Max Fléchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Max Fléchet
Fonctions
Secrétaire d'État aux affaires économiques

(10 mois et 9 jours)
Président Charles de Gaulle
Premier ministre Michel Debré
Gouvernement Michel Debré
Secrétaire d'État aux affaires économiques extérieures

(2 mois et 2 jours)
Président Charles de Gaulle
Premier ministre Michel Debré
Gouvernement Michel Debré
Sénateur de la Loire

(10 ans 5 mois et 19 jours)
Élection 7 novembre 1948
Réélection
Groupe politique RI
Sénateur de la Loire

(2 ans 7 mois et 7 jours)
Groupe politique CNIP
Maire de Chazelles-sur-Lyon

(3 ans)
Prédécesseur Étienne Perronnet
Successeur Armand Bazin

(12 ans)
Prédécesseur Armand Bazin
Successeur Armand Bazin
Conseiller général de la Loire
Élu dans le canton de Chazelles-sur-Lyon

(8 ans)
Prédécesseur Alphonse Thiollière
Successeur Aucun

(22 ans)
Prédécesseur Aucun
Successeur Armand Bazin
Vice-président du Conseil général de la Loire
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Chazelles-sur-Lyon (Loire)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Chazelles-sur-Lyon (Loire)
Nationalité Française
Parti politique RI
CNIP
Profession Industriel

Max Fléchet, né le à Chazelles-sur-Lyon (Loire) et mort le dans la même ville, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est titulaire d'un baccalauréat ès sciences. En 1927, Max Fléchet dirige l'entreprise familiale de fabrique de chapeaux, il succède alors à son père et son grand-père[1]. En 1931, il devient président de l'Union des fabricants de chapeaux de France.

Max Fléchet est élu au conseil municipal de sa commune natale en 1929, il devient conseiller général du canton de Chazelles-sur-Lyon en 1932.

En 1941, Max Fléchet devient maire de Chazelles-sur-Lyon, il est maintenu à cette fonction par le régime de Vichy qui le nomme aussi membre de la commission départementale de la Loire. Après la Libération, il se retire temporairement de la vie politique.

En 1947, Max Fléchet est membre de la chambre de commerce de Saint-Étienne, il est réélu maire de Chazelles-sur-Lyon la même année.

Il est élu aux élections sénatoriales de 1948 sur la liste des Républicains indépendants. Au Palais du Luxembourg, Max Fléchet est membre de la commission des finances et de la commission du suffrage universel. Il se consacre notamment aux sujets concernant la finance et l'économie. En juin 1955, au renouvellement partiel du Conseil de la République, il est élu au premier tour sur la liste du CNIP.

Il est proche d'Antoine Pinay qu'il côtoie au Conseil général de la Loire.

Le 24 juillet 1958, il est nommé haut commissaire à l'économie nationale et au commerce extérieur[2]. Le 8 janvier 1959 suite à la formation du gouvernement de Michel Debré, il devient secrétaire d'État aux affaires économiques, à ce titre, il prend la décision de libérer les prix à l'importation de certains produits à partir du printemps 1959. En janvier 1960, Max Fléchet manifeste sa solidarité avec Antoine Pinay qui démissionne du ministère des finances. Il est le seul ministre à le suivre.

En 1959, il abandonne son mandat de maire. Max Fléchet continue par ailleurs de présider la Fédération française de la chapellerie et la Fédération européenne de la chapellerie. Il ne se représente pas aux élections sénatoriales de 1959. En février 1963, une élection sénatoriale partielle est organisée dans la Loire pour remplacer André Chazalon (devenu député en novembre 1962), Max Fléchet y affronte Ennemond Thoral, député SFIO et maire de Pouilly-sous-Charlieu ainsi que Claudius Bouteille, maire de Marcenod, Max Fléchet est élu sénateur au deuxième tour. Il est rapporteur spécial du budget du commissariat général du Plan d'équipement et de la productivité pour 1964.

Aux élections sénatoriales de 1965, Max Fléchet est deuxième de la liste d'action communale, paysanne et sociale conduite par Claude Mont, ses colistiers Henri Desseigne et Claude Mont sont réélus dès le premier tour, au second tour, il est mis en échec par deux candidats isolés Louis Martin et Michel Durafour.

Max Fléchet abandonne définitivement la vie politique lorsqu'il quitte le Conseil général de la Loire en 1967 dont il en assura un temps la vice-présidence. Il fut aussi vice-président du Centre national du commerce extérieur (CFCE) et présida la Chambre de commerce franco-soviétique de 1967 à 1969.

Il meurt le 11 octobre 1983 à l'âge de 82 ans.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

  • 8 janvier - 17 novembre 1959 : Secrétaire d'État aux affaires économiques du gouvernement Michel Debré
  • 17 novembre 1959 - 19 janvier 1960 : Secrétaire d'État aux affaires économiques extérieures du gouvernement Michel Debré

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

  • 7 novembre 1948 - 26 avril 1959 : Sénateur de la Loire (réélu le 19 juin 1955)
  • 24 février 1963 - 1er octobre 1965 : Sénateur de la Loire

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Autre mandat[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • 24 juillet 1958 - 8 janvier 1959 : Haut commissaire à l'économie nationale et au commerce extérieur
  • 1967 - 1969 : Président de la Chambre de commerce franco-soviétique
  • Vice-président du Centre national du commerce extérieur (CFCE)

Décorations[3][modifier | modifier le code]

Décorations officielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Benoît et Max FLECHET », sur www.janinetissot.fdaf.org (consulté le 31 décembre 2016)
  2. Décret du 24 juillet 1958 PORTANT NOMINATION D'UN HAUT COMMISSAIRE A L'ECONOMIE NATIONALE ET AU COMMERCE EXTERIEUR (M. MAX FLECHET) (lire en ligne)
  3. « LesBiographies.com », sur www.lesbiographies.com (consulté le 5 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]