Marguerite Stern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marguerite Stern
Femen à la sortie du tribunal de Paris 13 septembre 2013.JPG
Au milieu, Marguerite Stern à la sortie du tribunal de Paris en 2013.
Biographie
Naissance
(31 ans)
Nationalité
Activité
Militante pour les droits des femmesVoir et modifier les données sur Wikidata

Marguerite Stern (née le ), est une militante féministe française. Ancienne FEMEN, elle est à l'origine du mouvement des collages contre les féminicides. Critiquée pour ses prises de position jugées transphobes par une partie des féministes, elle est exclue de son mouvement. Depuis, elle fait l'objet de harcèlement et de menaces.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Fille d'un agent immobilier et d'une mère agente de laboratoire, Marguerite Stern grandit dans un village en Auvergne[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Elle fait une pause de quatre ans dans son activisme, déménageant à Marseille. Elle travaille dans une association d'aide aux mineurs réfugiés durant deux ans[réf. nécessaire], et donne des cours de français dans la jungle de Calais[2]. Son passé militant dévoilé, elle démissionne, puis travaille en tant que surveillante dans deux collèges des quartiers Nord de Marseille, avant de devoir démissionner de nouveau à cause de ses activités militantes[D 1][source insuffisante]. Elle revient à Paris et emménage dans un squat, le Jardin Denfert[1] (61 boulevard Saint-Jacques)[3].

Le , au lendemain d'altercations avec des hommes de son quartier, elle reçoit une balle de 9 mm dans la fenêtre de sa cuisine, en pleine nuit[4].

Activisme FEMEN[modifier | modifier le code]

Marguerite Stern commence son engagement féministe au sein des FEMEN[D 2],[5].

Le 12 février 2013, à la suite de la renonciation du pape Benoit XVI, elle investit, avec sept activistes, la cathédrale Notre-Dame de Paris pour faire sonner les cloches nouvellement exposées. Elles sont expulsées par le service d'ordre, et sept d'entre elles, dont Marguerite Stern, sont interpellées par la police[6],[7]. Cette action est largement condamnée par la classe politique[8], et fait l'objet du premier procès français contre les FEMEN. Patrick Jacquin, recteur-archiprêtre de Notre-Dame, porte plainte pour « profanation d'un espace cultuel » et « coups et blessures »[9], et l'AGRIF pour « injures publiques envers les catholiques du fait de leur religion », « exhibition sexuelle »[10], et demande la dissolution des FEMEN[11]. Le 13 septembre 2013, le tribunal de Paris demande le renvoi pour complément d'information, en attente des conclusions de l'enquête[12]. Le 10 septembre 2014, les neuf activistes accusées dans cette affaire sont relaxées par le tribunal correctionnel de Paris. Les trois surveillants de Notre-Dame, accusés d'avoir expulsé avec violences trois militantes, sont condamnés à des amendes avec sursis[13]. Le parquet de Paris fait appel, en vain[14].

Le , elle participe avec deux autres activistes à la première action FEMEN dans un pays arabe en soutien à Amina Sboui, détenue pour le port d'un spray lacrymogène et la profanation d'un cimetière, et risquant 2 ans et 6 mois d'emprisonnement[15]. Elles exigent sa libération devant le tribunal de justice de Tunis, le slogan « Breast feed revolution » (« La poitrine des femmes nourrit la révolution ») peint sur leurs poitrines nues[16]. Elles sont interpellées et détenues durant un mois à la prison de Manouba[17]. Le 12 juin 2013, elles sont condamnées à 4 mois et un jour de prison ferme pour atteinte aux bonnes mœurs et à la pudeur[18]. Cette décision est jugée choquante par les dirigeants de la France et de l'Allemagne, ainsi que par l'Union européenne, qui exhortent le gouvernement tunisien à revoir ses lois concernant la liberté d'expression. Les activistes font appel de ce jugement, et le 26 juin, elles sont condamnées à une peine de même durée mais avec sursis. Elles rentrent en France le 27 juin[19].

Le 2 juin 2015, elle fait partie de la première action de FEMEN au Maroc, devant la tour Hassan à Rabat, où elle embrasse seins nus une autre activiste. Selon un communiqué, cette action a pour but de « célébrer les droits LGBT et dénoncer l’injustice faite à la communauté homosexuelle au Maroc ». Sept heures après l'action, elles sont arrêtées, interrogées durant six heures, puis expulsées du territoire[20].

Collages contre les féminicides[modifier | modifier le code]

En , elle initie des collages contre les féminicides sous forme de brefs slogans[21] notamment à Paris et Marseille. Ses collages sont composés de lettres noires peintes une à une sur des feuilles blanches. Son premier slogan collé est « Depuis que j'ai 13 ans, des hommes commentent mon apparence physique dans la rue »[5],[1].

En , elle organise son tout premier collage dénonçant un féminicide, celui de Julie Douib[22],[5]. Le , elle initie un collage collectif contre les féminicides[23]. Elle gère le fonctionnement du groupe de Paris et le lancement du mouvement à l'échelle nationale durant un mois, avant de s'en écarter « par souci d’horizontalité et par penchant anarchiste »[24]. Elle continue à coller seule[1].

De par la simplicité du mode d'action et l'augmentation du nombre de féminicides en France[25], de nombreux groupes de collages se forment dans les villes[26], mais également à l'international[27]. Les médias, en France et à l'étranger, s'intéressent au phénomène[1]. Ces collages affichent des slogans qui ont pour but de sensibiliser et de dénoncer l'inaction des pouvoirs publics à agir efficacement contre les violences faites aux femmes. Les messages rendent hommage aux victimes de féminicides. Ils affichent des phrases courtes qui décrivent les circonstances des meurtres ou qui portent une visée générale[28]. Des centaines de messages sont apposés sur des murs, dont des lieux jugés « symboliques » comme des institutions gouvernementales, ou très fréquentés comme des musées[29]. Le mouvement est toujours actif un an après sa création[30],[31].

En , elle ouvre un squat féministe, dans le 12e arrondissement de Paris, « L'amazone », QG pour les collages, et lieu de création pour femmes[32]. Il est évacué un mois plus tard.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Dès sa scolarité secondaire, elle est victime d'injures et d'attouchements de la part de garçons durant trois années. Début 2021, elle indique avoir subi plusieurs viols au cours de sa vie[1].

Prises de positions et polémiques[modifier | modifier le code]

Prises de positions contre le port du voile, la prostitution et la pornographie[modifier | modifier le code]

Dans un article intitulé « J'ai du mal avec le voile et je n'ai pas honte de le dire » publié en 2016 dans Le Plus de L'Obs[33], Marguerite Stern s'oppose au port du voile. Représentant un féminisme « universaliste » opposé à celui, « différencialiste », elle déclare notamment que le voile, comme la prostitution, ne relève pas du libre arbitre[1]. Elle est aussi opposée à la pornographie[34],[35].

Controverses autour des personnes trans[modifier | modifier le code]

Le , après un collage dans la ville de Montpellier appelant à l'inclusion des femmes trans dans le mouvement féministe avec le slogan « des sisters pas des cisTERF » (jeu de mot construit sur « cis » (cisgenre) et « TERF » signifiant « Trans-exclusionary radical feminist » ou « féministe radicale excluant les personnes trans », et slogan pouvant être traduit par « des alliées, pas des transphobes »), elle prend position contre la place devenue trop importante selon elle du militantisme trans dans le mouvement des collages et au sein du féminisme, via Twitter[36]. Elle y affirme notamment qu'être une femme est une question de biologie et que le militantisme des femmes trans, consistant selon elle à réduire les femmes à un ensemble de stéréotypes patriarcaux tels que le maquillage ou les vêtements, est insultant pour ces dernières[37]. Elle nie la qualité de femmes aux personnes transgenres, affirmant notamment : « De tout temps, les hommes ont tenté de silencier les femmes en faisant taire leurs révoltes. Aujourd'hui, ils le font de l'intérieur en infiltrant nos luttes »[1]. Elle refuse les appellations telles « personnes à vulve »[2]. Ses positions lui vaudront d'entre considérée comme « TERF »[37].

À la suite de ces déclarations, le compte Instagram Collages Féminicides Paris se désolidarise de ses propos : « Les discriminations ont toujours été condamnées […]. On est sur l'exclusion d'une partie des femmes de la lutte, la transphobie n'est pas un débat. » Elle est exclue du mouvement, plusieurs mois après qu'elle l'ait déjà quitté[36],[38]. Elle est l'objet de nombreuses insultes sur les réseaux sociaux, si bien que le collectif réagit et précise refuser toute « rhétorique de mise à mort »[1].

En , Marguerite Stern co-signe une tribune, rédigée par Pauline Arrighi, aux côtés de Christine Delphy et de Fatiha Agag-Boudjahlat, intitulée « Trans : suffit-il de s'autoproclamer femme pour pouvoir exiger d'être considéré comme telle ? »[39]. Cette tribune, initialement publiée sur le Huffington Post, puis dé-publiée par la rédaction qui la qualifie de transphobe[40], est republiée par Marianne. Le 26 février 2020, plusieurs personnalités et associations signent dans Libération deux tribunes intitulées « Féminisme : le débat sur la place des femmes trans n'a pas lieu d'être »[41] et « À toi ma sœur, mon frère, mon adelphe »[42]. Ces différentes prises de positions cristallisent les dissensions au sein des collages contre les féminicides[37]. Marguerite Stern est harcelée pour ses positions, harcèlement allant jusqu'à des menaces de mort[43],[44] et entraînant une hospitalisation en psychiatrie pour un trouble anxieux généralisé[35].

En août 2022, elle co-signe avec Dora Moutot une tribune publiée dans Marianne adressée à Élisabeth Borne, dans laquelle elles s'opposent à une affiche du Planning familial représentant un homme enceint, jugeant qu'« elle reprend un vocabulaire utilisé par les militants transactivistes »[45]. Selon Mediapart, le texte est « très majoritairement relayé par des militant·es, organes de presse ou personnalités d’extrême droite »[46]. Les deux militantes sont reçues peu après par les députées LREM Caroline Yadan et Aurore Bergé, ce qui entraîne les protestations de deux autres élus LREM, Pierre Karleskind et Raphaël Gérard, ce dernier dénonçant de la part de Caroline Yadan un « vocabulaire qui fait écho aux discours haineux entendus en Pologne ou en Hongrie »[45].

Interrogée en septembre 2022 par Libération, Marguerite Stern se défend d'être transphobe, expliquant : « Je ne suis pas transphobe parce que je dis qu'une femme trans est un homme et je ne combats pas les trans mais l'idéologie trans. De la même manière que je ne suis pas islamophobe parce que je dis que l’islam c’est de la merde, ni antisémite parce que je dis que la religion juive c’est de la merde, ni “communistophobe” parce que je dis que le communisme c’est de la merde »[47].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • FEMEN, Manifeste FEMEN, éditions Utopia, 2014 (ISBN 978-2919160174)
  • Héroïnes de la rue, Manifeste pour un féminisme de combat, éditions Michel Lafon, 2020 (ISBN 978-2749943961)

Podcasts[modifier | modifier le code]

  • Conversations avec Marie, mars 2019
  • Héroïnes de la rue, avril 2019[48]
  • Le dernier homme, avril 2021
  • Écoutez les survivantes, juin 2021
  • Ma fortune, mars 2022
  • Au peuple des femmes, mai 2022

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Aurélie Jacques, « La nuit des colleuses », Vanity Fair n°87, mars 2021, p. 62-69.
  2. a et b Violaine Epitalon, « Marguerite Stern : La Femme révoltée », sur Technikart, (consulté le )
  3. Benoit Hasse, « Paris : Derniers jours pour découvrir les artistes du "Jardin Denfert" », sur Le Parisien, (consulté le ).
  4. Claire Digiacomi, « Cette ex-Femen a reçu une balle dans sa fenêtre, elle témoigne: "Je ne me résignerai jamais" », sur Le HuffPost,
  5. a b et c Louis-Valentin Lopez, « Marguerite Stern, 29 ans, féministe : des collages immédiats », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  6. « Les seins nus des Femen à Notre-Dame choquent Valls et Delanoë », sur Franceinfo, (consulté le )
  7. « "Les Femen moins à poil que Jésus" du 18 février 2013 - France Inter », sur www.franceinter.fr (consulté le )
  8. « L'action des Femen à Notre-Dame a fâché toute la classe politique », sur LExpress.fr, (consulté le )
  9. « Les Femen sont-elles allées trop loin à Notre-Dame-de-Paris ? », sur France 24, (consulté le )
  10. « L'AGRIF contre les FEMEN 2 (Notre Dame de Paris) - L'Agrif », sur www.lagrif.fr (consulté le )
  11. Daniel Hamiche, « L’AGRIF exige la dissolution des FEMEN », sur L'observatoire de la Christianophobie, (consulté le )
  12. « « Le premier procès des Femen attendra février » », Le Figaro,‎ samedi 14 / dimanche 15 septembre 2013, p. 10
  13. AFP, « Action à Notre-Dame : le parquet fait appel de la relaxe des Femen », sur Libération.fr, (consulté le )
  14. « Pour leur action à Notre-Dame de Paris, les Femen à nouveau relaxées », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  15. AFP, « Trois Femen interpellées à Tunis après une action de soutien à Amina », sur liberation.fr,
  16. « Tunisie: Trois Femen interpellées à Tunis après une action seins nus », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  17. Marie Desnos, « Femen françaises - "Etre une prisonnière en Tunisie" », sur parismatch.com,
  18. LIBERATION, « Prison ferme pour des Femen en Tunisie », sur Libération.fr, (consulté le )
  19. « La Tunisie libère les trois Femen en détention depuis près d'un mois », sur L'Humanité, (consulté le )
  20. « La Femen Marguerite Stern: «Il n’est pas exclu que nous revenions au Maroc» », sur Telquel.ma (consulté le )
  21. « Rencontre avec Marguerite Stern, initiatrice des collages anti-féminicides | Autour de Paris-Le nouveau guide du Grand Paris », sur Autour de Paris (consulté le )
  22. Caroline Piquet, « Meurtre de Julie Douib : « Elle vivait dans la peur permanente » », sur leparisien.fr, (consulté le )
  23. Delphine Evenou, « "Aux femmes assassinées, la patrie indifférente" : des affiches pour interpeller sur les féminicides », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  24. Marguerite Stern, « Féminisme : peut-on encore débattre de tout ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  25. « En 2019, le nombre de féminicides a augmenté de 21 % en France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. « « Aux femmes assassinées, la patrie indifférente » : les « colleuses » d’affiches veulent rendre visibles les victimes de féminicides », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. Eva-Luna Tholance, « Les collages contre les féminicides s’exportent à l’étranger », sur Libération.fr, (consulté le )
  28. « Féminicides : à Paris, des phrases chocs sur les murs pour "interpeller les passants" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  29. « Contre les féminicides, 300 affiches ont été collées en une nuit sur des tribunaux », sur LExpress.fr, (consulté le )
  30. Rachel Saadoddine, « "Coller, c'est libérateur et fort" : le mouvement féministe des collages de rue fête son premier anniversaire », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  31. « Féminicides : un mémorial en hommage aux victimes pour le premier anniversaire des "colleuses" », sur SudOuest.fr (consulté le )
  32. Élise Viniacourt, « Paris : dans les coulisses des collages contre les féminicides », sur leparisien.fr, (consulté le )
  33. Marguerite Stern, « J'ai du mal avec le voile et je n'ai pas honte de le dire. Ce n'est pas "raciste" », sur leplus.nouvelobs.com, (consulté le )
  34. « Heure de colle pour le patriarcat ! », sur France Inter, (consulté le )
  35. a et b « Marguerite Stern : "On a le droit de critiquer des idéologies comme l'islam ou le transactivisme" », sur LExpress.fr, (consulté le )
  36. a et b Service Checknews, « Quel est le point de départ de la polémique sur la place des trans dans le féminisme ? », sur Libération.fr, (consulté le )
  37. a b et c « Le mouvement Collages féminicides se déchire sur la question trans », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « "Papa, il a tué maman" : un an après, les collages anti-féminicides perdurent à Paris », sur Marie Claire (consulté le )
  39. « Trans : suffit-il de s’autoproclamer femme pour pouvoir exiger d’être considéré comme telle ? », sur Marianne, (consulté le )
  40. « Pourquoi nous avons dépublié la tribune "Question trans: les colleuses contre les féminicides se divisent et toutes les femmes sont menacées" », sur Le HuffPost, (consulté le )
  41. un collectif de femmes féministes, trans ou cis, « Le débat sur la place des femmes trans n’a pas lieu d’être », sur Libération.fr, (consulté le )
  42. un collectif d'associations et d'universitaires, « A toi ma sœur, mon frère, mon adelphe », sur Libération.fr, (consulté le )
  43. Je suis Charlie, « Enquête - Quand les féministes et les activistes trans s’affrontent sur les réseaux sociaux », sur Charlie Hebdo, (consulté le )
  44. « Entre "TERF" et "transactivistes", féministes et militants LGBT se déchirent sur la question trans », sur Marianne, (consulté le )
  45. a et b Etienne Baldit, « Grosses tensions entre élus LREM sur fond de transphobie » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  46. Sarah Benichou, « Affiche du Planning familial : « Ce n’est pas une question de genre, c’est une question de droit » » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  47. Maxime Macé, Pierre Plottu et Johanna Luyssen, « Entre féministes Terf et extrême droite, des passerelles idéologiques pour un même combat antitrans » Accès payant, sur Libération, (consulté le ).
  48. Marguerite Stern, « Héroïnes de la rue - prologue », sur Ausha, (consulté le )

Extraits d'ouvrages autobiographiques[modifier | modifier le code]

  • Certaines informations sont issues directement des ouvrages de Marguerite Stern :
  1. Marguerite Stern, « Les collages », dans Marguerite Stern, Héroïnes de la rue, p. 157-158.
  2. Marguerite Stern, « FEMEN », dans Marguerite Stern, Héroïnes de la rue, p. 76.

Liens externes[modifier | modifier le code]