département du Finistère (29). Ses habitants sont appelés Plouescatais et Plouescataise. La ville se situe à l'ouest de l'évêché du Pays du Léon. C'est aussi une station balnéaire connue dans la région, qui attire de nombreux touristes.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de Plouescat

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Plouescat

Plouescat (Ploueskad), chef-lieu du canton, fait partie de l'arrondissement de Morlaix. C'est une commune du nord Finistère (Penn-ar-Bed), située en bordure de la Manche, dans le pays de Léon, sur la Côte des Légendes, à la limite du pays Pagan[1].

Elle est séparée de Plounévez-Lochrist (Gwinevez) par le Kerallé, petit fleuve côtier qui prend sa source à Saint-Vougay et se jette dans la Baie du Kernic, à Pont-Christ en Plouescat ; à l'est, la commune est limitrophe de celle de Cléder.

Le finage communal forme, au moins dans sa partie occidentale, une presqu'île limitée au nord par la Manche et au sud par l'Anse de Kernic ; sa pointe occidentale se trouve à Porz Meur.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est relativement plat, les altitudes allant du niveau de la mer jusqu'à 49 mètres dans la partie orientale de la commune le long de la route départementale n° 10 ; le bourg se trouve sur une éminence modeste, vers 30 mètres d'altitude, à l'écart de la côte, restée longtemps peu peuplée (avant la périurbanisation littorale qui s'est développée surtout dans la seconde moitié du XXe siècle) et bordée principalement de dunes basses, sensibles à l'érosion[2], en dépit des enrochements et murs de béton construits par endroits pour tenter de protéger le littoral[3]. Les alitudes s'abaissent à quelques mères seulement dans la vallée du Kerallé, à la limite sud du finage communal.

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[4].

Le granite de Plouescat a été exploité en carrières (carrière dite des Dunes), notamment vers la fin du XIXe siècle, servant alors par exemple pour la construction de l'église de Plouescat et pour le dallage de la chapelle Notre-Dame du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon[5].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Finistère.

La ville est située sur le littoral de la Manche, le climat est donc tempéré océanique. La ville est soumise aux influences maritimes toute l'année. Les précipitations sont supérieures à 2,5 mm 112 jours par an. Les températures moyennes varient entre 3 et 10 °C en hiver et entre 18 et 25 °C en été.

Les paysages[modifier | modifier le code]

Vue aérienne sur la baie du Kernic.
  • Le paysage naturel

Plouescat dispose d'un littoral long de près de 13 km où se succèdent plages de sables, massifs dunaires, blocs de granit usés par les âges et une baie où s'entremêlent vasières et vastes bancs de sable. L'anse de Kernic accueille à marée basse de nombreux oiseaux. Sur toute la côte, le granit offre des formes étranges et fantastiques, tandis qu'en mer, certains îlots sont le refuge des cormorans, des goelands ou même des phoques. Les dunes de Porsmeur et Poulfoën abritent une flore remarquable et très spécifique. À l'intérieur des terres, les paysages changent, faisant place à la grande digitale pourpre, à l'ajonc offrant ses fleurs jaunes et au nombril de Vénus avec ses feuilles longues et charnues qui décorent les murs.

Champ d'artichauts près de Plouescat
  • Les paysages agricoles

Situé en pleine Ceinture dorée, Plouescat bénéficie d'une situation géographique favorable à la production de légumes en plein champ. En effet le Gulf Stream, courant chaud qui vient de l'Atlantique, baigne les rivages et permet d'éviter les amplitudes thermiques importantes.

Depuis plus d'un siècle, le chou-fleur et l'artichaut sont les deux légumes phares de la ville, avec l'oignon rosé de Roscoff (protégé par une AOC), l'échalote, le brocoli, la courgette, la tomate, la pomme de terre et la fraise, qui regroupent une trentaine d'exploitations. L'organisation des marchés voit le jour grâce à la volonté de quelques producteurs qui ont créé la SICA (Société d'intérêt collectif agricole) dont le siège est à Saint-Pol-de-Léon.

  • L'habitat traditionnel

Félix Benoist décrit ainsi en 1867, l'habitat traditionnel :

« Rien de pittoresque comme les côtes de Plouescat, où chaque maison de riverain s'adosse et se confond avec un bloc de rocher. Paertout, dans la campagne, des villages fantastiques, dont un dolmen figure la chapelle et un menhir le clocher (...). La surface de ces pierres, usée par les siècles, est couverte de lichens et de mousse. Les principales se remarquent près des villages de Gorrebloué [Gorré Bloué], Penanportz, Kerouara, Lannurien et Lanrial. »

— Félix Benoist, La Bretagne contemporaine[6]

Modernisation[modifier | modifier le code]

La ville se voit accorder le label de Station balnéaire en 1978, ce qui entraîne l'agrandissement du port de Porsguen qui s'équipe et obtient un Centre nautique. L'agriculture se diversifie et s'organise en profondeur.

La population locale, en légère hausse, bénéficie de cinq écoles, une maison de retraite, des infrastructures sportives, de nombreuses associations, etc. Les estivants bénéficient de trois campings, de gîtes ruraux, de 550 résidences secondaires, d'un port de pêche et de plaisance, d'hôtels et restaurants et d'un casino, etc.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par trois routes départementales, le D 10, la D30 et la D 330.

La commune se trouve à une vingtaine de kilomètres au nord de la route nationale 12 de Rennes à Brest (également route européenne 50 sur cette portion).

Le port de Porz Guen est traditionnellement un port goémonier et de pêche, devenu essentiellement un port de plaisance désormais. Sa digue, longue de 93 mètres, a été édifiée en 1909 ; le port a été réaménagé après la Seconde Guerre mondiale[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 2 536.

Parmi ces logements, 65 % étaient des résidences principales, 26,1 % des résidences secondaires et 8,9 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 77 %[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plouescat, chef-lieu du canton, fait partie de l'arrondissement de Morlaix (Montroulez en breton).

Le nom de Plouescat vient du mot vieux breton ploe qui veut dire paroisse et d'un second élément sur lequel les auteurs ne s'accordent pas. Pour Bernard Tanguy, il s'agirait du nom propre Resgat[9],[10] tandis que Joseph Loth y voit le nom iudcat que l'on retrouve dans le nom de Laniscat, le r étant noté par erreur à la place d'un i dans les attestations anciennes[11]. Le nom pourrait aussi provenir de saint Ergat.

On note les graphies suivantes au cours des siècles :

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Plouescat Blason De gueules à deux cartouches ovales d'argent (d'or) accolés, reliés en chef et en pointe par des cordelières de sable et sommés d'une couronne de comte d'or, celui de dextre d'argent au lion de sable, celui de senestre d'argent au pin de sinople terrassé du champ soutenu par deux cerfs rampants et affrontés de sable; le tout enfermé dans une filière d'or[12].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Plouescat
Écartelé: aux 1er et 4e d'azur à la fasce d'argent accompagnée en chef d'un dextrochère d'or sur lequel est perché un oiseau du même, aux 2e et 3e de gueules au fermail d'or[12].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le Paléolithique[modifier | modifier le code]

Divers outils et armes lithiques ont été découverts et montrent ainsi que le littoral armoricain a attiré des humains aux temps préhistoriques vers 80 000 av. J.-C.

Le Néolithique[modifier | modifier le code]

Menhir de Cam Louis.

Différents monuments mégalithiques comme des menhirs ou des dolmens attestent la sédentarisation de peuples primitifs datant de 3000 ans av. J.-C. Une allée couverte, située à Guinirvit en baie du Kernic[13], a fait l'objet de fouilles archéologiques dans les années 1980. Le menhir du Cam Louis[14], haut de 7 mètres, sert d'amer pour les navigateurs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Il est à signaler que le menhir du Cam Louis, mesurant plus de 7 mètres de hauteur, est le septième de France de par sa taille.

L'époque Romaine[modifier | modifier le code]

Les légions romaines après l'écrasement de la flotte des Vénètes vers 56 av. J.-C. essaiment au pays des Osismes (Nord-Finistère actuel), s'installent et construisent un balneum (thermes) datant du IVe siècle, au nord de la ville.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Haut Moyen-Âge, Plouescat est une ancienne paroisse de l'Armorique primitive, dont le territoire englobait aussi Cléder et Sibiril. La paroisse de Plouescat se trouvait alors sous la direction de l'évêché de Léon[15].

Avec la christianisation de la population locale par les moines irlandais apparaissent les premières mentions de la paroisse POESREZ-GAT en 1282 (année de la première mention connue du nom de la paroisse), qui deviendra PLOEZCAT en 1467.

La toponymie indique l'existence d'un gored (piège à poisson) au lieu-dit ar Gored.

La seigneurie de Saint-Georges (la famille de Saint-Georges est présente aux montres et réformations entre 1427 et 1481) s'étendait aussi en Plougoulm, Plounévez-Lochrist et Minihy du Léon ; cette famille se fondit par mariage dans celle de Kersauson à la fin du XVe siècle, en raison du mariage de Paul de Kersauson avec Sibille de Saint-Georges. La seigneurie de Mesguen se fondit elle aussi dans la famille de Kersauson en raison du mariage de Paul de Kersauson avec Marie du Mesguen[16].

La Renaissance et le XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Bannière de procession commémorant l'épidémie de peste de 1626-1627

La ville est marquée par deux épidémies de peste. C'est à cette époque que sont dressés les calvaires et croix dans la ville, pour conjurer le fléau de la peste. De cette époque date la chapelle de Kerzéan, plusieurs manoirs ou encore les halles situées en plein cœur de la ville.

En 1594, pendant les Guerres de la Ligue, François de Coëtnempren, seigneur de Kerdélégan[17], était capitaine des arquebusiers des paroisses de Cléder, Plouescat, Treffaouënan [Tréflaouénan], Guitevedé [Plouzévédé] et Plounéour [Plounévez-Lochrist][18].

En 1598 et 1599, un quart des habitants succombèrent lors d'une épidémie de peste à Plouescat[19]. Une autre épidémie de peste, qui sévit entre le et le , fit périr plus de 320 personnes[20].

Le XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Combat entre la Belle Poule et l'HMS Arethusa.
Le combat de la Belle Poule et L'Aréthuse.

La première moitié du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Cette période est marquée par de violentes épidémies de typhoïde qui sévissent dans toute la région.

La chapelle de Kerzéan est reconstruite (1714) et une nouvelle église est édifiée (1763).

Dans la nuit du 20 au , le trésor de la fabrique de Plouescat, enfermé dans un coffre-fort situé dans l'armoire de la sacristie de l'église paroissiale, est volé ; le sénéchal du tribunal seigneurial de Kérouzéré conduit l'enquête et les deux coupables furent condamnés aux galères[21].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plouescat de fournir 37 hommes et de payer 242 livres, et à celle de Larret de fournir 2 hommes et de payer 13 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[22].

Le combat naval de Pontusval[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'engagement français contre les Anglais lors de la guerre d'indépendance des États-Unis, le , à hauteur de Pontusval, la frégate française la Belle Poule, commandée par le lieutenant de vaisseau saintongeois Jean-Isaac Chadeau de la Clocheterie, livre bataille, vers 6 heures du soir, à la frégate anglaise HMS Arethusa, commandant Marshal. Les deux navires dérivèrent pendant le combat et se retrouvèrent, passé minuit, devant les grèves du Camlouis, en face de la chapelle de Saint-Eden, à 2 km environ à l'est de la baie du Kernic. L'Aréthuse eut le dessous : démâtée, le pont encombré de morts, elle s'enfuit vers la haute mer, tandis que la frégate française, encastrée dans les rochers, lui envoya sa dernière bordée de 50 coups de canon. L'action avait été dure. Le vainqueur comptait 40 morts et 57 blessés, dont La Clocheterie lui-même[23]. Partout en France ce fut la joie générale et les belles dames accommodèrent désormais leurs cheveux À la Belle Poule[24].

C'est à l'abri des batteries de Plouescat que la Belle Poule vint débarquer ses blessés, écrivent A. Marteville et P. Varin[25].

La récolte du goémon[modifier | modifier le code]

La collecte du goémon a suscité pendant des siècles de nombreuses querelles entre les habitants des paroisses littorales, comme l'écrit Antoine Favé :

« Du Corréjou à l'anse de Kernic, nous sommes sur les lignes d'un littoral aussi fertile en discussions héroïques, en batteries classiques, en procès interminables, qu'en gros temps et mauvais temps. Les administrateurs, les juges, les agents vigilants de la douane et de la maréchaussée, furent bien souvent mis sur les dents par les disputes, maintes fois meurtrières, de Plounéour-Trez, Goulven, Tréflez, Plounévez-Lochrist, Cléder, au sujet des délimitations de territoires et de questions de propriété touchant cette question vitale de la récolte du goémon[26]. »

Plouescat : fosse à goémon (le goémon y était brûlé afin d'obtenir de la soude)

Moysan, recteur de la paroisse de Plouescat, dans une lettre du adressée à l'évêque de Léon Jean-François de La Marche en réponse à son enquête sur la mendicité, proteste contre la déclaration du qui limite aux trois premiers mois de l'année la coupe du goémon et rappelle l'ordonnance de 1681 qui interdit d'en vendre aux autres paroisses. Il écrit (l'orthographe de l'époque a été respectée) :

« Les gens aisés jusques à présent deviendront sans tarder pauvres, égard à ce qu'ils habitent presque tous sur la côte et ne levoient leur subsistance, payoient leurs bois et saufages [chauffages] de l'argent des gouemons qu'ils vendoient aux autres paroisses ; ils souffrent cette année une perte de cinq mille livres faute de pouvoir vendre des gouemons aux autres paroisses, et d'en faire la coupe au printemps afin de les faire sécher ; autrement la coupe est inutile[27]. »

Le conseil municipal de Plouescat écrit en 1819 :

« Le transport du goëmon s'y fait par des radeaux [dénommés "dromes"[28].] remorqués quelquefois par des bateaux, mais plus souvent conduits par ceux qui les montent. Les bateaux sont toujours disposés à porter secours à ceux qui en auraient besoin[29]. »

Goémoniers sur la grève du Froutven vers 1925 (carte postale Villard)

Antoine Favé raconte :

« Le danger était grand, et bien souvent les hardis constructeurs de la drome n'osaient plus y monter au moment de la confier au gré des flots. C'est ce qui arriva un jour à deux faillis tailleurs [de goémon], voyant le coup abandonné par des Armoricains rendus prudents par la difficulté bien constatée de la navigation, prirent sur eux de conduire le radeau à bon port. Leur forfanterie ne tarda pas à être punie : ils se trouvèrent bientôt couverts d'écume, mais aussi de honte, sous la risée des goëmonniers, barbottant comme des barbets au sein de l'onde amère[29]. »

Un sous-préfet de Brest, De Carné, écrit en 1812 :

« À défaut d'ordonnances de police de [la] part [des Intendants des provinces maritimes], les Évêques furent obligés de faire un cas réservé de cette récolte à eux seuls, pour prévenir autant qu'il était en leur pouvoir les malheurs multipliés qui arrivaient par la témérité de ceux qui se mettaient sur des mulons de gouëmon liées par de mauvaises cordes pour les conduire au haut de la pleine mer, ou qui s'avançaient trop avant dans l'eau, pour attirer à eux le gouëmon qui flottait[30]. »

À la suite d'une enquête organisée par une circulaire du du préfet du Finistère, le conseil municipal de Plouescat répond à propos de la date d'ouverture de la coupe du goémon (l'orthographe de l'époque a été respectée) : « Deux jours de faveur aux habitants qui n'emploient que des chevaux, des paniers ou des civières » et que « les transports se font sur des radeaux rarement remorqués »[31].

Plouescat en 1778[modifier | modifier le code]

Famines et épidémies accroissent le nombre de morts à enterrer dans l'église, comme c'était alors la coutume : 129 morts à Plouescat en 1741. Les multiples interdictions concernant les inhumations dans les églises, décidées par les Évêques dès la fin du XVIe siècle et par le Parlement de Bretagne en 1719 et 1721 suscitèrent parfois des réactions très violentes à l'encontre du clergé de la part des paroissiens : par exemple à Plouescat, André Postec[32] fut enterré par volonté de sa famille dans l'église le , mais déterré à la suite d'une décision de justice le 23 décembre pour être inhumé dans le cimetière[33].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plouescat en 1778 :

« Plouescat, à 3 lieues à l'ouest de Saint-Pol-de-Léon, son évêché et sa subdélégation ; à 43 lieues de Rennes. Cette paroisse relève du Roi et ressortit à Lesneven. On y compte 1800 communiants[34] ; la cure est présentée par l'évêque. Ce territoire, borné au nord par la mer, renferme des terres bien cultivée et fertiles en grains de toutes espèces. Les maisons nobles sont : Penanprat, la Voyal, Ker-ouez, Saint-Georges, Ker-goual, Ker-naour, le Bréhonic, Goureploué, Ker-vova, Ker-ovara, Lannurien, Lezerec. Ker-ouzeré-Trogoff, avec haute justice appartient à M. Eon du Vieux-Châtel[35], de Saint-Malo[36] »

Révolution française[modifier | modifier le code]

La loi du fait de Plouescat et Sibiril des succursales de la paroisse de Cléder[37].

Le , le conseil municipal de Plouescat se réunit dans l'église paroissiale (ce qui était alors habituel) pour organiser le tirage au sort de 13 hommes âgés de 18 à 40 ans dans le cadre de la levée en masse. Une émeute « formée en dehors de l'église par des habitants des communes de Cléder et de Sibiril » s'accompagna d'une irruption dans l'église d'une partie des manifestants[38]. Les jours suivants, les paysans révoltés du Léon s'insurgèrent à l'occasion de la levée de 300 000 hommes, mais après leur défaite lors de la bataille de Kerguidu (), ils se soumirent à Canclaux, commandant en chef de l'Armée des côtes de Brest, remirent leurs armes, des otages, et payèrent les frais de l'expédition[39].

Article détaillé : Bataille de Kerguidu.

Les communes insurgées acceptent le les conditions suivantes : « tous les particuliers (...) seront désarmés dans tiers [trois] jours à la diligence de leurs conseils généraux (...) et tous les fusils seront remis et toutes autres armes offensives, aux administrateurs de leurs districts respectifs (...) ; le contingent des dites communes sera fourni dans tout délai de demain (...) ; les frais de l'emploi de la force armée et autres dépenses nécessitées par la révolte des paroisses seront réglées par une contribution dont la masse sera répartie entre les dites paroisses (...), et payée dans tiers jours après qu'elle sera connue ; (...) les principaux coupables et les chefs de l'insurrection dans chacune des trois communes seront désignés par elles aux commissaires ; (...) les cloches des dites paroisses seront descendues (...) ; les ponts abattus par les rebelles seront rétablis aux fais des paroisses insurgées (...) ; les communes (...) fourniront chacune quatre otages de choix et parmi leurs notables habitants pour sûreté de l'accomplissement des conditions ci-dessus (...) ». Le conseil municipal de Plouescat accepta ces conditions et dût payer 6 000 livres[40].

Plouescat devient le chef-lieu du canton, au détriment de Cléder, ceci après dix ans de querelles de clochers. Sept maires se succèdent à la tête de la ville en l'espace de dix ans.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Plan du littoral de Plouescat et particulièrement de la baie du Kernic datant de 1828.

Un arrêté préfectoral en date du autorise les communes de Cléder et de Plouescat à poursuivre devant les tribunaux le sieur de Kersaintgilly[Note 1] « pour le faire condamner à délaisser aux dites communes la possession et la propriété du marais de Kerfissien »[41].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plouescat en 1845 :

« Plouescat : commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui cure de 2e classe ; bureau d'enregistrement ; bureau des douanes ; chef-lieu de perception ; brigade temporaire de gendarmerie. (...) Principaux villages : Poulhazec, Kerheuleuc, la Croix, Kerugant, Prat ar Goasven-Kerret, Lanrial, Rochou, Kergorat, Guerbian. Superficie totale 1475 ha, dont (...) terres labourables 1001 ha, prés et pâtures 71 ha, bois 10 ha, vergers et jardins 20 ha, landes et incultes 279 ha (...). Moulins de Lanrial, de l'Île-en-Gal, à eau. On voit en cette commune plusieurs menhirs ; l'un des deux principaux est situé près du hameau de Lannarion, l'autre près de la métairie de Kervoarut ; ce dernier environ 7 mètres de hauteur. Outre l'église, il y a la chapelle du Calvaire, située près du bourg, et celle de Kerzéan, qui en est distante d'environ 2 000 mètres. L'agriculture tire un grand parti des engrais de mer, qui sont très abondants sur les grèves. Cet engrais se vend de 6 à 7 fr. la charretée, quand il est sec, et de 75 c. à 1 fr. quand il est vert. Deux batteries défendent la côte nord de ce territoire. (...) Il y a foire à Plouescat les premiers samedis des mois de février, avril, juin et décembre, les 10 août et 18 octobre. Géologie : constitution granitique ; le granite amphibolique se montre sur quelques points. On parle le breton[25]. »

L'église paroissiale Saint-Pierre de Plouescat.

La construction de l'actuelle église date de 1864, ainsi que le transfert du cimetière hors de la ville et le développement des écoles et de l'instruction primaire ; sa flèche, haute de 59 mètres, fut achevée en 1870.

Le pourcentage de conscrits illettrés à Plouescat entre 1858 et 1867 est de 55 %. En 1879 le maître d'école de Plouescat a, dans une classe unique, 185 élèves de divers niveaux[42].

Félix Benoist décrit ainsi l'élevage des chevaux dans la région de Plouescat en 1867 :

« Les cultivateurs de Plouescat et des communes du littoral entre Saint-Pol et Lesneven se livrent avec succès à l'élève du cheval et l'apprécient non seulement pour son utilité et les profits qu'ils en retirent, mais (...) ils l'aiment et le trouvent, après l'homme, la plus éminente créature. (..) Ils ne manquent jamais, quand un cheval tousse ou qu'il baille, de dire : « Saint Éloy vous assiste !  » (...) Le Léonard du littoral embrasse le cheval qu'il vend (...)[6]. »

« Il est expressément défendu de se baigner ou de récolter du goémon sans caleçon dans les rivières et sur tout le littoral de la commune » précise un arrêté du maire de Plouescat en date du [43].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Article de journal évoquant l'expédition de brocolis depuis la gare de Plouescat vers celle de Saint-Pol-de-Léon en 1910

Des Johnnies originaires de Plouescat trouvèrent la mort lors du naufrage du Hilda le [44] ; Plouescat fut particulièrement frappé par cette catastrophe : une équipe de 13 hommes, l'équipe Jaouen[45], fut entièrement perdue ; « de mémoire d'homme, on ne se souvient pas d'avoir vu un tel malheur s'abattre sur la région. Avec la perte d'hommes, pour beaucoup ce sera la misère ; car beaucoup étaient les cultivateurs qui devaient payer leur ferme avec l'argent que devaient envoyer d'Angleterre leurs parents »[46].

Article détaillé : SS Hilda.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'inauguration de la ligne ferroviaire des Chemins de fer départementaux du Finistère allant de Plouescat à Saint-Pol-de-Léon eût lieu le [47] (les travaux avaient été entrepris en 1905[48]). Cette ligne, surnommé "train-patate", servit à transporter légumes et passagers jusqu'à Saint-Pol-de-Léon ; mais la nécessité d'un transbordement coûteux en gare de Saint-Pol-de-Léon ou de Roscoff (la ligne de Plouescat à Saint-Pol-de-Léon étant à voie métrique à la différence de celle de l'Ouest-État au départ de Saint-Pol-de-Léon ou de Roscoff) fit que beaucoup de paysans préférèrent continuer à transporter leurs productions maraîchères en charrette jusqu'à l'une ou l'autre de ces deux gares[49] ; elle ferma en 1946[50].

La construction du nouveau port de Plouescat, dans l'anse de Porz Guen, fut entreprise en 1908 ; ce nouveau port « remplacera celui du Kernic, autrefois assez fréquenté et aujourd'hui inaccessible aux navires, à cause du sable qui en obstrue l'entrée. (...) Le nouveau port rendra un service inappréciable aux nombreux marins-pêcheurs de Plouescat et de Cléder (...). Ces braves gens ne se verront plus dans la perspective de voir, lors des tempêtes (...), leurs barques désemparées, coulées à l'ancre, jetées à la côte avec de grandes avaries, ou même complètement brisées contre les écueils. Faute d'un abri, ces malheureux pêcheurs sont tous obligés, chaque année, d'interrompe pêche et navigation, et de désarmer leurs bateaux, depuis le mois d'octobre jusqu'au mois d'avril »[51].

Yves Le Febvre, l'auteur de la Terre des prêtres, fut juge à Plouescat entre 1910 et 1917.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plouescat, édifié en 1923 par l'architecte Charles Chaussepied, porte les noms de 119 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, quatre sont morts sur le front belge en 1914 (Jean Calarnou à Rossignol, Pierre Guéguen à Auvelais, François Le Her à Ham-sur-Sambre, Jean Le Her à Maissin), huit : Jean Corre (second maître mécanicien torpilleur à bord du Kléber, disparu lors du naufrage de ce navire le dans l'avant goulet de Brest, a été décoré de la Médaille militaire), Hervé Elard, Jean Elard, François Mazéas, Jean Mesguen, François Moal, Yves Porhel, François Senant) sont des marins disparus en mer, deux sont morts dans les Balkans (Jean Le Duff en Serbie, François Mercier à Corfou (Grèce). Les autres sont décédés sur le sol français ; parmi eux quatre furent décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre : Jean Griec, soldat au 25e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Verdun (Meuse) ; François Keruel, soldat au 106e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Ostel (Aisne) ; Paul Ollivier, marsouin au 2e régiment d'infanterie coloniale, tué à l'ennemi le à Servon-Melzicourt (Marne) et le missionnaire Ovide Theven de Guéléran, curé de Dame-Marie (Haïti), caporal brancardier au 338e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Raon-l'Étape (Vosges) ; Laurent Le Gall, soldat au 207e régiment d'infanterie, mort des suites de ses blessures le à Commercy (Meuse), a été décoré de la Croix de guerre[52].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Jeune fille de Plouescat en coiffe traditionnelle (carte postale Villard)
  • La première moitié du XXe siècle est jalonnée d'évènements tels que l'évolution économique et sociale, malgré les pertes liées à la Première Guerre mondiale.
  • Plouescat est au cœur de la "Ceinture dorée", zone légumière qui produit en abondance des choux-fleurs, artichauts et oignons.
  • Le Lichen caragheen était récolté dans les premières décennies du XXe siècle : en 1915, les ports de Kerlouan et Plouescat en récoltaient chacun 100 tonnes, devancés seulement par Plouguerneau, qui en produisit cette année-là 150 tonnes[53].
  • En 1919 s'implante à Pont-Christ une usine de production d'iode et de dérivés d'algues. Elle attire une main d'œuvre importante et provoque l'extension du Port de Porsguen.
  • En 1931, les fêtes bretonnes de Treaz-Glaz se déroulent à Plouescat[54].

Dans la décennie 1920, Pierre Trémintin, maire de Plouescat, dirige la "Fédération des républicains démocrates du Finistère", un parti catholique rallié à la République qui s'intègre en 1926 au Parti démocrate populaire. En 1932, Pierre Trémintin se heurta au recteur de la paroisse qui voulait lui interdire d'organiser un bal dans le foyer communal ; le bal eût quand même lieu[55].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Soixante des cent vingt huit marins canadiens qui étaient à bord du destroyer HMCS Athabascan, noyés lors du naufrage de ce navire le au large de l'Île Vierge, ont été inhumés dans le carré militaire du cimetière de Plouescat[56].

Des habitants de Plouescat participèrent à la Résistance, formant un groupe du réseau Défense de la France à partir de 1943 : François L'Azou (hôtelier) et ses cousins, Yves et François L'Azou (coiffeur)[57], Pierre Abjean, Louis L'Aminot, Jean-Louis Seïté[58], Paul Ouvrier, Eugène Muller[59], Vincent Toullec ; plusieurs d'entre eux, arrêtés le dans la ferme de Coesfoennec, firent partie du dernier convoi de déportés, dit « train de Langeais »[60] parti de Rennes le en direction de l'Allemagne : François L'Azou et Pierre Abjean parviennent à s'échapper du convoi au Lion d'Angers[61], Louis L'Aminot faisant de même à Saint-Mars-du-Désert[62]. Par ailleurs François Pleiber, policier membre du réseau Navarre, arrêté le , fut déporté à Dachau[63], ainsi que Jean-Louis Seïté, plus tard restaurateur à Saint-Malo.

L'après-Seconde-Guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

  • Avec Pierre Trémintin comme Député-Maire et Conseiller Général, la commune accélère son équipement urbain : voirie communale, électrification, téléphone, etc. Les nouvelles constructions et l'amélioration de l'habitat s'intensifient.
  • L'agriculture reste la principale richesse de la commune suivie de près de l'activité touristique. Depuis 1978, Plouescat a le statut de station balnéaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Plouescat

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La mairie de Plouescat se situe rue de la Mairie, face à l'église. Depuis le 15 mars 2008, Jean Le Duff, retraité cadre bancaire, occupe le poste de maire de la ville. Lui et son conseil municipal sont principalement des membres de gauche.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1793 Vincent Le Saint[Note 2]   Laboureur.
1793 1795 Denis Derryen (Derrien)[Note 3]    
1795 1795 Gabriel Bodenes[Note 4]    
1795 1795 Hervé Boulch[Note 5]   Huissier de justice de paix du canton de Plouescat.
1795 1797 Denis-Marie Rosec[Note 6]   Notaire.
1797 1801 Gabriel Bodenes   Déjà maire en 1795.
1801 1808 Yves Rosec[Note 7]   Marchand d'étoffes. Fils de Denis-Marie Rosec, maire entre 1795 et 1797.
1808 1830 François Rosec[Note 8]   Propriétaire. Fils d'Yves Rosec, maire précédent.
1830 1832 Jean Marie Le Clech[Note 9]   Notaire.
1832 1832 Joseph Marie Bodénès[Note 10]   Greffier. Juge de paix du canton de Plouescat. Fils de Gabriel Bodenes, maire en 1795 et entre 1797 et 1801.
1832 1853 Augustin Rosec[Note 11]   Notaire.
1844 1848 Jean Marie Le Clech   Déjà maire entre 1830 et 1832.
1848 1853 Auguste François Marie Rosec[Note 12]   Propriétaire. Fils de François Rosec, maire entre 1803 et 1830.
1865 1870 Alexandre Cabon de Mésormel[Note 13]   Chirurgien de marine. Médecin. Chevalier de la Légion d'honneur.
1871 1872 Jean-Marie Grall[Note 14]   Cultivateur.
1872 1878 Yves Pinvidic[Note 15]   Conseiller général .
1878 1881 François Inizan[Note 16]   Cultivateur.
1881 1882 Yves Pinvidic   Déjà maire entre 1872 et 1878.
1882 1893 Joseph Trémintin[Note 17]   Rentier
1893 1903 Ferdinand Ambroise Cadour[Note 18]   Notaire.
1903 1907 François Bellec[Note 19]   Cultivateur.
1907 1912 François Le Vezo[Note 20]   Cultivateur.
mai 1912 octobre 1966(décès) Pierre Trémintin PDP puis MRP Avocat. Fils de Joseph Trémintin, maire entre 1882 et 1893.
novembre 1966 février 1971 François Rouxel DVD Garagiste.
mars 1971 mai 1976 Yves Michel DVD Retraité des armées.
juin 1976 février 1989 René Dincuff DVD Commerçant.
mars 1989 février 2001 Daniel Jacq DVD Employé sécurité sociale.
mars 2001 mars 2008 Jérôme Blonz[64] DVD Enseignant.
15 mars 2008 avril 2014 Jean Le Duff DVD Retraité cadre bancaire.
avril 2014 en cours Daniel Jacq MoDem Retraité Fonction publique.
Les données manquantes sont à compléter.

Circonscriptions et cantons[modifier | modifier le code]

La 5e circonscription est composée des cantons de Landerneau (Landerne), Lesneven (Lesneven), Landivisiau (Landivizio), Guipavas (Gwipavaz), Lannilis (Lanniliz) et Plouescat.

Le canton de Plouescat regroupait les communes de Lanhouarneau, Plouescat, Plougar, Plounévez-Lochrist, et Tréflez, il fut supprimé en 2015 après le redécoupage.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec trois villes :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la ville sont nommés les Plouescatais et les Plouescataises.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[65]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[66].

En 2015, la commune comptait 3 471 habitants[Note 21], en diminution de 3,82 % par rapport à 2010 (Finistère : +1,13 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1182 1242 4072 3963 0173 2383 3143 4673 180
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 0033 0823 1763 0953 1673 1483 0692 9833 095
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 1453 3823 5263 5823 8664 0024 1374 2244 131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4 0424 0034 0083 9353 6893 6603 7373 6093 471
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[67] puis Insee à partir de 2006[68].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution du rang démographique[modifier | modifier le code]

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[69] 1975[69] 1982[69] 1990[69] 1999[69] 2006[70] 2009[71] 2013[72]
Rang de la commune dans le département 31 36 43 44 44 46 51 58
Nombre de communes du département 286 283 283 283 283 283 283 283

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2017, 54 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 15,4 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[73].

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

Plouescat dispose de quatre établissements scolaires.

  • L'école maternelle et primaire catholique, Notre-Dame-des-Victoires.
  • L'école maternelle et primaire laïque, Anita-Conti.
  • Le collège catholique, Saint-Joseph.
  • Le collège public, Louis-et-Marie-Fichez.

Manifestations culturelles et festivals[modifier | modifier le code]

Le marché[modifier | modifier le code]

Tous les samedis se tient le marché du village, place des Halles.

Les Mardis de Plouescat[modifier | modifier le code]

Depuis plusieurs années, la ville organise chaque mardi d'été, des concerts gratuits adressés à un large public. Les Mardis de Plouescat ont vu se succéder des groupes de notoriété tel que Merzhin, Matmatah, Tri Yann, Red Cardell, Gérard Jaffrès etc.

L'exposition Art tout cour'[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, Art tout cour' a pris le relais de l'exposition Plouesc'art, présente depuis 1988 à Plouescat, avec une nouvelle orientation axée sur la mise en valeur de toutes les formes d'art actuel (peinture, sculpture, photo, arts graphiques, design...). Elle se tient toujours à l'école Anita Conti et se déplace de plus en plus dans la rue, à la rencontre de son public. Son signal : l'éclosion dans la ville de plots de toutes les couleurs qui indiquent que l'expo est ouverte.

Le Festival Place aux Mômes[modifier | modifier le code]

Festival Place aux Mômes.

Le Festival est un évènement organisé par l'Office de Tourisme et consacré au théâtre de rue pour enfants. Des artistes venus de toute l'Europe interviennent l'été pour le plaisir des enfants. Les Halles de la ville font place au jonglage, théâtre, musique et acrobatie tous les lundis de juillet et d'août.

Le Festival Léon'Art Jazz[modifier | modifier le code]

Chaque année se déroule ce festival de jazz amateur. Une messe Gospel à l'église et un apéro-jazz sont proposés avec diverses animations. Les amateurs de jazz apprécieront la programmation est riche et variée autour d'une dégustation de poissonade aux Halles.

Les courses hippiques[modifier | modifier le code]

La Baie du Kernic et ses 250 hectares représente une aire de sable plate et dure qui sert chaque août d'hippodrome à la ville. Les chars à voile du centre nautique municipal laisseront la place aux chevaux de trot et de galop mais aussi aux postiers bretons pour deux journées de courses. Tout le monde peut venir parier ou simplement apprécier le spectacle. Les courses de Plouescat c’est aussi le côté festif avec restauration le midi sur l’hippodrome et le soir avec l'ambiance disco sous un chapiteau.

Le Triathlon Sprint[modifier | modifier le code]

Le Triathlon est le rendez-vous estival pour les sportifs amateurs ou confirmés prêts à affronter 750 m de natation, 20 km de cyclisme et 5 km de course à pied. La rencontre est organisée par le Jogging Club de Plouescat. Pour toute information complémentaire ou inscription, vous pouvez vous rendre sur le site : http://triathlon.plouescat.free.fr

Courses hippiques.

Fête de la Mer[modifier | modifier le code]

Depuis plus d'un siècle, cette fête anime le port de Pors Guen, le temps d'un week-end. Traditionnellement dédiée aux marins disparus avec un hommage religieux, la fête de la mer est aujourd'hui un moment de convivialité, de découvertes culturelles avec une programmation variée.

Festival des jeux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Olivier Diraison naît à Plouescat le 31 juillet 1873 de père notaire. Entré à l'École Navale en 1891, il est vite promu Enseigne de Vaisseau de 1re classe et affecté à Toulon en 1896.
    Sa carrière militaire lui inspira sous le pseudonyme de Seylor (pour sailor qui signifie marin en anglais) Les Maritimes, mœurs candides qui fera succès. Cet ouvrage le fera réformer par la Marine et il retourne à la vie civile en 1901. Sa carrière d'auteur commence alors.
    En 1914, la guerre éclata et Diraison s'engagea dans l'armée. Il succombera à ses blessures en juin 1916 à la suite d'une attaque allemande.
    Son nom figure au Panthéon entre Charles Péguy et Guillaume Apollinaire.
  • Paul Le Tallec naît à Plouescat le 13 octobre 1896 de père ingénieur TPE. Brillant élève, la guerre mis fin à ses études.
    Après celle-ci il s'engage du côté des Russes blancs et fait campagne en Sibérie. Sa vie littéraire commence avec ses articles sur l'Amérique et sur les Bolchéviques. Son travail a beaucoup de succès et ses articles font même la une d'Ouest-Éclair. Il se spécialise après sur l'écriture d'article techniques pour des revues spécialisées (en agriculture et en industrie).
    Avec le Seconde Guerre mondiale, il s'adonne à la rédaction d'un essai sur ses années à l'étranger. 'John Doe notre frère' parait en 1956 et est salué comme un livre évènement par l'ensemble de la presse française. Il meurt peu de temps après, en août 1958.
Pierre Trémintin.
  • Pierre Trémintin naît le 5 juin 1876, dans un bâtiment qui prendra son nom plus tard. Il vient d'une famille bourgeoise aisée qui va lui permettre de faire des études juridiques. La politique l'intéresse et surtout le catholicisme social. Il devient conseiller général du Finistère en 1904, conseiller municipal en 1908 puis maire de la ville en 1912.
    Il va beaucoup contribuer à la modernisation de la ville : il crée la Fondation Hospitalière, un Centre nautique, un port de pêche et restaure certains joyaux du patrimoine plouescatais. Il Installe aussi les processus d'électricité et d'eau.
    Il sera député de 1924 à 1940 puis Président de l'Association des maires de France et conseiller de la République en 1947. Il meurt en octobre 1966 et rassemble pour ses funérailles une foule jamais égalée depuis.
  • Edouard Gabriel Mesguen naît le 28 novembre 1880 à Plouescat, de père douanier et de mère lingère. Après des études au collège de Saint-Pol-de-Léon, il entre au séminaire de Quimper et devient prêtre en 1905.
    Il enseigna pendant 15 ans à Quimper et Lesneven et il est promu supérieur de l'institution en 1920. Il est nommé évêque du diocèse de Poitiers en 1934 et devient monseigneur Mesguen. Il publia l'ouvrage 'Trois cents ans, les Ursulines de Saint-Pol-de-Léon'. Il meurt en août 1956 à Poitiers.
  • Gwenc'hlan Le Scouezec naît le 11 novembre 1929 de père artiste-peintre.
    Il détient la fonction de grande-druide de Bretagne, docteur en médecine, écrivain, ancien professeur de l'Institut français de Grèce, ancien officier à la Légion étrangère, croix de la valeur et médaille d'Algérie. Il était marié et avait quatre enfants. Il est mort en 2008.
  • Béatrice Abollivier, née à Plouescat le d'Yves Abollivier, maître principal infirmier de la marine nationale, et de Marie-Yvonne Nédélec, est une politicienne, élue pendant 23 ans à Paris, et haute fonctionnaire, pendant plus de 10 ans préfète dans plusieurs départements successifs.
  • Loïc Prigent né le 15 juillet 1973 à Plouescat, est un journaliste et un documentariste spécialisé dans la mode. Il commence comme journaliste à Libération et à Dépêche Mode. C’est pour le journal qu’il se retrouve pour la première fois à un défilé, avec pour mission d'écrire sur le show. Plutôt qu’un simple compte-rendu, il rapporte l'ambiance des coulisses, les potins des shows avec un humour décalé.

Activités associatives et municipales[modifier | modifier le code]

La ville de Plouescat dispose de :

  • Une bibliothèque.
  • Un cinéma.
  • Un casino jeux.
  • Un centre nautique.
  • Un centre aéré.
  • Un foyer jeunes.
  • 13 associations sportives.
  • 10 associations culturelles et de loisirs créatifs.
  • 12 associations organisatrices de fêtes et d'animations.
  • 14 associations solidaires et éthiques.

Ces associations sont principalement gérés par des bénévoles et sont souvent affiliées à une fédération.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le nombre de ménages fiscaux en 2013 était de 1 608 (dont 48,8% sont imposés) représentant 3 422 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 19 289 €[8].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 1 125, occupant 1 193 actifs résidants (salariés et non-salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 69,7% contre un taux de chômage de 12,9% [8].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de trois cent vingt-cinq dont cinquante dans l’agriculture-sylviculture-pêche, dix-huit dans l'industrie, vingt-six dans la construction, cent quatre vingt-neuf dans le commerce-transports-services divers et quarante-deux étaient relatifs au secteur administratif.

Cette même année, dix-sept entreprises ont été créées dont onze par des Auto-entrepreneurs[8].

Culture et patrimoine : Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

La commune de Plouescat[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église.

Le bourg[modifier | modifier le code]

Le bourg est d'abord construit autour des halles et de l'église. Aux abords de celles-ci, plusieurs maisons présentent une architecture soignée (symétrie, pierres de taille, garde-corps travaillés, etc.) qui caractérise le style architectural du XVIIIe siècle.

Le patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre

L'église actuelle est la troisième de la paroisse de Plouescat. Après la démolition de la première en 1763 car jugée trop petite, la construction de la seconde en 1863, l'actuelle église est de style néo-gothique. La flèche s'élève à 59 mètres et c'est l'une des plus hautes de la région.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les chapelles
  • La chapelle de Kerzéan date du XVIe siècle et est de style gothique ; elle a été remaniée au XVIIIe siècle et restaurée en 1809 et dans la décennie 1960. On remarque l'emplacement des blasons au-dessus du porche. À l'intérieur se trouve la statue de Notre-Dame de Kerzéan, classée monument historique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • À proximité se trouve le calvaire autel de Kergoal, datant de 1667, don de riches marchands de l'époque ; il a été restauré en 1927. L'autel situé au pied du calvaire servait de reposoir lors des processions.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La chapelle du Calvaire est dédiée à Notre-Dame-du-Mont-Calvaire et a été construite en 1714.
Les croix et les calvaires

On dénombre 25 croix et calvaires dans la ville. Le calvaire le plus ancien est celui d'Irvit (XVe siècle). Le plus récent est celui de Kergoal-Vihan (1667).

Le patrimoine mégalithique (gallo-romain)[modifier | modifier le code]

Thermes gallo-romains de Gorré Bloué.
  • Les mégalithes

Les mégalithes sont l'œuvre des premiers peuples sédentaires datant de l'âge du bronze, comportant menhirs et dolmens. Les plus connus sur la commune sont les menhirs de Prat Meur et de Cam Louis. Les dolmens se sont développés en Bretagne vers 3000 av. J.-C.

  • Les stèles gauloises

Les stèles sont l'œuvre de tribus celtes datant du second âge du fer (entre moins 450 et le début de l'ère chrétienne). On distingue de types de stèles : les stèles basses de forme ovoïde comme celle de Gorré Bloué et les stèles hautes, plus nombreuses à Plouescat, qui sont généralement en colonne de 4 à 16 facettes.

  • Les thermes gallo-romains

On compte le balnéum de Gorré Bloué construit vers le IVe siècle apr. J.-C. Le bâtiment mesurait à l'origine 15 m sur 13 avec 9 pièces dont les fonctions étaient bien précises (salle centrale à ciel ouvert, salle tiède, chaude et froide, chaudière, etc.).

Le patrimoine civil et militaire[modifier | modifier le code]

Les manoirs[modifier | modifier le code]

Les halles de Plouescat.

Plouescat compte plus d'une vingtaine de manoirs.

  • Le manoir de Prat-Bihan

C'est le plus imposant de la ville et on suppose qu'il a été construit par un riche marchand au XVIe siècle.

  • Le manoir de Mesguen

Le bâtiment date du XVIe siècle et était la propriété de la famille nombreuse De Kersauzon.

Les halles[modifier | modifier le code]

Les halles symbolisent la fonction économique de la ville (d'ailleurs la vie de la cité se concentrait autour de celles-ci). Elles datent du début du XVIe siècle et sont depuis 1915 classées Monument Historique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La poudrière de Saint-Eden[modifier | modifier le code]

Le magasin à poudre de Saint-Eden a été construit au XVIIIe siècle et faisait partie d'un ensemble fortifié comprenant deux batteries, un corps de garde et une guérite.

Les fours à goémon[modifier | modifier le code]

Il existe 2 fours à goémon sur la commune (près du rocher Roch Men Goubars et près du menhir de Cam Louis)[74].

Ce sont des tranchées d'une dizaine de mètres creusées dans le sol datant du XXe siècle, avec des parois et un fond tapissés de pierres plates assemblées. Les fours à goémon servaient à extraire le carbonate de sodium par brûlage du goémon séché.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chanoine Henri Pérennès : Plouescat Notice sur la paroisse (éd. Le livre d'histoire Monographie des villes et villages de France)
  • René Monfort : Plouescat, gens de terre et de mer, un livre illustré de 120 photos prêtées par les Plouescatais et commentées par eux-mêmes. La vie quotidienne des gens de la côte au cours de la première moitié du XXe siècle.
  • Paul Grijol et Bernard Mercier : Plouescat et son patrimoine (mise en page par l'Association Sevel Ploueskad).
  • Paul Grijol Plouescat d'hier et d'aujourd'hui 1988
  • Paul Grijol Au cœur, autour et au-delà de la baie du Kernic, 1997
  • Louis Coudurier : Brest et ses environs.
  • Hervé Guichoux : "Plouescat - Vivre en Léon au XVIIIe siècle" 1996

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Urbain de Kersaintgilly, né le à Morlaix, décédé le au château de Tronjulien en Plounévez-Lochrist.
  2. Vincent Le Saint, né le à Plouénan, décédé le à Plouescat.
  3. Denis Derryen (Derrien), baptisé le à Plouescat, décédé le au bourg de Plouescat.
  4. Gabriel Bodenes, né le à Plouguerneau, décédé le à Plouescat.
  5. Hervé Boulch, né le à Plouescat, décédé le à Plouescat.
  6. Denis-Marie Rosec, né le à Plouescat, décédé le à Plouescat.
  7. Yves Rosec, baptisé le à Plouescat, décédé le à Plouescat.
  8. François Rosec, baptisé le à Plouescat, décédé le au bourg de Plouescat.
  9. Jean Marie Julien Le Clech, né le 13 messidor an VI () à Lesneven, décédé le à Plouescat.
  10. Joseph Marie Bodénès, né le à Plouescat, décédé le à Plouescat.
  11. Augustin Jean François Rosec, né le à Lesmelchen en Plouescat, décédé le au bourg de Plouescat.
  12. Auguste François Marie Rosec, né le au bourg de Plouescat, décédé le au bourg de Plouescat.
  13. Alexandre Cabon de Mésormel, né le à Plouescat, décédé le au bourg de Plouescat.
  14. Jean-Marie Grall, né le à Plouescat, décédé le à Kergoarat en Plouescat.
  15. Yves Pinvidic, né le à Plouescat, décédé le à Plouescat.
  16. François Inizan, né le à Plouescat, décédé le à Plouider.
  17. Joseph Trémintin, né le à l'Île-de-Batz, décédé le à Plouescat.
  18. Ferdinand Ambroise Cadour, né le au bourg de Plouescat, décédé le au bourg de Plouescat.
  19. François Marie Bellec, né le à Plouescat.
  20. François Le Vezo, né le au moulin de Kerivian en Plounévez-Lochrist, décédé le à La Croix en Plouescat.
  21. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pays Pagan - Villes et communes de Bretagne par pays traditionnel.
  2. C. Yoni et B. Hallegouet, Extractions d'amendements marins et recul de la ligne de rivage en baie de Goulven (Finistère). Les paradoxes de la gestion d'un site, revue Norois, année 1998, consultable https://www.persee.fr/doc/noroi_0029-182x_1998_num_177_1_6850.
  3. http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/littoral-le-prix-citron-decerne-a-plouescat-29-05-02-2010-769772.php.
  4. « Plan séisme consulté le 12 septembre 2016 ».
  5. "Répertoire des carrières de pierre de taille exploitées en 1889 : recherches statistiques et expériences sur les matériaux de construction", 1890, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9780517q/f115.image.r=Cl%C3%A9der.
  6. a et b Félix Benoist, "La Bretagne contemporaine", tome "Finistère", 1867, Henri Charpentier imprimeur-éditeur.
  7. http://www.bretagne.com/fr/patrimoine_maritime/en_finistere/ports/porsguen.
  8. a, b, c et d Statistiques officielles de l‘INSEE (version novembre 2016).
  9. Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère, 1991.
  10. Hervé Abalain, Les noms de lieux bretons, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2000, p. 94
  11. Joseph Loth, "Les noms des saints bretons", Revue celtique, 1909, Vol. XXX, p. 287.
  12. a et b « Les blasons des villes et villages de France. ».
  13. http://megalithes-breton.fr/29/accueil_29.php?nom=al/plouescat.html.
  14. http://megalithes-breton.fr/29/accueil_29.php?nom=me/plouescat4.html.
  15. http://www.infobretagne.com/plouescat.htm
  16. http://www.infobretagne.com/plouescat.htm.
  17. François de Coëtnempren était seigneur de Kerdournant en Tréflaouénan
  18. Anatole de Barthélémy, "Choix de documents inédits sur l'histoire de la Ligue en Bretagne", 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110009t/f85.image.r=Cl%C3%A9der?rk=4978565;2.
  19. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7]
  20. http://www.infobretagne.com/plouescat.htm.
  21. Jean Rohou, "Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7].
  22. >"Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan.
  23. http://jln.tourbier.pagesperso-orange.fr/histoire/histoire_41.htm.
  24. Journal L'Ouest-Éclair no 12699 du 14 août 1931, [lire en ligne].
  25. a et b A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiS553huZrZAhUGcRQKHda_CvkQ6wEIKDAA#v=onepage&q=Plouescat&f=false.
  26. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIème et XVIIIème siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f174.image.
  27. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIème et XVIIIème siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f184.image
  28. radeaux de goémon flottant, utilisée pour le transport des goémons en mer, voir http://sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/asp/inventaire/pleubian/Geoviewer/Data/HTML/IM22005992.html.
  29. a et b Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIème et XVIIIème siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f185.image.
  30. De Carné, cité par Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIème et XVIIIème siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f185.image.
  31. Antoine Favé, Les faucheurs de la mer en Léon (récolte du goémon aux XVIIe et XVIIIe siècles), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2076777/f196.image.
  32. André Postec, décédé âge de 69 ans le à Kerscouarnec en Plouescat
  33. Jean Rohou, Fils de ploucs, tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7].
  34. Personnes en âge de communier.
  35. Nicolas Éon du Vieux-Châtel, né vers 1718, négociant, décédé le à Saint-Coulomb près de Saint-Malo.
  36. Jean-Baptistye ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1778, consultable [[ lire en ligne]].
  37. "Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f432.image.r=Cl%C3%A9der?rk=21459;2.
  38. Albert Laot, "La bataille de Kerguidu. Révolte contre-révolutionnaire en Basse-Bretagne, mythe et réalité", Skol Vreizh n°65, 2013.
  39. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj-_Yzm8PnYAhVEWhQKHQRmANoQ6AEIODAD#v=onepage&q=Cl%C3%A9der&f=false.
  40. Paul Peyron, "Documents touchant l'insurrection du Léon en mars 1793", 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5656046p/f89.image.r=Cl%C3%A9der.
  41. Émile Reverchon, "Des Autorisations de plaider, nécessaires aux communes et établissemens publics", 1853, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6464822d/f276.image.r=Cl%C3%A9der?rk=5665264;0.
  42. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  43. Cité par Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 1, 2005, éditions Ouest-France, [ISBN 2-7373-3452-7].
  44. Louis Fabulet, Braves gens de Roscoff, Cléder et Sibiril, journal L'Ouest-Éclair, n° du 26 novembre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6408995/f1.image.r=Cl%C3%A9der?rk=21459;2.
  45. La Compagnie dirigée par Paul-Marie Jaouen (né le à Kerscao en Plouescat) eût 14 victimes, la plupart originaires de Plouescat et Cléder, voir la liste de ses membres dans le journal L'Univers, n° du 26 novembre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k712546d/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=21459;2.
  46. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 novembre 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640897d/f3.image.r=Cl%C3%A9der?rk=42918;4.
  47. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 juin 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641474m/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=7274714;0.
  48. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 24 février 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6406247/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=9871294;2.
  49. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 22 mars 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6417468/f6.image.r=Cl%C3%A9der?rk=12489332;0 et n° du 9 mai 1909, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6421595/f6.image.r=Cl%C3%A9der?rk=12167442;0.
  50. http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/plouzevede/cleder/conference-a-l-epoque-ou-le-train-patate-s-arretait-a-cleder-19-06-2011-1341609.php.
  51. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 2 décembre 1907, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6416357/f4.image.r=Cl%C3%A9der?rk=11695336;4.
  52. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=20276.
  53. Dr G. Quesneville, L'exploitation industrielle des plantes marines, "Le Moniteur scientifique du Docteur Quesneville", 1915, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2152612/f178.image.r=Kerlouan.langFR.
  54. Journal L'Ouest-Éclair no 12707 du 22 août 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k624545m/f4.zoom.r=Kerlouan.langFR.
  55. Jean Rohou, "Catholiques et Bretons toujours ? (essai sur l'histoire du christianisme en Bretagne)", éditions Dialogues, Brest, 2012, [ISBN 978-2-918135-37-1].
  56. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=990209.
  57. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-l.htm#deb.
  58. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/convoi44/list-dep-train-s.htm#deb.
  59. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/convoi44/list-dep-train-m.htm#deb.
  60. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/convoi44/list-dep-train-a.htm.
  61. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-ab.htm.
  62. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/convoi44/list-deportes-trainkl.htm#deb
  63. http://www.letelegramme.fr/finistere/plouescat/necro-francois-pleiber-resistant-deporte-16-07-2015-10707111.php et https://www.ouest-france.fr/bretagne/plouescat-29430/necrologie-francois-pleiber-ancien-resistant-3568372.
  64. http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/plouescat/plouescat/necrologie-jerome-blonz-ancien-maire-03-07-2010-977427.php.
  65. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  66. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  67. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  68. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  69. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  70. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  71. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  72. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  73. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm.
  74. Brochure Plouescat. Cléder - Côte des sables, page 17, éditée par l'office du tourisme de Roscoff.