Terres-de-Haute-Charente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Terres-de-Haute-Charente
Terres-de-Haute-Charente
L'hôtel de ville de Roumazières-Loubert.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes de Charente Limousine
Maire
Mandat
Sandrine Précigout
2020-2026
Code postal 16270
Code commune 16192
Démographie
Population
municipale
3 900 hab. (2019)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 45″ nord, 0° 34′ 34″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 267 m
Superficie 86,55 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Cantons de Charente-Bonnieure et de Charente-Vienne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Terres-de-Haute-Charente
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Terres-de-Haute-Charente
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Terres-de-Haute-Charente
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Terres-de-Haute-Charente
Liens
Site web http://www.terresdehautecharente.fr/

Terres-de-Haute-Charente est une commune nouvelle située dans le département de la Charente, en région Nouvelle-Aquitaine, créée le .

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Terres-de-Haute-Charente est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Terres-de-Haute-Charente est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse) et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et la rupture d'un barrage, et à un risque particulier : le risque de radon[7]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[8].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Terres-de-Haute-Charente.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 61,9 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 2 313 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 1 897 sont en en aléa moyen ou fort, soit 82 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[9],[10].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[11].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1999, 2016 et 2018. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 2003 et 2011 et par des mouvements de terrain en 1999[7].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[12].

La commune est en outre située en aval du barrage de Mas Chaban, un ouvrage de classe A[Note 2]. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[14].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Terres-de-Haute-Charente est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le est née la commune par fusion des communes de Genouillac, Mazières, La Péruse, Roumazières-Loubert et Suris. La création est actée par un arrêté préfectoral du [16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Roumazières-Loubert
(siège)
16192 CC de Charente Limousine 46,59 2 494 (2016) 54
Genouillac 16149 CC de Charente Limousine 14,59 612 (2016) 42
Mazières 16214 CC de Charente Limousine 5,87 103 (2016) 18
La Péruse 16259 CC de Charente Limousine 8,52 523 (2016) 61
Suris 16376 CC de Charente Limousine 11,08 250 (2016) 23

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[17] Jean-Michel Dufaud SE-DVG Cadre commercial
Maire de Roumazières-Loubert (2008 → 2018)
[18] en cours Sandrine Précigout PS-DVG Profession libérale

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle fait partie de la communauté de communes de Haute-Charente.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué deux fleurs à la commune[19].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Terres-de-Haute-Charente », sur Géorisques (consulté le )
  8. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  9. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  10. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  11. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Terres-de-Haute-Charente », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  12. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  13. Article R214-112 du code de l’environnement
  14. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  15. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  16. Marie Lajus, « Arrêté portant création de la commune nouvelle Terres-de-Haute-Charente par fusion des communes de Genouillac, Mazières, La Péruse, Roumazières-Loubert et Suris », Recueil des actes administratifs spécial n°16-2018-043,‎ , p. 18-20 (lire en ligne)
  17. « Jean-Michel Dufaud élu maire de Terres-de-Haute-Charente », Charente libre,‎ (lire en ligne)
  18. « Sandrine Précigout à la tête de Terres-de-Haute-Charente », Charente libre,‎ (lire en ligne)
  19. Site des villes et villages fleuris, consulté le 7 février 2021.
  20. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 186
  21. « L'église Saint-Pierre », notice no PA00104454, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Autel de l'église », notice no PM16000623, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « Chaire à prêcher », notice no PM16000672, base Palissy, ministère français de la Culture