Jody Wilson-Raybould

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jody Wilson-Raybould
Illustration.
Jody Wilson-Raybould, en 2014.
Fonctions
Ministre fédérale des Anciens combattants
Ministre associée de la Défense nationale

(29 jours)
Premier ministre Justin Trudeau
Gouvernement 29e conseil des ministres
Prédécesseur Seamus O'Regan
Successeur Lawrence MacAulay
Ministre de la Justice
Procureure générale du Canada

(3 ans, 2 mois et 10 jours)
Premier ministre Justin Trudeau
Gouvernement 29e conseil des ministres
Prédécesseur Peter MacKay
Successeur David Lametti
Députée à la Chambre des communes
En fonction depuis le
(6 ans, 2 mois et 26 jours)
Élection 19 octobre 2015
Circonscription Vancouver Granville
Législature 42e
Groupe politique Libéral (2015-2019)
Indépendant (depuis 2019)
Prédécesseur Circonscription créée
Biographie
Nom de naissance Jody Wilson
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Vancouver (Colombie-Britannique, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Indépendant
Père Bill Wilson
Mère Sandra Wilson
Conjoint Tim Raybould
Diplômée de Université de la Colombie-Britannique
Université de Victoria
Profession Avocate

Jody Wilson-Raybould, née le à Vancouver, est une femme politique canadienne. Ancienne membre du Parti libéral devenue députée indépendante, elle fut la 51e ministre de la Justice du Canada du au et 32e ministre des Anciens combattants jusqu'au . Elle démissionne de son poste dans la foulée de l'affaire SNC-Lavalin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilson-Raybould est élue à la Chambre des communes du Canada lors des élections fédérales de 2015 pour Vancouver Granville. Le , elle est nommée ministre de la Justice[1],[2] par le nouveau Premier ministre du Canada, Justin Trudeau[3].

Nommée ministre des Anciens combattants le , elle démissionne de ses fonctions moins d'un mois plus tard, accusant Trudeau et des membres de son entourage d'exercer des pressions contre elle pour la forcer à intervenir en faveur du groupe de BTP SNC-Lavalin, compromis dans des scandales de corruption. Elle évoque notamment des « menaces voilées » pour qu’elle intervienne auprès du bureau des procureurs[4]. Le , elle et Jane Philpott sont exclues du caucus libéral au Parlement. Wilson-Raybould annonce par la suite qu'elle se représentera en tant qu'indépendante lors des élections fédérales de 2019.

Le , elle est réélue comme indépendante dans Vancouver Granville.

Elle doit publier ses « mémoires politiques » à l'automne 2021[5], un ouvrage intitulé « Indienne » au cabinet : dire la vérité à ceux qui sont au pouvoir et publié par HarperCollins Canada.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jody Wilson-Raybould est mariée à Tim Raybould.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]