Maigret et le Fantôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maigret et le Fantôme
Auteur Georges Simenon
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur Presses de la Cité
Lieu de parution Paris
Date de parution 1964
ISBN 3125993806
Série Commissaire Maigret
Chronologie

Maigret et le Fantôme est un roman policier de Georges Simenon publié en 1964. Il fait partie de la série des Maigret. Son écriture s'est déroulée entre les 17 et .

Résumé[modifier | modifier le code]

Au lendemain d'un interrogatoire épuisant, Maigret est réveillé par la visite d'un de ses inspecteurs, qui lui annonce la tentative d'assassinat dont a été victime l'inspecteur Lognon, dit le Malgracieux.

Maigret apprend que, depuis deux semaines, Lognon passait ses nuits chez une jeune esthéticienne, Marinette Augier. Or, celle-ci a disparu. Grâce à un vieillard misanthrope et curieux, voisin de l'esthéticienne, Maigret est informé des agissements bizarres des Jonker, couple dont l'hôtel particulier est situé en face de l'appartement de Marinette Augier. Norris et Mirella Jonker deviennent, pour Maigret, les suspects principaux. Une visite fructueuse chez les Jonker lance en effet le commissaire sur une piste intéressante, qui va le conduire dans le monde de la peinture et des faussaires.

Par des renseignements pris à Londres et à Nice, Maigret sait que Mirella Jonker n'est autre qu'une certaine Marcelle Mailland, dont l'amant, Stanley Hobson, est un escroc notoire. Un témoin de dernière minute signale à Maigret l'enlèvement d'un homme, transporté par deux inconnus, de l'hôtel particulier des Jonker dans une Jaguar jaune en transit, marquée des lettres T T.

Ayant mis la main sur le propriétaire de la voiture, Ed Gollan, un expert en tableaux, Maigret découvre peu à peu le fil qui relie entre eux les divers éléments du drame. Il confond Jonker, qui avoue avoir fait peindre de faux tableaux de maître par un artiste fou, mais génial, sous la pression de l'expert, devenu maître chanteur. Gollan était en effet parvenu à prouver qu'un tableau vendu par Jonker était un faux Van Gogh, alors que le scrupuleux et honnête collectionneur hollandais était certain de son authenticité.

Alertés par la surveillance de l'inspecteur Lognon, qui venait le soir se poster dans l'immeuble d'en face, Gollan et Hobson ont enlevé le peintre et tenté d'abattre Lognon. Maigret essaie de retrouver le peintre, Frederico Palestri, mais il arrive trop tard : celui-ci s'est pendu dans la salle de bains où il était séquestré. Sur ces entrefaites, Marinette, qui a fui par crainte des assassins, est retrouvée et explique les agissements mal interprétés de Lognon. Ce dernier guérira et retrouvera son épouse acariâtre, avec laquelle il partira en cure de repos.

Aspects particuliers du roman[modifier | modifier le code]

La succession précipitée des événements permet à l’intrigue, compliquée à première vue, de se dénouer rapidement.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Paris (avenue Junot).

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête dure un jour et se déroule mi-novembre.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Norris Jonker, Hollandais. Riche collectionneur de tableaux. Marié, pas d’enfants. 64 ans

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Charles Lognon, dit le Malgracieux, inspecteur de la brigade du XVIIIe arrondissement, âge mûr.
  • Marinette Augier, esthéticienne, 25 ans.
  • Mirella Jonker, de son vrai nom Marcelle Mailland, épouse de Norris, divorcée d’un industriel anglais, Herbert Muir ; a été la maîtresse, à 18 ans, d’un voleur de bijoux, Stanley Hobson; 34 ans.
  • Frederico Palestri, peintre et faussaire de génie, 22 ou 23 ans.
  • Ed Gollan, Américain, critique d’art et expert en tableaux, escroc à l’occasion, 38 ans.

Éditions[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Maurice Piron, Michel Lemoine, L'Univers de Simenon, guide des romans et nouvelles (1931-1972) de Georges Simenon, Presses de la Cité, 1983, p. 378-379 (ISBN 978-2-258-01152-6)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]