Cécile est morte (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cécile est morte.

Cécile est morte
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Gallimard
Lieu de parution Paris
Date de parution 1942
Série Commissaire Maigret
Chronologie

Cécile est morte est un roman policier de Georges Simenon publié en 1942 dans le recueil Maigret revient ; il fait partie de la série des Maigret.

Simenon achève l'écriture de ce roman en décembre 1940. L'œuvre connaît une publication d'une pré-originale en feuilleton dans le quotidien Paris-Soir, du 18 février au (soit 45 épisodes).

Le manuscrit a été vendu aux enchères au profit des prisonniers de guerre, à l'initiative de l'auteur en 1943.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action du roman se déroule entièrement à Paris et à Bourg-la-Reine. Depuis quelques mois, une jeune fille prénommée Cécile vient régulièrement à la Police judiciaire pour se plaindre de visites nocturnes dans son appartement de la banlieue sud qu'elle occupe avec sa tante la veuve Boynet, une femme âgée et impotente.

Malgré la surveillance mise en place par le commissaire Maigret autour de l'immeuble de Cécile par ses inspecteurs, rien de suspect n'est découvert.

Or, une dernière fois, Cécile vient voir le commissaire Maigret au quai des Orfèvres, mais celui-ci ne peut pas la recevoir tout de suite et lorsque enfin, il est disponible, il s'aperçoit que la jeune fille a disparu. Elle lui a laissé un mot: "Un drame affreux a eu lieu cette nuit." Maigret se rend à Bourg-la-Reine et découvre que la tante Boynet a été étranglée. Quant à Cécile, on retrouve son corps dans le placard aux balais qui se trouve dans le couloir qui sépare les locaux de la PJ de ceux du Palais de Justice. Cécile a été étranglée.

Maigret interroge les résidents de l'immeuble où habitaient les deux femmes, y compris un étrange voisin bien connu de la police, Charles Dandurand. Celui-ci finit par avouer au commissaire que la vieille Boynet était en affaires avec lui, et que, pour le recevoir à l'insu de Cécile, elle versait dans la tasse de celle-ci un soporifique.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Depuis six mois, Maigret reçoit à son bureau la visite de Cécile Pardon ; celle-ci a constaté que des objets changent parfois de place pendant la nuit dans l'appartement qu'elle occupe avec sa tante veuve et infirme, Juliette Boynet, à Bourg-la-Reine. La maison a été surveillée, mais rien de suspect n'a été découvert. Le 7 octobre, Cécile attend de nouveau que Maigret veuille bien la recevoir. Lorsque celui-ci peut enfin s'occuper d'elle, la jeune femme a disparu, laissant au commissaire un message selon lequel « un drame affreux » a eu lieu. Maigret se rend à Bourg-la-Reine et découvre Juliette Boynet étranglée. Cécile sera retrouvée le même jour, étranglée elle aussi, dans un placard proche du bureau de Maigret. Le commissaire apprend que Cécile vivait très pauvrement chez sa tante qui la traitait en servante. Se renseignant sur les locataires de l'immeuble de Bourg-la-Reine, Maigret a l'attention attirée par Dandurand, plus connu dans le milieu sous le nom de M. Charles. Cet ancien avoué aux mœurs douteuses s'occupe en fait de la gestion de plusieurs maisons de débauche dont Juliette Boynet était la propriétaire. C'est lui qui, la nuit, alors que Cécile dormait, venait discuter des « affaires » avec Juliette, ce qui explique les déplacements d'objets qui intriguaient Cécile. Maigret s'intéresse aussi au frère de Cécile, Gérard, qui ne parvient pas à trouver du travail. Fouillant le passé de Juliette, Maigret découvre que Dandurand a été son amant et a empoisonné Boynet, époux gênant. Peu à peu, l'intrigue se dénoue. La nuit du crime, Cécile a surpris une rencontre nocturne entre sa tante et Dandurand ; elle a ainsi appris que sa tante était très riche, qu'elle l'avait toujours trompée et exploitée ; elle lui a demandé de l'argent pour son frère, dont la situation était désespérée ; Juliette refusant, elle l'a tuée froidement. Le lendemain matin, elle venait avouer son crime à Maigret, mais Dandurand, qui avait entendu la scène de la nuit, l'avait suivie et tuée, craignant qu'elle ne révèle l'empoisonnement de Boynet, dont elle aurait pu avoir trouvé trace dans les papiers de sa tante.

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

À travers une enquête difficile et touffue, le roman fait découvrir, grâce à des monologues intérieurs, la façon qu’a Maigret de s’identifier aux personnages dont il doit s’occuper. 

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Bourg-la-Reine. Paris (quartier de la Bastille).

Temps[modifier | modifier le code]

Epoque contemporaine ; l’enquête se déroule du 7 au 11 octobre.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Cécile Pardon, la victime. Sans profession, célibataire, 28 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Juliette Boynet, tante de Cécile, la cinquantaine, seconde victime.
Gérard Pardon, frère de Cécile, sans profession.
Charles Dandurand, conseiller de Juliette, 50 ans.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Analyse et commentaire[modifier | modifier le code]

Ce roman connaît deux particularités : il est le roman de Georges Simenon (avec Le Chien jaune) qui aura connu la plus rapide adaptation au cinéma (moins d'un an) dans un film éponyme : Cécile est morte réalisé en 1943 par Maurice Tourneur avec Albert Préjean et sorti en France en 1944 ; et il est le sujet de la première adaptation de la série des Maigret avec Jean Richard, (réalisation Claude Barma en 1967).

Autres adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine