Massignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massignac
L'office du tourisme
L'office du tourisme
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Bonnieure
Intercommunalité Communauté de communes de Haute-Charente
Maire
Mandat
Jean-Pierre Compain
2014-2020
Code postal 16310
Code commune 16212
Démographie
Population
municipale
397 hab. (2014)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 51″ nord, 0° 39′ 18″ est
Altitude Min. 218 m – Max. 290 m
Superficie 23,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Massignac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Massignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Massignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Massignac

Massignac (Massinhac en limousin, dialecte occitan) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Massignac est une commune située à l'est de la Charente, en Charente limousine, entre La Rochefoucauld et Rochechouart et limitrophe de la Haute-Vienne. Elle est sur le versant ouest de la vallée de la Haute Charente.

Elle est à 14 km à l'ouest de Rochechouart, 21 km à l'est de La Rochefoucauld, 41 km d'Angoulême, 47 km de Limoges, 26 km de Confolens, et 8 km à l'est de Montembœuf, le chef-lieu de son canton[1].

Elle est principalement traversée par la D 13, route d'Angoulême à Limoges par Rochechouart, au bord de laquelle le bourg est situé. Le bourg est aussi dynamique et important que son chef-lieu de canton.

D'autres routes départementales de moindre importance relient la commune à celles alentours. La D 163 va au nord-est vers Chabanais et au sud à Sauvagnac et Roussines en direction de Montbron ; la D 163bis va vers Les Salles-Lavauguyon en Haute-Vienne. La D 52 va au nord vers Lésignac et La Péruse. La D 94 va au nord-ouest vers Cherves-Châtelars et Chasseneuil.

De nombreuses routes communales desservent aussi les hameaux[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

De nombreux hameaux occupent la commune : Mariaux, Lafont, le Cluzeau, Noyers, le Grand Village, et des hameaux plus petits (Servolles, les Grassias, le Petit Village, Portebœuf, etc.)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Massignac
Mouzon Lésignac-Durand Pressignac
Massignac Verneuil
Le Lindois Sauvagnac Les Salles-Lavauguyon
(Haute-Vienne)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située sur les terrains granitiques et métamorphiques de la bordure occidentale du Massif central, qui occupe le quart oriental de la Charente et qu'on appelle Charente limousine. On trouve principalement du gneiss.

Une poche d'argile sableuse d'origine tertiaire est aussi située sur le plateau à l'ouest du Grand Village[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune se trouve aussi dans l'emprise du cratère de la météorite de Rochechouart, et on trouve des bréches qui servent de matériau de construction.

Le relief est celui des hauts plateaux du Limousin. Le point culminant, 290 m se situe au sud, mais une grande partie de la commune se trouve dans les 270 m d'altitude. Le point le plus bas, 218 m, est le lac du Mas Chaban sur la Moulde au nord de la commune. Le lac de Lavaud, au nord-est, est aussi à cette altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Moulde en amont du lac

La Moulde, un des premiers affluents de la Charente sur sa rive gauche, traverse la commune du sud au nord. La Moulde donne naissance au lac du Mas Chaban, lac artificiel dont la partie amont est sur la commune, entre le bourg et Servolles, et la D.13 en direction de Verneuil en traverse l'extrémité.

La Charente elle-même, qui prend sa source non loin à Chéronnac (Haute-Vienne), fait la limite communale à l'extrême nord-est avec Pressignac. Elle est occupée par la partie centrale du lac de Lavaud, deuxième lac artificiel de la Haute Charente.

Des ruisseaux se jettent dans la Moulde. D'amont en aval, on a le ruisseau du Cluzeau et le ruisseau du Mas de l'Épi en limite nord.

De nombreux étangs occupent aussi la commune. En plus des deux lacs de Haute-Charente, on a un chapelet d'étangs sur la Moulde en amont du bourg, qu'on appelle les Étangs, et de nombreuses petites retenues sur les affluents de la Moulde.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme toute la Charente limousine, le climat est océanique dégradé. La température est plus basse et les précipitations plus nombreuses que dans le reste de la Charente.

Article connexe : Climat de la Charente.

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune est assez boisée, environ 30 %, et le terrain est surtout occupé par du bocage propice à l'élevage, principalement de la vache limousine mais aussi des ovins.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme Massinhaco (non datée)[6].

L'origine du nom de Massignac remonterait à un nom de personne gallo-romain Massinius, dérivant de Massius, auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Massiniacum, « domaine de Massinius »[7].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[8]. Elle se nomme Massinhac en occitan[9].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1658.

Sous l'Ancien Régime, Massignac était le siège d'une seigneurie qui appartenait à la famille Dauphin. Cette seigneurie dépendait du comté de La Rochefoucauld. Cependant, le fief des Étangs, pourtant situé dans la même paroisse, relevait de la principauté de Chabanais.

Au début du XXe siècle, l'industrie était représentée par la minoterie de Servolles, sur la Moulde, ainsi que l'exploitation du bois.

D'importantes foires se tenaient le 19 de chaque mois[10].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
juin 1995 en cours Jean-Pierre Compain UMP-LR Agriculteur retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 397 habitants, en augmentation de 3,39 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 090 1 142 1 062 1 220 1 110 1 165 1 266 1 279 1 286
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 236 1 266 1 202 1 224 1 278 1 371 1 300 1 359 1 306
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 379 1 287 1 115 1 030 993 987 928 751 780
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
745 620 515 451 401 411 392 397 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006 [14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Massignac en 2007 en pourcentage[15].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,8 
14,4 
75 à 89 ans
20,7 
20,1 
60 à 74 ans
18,4 
22,7 
45 à 59 ans
15,7 
22,2 
30 à 44 ans
18,0 
7,7 
15 à 29 ans
10,6 
12,4 
0 à 14 ans
14,7 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

La place Centrale et ses commerces

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le lac au pied du bourg

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école publique est un RPI entre Cherves-Châtelars, Lésignac-Durand et Massignac. Massignac accueille le primaire (école maternelle et école élémentaire), et Cherves et Lésignac les écoles élémentaires. L'école de Massignac comporte deux classe de maternelle et une élémentaire. Le secteur du collège est Montembœuf[17].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église, avec son clocher élancé, est de style néo-gothique.
  • Le château des Étangs avec son vaste domaine a été aménagé en hôtel de luxe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre,‎ (consulté le 6 novembre 2011)
  6. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 50
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 440.
  8. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  9. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane »,‎ (consulté le 1er février 2015)
  10. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 236
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Evolution et structure de la population à Massignac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  17. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 8 juillet 2012)
  18. « Dolmen de Thauzat », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]