Anthracite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anthracite (homonymie).

L'anthracite (du grec anthrax, Άνθραξ, charbon) est une roche sédimentaire d'origine organique. C'est une variété de charbon grise, noirâtre et brillante extraite des mines.

Morceau d'anthracite.
En raison d'un haut degré de houillification, la combustion des stériles minières, d'origine naturelle (combustion lente) ou accidentelle peut engendrer de hautes températures et d'importantes modifications physicochimiques du substrat.
Rare exemple de bâtiment entièrement construit avec de l'anthracite (30 tonnes) en Virginie-Occidentale. Il a été utilisé comme boutique de souvenirs où les touristes pouvaient acheter des morceaux de charbon ou des figurines et autres sculptures en charbon (puis mis en vente en 2006).
Usine de concassage et tri du charbon alimentée par de l'anthracite, à Madrid (Nouveau-Mexique), en 1935. Ces installations étaient source de poussière et suies, ainsi que de pluies et/ou retombées acides (ce charbon contient environ 1 % de soufre).
Cuves de traitement de l'eau utilisant un charbon activé produit à partir d'anthracite.

À ce titre, l'anthracite a été exploité en priorité au cours des XIXe et XXe siècles (cf. Pic de Hubbert appliqué au charbon). Sa densité réelle est de l'ordre de 1,45 à 1,75.

Caractérisation[modifier | modifier le code]

Dans le processus (géologique) naturel de formation du charbon, c'est le stade le plus achevé de la houillification ; il contient 92 à 95 % de carbone, ce qui en fait un des charbons les plus riches en carbone et les plus caloriques (cependant, il semblerait que différentes qualités d'anthracite soient présentes sur le marché du charbon : type (A) et type (B))[réf. souhaitée].

Comparaison de cinq types de houille avec le lignite, et la tourbe.

Produits Teneur en carbone
(en %)
Pouvoir calorifique
(en kJ/kg)
Anthracite 93 - 97 33 500 - 34 900
Charbon maigre et houille anthraciteuse 90 - 93 34 900 - 36 000
Charbon demi-gras ou semi-bitumineux 80 - 90 35 000 - 37 000
Charbon gras ou bitumineux à coke 75 - 90 32 000 - 37 000
Flambant 70 - 80 32 700 - 34 000
Lignite 50 - 60 < 25 110
Tourbe < 50 12 555

Gisements[modifier | modifier le code]

L'anthracite se trouve exclusivement dans les roches du paléozoïque (Carbonifère et Permien).

On rencontre de grands gisements miniers en Chine, en Australie, en Europe et aux États-Unis.

En France[modifier | modifier le code]

D'importants gisements ont existé en France. À titre d'exemple, dans le Dauphiné, au niveau de la région de La Mure ; ils ont été exploités par les Houillères du Dauphiné. Gisements de La Mure :

En Suisse[modifier | modifier le code]

D'importants gisements en Suisse et spécialement en Valais ont été exploités jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, relancés en 1938, puis brusquement fermés en 1943[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

L'anthracite se consume lentement et est utilisé pour :

Utilisation en sidérurgie[modifier | modifier le code]

Historiquement, l'utilisation d'anthracite a été un point clé dans le développement de la sidérurgie, en particulier aux États-Unis. En effet, la mise au point du haut fourneau au coke par Abraham Darby permet d'affranchir cette industrie de la pénurie et du coût du charbon de bois. Malheureusement, la plupart des charbons alors disponibles aux États-Unis étaient incompatibles avec la production de fonte de qualité. Le remplacement du charbon de bois par l'anthracite échoua longtemps, jusqu'à l'invention du vent chaud par James Beaumont Neilson.

En 1831, le Dr Frederick W. Gessenhainer dépose un brevet relatif à l'utilisation d'anthracite, dont l'ignition devient possible lorsque l'air soufflé dans le haut fourneau a été préalablement chauffé. Il produit en 1836 à Valley Furnace (en), près de Pottsville en Pennsylvanie, la première fonte à l'anthracite, mais son décès en 1838 suspend momentanément le développement de cette technique aux États-Unis[4].

Indépendamment de Gessenhainer, George Crane et David Thomas, de l'Yniscedwyn Works dans le Pays de Galles, déposent un brevet similaire en 1836. Le nouveau procédé y démarre le 5 février 1837. Crane achète cependant les droits relatifs au brevet de Gessenhainer, pendant que Thomas émigre en Amérique où il fonde la Lehigh Crane Iron Company (en) à Catasauqua (en), en Pennsylvanie. La réussite de ce procédé assure sa diffusion, permettant ainsi l'essor de la sidérurgie américaine[4].

Mécaniquement plus résistant, le coke supplante cependant l'anthracite dès que des charbons cokéfiables sont découverts. Au début du XIXe siècle, la production de fonte à l'anthracite est devenue marginale. De nos jours, l'anthracite n'est plus utilisé que comme complément au coke ou au charbon injecté aux tuyères de haut fourneau, ainsi que comme combustible dans les usines d'agglomération de minerai.

Impacts environnementaux[modifier | modifier le code]

Les impacts miniers sont proches de ce qu'ils sont pour les autres types de charbons (impacts miniers, écopaysagers et climatiques par l'émission de gaz à effet de serre). En raison d'un haut degré de houillification, la combustion des stériles minières peut engendrer de hautes températures et une flore particulière peut s'installer sur les terrils riches en poussières et restes d'anthracite[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Notes
  • Références
  1. Gérald Arlettaz et Siliva Arlettaz, Histoire du Valais - tome 3 : La Nationalisation du Valais, Société d'histoire du Valais romand, , 270 p.
  2. Smith, I. W. (1971), The kinetics of combustion of pulverized semi-anthracite in the temperature range 1400–2200 K, Combustion and Flame, 17(3), 421-428 (résumé).
  3. Lozano-Castello, D. ; Lillo-Rodenas, M. A. ; Cazorla-Amoros, D. ; Linares-Solano, A. (2001), Preparation of activated carbons from Spanish anthracite: I. Activation by KOH, Carbon, 39(5), 741-749.
  4. a et b (en) Craig L. Bartholomew et Lance E. Metz, The Anthracite Industry of the Lehigh Valley, Ann Bartholomew, , 227 p. (ISBN 0-930973-08-9)
  5. Schramm, J. R. (1966), Plant colonization studies on black wastes from anthracite mining in Pennsylvania, vol. 56, American Philosophical Society.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sucha, V. ; Kraus, I. ; Madejova, J. (1994), Ammonium illite from anchimetamorphic shales associated with anthracite in the Zemplinicum of the western Carpathians, Clay Minerals, 29(3), 369-377 (résumé avec Inist-CNRS).
  • (en) Daniels, E. J. ; Altaner, S. P. (1990), Clay mineral authigenesis in coal and shale from the Anthracite region, Pennsylvania, American Mineralogist (USA), 75 (résumé).
  • (en) Daft, M. J. ; Hacskaylo, E. (1976), Arbuscular mycorrhizas in the anthracite and bituminous coal wastes of Pennsylvania, Journal of Applied Ecology, 523-531 (introduction/extrait).
  • (en) Murphy, P. D. ; Cassady, T. J. ; Gerstein, B. C. (1982), Determination of the apparent ratio of quaternary to tertiary aromatic carbon atoms in an anthracite coal by 13C-1H dipolar dephasing NMR, Fuel, 61(12), 1233-1240 (résumé).