Lésignac-Durand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Lésignac redirige ici.

Lésignac-Durand
Lésignac-Durand
Lésignac au bord du lac du Mas Chaban.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Bonnieure
Intercommunalité Communauté de communes de Charente Limousine
Maire
Mandat
Pascal Duteil
2014-2020
Code postal 16310
Code commune 16183
Démographie
Population
municipale
184 hab. (2016 en augmentation de 3,95 % par rapport à 2011)
Densité 9,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 44″ nord, 0° 38′ 17″ est
Altitude Min. 191 m
Max. 296 m
Superficie 19,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Lésignac-Durand

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Lésignac-Durand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lésignac-Durand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lésignac-Durand

Lésignac-Durand (Lesinhac en limousin, dialecte occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Lésignac-Durand, appelée Lésignac localement, est une commune de la partie orientale de la Charente qu'on appelle Charente limousine.

Elle est située dans le canton de Montembœuf, entre Montembœuf au sud-ouest, Chabanais au nord-est, Roumazières au nord et Massignac au sud. Elle est à 48 km d'Angoulême, 59 km de Limoges, 25 km de Confolens, 11 km de Roumazières et Chabanais, 10 km de Montembœuf, 4 km de Massignac.

À l'écart des grands axes routiers, elle est desservie par plusieurs petites routes départementales. La D 52 passe au bourg et va de Massignac au sud à La Péruse au nord ; la D 86 va vers le nord-ouest en direction de Genouillac ; la D 162 va de Montembœuf vers Chabanais. La D 164 passe à l'ouest de la commune et la D 163 à l'est[1].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg de Lésignac est assez compact, et la commune comprend de nombreux petits hameaux correspondant surtout à des fermes. On peut citer les Châtres, Javernac, la Grange, la Séchère, chez Boige, Sabensac, la Roffie, la Coucherie, le Doirat, les Landes, Valette, etc.

On peut aussi citer le château de la Redortière au sud-ouest de la commune sur une hauteur dominant le lac, et le moulin du Mas Chaban qui a donné son nom au lac situé juste au pied du barrage[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lésignac-Durand
Terres-de-Haute-Charente Saint-Quentin-sur-Charente
Cherves-Châtelars Lésignac-Durand Pressignac
Mouzon Massignac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune se trouve dans le Massif central, comme toute cette partie orientale de la Charente qui s'appelle Charente limousine. Le sol est principalement composé de gneiss, avec un plateau d'argile sableuse situé à l'est de la commune en direction de Verneuil. Quelques filons de microgranite strient ce massif du sud-ouest au nord-est[2],[3],[4].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune se trouve aussi dans l'emprise du cratère de la météorite de Rochechouart.

Le relief est celui de la Charente limousine : assez élevé par rapport au reste du département, mais bas par rapport au reste du Massif central. Les hauteurs sont dans les 270 m d'altitude, et le fond de vallée de la Moulde qui correspond aux lacs sont à 200 m d'altitude. Le bourg de Lésignac est à 240 m d'altitude, soit 30 m au-dessus du lac qui s'étend à son pied.

Le point culminant de la commune, 296 m, est situé à l'ouest à Champlaurier, en limite avec Mouzon. Le point le plus bas, 191 m est situé au nord de la commune non loin du confluent de la Moulde et de la Charente.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le lac du Mas Chaban au pied de Lésignac

La commune est traversée du sud au nord par la vallée de la Moulde, affluent de la Charente, fleuve encore petit qu'elle rejoint en limite nord de la commune avec Suris. La Charente passe à l'est de la commune dont elle fait la limite à deux endroits.

Ces deux cours d'eau sont occupés par des lacs artificiels : le lac du Mas Chaban pour la Moulde, qui s'étend au pied du bourg de Lésignac, et le lac de Lavaud pour la Charente. Le barrage du Mas Chaban est situé sur la commune, à moins d'un kilomètre en aval du bourg.

Au nord-ouest de la commune à la Séchère, des ruisseaux temporaires comme la tête du ruisseau de Roche se dirigent vers la Bonnieure, autre affluent de la Charente qui prend sa source près de Roumazières et passe près de Mazières.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique dégradé. C'est celui de la Charente limousine, plus humide et plus frais que celui du reste du département.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Liciniaco au Moyen Âge[5].

L'origine du nom de Lésignac remonterait à un nom de personne gallo-romain Licinius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Liciniacum, « domaine de Licinius »[6]. Durand est le nom d'un propriétaire[7].

Avant la Révolution et à nouveau en 1801, le nom de la paroisse puis commune s'est écrit Lezignac-Durand, créée Lesignac Durand en 1793[8],[9].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[10]. Elle se nomme Lesinhac en occitan[11].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie antique présumée romaine traversait la commune, le chemin des Anglais d'Angoulême à Limoges, qui rejoignait la voie d'Agrippa de Saintes à Lyon à Saint-Quentin. Son pavage aurait été reconnu à la Coucherie. Certains auteurs ont aussi reconnu une voie antique nord-sud de Périgueux à Poitiers par Charroux. Le gué de l'Isle (aujourd'hui immergé) aurait été un point de franchissement de la Moulde, près du bourg. Certains ont aussi cru y voir la voie d'Agrippa[12],[13],[Note 1].

Une enceinte en terre d'époque indéterminée a aussi été reconnue aux Châtres[12].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 Georges Portejoie    
2008 2014 Michel Duteil DVD Agriculteur
2014 En cours Pascal Duteil SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2016, la commune comptait 184 habitants[Note 2], en augmentation de 3,95 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
9199501 0121 0691 0001 0651 0821 1191 080
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 0211 0369809871 0061 0171 0491 009942
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
921875793802716683618567509
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
399352299228184200177184184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Lésignac-Durand en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90  ans ou +
2,9 
17,7 
75 à 89 ans
18,3 
13,5 
60 à 74 ans
23,1 
20,8 
45 à 59 ans
13,5 
21,9 
30 à 44 ans
18,3 
12,5 
15 à 29 ans
5,8 
12,5 
0 à 14 ans
18,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Restaurant, bar, épicerie

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le lac du Mas Chaban et son cadre de verdure attirent de nombreux estivants.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Cherves-Châtelars, Lésignac et Massignac. Massignac accueille l'école primaire (maternelle et élémentaire), et Cherves et Lésignac les écoles élémentaires. L'école à Lésignac n'a qu'une classe. Le secteur du collège est Montembœuf[19].

Sports et activités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Pierre ; son clocher a été fait par l'architecte Paul Abadie. Elle contient une statue en bois sculpté et peinte de la Vierge de la Pitié, datant de la fin du XVIIe siècle, inscrite monument historique au titre objet depuis 1995[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Thomas, sieur de Lézignac, conseiller du roi au siège présidial d'Angoumois.
La famille Thomas a donné au XVIIe siècle, échevins, maires d'Angoulême, et conseiller au présidial d'Angoulême.
Elle a été reconnue noble en 1639, 1667, 1736. Elle a donné aux lettres plusieurs personnages distingués, entre autres, le célèbre Paul Thomas de Girac, l'ami de Balzac, a été ensuite représentée en Angoumois par Thomas de Bardines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après Michon, la voie d'Agrippa passait plus au nord, par le Châtelars et au nord de Suris.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte IGN sous Géoportail
  2. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre, (consulté le 6 novembre 2011)
  5. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 41
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 397.
  7. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  8. Carte de Cassini sous Géoportail
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  11. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 3 janvier 2015)
  12. a et b Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 152
  13. L. de la Bastide, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1921, p.22,34
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. « Evolution et structure de la population à Lésignac-Durand en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  19. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 1er juillet 2012)
  20. « Vierge de la Pitié », notice no PM16000580, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]