Saint-Honoré (Isère)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Honoré
Saint-Honoré (Isère)
Ancienne station de ski Saint-Honoré 1500
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine
Maire
Mandat
Jean-Luc Michon
2020-2026
Code postal 38350
Code commune 38396
Démographie
Gentilé Saint-Honorois
Saint-Honoroises
Population
municipale
818 hab. (2018 en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 19″ nord, 5° 48′ 27″ est
Altitude Min. 895 m
Max. 2 384 m
Superficie 15 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Matheysine-Trièves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Honoré
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Honoré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Honoré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Honoré

Saint-Honoré est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Honoré est un village de l'est du plateau matheysin, situé à quelques kilomètres au nord de la ville de La Mure et non loin de la route Napoléon (RN85).

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Deux hameaux vus de Pierre-Châtel.

La Chaud (Saint Honoré 1500), Comboursière, les Bruyères, Combalberte, Jadin, les Alemans, Fugières, Saint-Honoré Village, les Mazuers, les Auches, les Clos, Tors, le Terroir, les Sagnes, Payon, Pontcharra, le Marais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Honoré est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (54,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (53,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (30,2 %), prairies (24,1 %), zones agricoles hétérogènes (17,4 %), forêts (16,6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (8,1 %), zones urbanisées (2,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les temps féodaux, la commune faisait partie d'une seigneurie « Le Freynet » qui comprenait trois villages qui s'appelaient Villard Christophe, Villard Honorous et Le Freynet (devenu plus tard Nantes-en-Ratier à la suite de conquêtes entre le seigneur de Rattier et le seigneur de Comboursier)

Une anecdote raconte que Hugues Capet aurait eu une bergère au château de Comboursier.

À la Révolution, les communes se sont alors séparées pour devenir Villard-Saint-Christophe, Saint-Honoré et Nantes-en-Rattier.

La légende des Carcaris : on racontait que des petits êtres farceurs, appelés les Carcaris, chapardaient le linge oublié étendu la nuit et faisaient toutes sortes de farces.

Dans les années 1960, un projet de station de ski est imaginé (Saint Honoré 1500) avec une liaison avec l'Alpe du Grand Serre (ouverte en 1988), avec une capacité d'hébergement de 1500 lits. Deux télésièges sont installés ainsi que des téléskis. Le projet immobilier est arrêté en [8] puis en liquidation en . La station de ski perdurera jusqu'en 2004, les remontées mécaniques sont démontées entre 2005 et 2007.

Toponymie des lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • La Chaud : présence de fours à chaux
  • Comboursière : il s'agit d'une combe aux ours au-dessous du château des Comboursiers (qui appartenait au seigneur des Alemans de Comboursier)
  • Les Bruyères : lié à la bruyère
  • Combalberte : peut-être lié à une certaine Alberte
  • Jadin : les Dzadins (en patois) ensemble de gadinières (parcs à moutons en pierres)
  • Les Alemans : doit son nom à une tour appartenant au seigneur des Alemans de Comboursier
  • Fugières : dérive de fougère
  • Saint Honoré Village : lieu d'habitations des ducs et des barons sur Villard Honorous
  • Les Mazuers : les maisons
  • Les Auches : hameau récent doit son nom au nom cadastral du terrain
  • Les Clos : endroit plat près de tors (en patois, clos veut dire plat)
  • Tors : du nom d'une famille possédant cet endroit, les Thaores
  • Le Terroir : hameau récent doit son nom au nom cadastral du terrain
  • Les Sagnes : hameau récent doit son nom au nom cadastral du terrain, ce nom veut dire saignées : petites sources
  • Payon : petit pays
  • Pontcharra : pont romain sur La Mouche où passait les chars (ce petit pont a été détruit par une crue à la fin du XXe siècle)
  • Le Marais : endroit marécageux

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(avant la Guerre) Ferdinand Poncet
(début de la Guerre) Paul Guillot
1953 1959 Paul Guillot
1965 1990 Charles Poncet
1990 1995 Maurice Dolmadjan
1995 2007 Dominique Guillot
2007 en cours Nicole Delpuech SE Retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 818 habitants[Note 3], en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
571638883865725647710704706
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
668687643611565523508469498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468472462418397390356341380
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
367324287525715779805809813
2013 2018 - - - - - - -
806818-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Saint-Honoré, station fantôme..., Le Dauphiné, 16/05/2013
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]