L'Ami d'enfance de Maigret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Ami d'enfance de Maigret
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Presses de la Cité
Lieu de parution Paris
Date de parution 1968
Nombre de pages 252
Série Commissaire Maigret
Chronologie

L'Ami d'enfance de Maigret est un roman policier de Georges Simenon publié en 1968. Il fait partie de la série des Maigret. Son écriture s'est déroulée entre les 18 et .

Publication d'une édition pré-originale dans le quotidien Le Figaro entre les 3 et (25 épisodes).

Résumé[modifier | modifier le code]

Un ancien condisciple de Maigret au Lycée Banville de Moulins, perdu de vue depuis longtemps, se présente à la P.J. Léon Florentin, qui n'a plus sa jactance d'autrefois, vient raconter au commissaire que Josée, la maîtresse dont il est l'amant de cœur, a été assassinée d'un coup de revolver, le jour même, dans son appartement. Bien qu'il s'y trouvât à ce moment, il prétend n'avoir rien vu, dissimulé qu'il était dans la penderie. Josée en effet était entretenue par les libéralités de quatre messieurs qu'elle recevait régulièrement chez elle, chacun ignorant l'existence des autres. Maigret fait suivre Florentin, non sans l'avoir prévenu. Dans son logis du boulevard Rochechouart, qui est aussi son atelier, on découvre les 48 000 francs d'économies de la victime, emportés par son amant. Chose plus suspecte, Florentin est retiré des eaux de la Seine où il s'est jeté comme pour se suicider, lui qui est pourtant bon nageur... La concierge affirme que, l'après-midi du crime, personne n'est monté chez Josée. Les renseignements obtenus sur celle-ci dans son voisinage la dépeignent comme une petite bourgeoise coquette, calme et gentille. Florentin sent que les soupçons s'appesantissent sur lui.

Maigret, qui le sait comédien et menteur, a plus de pitié que de mépris à son égard et ne croit pas qu'il est le meurtrier. Ayant questionné chacun des « amis » de la victime sans grand résultat, Maigret décide de réunir les quatre hommes pour une confrontation en présence de Florentin. Trois d'entre eux reconnaissent avoir écrit occasionnellement à Josée : or, on n'a pas retrouvé de lettres parmi ses papiers. Florentin, sur le point d'être liquidé en douce par sa maîtresse qu'il exploitait depuis trop longtemps, ne les aurait-il pas emportées (et fait disparaître au cours d'une noyade simulée, une fois la police à ses trousses) ? Et cela, après avoir essayé d'en utiliser certaines pour en tirer rançon ? C'est bien ce qui se confirmera de fil en aiguille, par divers recoupements. Le riche et puissant M. Lamotte a refusé de récupérer sa correspondance contre les 50 000 francs exigés par Florentin. Au cours de la dispute, ce dernier, pour se soustraire à la menace du revolver que Lamotte, au comble de la fureur, braquait sur lui, s'est caché derrière Josée, et c'est elle que le coup de feu, parti par inadvertance, devait atteindre. Le silence de la concierge avait été acheté, et ce fait, une fois établi, achève d'accuser Lamotte. Mais Florentin fera aussi l'objet d'un mandat d'arrêt demandé par son ancien compagnon. Motif : tentative de chantage.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Paris (principalement Montmartre : rue Notre-Dame-de-Lorette, boulevard Rochechouart).

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête dure six jours et se déroule à la mi-juin.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Léon Florentin. Bricoleur qui se fait passer pour antiquaire. Célibataire, amant de Joséphine Papet. 54 ans.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Joséphine Papet, dite Josée, célibataire, 34 ans, la victime.

Les « visiteurs » de Josée :

  • Fernand Courcel, industriel à Rouen, 42 ans, marié, pas d’enfants.
  • Victor Lamotte, dit le boiteux, négociant en vins à Bordeaux, la soixantaine, trois enfants mariés.
  • Jean-Luc Bodard, dit le rouquin, agent d’assurances, la trentaine, célibataire.

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]