Abzac (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abzac
Abzac (Charente)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes de Charente Limousine
Maire
Mandat
Jean-Claude Buisson
2020-2026
Code postal 16500
Code commune 16001
Démographie
Gentilé Abzacois ou Abzacais
Population
municipale
503 hab. (2019 en augmentation de 3,93 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 14″ nord, 0° 42′ 18″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 232 m
Superficie 33,35 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Confolens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charente-Vienne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Abzac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Abzac
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Abzac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Abzac

Abzac (Azac en occitan limousin) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Abzac est située à l'extrême nord-est du département de la Charente en Charente limousine et se trouve limitrophe de la Vienne et non loin de la Haute-Vienne.

Située à 10 km au nord de Confolens, Abzac est à 65 km d'Angoulême, 4 km d'Availles-Limouzine, 52 km de Limoges et 60 km de Poitiers[1].

Le bourg d'Abzac est au carrefour de deux routes départementales secondaires, la D 729 de Confolens à Montmorillon, ancien itinéraire Bis Paris-Espagne, qui la traverse du sud au nord, et la D 99 de Brillac et la D 951 au sud-est vers Availles-Limouzine au nord-ouest. D'autres routes départementales de moindre importance traversent la commune, comme la D 98 au nord à Chardat, la D 320 et D 324.

La D 951, route Centre-Europe Atlantique, entre Confolens et Bellac, borde la commune au sud[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Au nord-est de la commune, le hameau de Chardat est surnommé le village de l'Argile. Ce village a abrité et abrite de nombreuses tuileries et briqueteries[3].

D'autres hameaux de moindre importance sont à signaler : Chez Redon et le Marnier au nord ; la Pelletière, les Chaumes, Chaumont et Chez Pilloux au sud[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Brillac et Oradour-Fanais sont limitrophes de la Haute-Vienne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Comme toute cette partie nord-est du département de la Charente qu'on appelle la Charente limousine, la commune se trouve sur le plateau du Limousin, partie occidentale du Massif central, composé de roches cristallines et métamorphiques, relique de la chaîne hercynienne.

Une grande partie centrale de la commune d'Abzac est sur un terrain granitique. L'ouest de la commune est sur du paragneiss et diorites. Les plateaux de l'est de la commune sont couverts d'altérite ou dégradation du granit. De petites zones du nord de la commune sont constituées d'argiles à silex et galets de quartz[4],[5],[6].

La commune occupe un plateau incliné vers l'ouest, descendant vers la vallée de la Vienne en pente de plus en plus forte.

La plus faible altitude est 122 m, le long de la Vienne au nord-ouest, et la plus grande est 232 m, à l'extrémité sud-est. La majeure partie de la commune est à une altitude supérieure à 200 m[2].

Le territoire est composé à 81 % de territoires agricoles et à 17 % forêts et milieux semi-naturels. Le reste, environ 2 %, est partagé entre territoires artificialisés et surfaces en eau[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier d'Abzac.

La commune est située dans la région hydrographique « la Loire de la Vienne (c) à la Maine (nc) », au sein du bassin hydrographique Loire-Bretagne[8]. Elle est est bordée à l'ouest par la Vienne, affluent de la Loire, et en occupe la rive droite. Elle est également drainée par le Marcillac et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 32 km de longueur totale[9],[Carte 1].

De nombreux étangs parsèment la commune, et des ruisseaux les relient à la Vienne, comme le ruisseau de l'Étang du Sérail au nord, et le ruisseau de l'Étang de Monette au centre. Au sud il y a aussi le ruisseau du Moulin de la Toueille, le ruisseau de la Vergne, et la Curre qui limite la commune au sud. Le ruisseau de Marcillac est le seul à s'écouler vers l'est. C'est un affluent de la Blourde qui elle-même est un affluent de la Vienne[2].

Gestion des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Vienne », déclinaison du Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) Loire-Bretagne sur le bassin de la Vienne. Le SAGE « Vienne » a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement Public du Bassin de la Vienne[10]. Il définit les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Loire-Bretagne[11] qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [12].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique dégradé. C'est celui de la Charente limousine, plus humide et plus frais que celui du reste du département.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Abzac est une commune rurale[Note 1],[13]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Confolens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 14 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[16],[17].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (81,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (62,4 %), forêts (17,3 %), zones agricoles hétérogènes (11,7 %), terres arables (6,4 %), eaux continentales[Note 3] (1,4 %), zones urbanisées (0,8 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Abzac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et la rupture d'un barrage, et à un risque particulier : le risque de radon[19]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[20].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment la Vienne. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1993, 1995 et 1999[21],[19].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux d'Abzac.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 12,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 384 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 32 sont en en aléa moyen ou fort, soit 8 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[22],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[23].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[19].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[24].

La commune est en outre située en aval des barrages de Lavaud-Gelade et Vassivière, des ouvrages de classes A[Note 4]. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[26].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune d'Abzac est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[27].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le panneau d'Abzac en avril 2011.

Le nom d'Abzac est attesté sous les formes Abzaco au XIIIe siècle[28], Absacum au XIVe siècle et Azat au XVIIe siècle[29].

Il serait issu du bas latin *Apiciacum, basé sur l'anthroponyme latin Apicius[29], suivi du suffixe d'origine gauloise -acum indiquant la propriété. Ernest Nègre lui préfère le nom de personne latin Avitius, sans mentionner de forme ancienne toutefois[30], suivi du même suffixe.

Le nom du lieu-dit le Quéroy viendrait du latin quadrivium signifiant carrefour, indiquant vraisemblablement deux voies anciennes[31].

Abzac est située dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et se nomme Azac en dialecte limousin[32].

Histoire[modifier | modifier le code]

Abzac présente des vestiges préhistoriques et antiques ce qui atteste de l'ancienneté de l'occupation humaine.

Abzac faisait partie de l'ancienne province du Limousin.

Abzac fut un ancien prieuré-cure du diocèse de Limoges connu pour son pèlerinage septennal des saints Lucius et Emerite lors d'importantes ostensions[33]. Abzac est l'une des deux communes charentaises qui pratique ces ostensions, ce depuis 1762, l'autre étant Esse, depuis 1660. Elles commencent le lundi de Pâques. Les reliques sont ensuite exposées dans l'église jusqu'au lundi de la Pentecôte[34].

En 1311, Audemar d'Archiac, d'une famille venue de Saintonge, est seigneur de Saint-Germain, d'Availles-Limouzine et d'Abzac. Il est aussi attesté comme seigneurs d'Abzac Aimar d'Archiac en 1410 et Odet d'Archiac en 1478 qui aurait bâti le château. Leurs armoiries sont « de gueules à deux pals de vair au chef d'or ». Puis Abzac passe aux La Béraudière dont qui portent « écartelé d'or à l'aigle à deux têtes de gueules, et d'azur à la croix d'argent alaisée et fourchée de trois pièces » puis aux Rochechouart ce qui explique que Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, marquise de Montespan, y ait séjourné chez son frère. Leurs armoiries « fascé ondé d'argent et de gueules de six pièces » se retrouvent sur une des plaques de cheminée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Créée Abzac dans le canton de Saint-Germain, devenue Abjac dans le canton de Confolens en 1801 la commune est redevenue Abzac, dans le canton de Confolens-Sud.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Robert Boutin    
1995 2008 Noël de l'Hermite   Réélu en 2001
2008 2014 François Weller SE  
2014 En cours Jean-Claude Buisson[35] SE Retraité de la fonction publique

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[36] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 2 0,67
Marine Le Pen (FN) 62 21,07
Nicolas Sarkozy (UMP) 72 24,08 142 48,80
Jean-Luc Mélenchon (FG) 36 12,04
Philippe Poutou (NPA) 6 2,01
Nathalie Arthaud (LO) 2 0,67
Jacques Cheminade (SP) 0 0,00
François Bayrou (MoDem) 25 8,36
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 5 1,67
François Hollande (PS) 88 29,43 149 51,20
Inscrits 381 100,00 382 100,00
Abstentions 72 18,90 74 19,37
Votants 309 81,10 308 80,63
Blancs et nuls 10 3,24 17 5,52
Exprimés 299 96,76 291 94,48

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[37] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 7,42 21
Marine Le Pen (FN) 26,86 76 38,52 99
Emmanuel Macron (EM) 23,32 66 61,48 158
Benoît Hamon (PS) 4,59 13
Nathalie Arthaud (LO) 0,71 2
Philippe Poutou (NPA) 1,06 3
Jacques Cheminade (SP) 1,06 3
Jean Lassalle (R) 1,06 3
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 14,13 40
François Asselineau (UPR) 0,35 1
François Fillon (LR) 19,43 55
Inscrits 365 100,00 365 100,00
Abstentions 75 20,55 81 22,19
Votants 290 79,45 284 77,81
Blancs 5 1,72 19 6,69
Nuls 2 0,69 8 2,82
Exprimés 283 97,59 257 90,49

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école publique.

L'école élémentaire publique située au bourg comporte deux classes. Elle fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) regroupant les autres écoles des communes de Brillac et d'Oradour-Fanais pour la maternelle, d'Abzac, Lesterps et Lessac pour l'élémentaire. Ce RPI s'appelle Boreall. Le secteur du collège est Confolens[38],[39].

Autres services[modifier | modifier le code]

Ils se trouvent sur les autres communes, les plus proches étant situés à Availles-Limouzine dans le département de la Vienne.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Abzacois ou les Abzacais[40].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[42].

En 2019, la commune comptait 503 habitants[Note 5], en augmentation de 3,93 % par rapport à 2013 (Charente : −0,42 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 0728101 1261 2191 2041 2351 2611 2011 238
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1721 2011 1651 1771 2851 3161 2971 2521 280
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 2771 2601 0771 0971 0421 075957950833
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
741635556523544498506504483
2019 - - - - - - - -
503--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[43] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 21,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 43,2 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 261 hommes pour 232 femmes, soit un taux de 52,94 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
2,5 
7,9 
75-89 ans
11,8 
33,9 
60-74 ans
30,4 
26,0 
45-59 ans
22,8 
9,8 
30-44 ans
12,2 
10,9 
15-29 ans
9,3 
11,6 
0-14 ans
11,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Manifesttaions culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le 1er dimanche d'août a lieu la fête patronale et communale.

Selon la tradition limousine des Ostensions septennales se déroulent à Abzac où sont vénérées les reliques des saints Lucius et Émerite conservées par la paroisse. Les Ostensions débutent le lundi de Pâques (en 2009 le à 15 heures).

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs clubs et associations sportives, le foot au club de football US Abzac[47], l'Union Sportive, le Gardon Abzaçais et la Société de Chasse.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Citons l'amicale du Regroupement Pédagogique, les Anciens Combattants et le Club des Anciens.

L'association de l'Etang du Sérail est une association à objet environnemental, qui a pour objectif la sauvegarde du site naturel de l'étang du Sérail et l'Association Française du Poney Fell qui a pour objectif de promouvoir la race des " poney fell" et d'encourager le développement d'un écosystème naturel[48].

La Confrérie des Saints Lucius et Emerite d'Abzac, créée en 2006, a pour objectif de regrouper dans une association fraternelle les habitants de la commune d’Abzac et de participer à l’organisation des Ostensions septennales et des cérémonies qui s’y rattachent.

Économie[modifier | modifier le code]

Ancienne briqueterie à Chardat.

Les tuileries briqueteries Delage et Bonnaud et fils, construites au début du XXe siècle, ont cessé leur activité en 1970 et 1987.

Au lieu-dit Chardat se tient la tuilerie briqueterie Malmanche construite dans les années 1920 - 1930, dont le four Hoffmann a été remplacé vers 1970 par un four tunnel. L'autre tuilerie Malmanche a été construite en 1979. Équipée d'un four-tunnel alimenté au gaz, d'un séchoir en continu et d'une presse Unicerar, elle employait 16 personnes en 1989[49].

La briqueterie de Chardat complète l'activité industrielle.

Les artisans sont deux maçons, un électricien, un entrepreneur en travaux agricoles, un horticulteur, un paysagiste, un garagiste et un carrossier.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Sulpice[modifier | modifier le code]
L'église Saint-Sulpice.

L'église paroissiale Saint-Sulpice, située au bourg d'Abzac, date du XIIIe siècle[50]. Elle est de style gothique primitif.

Au niveau de la clôture de chœur, la table de communion est une sculpture en chêne datant du début du XVIIe siècle. La table se compose de quatre éléments dont deux portes. Les balustres sont ornés de feuillages et surmontés de chapiteaux ioniques, les pilastres possèdent un socle feuillagé, une console et une tête sculptée. Deux éléments de cette table sont remployés dans un pupitre. Cet ensemble unique en Charente a été classé au titre d'objet le [51].

Reliques des saints Lucius et Émérite[modifier | modifier le code]

Les reliques des saints Lucius et Émérite sont conservées à Abzac. Vers 1670, le pape Clément IX a offert à Louis Victor de Rochechouart de Mortemart, duc de Vivonne (1636-1688), alors ambassadeur du roi de France à Rome, les reliques des saints Lucius et saint Émerite, deux saints martyrs de l'église primitive. Or, le duc de Vivonne, maréchal de France, frère de Madame de Montespan, était le châtelain de Serre à Abzac qu'il tenait de sa mère, Diane de Grandsaigne, et c’est dans la chapelle du château de Serre que furent d’abord placées ces reliques, où, dès lors, elles furent vénérées par la population.

Envoyées à Paris en 1758 pour confection de nouveaux reliquaires, les reliques furent réparties en trois :

  • Les deux chefs sont enfermés dans deux châsses de cuivre avec ornements d'argent et envoyées au château de La Forge à Verrières, en Poitou et sont maintenant conservées à Montmorillon.
  • Deux petites châsses envoyées au château de Manneville du diocèse de Rouen sont revenues à Abzac en .
  • « Deux autres grandes châsses d'ébène de treize à quatorze pouces de long sur environ neuf de large et dix d'élévation, dont le couronnement aussi d'ébène est terminé en pyramide sur laquelle s'élève une croix d'argent - les verres également encadrés d'une lame d'argent - divisées par une tablette recouverte de satin cramoisi » renferment la plus grande partie des ossements des deux martyrs ont été offertes à la paroisse d'Abzac, en 1762, par Jean-Victor, duc de Mortemart (1712-1771).

Le les reliques ont été vérifiées par Philippe Rabilhac, curé d’Oradour-Fanais, et, le , Mgr du Plessis d’Argentré, évêque de Limoges, donne à la paroisse d’Abzac la permission de les exposer et de les vénérer. Depuis cette date elles sont sous la garde du curé et des habitants d’Abzac et font l’objet, selon la coutume limousine, d’ostensions septennales[52]..

Église de Chardat[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame de Chardat a été créée en 1930 dans une ancienne habitation[50],[53].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château de Serre.
  • Le château de Serre qui date de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle a été remanié au XVIIe siècle. Il est inscrit monument historique depuis le . L'intérieur présente une antichambre qui précède la chambre du duc de Vivonne présentant une alcôve peinte et une pièce au deuxième étage ornée de peintures murales qui ont été classées à la même date[54]. La plaque de cheminée de la chambre du premier étage est aux armes des Rochechouart-Mortemart.
Le château de Fayolle.
  • Le château de Fayolle possède un donjon XIIIe siècle, une tour ronde d'escalier, une tour polygonale et un logis du XVIIIe siècle, coiffé d'une toiture à la Mansart[55].
  • Le logis de Monette a appartenu à la famille de Tisseuil et aux Garnier de la Boissière. Il a été reconstruit au XIXe siècle.
  • Le logis des Tuffas possède un corps de logis et une tour ronde à bretèche du XVIIe siècle[56].
  • La ferme presbytère daterait du XVIIe siècle. Elle a appartenu à la famille de Tisseuil et fut léguée par Marie-Philippe-Gaston de Rousiers à sa mort, en 1920, pour en faire un presbytère. On peut lire au-dessus d'une porte, l'inscription " 19.4.1921 " et " DON.G. de ROUSIERS ". Aujourd'hui, encore, elle abrite le presbytère de la paroisse[57].
  • Le lavoir et la fontaine de Saint-Sulpice du bourg qui avait probablement des vertus et était lieu de processions.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • L'étang du Sérail
  • La font Radareu qui servait au ravitaillement des militaires situé sur l'ancienne route impériale D 951 près du hameau de Chaumont.
  • La vallée de la Vienne et les ruisseaux pour la pêche.
  • Les Eaux d'Availles ou Fontaines Salées sont situées sur les communes d'Availles-Limouzine et d'Abzac sur la D 99 à proximité de la rive droite de la Vienne. Ce lieu-dit jouit de sources naturelles d'eaux salées. De nombreux forages ont été réalisés afin de faire des recherches sur d'éventuels bienfaits naturels de ces eaux. Relancés de nombreuses fois au cours des dernières décennies, un projet de complexe thermal a semble-t-il été abandonné...
  • La forêt de Monette en partie sur les communes d'Abzac, Oradour-Fanais et Brillac abrite une petite population de cerfs et d'oiseaux forestiers assez rares dans la région. Elle bénéficie du statut de zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I[58].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dujardin V., Moinot É., Ourry Y. (2007) - Le Confolentais, entre Poitou, Charente et Limousin, Images du patrimoine, no 243, Geste éditions, 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[25].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique d'Abzac » sur Géoportail (consulté le 16 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. « Chardat »
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Bellac », sur Infoterre, (ISBN 2-7159-1639-6, consulté le )
  7. Source : Union européenne – SOeS, CORINE Land Cover, 2006
  8. « Désoupage en territoires SDAGE/DCE du bassin Rhône-Méditerranée-Corse », sur www.rhone-mediterranee.eaufrance.fr, (consulté le )
  9. « Fiche communale d'Abzac », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  10. « SAGE Vienne », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  11. « Carte et liste des communes du Bassin Loire-Bretagne », sur agence.eau-loire-bretagne.frr, (consulté le )
  12. « Caractéristiques du SDAGE Loire-Bretagne 2022-2027 », sur https://eau-grandsudouest.fr (consulté le )
  13. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. a b et c « Les risques près de chez moi - commune d'Abzac », sur Géorisques (consulté le )
  20. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  21. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  22. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  23. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune d'Abzac », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  24. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  25. Article R214-112 du code de l’environnement
  26. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  27. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  28. Guillelmus de in Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 239
  29. a et b Jean-Marie Cassagne et Stéphane Seguin, Origine des noms de villes et villages de Charente, Jean-Michel Bordessoules, , 311 p. (ISBN 2-913471-06-4), p. 7 et 72
  30. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  31. Stéphane Gendron, La toponymie des voies romaines et médiévales, Errance, , 196 p. (ISBN 2-87772-332-1, lire en ligne), p. 61
  32. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le )
  33. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 35
  34. Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne), p. 41
  35. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Abzac », sur http://confolentais.blogs.charentelibre.fr (consulté le )
  36. Ministère de l'Intérieur - Charente (Poitou-Charentes), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Abzac » (consulté le )
  37. Ministère de l'Intérieur - Charente (Nouvelle-Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Abzac » (consulté le )
  38. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le )
  39. « RPI Boreall », (consulté le )
  40. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le )
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Abzac (16001) », (consulté le ).
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  47. Le club de foot d'Abzac
  48. Page sur Abzac, site de la Communauté de Communes du Confolentais
  49. « Tuilerie Malmanche », notice no IA00066104, base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. a et b Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 13
  51. « Table de communion », notice no PM16000326, base Palissy, ministère français de la Culture
  52. Abbé Jagueneau, Abzac, ses Ostensions, simples notes, Ruffec, 1925, Abbé Bureau et Jacques Perot
  53. « Église de Chardat »
  54. « Château de Serre », notice no PA00104195, base Mérimée, ministère français de la Culture
  55. Château de Fayolle sur charente.free
  56. Association Promotion Patrimoine, Philippe Floris (dir.) et Pascal Talon (dir.), Châteaux, manoirs et logis : La Charente, Éditions Patrimoines & Médias, , 499 p. (ISBN 978-2-910137-05-2 et 2-910137-05-8, présentation en ligne), p. 243
  57. « Ferme presbytère d'Abzac »
  58. Jean-Pierre Sardin, « Forêt de Monette », Museum National d'Histoire Naturelle