L'Écluse numéro 1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Écluse no 1
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur A. Fayard
Lieu de parution Paris
Date de parution 1933
Série Commissaire Maigret
Chronologie

L'Écluse no 1 est un roman policier belge de Georges Simenon, écrit en avril 1933 à Marsilly (Charente-Maritime) et publié en juin 1933 chez A. Fayard avec pour l'édition originale une jaquette dessinée par Bernard Bécan; il fait partie de la série des Maigret.

L'œuvre connaît la publication d'une édition pré-originale en feuilleton dans le quotidien Paris-Soir, du 23 mai au (soit 25 épisodes).

Résumé[modifier | modifier le code]

Après une soirée trop arrosée, le vieux Gassin, en regagnant son bateau, tombe à l'eau et est aussitôt agrippé par un deuxième homme en passe de se noyer. Ce dernier n'est autre que Ducrau, le patron de Gassin. On les repêche et on s'aperçoit que Ducrau a reçu un coup de couteau dans le dos avant de se retrouver dans le canal. On parvient à le sauver et il demande l'intervention de la police, ce qui déclenche l'enquête de Maigret. Ducrau, non sans une secrète satisfaction, lui expose sa vie de famille : il mène une existence dissolue ; sa femme n'est guère qu'un souillon ; son fils Jean, malade et déséquilibré, n'a pas d'importance à ses yeux ; quant à sa fille, qui a épousé un militaire médiocre, seul l'argent de son père l'intéresse. Très vite, Maigret remarque Aline, jeune fille étrange et quelque peu arriérée mentalement. Elle est la mère d'un garçon, quoique tout le monde à Charenton, pense qu'elle élève ainsi son jeune frère, fruit d'une aventure quelconque de Gassin. Ducrau n'est pas le père de l'enfant, comme Maigret le soupçonne d'abord ; en revanche, il est le père d'Aline elle-même. Gassin, en fait, a toujours ignoré l'infidélité de sa femme. Jean se suicide, s'accusant d'avoir voulu tuer son père. Peu après, c'est Bébert, l'aide-éclusier, qui est trouvé pendu.

Gassin, après s'être saoulé plusieurs jours, rôde autour de Ducrau, projetant un crime. Le dénouement se joue à Samois, où Ducrau a invité Maigret dans sa maison de campagne. Ebranlé par les récents événements, il avoue au cours de la soirée que le jour de l'attentat, il s'est battu avec Bébert : il venait en effet de comprendre que ce dernier était l'amant d'Aline et le père de l'enfant. Bébert a eu le dessus, mais l'armateur l'a tué quelques jours plus tard. Jean, de son côté, avait cru, comme le commissaire, que Ducrau était le père de l'enfant ; il avait attribué l'attentat à Aline et s'était tué pour la sauver en s'accusant. Ducrau fait entrer Gassin, qui le guette au-dehors, pour tout lui avouer et tenter de se réconcilier avec lui. Mais Gassin essaie de le tuer, sans y parvenir. Lui aussi, il a fini par comprendre la vérité, et il ne peut pardonner à Ducrau de l'avoir trompé avec sa femme. C'est la nuit ; tout semble s'apaiser. Le lendemain, pourtant, Gassin est retrouvé pendu. Quant à Ducrau, Maigret le fait incarcérer.

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

Le roman raconte la « dernière » enquête de Maigret. L’ambiance floue naît parfois d’un décor suggéré plutôt que décrit.

Outre son intrigue limpide et bien cernée, ce Maigret reste aujourd'hui curieux, l'auteur y cherchant encore les critères définitifs de son personnage. Maigret s'y prénomme Joseph et non Jules qui sera pourtant son prénom établi et le couple habite Boulevard Edgar-Quinet, dans le 14e parisien, soit sur la rive gauche et non boulevard Richard-Lenoir, sur la rive droite ( au 132 qui, au reste, n'a jamais réellement existé ). Plus curieux encore, ce héros balbutiant qui cherche ses marques, est ici à six jours de la retraite... Simenon se moquera toujours de la chronologie.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Charenton. Paris (quais de la Seine). Samois (Seine-et-Marne).

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête se déroule du 9 au 14 avril.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Emile Ducrau. Armateur de péniches. Marié, un fils, une fille. Âge mûr

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Gassin, conducteur de la « Toison d’Or », péniche de Ducrau, veuf
  • Jean Ducrau, fils d’Emile, élève à l’École des chartes, ami d’Aline
  • Aline, fille de Gassin (en fait, de Ducrau), retardée mentale de 18 ans.
  • Bébért, adjoint éclusier

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.