Saulgond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saulgond
Saulgond
Le bourg et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes de Charente Limousine
Maire
Mandat
Denis Vitel
2020-2026
Code postal 16420
Code commune 16363
Démographie
Population
municipale
530 hab. (2018 en augmentation de 4,95 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 04″ nord, 0° 47′ 06″ est
Altitude Min. 172 m
Max. 284 m
Superficie 27,36 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Charente-Vienne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saulgond
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Saulgond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulgond
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulgond

Saulgond (Saugond en occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saulgond est une commune de la Charente limousine limitrophe de la Haute-Vienne située à 11 km au sud-est de Confolens et 59 km au nord-est d'Angoulême.

Le bourg de Saulgond est aussi à 10 km au nord-est de Chabanais, chef-lieu de son canton, 11 km au nord-ouest de Saint-Junien, 15 km au nord de Rochechouart, 17 km au nord-est de Roumazières-Loubert et 39 km au nord-ouest de Limoges[1].

À l'écart des routes importantes, Saulgond est cependant bien desservi par des routes départementales en étoile autour du bourg ; la D 29 de Lesterps à Chabanais, la D 51 de Confolens à Saint-Junien, et celles reliant aux communes voisines.

La N 141 d'Angoulême à Limoges passe au sud de la commune, à Saint-Junien, Étagnac et Chabanais, et la D 948, route de Limoges à Confolens et Niort, passe au sud-est, à Étagnac et Chabrac[2].

La gare la plus proche est celle de Saillat-Chassenon ou celle de Chabanais, à 10 km, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune, relativement étendue, comporte de nombreux hameaux : Rouffignac, le Chadeuil, Pommier, le Masroussin, Terracher, Bachelerie, Vendiogre, la Gazonnie, la Combarlie, Bénéteix, la Bracherie, Sallas, Mérignac, le Masgiral, Saint-Romain, le Mas Bienassis, etc.[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme toute cette partie nord-est du département de la Charente qu'on appelle la Charente limousine, la commune se trouve sur le plateau du Limousin, partie occidentale du Massif central, composé de roches cristallines et métamorphiques, relique de la chaîne hercynienne.

Le sous-sol de la commune se compose essentiellement de gneiss, au sud et au nord. On trouve aussi de la diorite dans une large bande centrale orientée est-ouest comprenant le bourg, et un peu de granit au nord (entre Pommiers et la route de Lesterps)[3],[4],[5].

La commune de Saulgond occupe un vaste plateau ondulé, dont l'altitude moyenne dépasse 220 m. Les altitudes s'étagent entre 172 m, dans la vallée du Goire en limite ouest, et 284 m, au nord-est à Cinq Chemins. Le bourg est à environ 205 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Goire, affluent de la Vienne à Confolens, traverse la commune d'est en ouest au sud du bourg. De nombreux petits affluents irriguent la commune, dont les ruisseaux de la Combarlie et de l'Étang de Brigueuil qui passent au nord du bourg, et au sud de la commune, les ruisseaux du Petit Boyat, des Lignées et de Gorce.

On trouve aussi de nombreuses petites retenues et étangs, et une fontaine au nord de la commune, la fontaine de l'Étang[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique dégradé. C'est celui de la Charente limousine, plus humide et plus frais que celui du reste du département.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saulgond est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Saligundo, Songonio, Songondio (non datées, antérieures au XIVe siècle)[10].

D'après Dauzat, l'origine du nom de Saulgond remonterait à un nom de femme germanique Saligunt[11]. Le préfixe salico-, thème de nom propre gaulois, peut-être lié au saule (salix), a aussi été évoqué[12],[13].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[14]. Elle se nomme Saugond en occitan[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la limite nord de la commune (route départementale 30), un faisceau d'anciens chemins entre Limoges et Confolens a été repéré[16].

Entre Saulgond et Étagnac, le camp antique et le dolmen de l'Age signalés par l'abbé Michon et Martin-Buchey sont plutôt sur cette dernière commune[2],[17].

Au début du XXe siècle, l'industrie dans la commune était représentée par trois moulins, Tâtevin, la Combarlie et le Masjoubert, tous situés sur le ruisseau de la Combarlie[18].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 1985 Raymond Ganteille PCF  
1985 2008 Christian Desaphy    
2008 En cours Denis Vitel SE Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[20].

En 2018, la commune comptait 530 habitants[Note 2], en augmentation de 4,95 % par rapport à 2013 (Charente : −0,48 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 2701 3121 1611 2601 3071 3161 3361 3021 234
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 2501 2441 2191 2611 2551 3081 2651 2361 173
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 1871 1391 078988937908716773733
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
627533464475459497503509505
2018 - - - - - - - -
530--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 53,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 20,6 %) ;
  • 46,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,3 %, 15 à 29 ans = 12,2 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 27,8 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Saulgond en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
7,4 
75 à 89 ans
10,1 
13,2 
60 à 74 ans
17,7 
22,8 
45 à 59 ans
19,8 
20,2 
30 à 44 ans
19,8 
16,9 
15 à 29 ans
12,2 
19,5 
0 à 14 ans
20,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Étagnac et Saulgond. Étagnac accueille l'école primaire et Saulgond l'école élémentaire. Celle-ci, située au bourg, comporte deux classes. Le secteur du collège est Confolens[25].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Genis date du XIIIe siècle. Les murs de la nef ont été surélevés pour aménager des défenses au-dessus des voûtes, sans doute au moment de la guerre de Cent Ans. L'église a été remaniée et restaurée aux XIXe et XXe siècles. Elle est représentative des édifices de la Charente limousine et de la survivance des églises rurales romanes à l'époque gothique. Elle est inscrite aux monuments historiques depuis 1997[26]. Elle comporte un certain nombre d'objets classés (retable du XVIIe siècle, fer à hosties...)[27].

L'église Saint-Genis

Wikimedia Commons présente d’autres illustrations sur l'église Saint-Genis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c d e et f Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Oradour-sur-Glane », sur Infoterre, (consulté le 3 novembre 2011)
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  10. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 65
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 645.
  12. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  13. Georges Dottin, La langue gauloise, , 381 p. (lire en ligne)
  14. Jean-Hippolyte Michon (préf. Bruno Sépulchre), Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache, (réimpr. 1980), 334 p. (lire en ligne), p. 55
  15. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 13 juin 2015)
  16. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 102
  17. Jean-Hippolyte Michon (préf. Bruno Sépulchre), Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache, (réimpr. 1980), 334 p. (lire en ligne), p. 148
  18. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 374
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Évolution et structure de la population à Saulgond en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  24. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  25. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 20 juillet 2012)
  26. « L'église de Saulgond », notice no PA16000008, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Mobilier de l'église de Saulgond », base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]