La Motte-d'Aveillans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Motte-d'Aveillans
La Motte-d'Aveillans
La Motte-d'Aveillans depuis le chemin de la Pierre Percée.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine
Maire
Mandat
Angélique Rojas
2020-2026
Code postal 38770
Code commune 38265
Démographie
Gentilé Mottois
Population
municipale
1 692 hab. (2019 en diminution de 5,84 % par rapport à 2013)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 43″ nord, 5° 44′ 45″ est
Altitude 872 m
Min. 637 m
Max. 1 617 m
Superficie 9,8 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Matheysine-Trièves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
La Motte-d'Aveillans
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Motte-d'Aveillans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Motte-d'Aveillans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Motte-d'Aveillans

La Motte-d'Aveillans est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune est dans la région naturelle de la Matheysine, non loin de la ville de La Mure. Elle compte 1 701 habitants en 2018 et ses habitants sont appelés Mottois et Mottoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

La Motte d'Aveillans est située sur le plateau de la Matheysine, au nord de l'agglomération de La Mure[2] Située dans le Sud du département de l'Isère, le bourg principal de la commune est à 918 m d'altitude avec la proximité du col de la Festinière (964 m) par la D 529.

Géologie[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est caractérisée par un terrain houiller. Cette couche de grès à anthracite, ayant un épaisseur de 8 à 10 m, a été exploitée de façon industrielle[3]. L'« anthracite de La Mine image » constitue un site géologique remarquable aux quatre galeries. En 2014, le site est classé « trois étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique » pour ses ressources naturelles[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Situé dans la partie occidentale de la Matheysine au sud du département de l'Isère, le territoire de La Motte-d'Aveillans est essentiellement une zone de basse et de moyenne montagne entourée de massifs élevés, quelque peu abritée des flux d'ouest par le massif du Vercors. Cette région, à pluviosité plus réduite présente un climat de transition entre les Alpes du Nord humides et les Alpes du Sud relativement sèches.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La commune est traversé par l'ancienne route nationale 529, déclassée en RD529 et qui permet de relier Champ-sur-Drac à La Mure.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Motte-d'Aveillans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (51,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (57,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,4 %), zones agricoles hétérogènes (28,7 %), prairies (10,1 %), zones urbanisées (9,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de La Motte-d'Aveillans est situé en zone de sismicité n° 3, comme la plupart des communes de son secteur géographique. Ce territoire se situe cependant au sud de la limite d'une zone sismique classifiée de « moyenne »[11].

Terminologie des zones sismiques[12]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de La Motte-d'Aveillans.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1801   Froment    
    Petichet    
    Reynier dit Poete    
    Fayol dit Printemps    
    Berthier    
    Gaillard    
    Bergeret    
  1893 Salicon    
1893 1912 Eugène Dufour   docteur
mai 1912 1922 Marius Ricard    
mai 1922 1937 Marin Combe-pied    
décembre 1937 1945 Emile Poncet    
mai 1945 1947 Marin Perrin    
octobre 1947 1955 Albert Paulin    
septembre 1955 1964 Aimé Combe    
1964 1971 Lucien Ravet    
mars 1971 197 Georges Coynel SE pharmacien
mars 1977 1983 Georges Coynel SE pharmacien
1983 1989 Cadoret    
mars 1989 1995 Georges Coynel SE Pharmacien
juin 1995 mars 2008 Gérard Vincent SE retraité
mars 2008 2020 Serge Beschi DVG[13] retraité
2020 En cours Angélique Rojas    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2019, la commune comptait 1 692 habitants[Note 3], en diminution de 5,84 % par rapport à 2013 (Isère : +2,9 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6307146817938508661 0211 0311 322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3841 5331 7031 7661 9651 8291 9242 1102 495
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 0353 3903 6423 2053 1283 0252 8382 8322 824
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 8212 4101 7781 6771 5911 5231 7521 7781 724
2019 - - - - - - - -
1 692--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

la commune héberge sur son territoire le domaine nordique et alpin des Signaraux.

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien régional Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Romanche et Oisans, un ou plusieurs articles à l'actualité de la commune, de son canton, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La Motte-d'Aveillans a une église de plus de 200 ans, rénovée après un incendie il y a 100 ans.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La « Pierre Percée »[18], une des « sept merveilles du Dauphiné », roche creusée au fil des temps par érosion et formant aujourd'hui une sorte d'arcade naturelle de 5,50 mètres, donnant lieu à différentes légendes locales (altitude de départ environ 975 mètres et altitude d'arrivée 1 273 mètres). selon la légende, cette "roche percée" est un apprenti du Diable Folaton qui est pétrifié et agenouillé devant Dieu.[19]
  • Le « Chemin de fer de la Mure » (matériel roulant des années 1900) dont la ligne traverse la commune en desservant les gares de La Motte-d'Aveillans et du Musée La Mine Image.
  • La « Pierre Merlière », rocher dont le sommet est creusé à l'image d'un petit bassin, et comportant les traces de tentatives d'extraction de meules pour moulin à eau. Les rochers pouvant donner des meules étant assez rare dans la région nous avons donc un bloc dont on a tenté d'extraire plusieurs meules, une meule abandonnée est visible dans la partie basse, une deuxième est visible sur le dessus, les deux présentant un défaut, une seule a pu être extraite laissant une empreinte en creux sur le dessus.
Le musée La Mine Image.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • La Mine image est une ancienne mine aménagée en musée, afin de retracer le travail des mineurs de fonds et l'histoire des mines d'anthracite[20]. La « Mine Image » a obtenu la marque « Qualité Tourisme » en 2013[21]. Depuis cette mine a été extrait le meilleur charbon du monde, l'anthracite du plateau Matheysin.[22] Les mines ont fermé en 1956.L'initiative d'en faire un musée a été pensée par des personnes attachées à la mémoire de l'histoire de cette commune, c'est pour cela qu'on trouve des anciens mineurs parmi les fondateurs de ce projet. Ce projet est uniquement composé de bénévoles, qui ont dégagé les galeries et réalisé les travaux sur le site. Il existe deux bâtiments visitables, que sont les galeries, ainsi qu'un musée qui retrace l'histoire des ouvriers de cette industrie.[23]
  • la bibliothèque de La Motte d’Aveillans, au 13 place Albert Rivet

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Albert Reynier résistant et préfet de l'Isère de 1944 à 1949, il est né le à la Motte d'Aveillans.
  • Eugène Dufour, maire et député de 1892 à 1912.
  • Fernand Fayolle, né à la Motte d'Aveillans en 1904 et décédé en 1997, coureur cycliste ayant participé à six Tours de France.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

La Motte-d'Aveillans possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ville de La Motte-d'Aveillans », sur www.commune-mairie.fr (consulté le ).
  2. Louise Laroche, La Motte d'Aveillans -petit village en Matheysine, Editions des cahiers de l'Alpe, , 194 p..
  3. M. Berthelot, Hartwig Derenbourg, F.-Camille Dreyfus et al., La grande encyclopédie : inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts, t. 20, H. Lamirault (Paris), 1885-1902 (lire en ligne), p. 990.
  4. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  12. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  13. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/la-motte-d-aveillans,38265/
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. La Pierre Percée
  19. « La légende de la Pierre Percée - Matheysine et Hauts Pays ... », sur photoshautspays.canalblog.com, (consulté le ).
  20. La Mine Image
  21. DGE, L'offre « Qualité Tourisme » : La « Mine Image », accès le 27 janvier 2015.
  22. « La Mine Image, Musée souterrain présentant l'univers de la mine, des mineurs ou gueules noires - La Motte d'Aveillans (Isère) », sur www.mine-image.com (consulté le ).
  23. « Présentation - La Mine Image - Musée souterrain - Site minier authentique », sur www.mine-image.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :