Coccinelle (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Coccinelle
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres noms
Jacqueline Charlotte Dufresnoy
Nationalité
Activité

Coccinelle est le nom de scène de Jacqueline Charlotte Dufresnoy, née le dans le 3e arrondissement de Paris et morte le à Marseille, une artiste française, danseuse, chanteuse et actrice. C'est l'une des premières femmes trans connues du grand public.

Biographie[modifier | modifier le code]

Coccinelle débute dans le monde du spectacle en 1953 chez Madame Arthur puis au Carrousel à Paris, comme Bambi, que l'artiste aide à débuter et héberge même à son domicile à ses débuts. Coccinelle passe à l'Alcazar de Marseille en 1953, et y compose une saisissante silhouette de Marilyn Monroe, avec lunettes et robe lamée bleue. Trois ans plus tard, l'artiste effectue une vaginoplastie dans la clinique du Parc du Dr Georges Burou à Casablanca, devenant ainsi la première personne française connue à le faire. Défendue par l'avocat Robert Badinter, Coccinelle devient à l'état civil Jacqueline Charlotte Dufresnoy en 1959[1].

Vêtue de blanc, elle épouse, lors d'une cérémonie à l'église, son premier mari, Francis Paul Bonnet, journaliste sportif, le [1]. Le couple souhaite adopter et fait face à de nombreux obstacles[réf. nécessaire]. Le couple divorce le 13 novembre 1962[réf. nécessaire]. Le , elle se marie une seconde fois avec Mario Florentin Heÿns, danseur de music hall colombien rencontré à Buenos Aires. Dans les années 1960, elle joue dans plusieurs films. Elle enregistre également dans les années 1960 trois 45 tours.

En 1963, elle se produit à l'Olympia dans le spectacle Chercher la femme écrit et mis en scène par Bruno Coquatrix avec une pléiade d'artistes dont Pierre Doris. À partir de 1970, elle entamera une série de tournées qui la conduiront partout sur la planète, d'Amérique du Sud jusqu'en Australie, d'Amérique du Nord jusqu'en Équateur… À partir de 1978, elle s'établit à Berlin en Allemagne, où elle est la vedette d'un des plus grands cabaret berlinois, Chez Nous.

C'est seulement en 1986 qu'elle revient à Paris, chez Madame Arthur, là où elle avait débuté quarante ans plus tôt. Elle passe dans plusieurs émissions de télévision, de Tournez manège aux Dossiers de l'écran en passant par les plateaux de Frédéric Mitterrand et Thierry Ardisson. Elle en profite pour rédiger une autobiographie intitulée Coccinelle par Coccinelle. En 1989, elle triomphe au Casino de Paris aux côtés de son ami Pascal Sevran dans la revue Paris Casino. En 1990, on lui propose un spectacle qui raconte sa vie et dont elle est la vedette. Lorsque la guerre du Golfe éclate, le spectacle tombe à l'eau faute de financement. Elle décide de quitter Paris à ce moment-là pour retrouver le sud de la France qu'elle adorait depuis ses débuts.

À partir de 1992, elle se produit à Marseille. Le , elle épouse à Marseille en troisièmes noces le transformiste de chez Michou, Thierry Wilson alias Zize Dupanier, en direct sur TF1 dans l'émission de Jean-Marc Morandini Tout est possible. Sept ans plus tard, elle prend une semi-retraite du monde du spectacle.

En 2005, elle sort un CD, Best Of de ses plus grands succès chez Marianne Mélodie.

Elle vit ses dernières années entre le Cabaret LouLou à Marseille, où elle suit les auditions d'artistes régionaux et son passe temps favori : la plage.[réf. nécessaire]

En avril 2006, elle est victime d'un accident vasculaire cérébral que les médecins trouveront bénin, comme une alerte. Mais quelques mois plus tard, elle rechute et après un mois en soins intensifs, Coccinelle meurt d'un arrêt cardiaque à l'hôpital de la Timone à Marseille. Conformément à ses dernières volontés, elle est discrètement incinérée et ses cendres répandues dans un lieu tenu secret[réf. nécessaire].

Elle déclara à ses proches : « Je n'ai pas eu ma vie, qu'on me laisse au moins ma mort. » [réf. nécessaire]

Hommage[modifier | modifier le code]

La promenade Coccinelle est inaugurée le à Paris en son hommage, sur le terre-plein central du boulevard de Clichy[2], près du boulevard Marguerite-de-Rochechouart[3].

Il s'agit de la première inauguration d’une rue en hommage à une personne trans en Europe et dans la capitale d’un pays, et la deuxième dans le monde[4],[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Coccinelle n° 1 (President Records No 38. cda 1052)

  1. Tu t'fous de moi
  2. L'Amour a fleur de cœur
  3. Prends-moi ou laisse-moi
  4. Tu es là

Coccinelle n° 2 (President Records No 12" cda 1052)

  1. Je cherche un millionnaire (I'm looking for a millionaire)
  2. Avec mon petit faux-cul

Coccinelle - 4 chansons de la Revue de l'Olympia « Chercher la femme » (RCA VICTOR 86.012M - 1963)

  1. Cherchez la femme
  2. On fait tout à la main
  3. C'est sûrement vous
  4. Depuis toujours

Coccinelle Star du Carrousel de Paris CD (Marianne Melodie 041625) Compilation de 20 titres

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Véronique Willemin, Les Secrets de la nuit, Flammarion, 2014, Chapitre I : « Coccinelle, le premier transexuel à se marier devant Dieu ».
  2. « Les rues de Paris | promenade Coccinelle | 9ème et 18ème arrondissement », sur www.parisrues.com
  3. Marine Le Breton, « Coccinelle, vedette de cabaret trans des années 50 et 60, a droit à une promenade à son nom à Paris », sur Huffingtonpost.fr, (consulté le 20 mai 2017).
  4. « A l’inauguration de la Promenade Coccinelle, le bel hommage à une icône trans », sur KOMITID,
  5. « Un espace public arc-en-ciel en l’honneur de personnalités LGBTIQ+ », sur www.paris.fr

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mario Costa, Elle est lui, Les Presses du Mail, 1963.
  • Coccinelle, Coccinelle par Coccinelle, Filipacchi, 1987.
  • Maxime Foerster, Histoire des transsexuels en France, H&O, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]