Karine Espineira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Karine Espineira
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
EspiñeiraVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Karine Espineira est une sociologue des médias franco-chilienne. Elle est chercheuse associée à l'université Nice-Sophia-Antipolis depuis 2012. Elle membre associée au Laboratoire d'études de Genre et de Sexualité (UMR LEGS), Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis, depuis 2017. Ses travaux s'inscrivent dans les champs des études de genre, des études culturelles et des transgender studies et ses recherches portent sur les constructions médiatiques des transidentités, sur les modèles de genre dans les médias, et les transféminismes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Activité universitaire[modifier | modifier le code]

Karine Espineira poursuit des études en lettres modernes et en sciences de l'information et de la communication à l’Université Stendhal-Grenoble 3 et à l'université Autonome de Barcelone en Catalogne. En 1995, elle travaille comme journaliste pigiste dans divers journaux comme au quotidien La Provence et l'hebdomadaire Grenoble Infos. Durant les années 2000 elle occupe les postes de chargée de communication et de formatrice multimédia dans le domaine de l'insertion sociale et professionnelle à Marseille à Champs Visuels puis Transition. Durant la même période elle participe au projet européen Equal Solimar Les Discriminations raciales à l'embauche.

Reprenant ses études universitaire en 2007 à l'université de Provence, elle poursuit une thèse de doctorat à l'université Nice-Sophia-Antipolis. Sa thèse intitulée « La construction médiatique des transidentités : une modélisation sociale et médiaculturelle », soutenue le , reçoit la mention Très honorable avec Félicitations du jury à l'unanimité et se voit récompensée par le 2e Prix jeune chercheur francophone en SIC - 2014, décerné par la Société française des sciences de l'information et de la communication (SFSIC) en 2014. Elle est aussi médaillée de l'université Nice-Sophia-Antipolis[1] la même année.

De 2015 à 2017, elle a bénéficié de l'allocation de recherche « Genre Inégalités Discrimination - Ile-de-France[2] », Institut Émilie-du-Châtelet, Alliance de recherche sur les discriminations, d'une recherche post-doctorale intitulée : Politiques transféministes: alliances et conflits entre mouvements trans et féministes, en Sociologie et Science politique au LEGS, UMR 8238[3], CNRS/université Paris-VIII Vincennes Saint-Denis, sous la direction d'Éric Fassin. Elle est actuellement membre associée au LEGS, Université Paris 8.

Activité militante[modifier | modifier le code]

Karine Espineira est assignée garçon à sa naissance en 1967 à Santiago du Chili. En 1996, elle s'engage comme bénévole dans l'Association du syndrome de Benjamin, dirigé par Tom Reucher tout en menant son changement de genre. Avec Maud-Yeuse Thomas, elle rejoint l'association le Zoo du sociologue Sam Bourcier et participe aux Séminaires Q qui seront publiés dans l'ouvrage Q comme Queer aux éditions GayKitchCamp en 1998. Durant la période 1996-1999, elle écrit dans la revue 3 Keller du Centre Gay et Lesbien de Paris ; elle travaille sur la maquette de Lesbia Magazine, participe à la communication de la première marche Existrans et crée le journal associatif trans intitulé L'Identitaire [le terme n'a rien en commun avec l'usage qui en fait aujourd'hui par des mouvements conservateurs] de l'ASB avec Maud-Yeuse Thomas, Tom Reucher et Ionna Mayhead.

En 2005, elle est cofondatrice de l'association trans Sans Contrefaçon avec Maud-Yeuse Thomas. L'association s'engage dans la production de courts-métrages dans l'esprit DIY (Do it yourself) et milite avec le Groupe Activiste Trans (GAT). Elle entre aux conseils d’administration des universités d’Été Euroméditerranéennes des Homosexualités (2005-2008) et du Centre Évolutif Lilith (2006-2007) de Marseille. Elle coorganise la journée du à Marseille, dans le cadre de la Journée internationale de solidarité avec les Lesbiennes Gais Bi et Trans d’Iran[4].

Durant la période 2005-2008, elle réalise des montages de courts métrages : Le Kissing[5] (un kiss-in), court-métrage de min 38 s, 2005 ; Gare aux trans ![6], court-métrage de min 51 s, 2006 ; Transgénérations[7], court-métrage de 16 min 57 s, 2006 ; Transgénérations - version 2, court-métrage de 19 min, 2008. Elle est aussi consultante pour le documentaire L'Ordre des mots[8] de Cynthia Arra et Mélissa Arra.

En 2010, elle est co-fondatrice de l'Observatoire des transidentités[9] (ODT) : un site indépendant d’information, de productions de savoirs et d’analyses sur les questions trans, inter et les questions de genre. Le site et la revue Cahiers de la transidentité (depuis 2013) ont été fondés par Maud-Yeuse Thomas, Arnaud Alessandrin et Karine Espineira. L'ODT s’appuie sur un réseau d’acteurs-actrices de terrain, d’associations-partenaires et d’universitaires ; Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira sont responsables du site et de la revue. La même année, elle participe au tournage du documentaire Mes questions sur les trans…[10] de Serge Moati, diffusé le 1 sur France 5.

En 2011, elle rejoint l'équipe de la coordination de campagne internationale Stop Trans Pathologization[11] (STP 2012). Les objectifs de campagne sont le retrait du trouble d’identité de genre des nomenclatures internationales : le DSM (Manuel statistiques des maladies mentales) de l’Association américaine de psychiatrie (APA) et de la Classification Internationale des Maladies (CIM) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). STP propose l'inclusion d’une mention non-pathologisante dans la CIM-11. En 2013, la campagne compte 370 groupes et réseaux répartis en Afrique, en Amérique Latine, en Amérique du Nord, en Asie, en Europe et en Océanie. En 2014, les groupes GATE (Action globale pour l'égalité trans) et STP, se sont rapprochés dans un travail commun face à l'OMS, afin de discuter les éventuels changements de la CIM-11.

En 2013, elle s'engage dans le collectif CST + qui est composé d’associations d’auto support pour et par les personnes trans : Acceptess Transgenre, Chrysalide, Outrans, l’Observatoire des Transidentités et de AIDES.

Le , elle est lauréate du prix Pierre Guénin[12] contre l'homophobie aux côtés d'Arnaud Alessandrin et l’association HM2F (Homosexuel-le-s Musulman-ne-s de France) récompensant Jean-Paul Cluzel.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Principaux articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Karine Espineira, « Transgender and transsexual people’s sexuality in the media », Parallax, no 80,‎ , p. 323-329 (DOI 10.1080/13534645.2016.1201922).
  • Maud-Yeuse Thomas et Karine Espineira, « Le « transsexualisme », entre normes sociojuridiques, normes de santé et normes de genre », Nouvelles pratiques sociales, vol. 28, no 1,‎ (DOI 10.7202/1039172ar).
  • (en) Karine Espineira et Sam Bourcier, « Transfeminism : Something Else, Somewhere Else », TSQ : Transgender Studies Quaterly, vol. 3, no 1,‎ , p. 84-94 (DOI 10.1215/23289252-3334247).
  • Karine Espineira, « Un exemple de glissement du lexique médiatique : le sujet trans dans les productions audiovisuelles », Essais. Revue pluridisciplinaire d'humanités, no 7,‎ , p. 47-63 (lire en ligne).
  • Karine Espineira, « Pour une épistémologie trans et féministe : Un exemple de production de savoirs situés », Comment S’en Sortir ?, no 2,‎ , p. 42-58 (lire en ligne).
  • Karine Espineira, « Les constructions médiatiques des personnes trans - Un exemple d’inscription dans le programme « penser le genre » en SIC », Les Enjeux de l'information et de la communication, vol. 15, no 1,‎ , p. 35-47 (lire en ligne).
  • Karine Espineira, « La sexualité des sujets transgenres et transsexuels dans les médias. Processus croisés de sursexualisation et de désexualisation des figures médiatiques trans », Hermès, La Revue,‎ , p. 105-109 (lire en ligne).
  • Karine Espineira, « La médiatisation des politiques transgenres : Du statut de contre-public à l’inégalité de la représentation », Revue Française des Sciences de l'information et de la Communication, no 4,‎ (DOI 10.4000/rfsic.695).
  • Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas, « Les trans comme parias. Le traitement médiatique de la sexualité des personnes trans en France », Genre, sexualité & société, no 11,‎ (DOI 10.4000/gss.3126).
  • (en) Amets Suess, Karine Espineira et Pau Crego Walters, « Depathologization », Transgender Studies Quarterly, vol. 1, nos 1-2,‎ , p. 73-77 (DOI 10.1215/23289252-2399650).
  • Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira et Arnaud Alessandrin, « De la militance trans à la transmission de savoirs : la place du sujet trans dans le lien social », Le sujet dans la Cité, vol. 4, no 2,‎ , p. 133-143 (lire en ligne).
  • Karine Espineira, « Le bouclier thérapeutique : discours et limites d’un appareil de légitimation », Le sujet dans la Cité, vol. 2, no 1,‎ , p. 189-201 (lire en ligne)
  • Karine Espineira, « Transidentité : de la théorie à la politique. Une métamorphose culturelle entre pragmatisme et transcendance », L’Information Psychiatrique, vol. 87, no 4,‎ , p. 279-282 (DOI 10.3917/inpsy.8704.0279).

Chapitre d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Karine Espineira, « Le sein dans une perspective transgenre & intersexe », dans Martine Sagaert et Natacha Ordioni (dir.), Le sein: Des mots pour le dire, Toulon, Éditions Babel, coll. « Mosaïque du genre », (ISBN 978-2-9554235-0-9), p. 179-198.
  • Karine Espineira, « Le sujet trans : une figure hégémonique ou une figure alternative ? », dans collectif IDEM (dir.), Les LGBT font bouger les sociétés. Cultures et politiques de l’émancipation, Des Ailes sur un tracteur, (ISBN 978-1-326-20337-5), p. 47-51.
  • Karine Espineira, « Étude comparative des traitements médiatiques de Thomas Beatie et Rubén Noé Coronado : Enfanter en homme », dans Laurence Hérault (dir.), La parenté transgenre, Presses universitaires de Provence, (ISBN 978-2-85399-932-8), p. 27-39.
  • Karine Espineira, « L’inscription médiatique de l’intersexuation et de la transidentité dans la thématique des tests de féminité en télévision », dans Laetitia Biscarrat et al., Quand la médiatisation fait genre. Médias, transgressions, négociation de genre, L’Harmattan, coll. « Question de genre », (ISBN 978-2-343-04197-1), p. 163-178.
  • Karine Espineira, « Le Genre en Communication », dans Brigitte Estève-Bellebeau et Arnaud Alessandrin (dir.), Genre !, Des Ailes sur un tracteur, (ISBN 979-10-90286-14-6), p. 166-169.
  • Karine Espineira, « Transidentité », dans Brigitte Estève-Bellebeau et Arnaud Alessandrin (dir.), Genre !, Des Ailes sur un tracteur, (ISBN 979-10-90286-14-6), p. 67-69.
  • Karine Espineira, « Transphobie », dans Brigitte Estève-Bellebeau et Arnaud Alessandrin (dir.), Genre !, Des Ailes sur un tracteur, (ISBN 979-10-90286-14-6), p. 70-71.
  • Karine Espineira, « Naissance médiatique du Bois de Boulogne - Transidentités et média(tion)s », dans Yves Raibaud et Arnaud Alessandrin (dir.), Géographie des homophobies, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-28551-7), p. 57-69.
  • Karine Espineira, « Introduction à la géographie du Pacs et des nouvelles configurations familiales », dans Yves Raibaud, Arnaud Alessandrin (dir.), Géographie des homophobies, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-28551-7), p. 179-180.

Médias grand public[modifier | modifier le code]

  • Claire Richard, « « Transparent » : 40 ans de séries pour avoir un héros trans », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  • David Latour et Karine Espineira, « Transidentités : vivre ensemble ? Notre appartenance à la société n'est pas négociable », Le Plus,‎ (lire en ligne)
  • Camille Gévaudan, « Transidentité : «Nous sommes dans une société plus conservatrice qu’elle ne veut se l’avouer» », Libération,‎ (lire en ligne)
  • Louis Boy, « Transsexualité, transidentité : un tabou français ? », France Info,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]