Nantes-en-Ratier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nantes (homonymie) et Ratier.
Nantes-en-Rattier
Vue de Nantes-en-Rattier
Vue de Nantes-en-Rattier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Matheysine-Trièves
Intercommunalité Communauté de communes de la Matheysine, du Pays de Corps et des Vallées du Valbonnais
Maire
Mandat
Joël Pontier
2014-2020
Code postal 38350
Code commune 38273
Démographie
Gentilé Nantois
Population
municipale
471 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 10″ nord, 5° 49′ 39″ est
Altitude Min. 587 m – Max. 1 975 m
Superficie 12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Nantes-en-Rattier

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Nantes-en-Rattier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nantes-en-Rattier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nantes-en-Rattier

Nantes-en-Rattier, orthographié aussi Nantes-en-Ratier, est une commune française située dans le département de l'Isère et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

Le Tabor et Nantes-en-Ratier.

Petit village de montagne proche de la route Napoléon (RN 85), sur le plateau Matheysin, Nantes-en-Rattier fait partie du canton de La Mure et se situe sur la route du col de Malissol.

Orthographe[modifier | modifier le code]

Bien que l'administration persiste à l'écrire avec un seul "t", Nantes-en-Rattier s'écrit bien avec deux "t", comme la commune voisine d'Oris-en-Rattier.

Géographie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

À proximité se trouvent :

  • quelques petits villages tels Roizon-le-Haut ;
  • le hameau du Creux de Roizon, situé quelques kilomètres au sud et lieu de départ de nombreuses randonnées ;
  • Le Freynet, lieu-dit situé à un ou deux kilomètres au sud.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La ville la plus proche est La Mure (5 000 habitants) située à 4 km au sud-ouest, le village fait partie du canton de La Mure.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Joël Pontier PS Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 471 habitants, en diminution de -2,28 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
564 533 541 559 618 677 699 698 687
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
623 629 625 620 610 617 585 540 513
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
502 783 511 466 455 432 391 377 404
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
400 367 333 333 372 389 469 474 471
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Les deux principaux legs du patrimoine sur la commune sont le viaduc de la Roizonne ainsi que les ruines du château médiéval de Rattier, château fort du XIIe siècle bâti à la place d'une motte castrale du XIe siècle[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 688-689

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]