Exideuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Excideuil dans le département de la Dordogne.
Exideuil
Mairie d'Exideuil
Mairie d'Exideuil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Vienne
Intercommunalité Communauté de communes de Haute-Charente
Maire
Mandat
Jean-François Duvergne
2014-2020
Code postal 16150
Code commune 16134
Démographie
Gentilé Exideuillais
Population
municipale
1 048 hab. (2014)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 13″ nord, 0° 40′ 28″ est
Altitude Min. 140 m – Max. 243 m
Superficie 20,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Exideuil

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Exideuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Exideuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Exideuil
Liens
Site web mairiedexideuil.free.fr

Exideuil (Eissiduelh en limousin, dialecte occitan) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Exideuillais et les Exideuillaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La gare d'Exideuil

Exideuil est une commune de Charente limousine située à 4 kilomètres à l'ouest de Chabanais, chef-lieu de son canton, au bord de la Vienne.

La commune est à 7 km de Roumazières-Loubert, 14 km de Confolens, 46 km de Limoges et 48 km d'Angoulême[2].

La N 141, route d'Angoulême à Limoges et maillon de la route Centre-Europe Atlantique, traverse la commune d'ouest en est et passe à 2 km au sud du bourg. Le bourg est desservi par des routes départementales de moindre importance qui le relient aux communes voisines, comme la D 165 qui franchit la Vienne en direction de Manot, et la D 370 qui la longe en direction de Chabanais à l'est et La Péruse à l'ouest. La D 190 va vers le sud en direction de Saint-Quentin et la D 165 vers le sud-ouest en direction de Suris[3].

La ligne Angoulême - Limoges traverse la commune qui y possède une gare, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte de nombreux petits hameaux et fermes. On peut citer, au sud : Condillac, Villeneuve, Loubignac, le long de la nationale : Montauban, Chante-Alouette, Lafachie, à l'est du bourg : le Puy et Fromenteau, à l'ouest : Masmoussou, la Maison Rouge, Vouvet, et enfin, sur la rive droite de la Vienne, Coldebouye, Agnas, et Rambaudie[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Exideuil
Manot Chirac
La Péruse Exideuil Chabanais
Suris Saint-Quentin-sur-Charente

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme toute la partie nord-est du département de la Charente qu'on appelle la Charente limousine, la commune d'Exideuil se trouve sur le plateau du Limousin, partie occidentale du Massif central, composé de roches cristallines et métamorphiques, relique de la chaîne hercynienne.

Le granit et la diorite occupent une grande partie de la commune, au nord de la route nationale, granit à l'ouest et diorite à l'est. Le sud de la commune est occupé par du gneiss. Sur les hauteurs on trouve du sable argileux et des graviers[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune se trouve aussi dans l'emprise du cratère de la météorite de Rochechouart.

La commune occupe la vallée de la Vienne et ses deux versants. Le versant nord est plus abrupt que le sud. Le territoire communal culmine à 243 m sur sa limite sud-ouest, à Condillac. Le point le plus bas, 140 m, est situé le long de la Vienne à la sortie de la commune. Le bourg est à environ 152 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Vienne et le pont

La Vienne traverse la commune. De nombreux petits ruisseaux y affluent, dont au sud la Soulène qui passe au bourg, et au nord le Riollet. Le ruisseau des Vergnes se jette dans la Soulène. Le territoire dont le sol est imperméable comprend aussi de nombreux petits étangs et retenues[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique dégradé. C'est celui de la Charente limousine, plus humide et plus frais que celui du reste du département.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Exidolio (non datée)[7].

Comme Excideuil en Dordogne, l'origine du nom d'Exideuil remonterait à un nom gaulois obscur Iccius ou Exito auquel est apposé le suffixe gaulois -ialo signifiant clairière, champ[8],[9]. Iccio- est un thème et un terme de nom gaulois[10].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[11]. Elle se nomme Eissiduelh en occitan[12].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1606.

Le château de la Chétardie marque l'histoire de la commune. Construit au XVIIe siècle, il vit naître en 1636 l'abbé de la Chétardie, devenu curé de Saint-Sulpice à Paris, et en 1705 son neveu le marquis Joachim de La Chétardie. Madame de Sévigné, déjà âgée, serait venue en visite au château.

Au début du XXe siècle, la commune comptait déjà les deux fabriques de carton ondulé, la fabrique de papier de paille du Moulin Neuf, la carrière de granit de Saint-Éloi et une carrière d'argile réfractaire. L'industrie a été favorisée par la force motrice de la Vienne et l'arrivée de la ligne d'Angoulême à Limoges en 1875[13].

En 1939, tout le village lorrain de Bining est évacué à Exideuil.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 en cours Jean-François Duvergne PS Agent de maîtrise
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 048 habitants, en diminution de -4,03 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 231 1 230 1 190 1 284 1 615 1 280 1 327 1 346 1 312
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 167 1 218 1 188 1 286 1 266 1 360 1 407 1 336 1 375
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 417 1 396 1 244 1 286 1 262 1 270 1 116 1 070 1 116
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
1 135 1 212 1 115 1 039 1 019 1 053 1 051 1 048 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Exideuil en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,1 
8,5 
75 à 89 ans
11,6 
17,3 
60 à 74 ans
16,1 
24,2 
45 à 59 ans
21,1 
20,7 
30 à 44 ans
20,2 
12,6 
15 à 29 ans
10,6 
16,1 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Usine de carton ondulé SOFPO
  • Usine de carton ondulé SAICA

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Exideuil possède une école primaire comprenant quatre classes. Le secteur du collège est Chabanais[21].

Sports et activités[modifier | modifier le code]

  • Club de football US Exideuil
  • Canoé-kayak sur la Vienne

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 29 novembre 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre, (consulté le 6 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 29
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 278.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. Georges Dottin, La langue gauloise, , 381 p. (lire en ligne)
  11. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  12. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 29 novembre 2014)
  13. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 159-160
  14. Site des villes et villages fleuris, consulté le 24 décembre 2016.
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Evolution et structure de la population à Exideuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  21. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 22 juin 2012)
  22. « Château de la Chétardie », notice no PA00104367, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Église Saint-André », notice no PA00104368, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Fonts baptismaux », notice no PM16000156, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]