Georges Cadoudal (sonneur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Cadoudal
Description de cette image, également commentée ci-après
Georges Cadoudal avec Re an Are au festival Mouezh ar Gelted 2012 à Pont-Croix.
Informations générales
Naissance
Magoar (Lestolet), Bretagne
Activité principale musicien (sonneur)
Genre musical musique bretonne (musique celtique)
Instruments cornemuse (biniou-braz), bombarde
Années actives Depuis les années 1940
Site officiel reanare.com

Georges Cadoudal est un sonneur de biniou-braz né à Magoar (Côtes-d'Armor) en 1929. Avec Étienne Rivoallan, ils formèrent un couple de sonneurs qui participa activement au renouveau de la musique bretonne d'après-guerre. Membre fondateur du bagad Bourbriac, il en est le pen-soner de 1953 à 1964.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de musiciens qui anime des bals dans la région de Magoar[1], il joue de la bombarde avec son père[2]. Ce dernier, qui jouait du bugle à l'harmonie de ND de Compostel, a décidé de devenir talabarder dans le bouillonnement culturel des années 40[3].

Il co-fonde en 1946 avec Job Noël la Kevrenn Rostrenn, un des premiers bagadoù, composé de deux biniou bras, quelques bombardes et une clarinette[4]. En 1948, le bagad se produit en public et Georges Cadoudal participe à un stage de la Bodadeg ar sonerion à Sarzeau, animé par Grumelec et Loeiz Ropars, ce qui élargit son répertoire et sa technique à la bombarde[2]. L'année suivante, il participe à la création du cercle celtique de Bourbriac[4].

Il rencontre Étienne Rivoallan avec qui il collaborera particulièrement. Georges apprend à Étienne à sonner la bombarde. Tous deux remettent au goût du jour le fest-noz[5] et fondent le bagad de Bourbriac en 1953, jusqu'à arriver en première catégorie du championnat des bagadoù en 1960 et remporter le titre en 1962 mais il se voit déclassé à cause de la non présence de tambour ténor[4]. En 1954, le couple Cadoudal-Rivoallan se présente au championnat des sonneurs, termine à la deuxième place à Gourin en 1957 et à la première trois fois de suite (1958, 1959 et 1960)[4]. Lors de sessions de collectage, ils participent à la découverte de la chanteuse Marie-Josèphe Bertrand et à l'ascension des frères Morvan en 1958[2]. Étienne Rivoalan décède accidentellement en 1961[6]. En 1961, il a remporté le championnat des sonneurs avec son nouveau compère Daniel Philippe.

Il crée en 1966 le concours fisel de Rostrenen et, en 1994, le groupe Re an Are[1]. Il s'installe comme éleveur de moutons à Brennilis, dans les Monts d'Arrée, et continue d'animer les marchés des environs, comme avec Marc Diraison, ou en fest-noz aux côtés de Dominique Le Moigne et Yann Goas. Son engagement est global et on le retrouve dans la défense de l’agriculture paysanne, les combats écologistes (création de l’association Bevañ e Menez Are)[7]. Actif dans la vie locale, il s'engage pour le maintien de l’hôpital de Carhaix et il fait une apparition dans le film Bowling[4].

Alan Stivell affirme « avoir été marqué par l'influence d'Étienne Rivoallan et Georges Cadoudal »[8]. En , il reçoit le collier de l'ordre de l'Hermine en présence d'Alan Stivell[7],[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Champion des sonneurs, couple bombarde-binioù-bras[10] :

  • 1958 avec Étienne Rivoallan
  • 1959 avec Étienne Rivoallan
  • 1960 avec Étienne Rivoallan
  • 1961 avec Daniel Philippe

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Étienne Rivoallan[modifier | modifier le code]

  • En passant par la Bretagne n°4, Vega, 1954
  • Sonneurs de Basse-Bretagne, Sonopresse, 1959
  • Airs pour noce bretonne, Ducretet-Thomson, 1959

Participations[modifier | modifier le code]

Re an Are en 2012.
  • Fest-noz Cadoudal, Orion - 1975
  • Souvenir de Bretagne Ya Breizh ː Danses, Binious et Bombardes, Pathe-Marconi-Emi - 1976
  • En Bretagne: Noce bretonne et fest-noz, Barclay
  • ̈Chants et danses de Bretagne: l'Argoat, Ducretet-Thomson

Singles 45 tours[modifier | modifier le code]

  • Dérobée du pays de Guingamp - polka piked - dans tro plin - dans fisel, Mouez Breiz, 1957
  • À travers le pays breton, Ducretet Thomson, 1959
  • Heloise et Abellard - Gwerz an anon - suite de dans plin, Ducretet Thomson
  • Suite Dans plinn, Ducretet-Thomson

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Taol Kalon : Georges Cadoudal va être mis à l'honneur » (consulté le 8 septembre 2015)
  2. a b et c « Georges Cadoudal, le sonneur aux mille métiers. Info - Brest.maville.com », sur www.brest.maville.com (consulté le 8 septembre 2015)
  3. Jigourel 2011, p. 103
  4. a b c d et e Jigourel 2011, p. 104
  5. « Marcel Guillou, le relais breton. » (consulté le 8 septembre 2015)
  6. « Étienne Rivoallan. L'hommage de tout Bourbriac » (consulté le 8 septembre 2015)
  7. a et b La cérémonie du collier de l’Hermine, samedi à Lorient, Ouest France
  8. « Fest-deiz en mémoire d'Etienne Rivoallan » (consulté le 8 septembre 2015)
  9. « Jorj Cadoudal reçoit le collier de l'Hermine », sur Agence Bretagne Presse (consulté le 12 octobre 2020).
  10. « Bodadeg ar Sonerion » Palmarès », sur www.bodadeg-ar-sonerion.org (consulté le 8 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Georges Cadoudal. Sonneur toujours », Musique bretonne, no 215,‎ , p. 24-28
  • Thierry Jigourel, Cornemuses de Bretagne, éditions CPE, , « Georges Cadoudal, un autre général des binious », p. 103-104

Liens externes[modifier | modifier le code]