Quartier des Halles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quartier des Halles
La place Joachim-du-Bellay en 2014, avec la fontaine des Innocents au centre du quartier des Halles.
La place Joachim-du-Bellay en 2014, avec la fontaine des Innocents au centre du quartier des Halles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 1er
Démographie
Population 8 984 hab. (1999)
Densité 21 806 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 45″ nord, 2° 20′ 41″ est
Superficie 41,2 ha = 0,412 km2
Transport
Gare (RER)(A)(B)(D) Châtelet - Les Halles
Métro (M)(1)(3)(4)(11)(14)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier des Halles

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Quartier des Halles

Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris

Voir la carte administrative du 1er arrondissement de Paris
City locator 14.svg
Quartier des Halles

Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris

Voir la carte topographique du 1er arrondissement de Paris
City locator 14.svg
Quartier des Halles

Le quartier des Halles est le 2e quartier administratif de Paris situé dans le 1er arrondissement, il tire son nom des Halles de Paris, marché de vente en gros de produits alimentaires frais, qui était autrefois établi en son centre. Ces halles furent démolies dans les années 1970 pour laisser la place au Forum des halles, à environnement principalement piétonnier, qui abrite la plus grande gare urbaine d'Europe, la Gare de Châtelet - Les Halles.

Limites[modifier | modifier le code]

Quartiers administratifs du 1er arr. : le quartier des Halles est à droite.

Les limites du quartier ont été fixées en 1859 au moment de l'extension de Paris[1]. Les limites sont :

Quartiers limitrophes du quartier des Halles
Vivienne Le Mail,
Bonne-Nouvelle
Sainte-Avoye
Palais-Royal quartier des Halles Saint-Merri
Saint-Germain-l'Auxerrois Saint-Germain-l'Auxerrois Saint-Merri

Histoire[modifier | modifier le code]

Le secteur est à l'origine constitué de marécages traversé par la route de Paris à Saint-Denis. À l'époque mérovingienne, un cimetière, plus tard appelé cimetière des Innocents, est établi au bord de cette route. Une chapelle, plus tard transformée en église par Louis VI le Gros vers 1130, y est fondée.

En 1137, Louis VI ordonne le transfert des deux marchés (marché Palu de l’île de la Cité et marché central de la place de Grève) devenus insuffisants face à l'accroissement de la ville vers le lieu-dit Les Champeaux (« Petits Champs »), alors situés en dehors des murs de la ville. Le quartier s'urbanise alors. Il est incorporé à la ville après la construction de l'enceinte de Philippe Auguste à la fin du XIIe siècle. Le marché s'étend progressivement et les halles sont plusieurs fois agrandies.

En 1780, le cimetière des Innocents est fermé pour des raisons d'hygiène. Le marché aux fleurs, fruits et légumes s'y établit.

Entre 1852 et 1870, les halles sont entièrement reconstruites, ce qui entraine une profonde métamorphose du quartier. À la même époque, dans le cadre des transformations de Paris sous le Second Empire, de larges rues rectilignes sont également tracées au travers du lacis de rues médiévales qui caractérisent le quartier : rue des Halles, rue de Turbigo, boulevard de Sébastopol, rue du Louvre.

Les halles ferment en 1969. Les bâtiments sont détruits dans les années 1970 et le forum des Halles ouvre en 1979. Au nord du quartier, des îlots insalubres sont rasés et le quartier de l'Horloge est aménagé.

En 2011, des travaux de rénovation ciblent toute la zone commerciale qui se situe sous le parc fleuri. Le coût de ces travaux s'élève à 800 000 000 euros. Ces travaux entraînent la destruction des portes Lescot et Rambuteau, et permettront de désamianter les lieux[2]. Les travaux visent à la construction du "nouveau cœur de Paris", comprenant la réorganisation des espaces publics en surface, le nouveau jardin Nelson Mandela, la réorganisation des voiries souterraines et le réaménagement de la gare Châtelet-Les-Halles avec le forum et leurs accès. Ils comprennent aussi le désamiantage et le dépoussiérage du plomb de l'ancien Forum des Halles et la construction du nouvel édifice appelé la Canopée des Halles qui accueillera notamment un conservatoire de musique et un centre culturel au- dessus du centre commercial préexistant[3].

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, on y dénombrait 8 980 habitants pour 41,2 hectares, soit une densité de 21 796 hab/km2. Le quartier concentre la plupart des habitants de l'arrondissement ; des quatre il est le seul dont la vocation soit essentiellement résidentielle.

Population du quartier (superficie : 41,2 hectares)[4] :

Année
(recensement national)
Population Densité
(hab. par km²)
Croissance
depuis le dernier
recensement
1860 41 341
1954 20 298 49 267
1962 19 385 47 051
1968 17 685 42 925
1975 11 230 27 257
1982 9 668 23 466
1990 10 110 24 539 4,6 %
1999 8 984 21 806 -11,1 %

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 3 novembre 1859 qui fixe les dénominations des vingt arrondissements municipaux de la ville de Paris, dans le Bulletin des lois [lire en ligne]
  2. Philippe Baverel, Pas de vacances pour le chantier des Halles, Le Parisien, 25 juillet 2011
  3. « Le projet, en bref », sur Paris les halles.fr
  4. 1er arrondissement [PDF]