Maigret et le Marchand de vin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maigret et le Marchand de vin
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Presses de la Cité
Lieu de parution Paris
Date de parution 1970
Nombre de pages 190
ISBN 2253142093
Série Commissaire Maigret
Chronologie

Maigret et le Marchand de vin est un roman policier de Georges Simenon publié en 1970. Il fait partie de la série des Maigret. Son écriture s'est déroulée entre les 23 et à Epalinges (canton de Vaud), Suisse.

Résumé[modifier | modifier le code]

En sortant d'une maison de rendez-vous où il était allé en compagnie de sa secrétaire, Oscar Chabut, un riche négociant en vins, est assassiné à coups de revolver. Enquêtant auprès de sa famille et de son nombreux personnel, Maigret peut découvrir le fond de la personnalité de la victime.

Après des débuts difficiles, Chabut est parvenu à créer et diriger une entreprise commerciale considérable et florissante. Resté néanmoins timide, il avait besoin, pour croire en lui-même, de dominer, mépriser et humilier autrui. L'enquête pourrait s'orienter sur l'éventualité de maris jaloux qui auraient voulu se venger, mais cette voie n'aboutit pas.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

En sortant d'une maison de rendez-vous où il était allé en compagnie de sa secrétaire, Oscar Chabut est assassiné. Enquêtant auprès de sa famille et de son nombreux personnel, Maigret peut découvrir le fond de la personnalité de la victime. Après des débuts difficiles, Chabut est parvenu, grâce à un travail opiniâtre, à créer et diriger une entreprise commerciale considérable et florissante. Resté néanmoins timide, il avait besoin, pour croire en lui-même, de dominer, mépriser et humilier autrui. Ceci explique ses multiples liaisons passagères et le cynisme avec lequel il n'hésitait pas à écraser ses concurrents. L'enquête s'oriente donc naturellement vers ces deux directions et s'intéresse particulièrement à l'éventualité de maris jaloux qui auraient voulu se venger, mais cette voie n'aboutit pas. Cependant, Maigret ne tarde pas à s'apercevoir que depuis le début de son enquête, un individu suit ses faits et gestes, le précède même parfois dans ses déplacements, sans que le commissaire puisse mettre la main sur lui. Cet homme – en qui Maigret devine l'assassin – va jusqu'à lui téléphoner et lui écrire pour dénoncer chaque fois en Chabut « une ignoble crapule ». Le témoignage de la secrétaire de la victime apprend au commissaire qu'il s'agit probablement de l'ancien comptable de l'entreprise, Gilbert Pigou, mis à la porte dans des conditions particulièrement humiliantes : ayant commis quelques détournements peu importants, Pigou a été injurié et même giflé devant témoin par son patron qui lui a jeté à la figure tout son mépris et l'a congédié en ne lui laissant aucune chance de retrouver un emploi. Les tentatives pour arrêter Pigou échouent. L'assassin aux abois se rend lui-même en pleine nuit au domicile du commissaire – en qui il espère trouver de la compréhension – pour lui faire une confession pitoyable : devenu un voleur sans envergure parce que sa femme lui reprochait de ne pas gagner assez d'argent, Pigou n'a pas osé avouer à celle-ci qu'il était congédié et a volé à son patron de quoi survivre pendant trois mois ; après ce temps, n'ayant pas retrouvé de travail et ayant appris que sa propre épouse a été aussi la maîtresse momentanée de Chabut, il a suivi un jour ce dernier et l'a abattu. Malgré sa pitié et sa sympathie, Maigret fait arrêter Pigou.

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

Après avoir « rarement vu autant de personnages peu ragoûtants dans une seule enquête », Maigret tire la conclusion que « chacun de nous est plus ou moins à plaindre ». Il est difficile de déterminer si le « héros » est la victime ou l’assassin. L’étude du point de vue serait intéressante : racontée par la secrétaire et par Pigou, interprétée par Maigret, la scène de la gifle, par exemple, offre trois visions différentes.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Paris (rue Fortuny, place des Vosges, quai de Charenton, boulevard Richard-Lenoir).

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête se déroule du 15 au 20 décembre.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Oscar Chabut, la victime. Négociant en vins. Marié, pas d’enfants. Environ 45 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Chabut, son épouse, environ 40 ans
  • Désiré Chabut, son père, 73 ans
  • Anne-Marie Boutin, secrétaire de Chabut, 21 ans
  • Gilbert Pigou, ex-comptable de Chabut, 44 ans
  • Liliane Pigou, son épouse.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.