La Salle-en-Beaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Salle.

La Salle-en-Beaumont
La Salle-en-Beaumont
Le Mascaret, agence postale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine
Maire
Mandat
Jean PRA
2014-2020
Code postal 38350
Code commune 38470
Démographie
Gentilé Salletons
Population
municipale
322 hab. (2016 en augmentation de 1,9 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 46″ nord, 5° 51′ 52″ est
Altitude Min. 579 m
Max. 1 480 m
Superficie 9,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Salle-en-Beaumont

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Salle-en-Beaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Salle-en-Beaumont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Salle-en-Beaumont
Liens
Site web www.la-salle-en-beaumont.fr

La Salle-en-Beaumont est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Salle-en-Beaumont se situe dans la région du Beaumont, à 50 km au sud de Grenoble, sur la RN 85 (route Napoléon) entre La Mure et Corps. Elle se trouve à 780 m d'altitude, dans le sud du Dauphiné. Cette commune se situe au pied de la montagne Chauvet.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Il y a comme hameaux : la Salle, les Marcoux, les Cours, les Bourlens, Pras Grand, Sagne, l'Église, les Parageons, le Mas, la Roche, les Romeyers, les Allauves, les Souchons, les Martin, les Ponsous, les Chambons, les Champlong, les Serrues, les Borels, les Bares et le Chatelard. Certains de ces lieux (les Parageons et le Mas) ayant été déclarés zones à risque après les événements de 1994, les terrains y sont inconstructibles.

Les lieux-dits sont assez nombreux et utilisés couramment.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de La-Salle-en-Beaumont sont Saint-Laurent-en-Beaumont, Quet-en-Beaumont, Saint-Pierre-de-Méaroz et Saint-Michel-en-Beaumont.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Le « glissement de terrain de la Salle-en- Beaumont », à la Combe des Parajons et la Salle-en-Beaumont, est un site géologique remarquable de 8,46 hectares. En 2014 ce site d'intérêt géomorphologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église de Notre-Dame de l'Assomption.

Dans la nuit du 7 au 8 janvier 1994[1],[2] et non du samedi 8 au dimanche 9[3], après plusieurs jours de pluies très intenses (246mm en 2j sur la commune proche de Pellafol[4]), le glissement de terrain de la combe des Parajons a fait 4 victimes et détruit 9 maisons[3]. L’église, la route nationale et plusieurs habitations ont été recouvertes par la coulée de boue issue du glissement de terrain, qui atteignait une épaisseur de 15m par endroits. Le glissement a barré le torrent de la Salle fortement grossi par les pluies, créant un lac d'une dizaine de mètres de profondeur, inondant le hameau des Parajons[5] et faisant craindre une débâcle brutale[6]. Au total, le montant des travaux d'urgence et de reconstruction s'éleva au moins à 4 millions d'euros[7].

Une nouvelle église a été reconstruite en 1998.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1998 En cours Marie-Noëlle Battistel PS Cadre supérieure
députée de l'Isère depuis 2010
Ancienne conseillère régionale (2010-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2016, la commune comptait 322 habitants[Note 1], en augmentation de 1,9 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
416426396416461469478501475
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
458427410441421409407404354
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
339311321314324300312315301
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
261222233250278241279307323
2016 - - - - - - - -
322--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les touristes peuvent trouver hôtel et camping pour hébergement.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'ancien tram de Lucerne pris en photo dans les années 1990.
  • Notre-Dame-de-l'Assomption (construite en 1998 en remplacement de l'ancienne église, détruite par un glissement de terrain).
  • L'ancien tram de Lucerne n. 107, devenu le tram de Genève n. 737, a été transformé dans les années 1970 en remorque n. 327. Devenu un restaurant, il a été placé au bord de la route Napoléon, dans le village La Salle-en-Beaumont.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 22 juin 2018.
  2. « 8 janvier 1994 : il y a 25 ans, la montagne s'effondrait sur le village de La Salle-en-Beaumont », sur www.ledauphine.com (consulté le 6 mars 2019)
  3. a et b « glissement de terrain dans la commune de SALLE EN BEAUMONT (LA) le 08/01/1994 », sur www.irma-grenoble.com (consulté le 22 juin 2018)
  4. « Carte pluviométrique du 06/01 au 07/01/1994, », sur Météo-France Pluies Extrêmes : http://pluiesextremes.meteo.fr
  5. Catherine Moulin, « Le glissement de la Salle en Beaumont (Isère) », INTERREG III A - Projet n° 179 (ex n° 046) - RiskYdrogéo - “Risques hydrogéologiques en montagne : parades et surveillance »,‎ 13-15 octobre 2004 (lire en ligne)
  6. « IHMEC – mémoires des catastrophes », sur memoiresdescatastrophes.org (consulté le 22 juin 2018)
  7. Catherine Moulin, « Suites opérationnelles à la catastrophe de la Salle-en-Beaumont », INTERREG III A - Projet n° 179 (ex n° 046) - RiskYdrogéo - “Risques hydrogéologiques en montagne : parades et surveillance »,‎ (lire en ligne)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel de la commune de La Salle-en-Beaumont