Lussac (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lussac.

Lussac
Lussac (Charente)
L'église de Lussac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Bonnieure
Intercommunalité Communauté de communes de Charente Limousine
Maire
Mandat
Catherine Raynaud
2014-2020
Code postal 16450
Code commune 16195
Démographie
Population
municipale
292 hab. (2015 en augmentation de 5,04 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 42″ nord, 0° 27′ 51″ est
Altitude Min. 129 m
Max. 182 m
Superficie 11,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Lussac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Lussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lussac
Liens
Site web www.lussac16.fr

Lussac (Luçac en limousin, dialecte occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Lussac est une commune du nord-est de la Charente située entre Chasseneuil-sur-Bonnieure et Saint-Claud, à 37 km au nord-est d'Angoulême.

Le bourg de Lussac se trouve à 3 km de Chasseneuil, 5 km de Saint-Claud, 26 km de Confolens et 11 km de Roumazières.

La commune est traversée par la D 951, route d'Angoulême à Confolens par Chasseneuil et aussi route Centre-Europe Atlantique entre Bordeaux, La Rochelle et Mâcon par Guéret et Montluçon. Une déviation contourne le bourg par l'est.

La route nationale 141 de Saintes à Clermont-Ferrand par Angoulême et Limoges se trouve en limite sud de la commune avec Suaux.

De petites routes départementales traversent aussi la commune d'est en ouest : la D 365 qui passe au bourg et va de Suaux à Chavagnac en direction de Cellefrouin, et la D 366 qui fait la limite sud de la commune[1].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte quelques hameaux comme Boistizon à l'ouest, les Granges au nord, chez Dieu et la Rivaille au sud en limite avec Chasseneuil.

D'autres hameaux plus petits sont : chez Courbes, Chambardy, Lagéon, la Châtaigneraie, chez Gervais, la Devignière

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lussac
Saint-Claud Nieuil
Cellefrouin Lussac Suaux
Chasseneuil

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur les derniers plateaux calcaires du Bassin aquitain en allant vers la Charente limousine.

Les plateaux datent du Jurassique inférieur et sont recouverts d'argile rouge à silex, dépôts tertiaires en provenance du Massif central tout proche, qui commence à Genouillac[2],[3],[4].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune occupe un terrain assez plat, plateau légèrement incliné vers l'ouest d'altitude moyenne de 160 m. Le point culminant est à une altitude de 182 m, situé sur la limite avec Suaux. Le point le plus bas est à 129 m, en limite sud-ouest de la commune. Le bourg est à environ 150 m d'altitude[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau permanent ne traverse la commune.

Au sud-est à Chambardy on peut noter deux petites retenues d'eau sur un vallon affluent de la Bonnieure et une fontaine à la Rivaille.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain, légèrement dégradé car la commune se situe aux abords de la Charente limousine.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Luciaco au XIIIe siècle[5], Lussiaco[6].

L'origine du nom de Lussac remonterait à un nom de personne romain Lucius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Luciacum, « domaine de Lucius »[7],[8].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[9]. Elle se nomme Luçac en occitan[10].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un cimetière et un site gallo-romains auraient été trouvés sur la commune en 1926[11]. La limite sud de la commune (Chez Dieu) est une ancienne voie romaine de Chassenon à la Terne par La Tâche, embranchement à Mazières de la voie d'Agrippa de Saintes à Lyon qui passe plus au sud. Elle était connue dans la commune sous le nom de Chemin romain[12].

Au Moyen Âge, l'église dépendait, comme celle de Négret, du prieuré de Saint-Florent de La Rochefoucauld[13].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 René Chadouteau SE Retraité
2014 en cours Catherine Raynaud PCF Employée

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2015, la commune comptait 292 habitants[Note 1], en augmentation de 5,04 % par rapport à 2010 (Charente : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
426433438414467465503490480
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
481429401491441416427398372
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
384354337308296267245271237
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015
230232273295291281283288292
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Lussac en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90  ans ou +
0,7 
7,4 
75 à 89 ans
9,5 
9,6 
60 à 74 ans
8,2 
24,3 
45 à 59 ans
23,8 
21,3 
30 à 44 ans
19,7 
13,2 
15 à 29 ans
12,2 
23,5 
0 à 14 ans
25,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Lussac et Nieuil. Lussac accueille l'école élémentaire, avec une seule classe, et Nieuil l'école primaire. Le secteur du collège est Roumazières-Loubert[20].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Barthélemy a été refaite au XVe siècle, et on peut retrouver des pierres sculptées de l'église primitive[13]. Elle a été restaurée en 2010. Remarquer à l'intérieur sa nef en bois qui forme une coque de bateau renversée et une peinture murale.

Le logis de la Devignère date du XVe siècle. On trouve aussi au bourg quelques maisons datant de la Renaissance[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte IGN sous Géoportail
  2. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre, (consulté le 6 novembre 2011)
  5. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 281
  6. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 118
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 401.
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  10. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 24 janvier 2015)
  11. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 195
  12. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 160
  13. a b et c Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 222
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. « Évolution et structure de la population à Lussac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  20. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 6 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]