Abel Tarride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tarride.
Abel Tarride
Abel Tarride 1902 (cropped).jpg

Abel Tarride en 1902.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Abel Tarride est un acteur et un dramaturge français, né le à Niort et mort le à Lyon[1]. Abel Tarride est notamment connu pour son interprétation du commissaire Maigret dans le film Le Chien jaune, en 1932.

Biographie[modifier | modifier le code]

Acteur et dramaturge, Abel Tarride fut aussi directeur du Théâtre de la Renaissance à Paris, succédant à Sarah Bernhardt et à Lucien Guitry.

Il est le père du réalisateur Jean Tarride et de l'acteur Jacques Tarride, nés de son mariage avec la comédienne Marthe Régnier[2]. D'un second mariage avec Marie Antoinette Payen il a eu un autre fils, Sacha Tarride, né à Marseille en 1918, qui joue le rôle du jeune Toto dans On purge bébé de Jean Renoir[2].

Simenon ne semble pas avoir apprécié l'interprétation par Tarride du commissaire Maigret ; dans Les Mémoires de Maigret il fait tenir au commissaire les propos suivants, après s'être vu au cinéma : « Quelques mois plus tard, je rapetissais de vingt centimètres (Maigret vient de parler de l'interprétation de Pierre Renoir) et, ce que je perdais en hauteur, je le gagnais en embonpoint, je devenais sous les traits d'Abel Tarride, obèse et bonasse, si mou que j'avais l'air d'un animal en baudruche qui va s'envoler au plafond[3] ».

Dramaturge[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Abel Tarride vers 1910.

Comédien de théâtre[modifier | modifier le code]

Abel Tarride, Gabrielle Réjane et Gabriel Signoret dans La clef de Sacha Guitry, dessin de Yves Marevéry

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lesGensduCinema.com.
  2. a et b Claude Beylie et Philippe d'Hugues, Les oubliés du cinéma français, préface de Jean-Charles Tacchella, Éditions du Cerf, 1999, p. 129.
  3. Georges Simenon, Les Mémoires de Maigret, page 48 de l'édition de 1951, Presses de la Cité.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :