Pellafol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pellafol
Pellafol
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine
Maire
Mandat
Thierry Joubert
2014-2020
Code postal 38970
Code commune 38299
Démographie
Population
municipale
136 hab. (2017 en stagnation par rapport à 2012)
Densité 3,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 51″ nord, 5° 54′ 22″ est
Altitude Min. 639 m
Max. 2 789 [1] m
Superficie 34,73 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Pellafol
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Pellafol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pellafol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pellafol

Pellafol est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Prafoulous.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Pellafol est située au sud-est du département de l'Isère, entre les massifs de l'Obiou (à l'ouest) et du Dévoluy (au sud) et les vallées de la Souloise (à l'est) et du Drac (au nord).

Pellafol, de l'Obiou aux rives de la Souloise (vue prise depuis Ambel).

Le territoire de la commune comporte trois niveaux bien individualisés en allant de l'ouest et du sud à l'est et au nord : les pentes de l'Obiou, rocheuses nues dans leur partie haute (plus de 1 600 mètres) et boisées dans leur partie basse ; la plaine, ancienne plaine alluviale fluvio-glaciaire parfaitement horizontale (entre 900 et 950 mètres) recoupée par les rivières qui la bordent ; les pentes descendant vers la Souloise et le Drac, couches alluviales fortement ravinées.

Pellafol est légèrement à l'écart du Trièves côté ouest, et du Dévoluy côté sud, mais aussi séparé du Beaumont par le ravin du Drac. C'est cependant à ce dernier pays que Pellafol est rattaché administrativement et économiquement.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Le « sentier et éboulis froid de Pellafol et résurgence de la Grande Gillarde » est un site géologique remarquable. En 2014, elle est classée « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat de la commune est réparti en plusieurs hameaux éloignés les uns des autres, presque tous situés sur la plaine. Du nord au sud :

  • la Javergne ;
  • les Payas, chef-lieu de la commune, où se trouvent la mairie, l'église et le musée ;
  • Vieux-Pellafol, accroché sur le flanc descendant vers la Souloise ;
  • les Chaneaux ;
  • la Posterle, à la sortie sud de la plaine ;
  • les Moras ;
  • la Croix-de-la-Pigne, hameau très ancien, avec son église propre.

Auprès du barrage du Sautet, des bâtiments liés à la centrale EDF forment encore un petit hameau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communications[modifier | modifier le code]

Corps, chef-lieu du canton, est à 7 kilomètres de Pellafol par une route sinueuse mais praticable en toutes saisons. De là, Grenoble est encore à plus d'une heure de route, et Gap à environ 40 minutes, l'un et l'autre par la route nationale 85.

La commune est traversée du nord au sud par deux routes en Y : la départementale 537 venant de Corps par le pont du Sautet, est rejointe près des Payas la départementale 66 venant de Mens par Cordéac, et de là monte vers le Dévoluy par le défilé de la Souloise.

Trois des communes limitrophes n'ont aucune voie de communication les reliant à Pellafol : Tréminis et Saint-Baudille-et-Pipet touchent Pellafol le long d'une crête dont aucun point n'est à moins de 2 400 mètres d'altitude, et Ambel est séparé de Pellafol par le lac du Sautet, sur lequel le pont le plus proche est situé à la hauteur de la commune de Monestier (Pont du Mas) ; la distance des Payas à Ambel est de 10 kilomètres par la route et de 2 à vol d'oiseau.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire ancienne de Pellafol est liée à son ancien château fort.

Dans les années 2000, un projet de construction d'éoliennes est méné par Emmanuel Hostache et son père. Le projet, controversé, a abouti en et, depuis cette date, les deux pales modifient le paysage des environs et produisent 3 MW au total.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1986 2008 Yves Moutin    
2008 2008 Jean Pierre Arneaudo    
2008 2014 Agnès Robert    
2014 En cours Thierry Joubert SE Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2017, la commune comptait 136 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
581584555655701678628679660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
659664634567564583590584544
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
518478394392352438433394300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
283245200152149137136138136
2017 - - - - - - - -
136--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le canal de Pellafol, taillé dans la falaise rocheuse du défilé de la Souloise.
  • Le barrage du Sautet avec le pont sur le Drac et le lac du Sautet.
  • Le sentier de découverte de l'association « Restauration des terrains en montagne » (RTM).
  • Les Grandes Gillardes, importantes exsurgences dans le défilé de la Souloise.
  • Le canal de Pellafol, creusé dans la falaise du défilé de la Souloise.
  • Les pentes de l'Obiou, les GR de pays dans les forêts domaniales de l'Obiou et de Pellafol, l'ascension de la Grande Tête de l'Obiou depuis le chalet des Baumes, etc.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La maison du patrimoine de Pellafol.

La Maison du patrimoine de Pellafol est un petit musée réalisé par une association locale[7] et situé au hameau « les Payas » dans une ancienne maison récemment rénovée. On y trouve des témoignages et documents sur le pays de Pellafol :

  • Les métiers du bois de l’ancien temps (anciens outils datant du XIXe siècle) ;
  • Les métier des champs au XIXe siècle ;
  • La vie quotidienne dans le village ;
  • la vie des enfants dans leurs écoles.

Mais aussi sur :

  • la catastrophe aérienne de l’Obiou (1950) (il y a même une pièce de l’avion qui s'est écrasé) ;
  • le barrage du Sautet (photos sur la réalisation du barrage).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Altitude du sommet de l'Obiou, limitrophe avec la commune de Cordéac.
  2. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. Association du patrimoine Pellafol-Obiou, siège en mairie de Pellafol.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]