Petite Fille (film, 2020)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Petite Fille
Réalisation Sébastien Lifshitz
Scénario Sébastien Lifshitz
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre documentaire
Durée 83 minutes[1]
Sortie 2020


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Petite Fille est un documentaire français réalisé par Sébastien Lifshitz et sorti en 2020.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pendant un an, Sébastien Lifshitz suit le quotidien de Sasha, une jeune enfant transgenre scolarisée en CE1, et la lutte de sa famille pour que son école reconnaisse son identité de genre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Festival de Gand 2020 : Grand Prix[2]
  • Festival de Chicago 2020 : Hugo d'argent
  • Festival d'Osnabrück 2020 : Prix des Droits de l’enfant
  • Festival In & Out (Nice et Cannes) 2020 : Prix du public
  • RIDM (Montréal) 2020 : Prix du public
  • Festival MixBrasil 2020 : Prix du public pour le meilleur film international/best international film
  • Side by Side LGBT Film Festival, Saint Petersburg 2020 : Prix du Meilleur Documentaire
  • Everybody's Perfect, Geneva International Queer F (Suisse) 2020 : Prix du public
  • Seville European Film Festival 2020 : Prix Ocana et Prix The new waves du Meilleur Film
  • Prix du cinéma européen 2020 : Meilleur ingénieur du son pour Yolande Decarsin et Kristian Eidnes Andersen[3]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Bande son[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Bruno Deruisseau, dans Les Inrockuptibles, parle d'un « excellent documentaire [qui] poursuit le projet de visibilisation des minorités LGBTQ+ que Lifshitz mène depuis son documentaire césarisé, Les Invisibles (2012) »[6].

La sociologue et militante Karine Espineira reconnait que le film « a rencontré un indéniable succès et une réception plutôt positive auprès des personnes trans » mais se demande « quand est-ce qu'une réalisatrice, qu'un réalisateur, s'intéresseront, dans le genre documentaire, aux luttes des associations, à la parole des personnes trans politisées, féministes, hors des normes de l'hétérosexualité prescrites, hors de l'ordre des genres, etc. ? » ; elle conclut que l'empathie se dégage du film au détriment de la politisation de la cause trans[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Durée affichée sur le site d’Arte.
  2. « Le documentaire "Petite fille" remporte le prix du meilleur film du festival de Gand », sur vrt.be, .
  3. Prix du cinéma européen: deux prix pour des films suisses, sur lematin.ch, consulté le 13 décembre 2020
  4. Marcos Uzal « À la Berlinale, l'être est capital », next.liberation.fr, 28 février 2020.
  5. Programme (page 57).
  6. « A la Berlinale 2020, l'amour s'affiche sous toutes ses formes », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  7. Karine Espineira, « Petite fille, un traité de transidentité à l’usage des cis gens – CONTRETEMPS », sur Contretemps, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]