Cherves-Châtelars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cherves-Châtelars
Cherves-Châtelars
L'église de Cherves.
Blason de Cherves-Châtelars
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Intercommunalité Communauté de communes de Charente Limousine
Maire
Mandat
Gérard Louis Michel Morand
2020-2026
Code postal 16310
Code commune 16096
Démographie
Population
municipale
418 hab. (2019 en augmentation de 1,46 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 41″ nord, 0° 32′ 52″ est
Altitude Min. 125 m
Max. 313 m
Superficie 30,68 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Charente-Bonnieure
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cherves-Châtelars
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cherves-Châtelars
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Cherves-Châtelars
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Cherves-Châtelars

Cherves-Châtelars (Cherves-Chastelars en limousin, dialecte occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Cherves-Châtelars est une commune de la Charente limousine situé à 8 km à l'est de Chasseneuil et 4 km au nord de Montembœuf.

Elle est aussi à 17 km au nord-est de La Rochefoucauld, 39 km d'Angoulême, 28 km de Confolens.

À l'écart des grands axes routiers, elle est principalement desservie par la D 16, route de Montmoreau à Confolens par Montbron et La Péruse qui passe au bourg. La D 27, route de Montembœuf à Chasseneuil passe en limite sud de la commune.

Des départementales moins importantes traversent la commune et passent au bourg : la D 94 qui va de Massignac à Suaux et la D 178 qui va de Cherves à Chasseneuil.

Des routes communales relient aussi Cherves aux villages alentour.

Cherves-Châtelars est une commune assez importante en surface, plus de 30 km2, et elle fait partie du canton de Montembœuf.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte de nombreux hameaux.

  • Le Châtelars est situé à 2 km au nord-ouest de Cherves. C'était une ancienne paroisse, avec prieuré et château.
  • Étamenat, situé au sud-ouest, avait une tuilerie.
  • Chez Limousin est situé près du bourg au sud-est.
  • les Mazouillères est au sud-est non loin de Montembœuf
  • Chevalerie est à l'est en direction de Mouzon, de même que le Breuil
  • etc.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune a sa moitié orientale dans le Massif central et sa moitié occidentale dans le Bassin aquitain. En effet, au sud-est d'une ligne chez Verret, le bourg de Cherves et Montauvet, le terrain est occupé par du gneiss, roche métamorphique, et la moitié ouest par un plateau calcaire datant du jurassique inférieur, roche sédimentaire, recouvert par un dépôt tertiaire d'argile rouge à silex d'origine détritique. La roche apparaît surtout dans les flancs des vallées, comme le calcaire près du Gazon ou à la grotte des Fées près de la Bonnieure, et la roche métamorphique dans le bourg[1],[2],[3]. L'argile a été exploitée pour faire des tuiles à Étamenat ou à la Tuilière.

Cette différence de roche se note dans la nature du paysage, légèrement plus vallonné à l'est, et tabulaire à l'ouest.

La commune est coupée par de petites vallées assez profondes, formées par des ruisseaux descendant du sud-est, du massif de l'Arbre, premier mont du Massif central, et se dirigeant vers la Bonnieure au nord. Le bourg de Cherves se situe sur le flanc ouest d'une de ces vallées.

L'amplitude des altitudes de la commune est donc assez importante : 125 m pour le point le plus bas situé au nord-ouest près de la Bonnieure, et 313 m au sud-est près de la crête du massif en limite avec Mouzon. Le bourg est à environ 200 m d'altitude et le plateau à l'ouest de la commune à une altitude de 230 m. Ce plateau est légèrement incliné vers l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Cherves-Châtelars.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[4]. Elle est drainée par la Bonnieure, la Croutelle, le ruisseau de lassagne, le ruisseau de chez Guinot, le ruisseau de la Michelie, le ruisseau des Pennes, le ruisseau du Caillou et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 37 km de longueur totale[5],[Carte 1].

La commune est limitée au nord par la Bonnieure, affluent de la Charente, qui coule vers l'ouest et qui prend sa source à quelques kilomètres près de Roumazières. D'une longueur totale de 46,8 km, ce cours d'eau prend sa source dans la commune de Terres-de-Haute-Charente et se jette dans la Charente à Mouton, après avoir traversé 15 communes[6].

La commune est traversée par des affluents de cette rivière, comme la Croutelle qui passe au pied de Cherves, ruisseau qui prend sa source au sud-est dans la commune voisine de Montembœuf. Le Caillou se jette dans la Croutelle sur sa rive droite, ainsi que le ruisseau de la Michelie plus au sud qui fait la limite de commune avec Montembœuf.

Au nord-est de la commune on trouve les ruisseaux de Montauvet et de chez Guinot qui se rejoignent pour donner le ruisseau de Lassagne qui se jette dans la Bonnieure dans la commune de Mazières.

À l'ouest sur le plateau d'Étamenat on ne trouve que quelques ruisseaux temporaires. Une perte est à signaler à l'est des Jaulières.

La nature argileuse du terrain permet aussi quelques retenues d'eau, la plus importante étant celle du Gazon entre Cherves et le Châtelars sur la Croutelle.

Gestion des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[7]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [8].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique aquitain dégradé, typique de la Charente limousine, partie occidentale du Massif central ; les températures y sont plus basses et les précipitations plus nombreuses que dans les trois quarts sud-ouest de la Charente.

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune est boisée environ à 40 %, surtout près du Châtelars.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cherves-Châtelars est une commune rurale[Note 1],[9]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (35,4 %), prairies (35 %), forêts (23,9 %), zones urbanisées (1,9 %), terres arables (1,6 %), mines, décharges et chantiers (1,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes du nom de Cherves sont Cherviis, Cervis (non daté)[15], et de celui du Châtelars sont Castellari, Castellaro, Chastellari vers 1300[16].

L'origine du nom de Cherves remonterait indirectement du latin cannabis signifiant chanvre, ou d'un nom de personne gallo-roman Carvius[17],[Note 2].

Castellar signifie « le grand château », « la forteresse » en ancien roman ou occitan[18].

Langues[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et de dialecte limousin[19]. Elle s’écrit Cherves-Chastelar en occitan[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

La voie romaine d'Agrippa, de Saintes à Lyon par Saint-Cybardeaux et Limoges, traversait la commune du sud-ouest au nord-est entre Cherves et le Châtelars par les Jaulières[21].

L'église de l'ancienne paroisse du Châtelars était autrefois le siège d'un prieuré[22],[23] rattaché à l'ordre de Cluny.

Sous l'Ancien Régime, les paroisses de Cherves et de Châtelars faisait partie avec celles de Mazerolles, Rouzède et Suaux de la baronnie de Manteresse, qui a appartenu à Étienne Chérade, comte de Montbron et de Marthon[24].

La famille de Mascureau est seigneur des terres du Petit Moulin aux XVIIe et XVIIIe siècles[25].

Au début du XXe siècle, l'industrie était représentée par une petite minoterie, au Petit Moulin[23]. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, une scierie importante occupe le haut du bourg.

En 1845, la commune de Cherves a absorbé la commune de Châtelars[26] aussi appelée Châtelars-la-Rivière[27] et devient Cherves-du-Châtelard, avant de s'appeler Cherves-Châtelars[26].

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes, le Petit Mairat, allant d'Angoulême à Roumazières, et qui passait par Montbron et Montembœuf[23].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Divisé en chevron : au 1er d’azur à deux fleurs de lis d’or surmontées d’un lambel à trois pendants d’argent, chaque pendant chargé d’un croissant de gueules, au 2e d’hermine ; au chevron abaissé de gueules brochant sur la partition.
Commentaires : Blason de Cherves-Châtelars.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 2001 En cours Gérard Morand SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2019, la commune comptait 418 habitants[Note 3], en augmentation de 1,46 % par rapport à 2013 (Charente : −0,42 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 1731 0071 0051 2971 2781 5951 6891 6711 596
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 5051 4851 3621 3951 4621 4171 4211 3401 304
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 3051 3081 0581 031946915869706731
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
656608592520443434431412416
2019 - - - - - - - -
418--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 25,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 36,3 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 215 hommes pour 201 femmes, soit un taux de 51,68 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ou +
3,0 
9,3 
75-89 ans
11,9 
21,9 
60-74 ans
25,4 
27,0 
45-59 ans
19,9 
14,9 
30-44 ans
14,9 
10,2 
15-29 ans
11,9 
15,3 
0-14 ans
12,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Remarques[modifier | modifier le code]

Cherves a absorbé Châtelars en 1845[26].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

  • Scierie

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Boulangerie Babin Régis

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Holiday Home Cherves-Châtelars 50

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école

L'école est un RPI entre Cherves-Châtelars, Lésignac-Durand et Massignac. Massignac accueille l'école primaire (maternelle et élémentaire), et Cherves et Lésignac les écoles élémentaires[33].

Sports et activités[modifier | modifier le code]

  • Tennis, foot, cyclisme, marche à pied, pêche.

Autres services[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Notre-Dame et Saint-Pierre de Cherves. La façade est du XIIe siècle. Classée monument historique en 1930[34].

Information L'église paroissiale

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Prieuré Sainte-Marie-Madeleine, au Châtelars
  • Prieuré Sainte-Marie-Madeleine, ruiné, situé au Châtelars. Fondé au XIIe siècle, il dépendait de l'abbaye de Cluny[35]. Les chapiteaux du transept sont classés MH en 1923[22].
  • Le château du Châtelars en dessous de l'ancien prieuré, date du XVIe siècle. Il consiste en un corps de logis encadré de deux tours rondes coiffées en poivrière, avec des fenêtres à meneaux. Il appartient à la famille Roux de Reilhac[35],[36].
  • Le logis du Gazon domine la vallée de la Croutelle et un étang. Il date du XVe siècle et appartenait initialement aux Chièvres[37].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La place Wittring

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. A.Dauzat explique avec le nom saintongeais charve signifiant chanvre, mais il se trompe pour Cherves-Châtelars qui est dans le domaine occitan, contrairement à Cherves-de-Cognac.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Cherves-Châtelars » sur Géoportail (consulté le 21 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  2. Carte du BRGM sous Géoportail
  3. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre, (consulté le )
  4. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le )
  5. « Fiche communale de Cherves-Châtelars », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  6. Sandre, « la Bonnieure »
  7. « SAGE Charente », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  8. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  9. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p., p. 113
  16. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 39,145,285
  17. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 186.
  18. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  19. Jean-Hippolyte Michon (préf. Bruno Sépulchre), Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache, (réimpr. 1980), 334 p. (lire en ligne), p. 55
  20. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le )
  21. Jean-Hippolyte Michon (préf. Bruno Sépulchre), Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache, (réimpr. 1980), 334 p. (lire en ligne), p. 159
  22. a et b « Prieuré Sainte-Madeleine », notice no PA00104295, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. a b et c Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 128
  24. Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, « Une seigneurie à la belle étoile, la baronnie de Manteresse », (consulté le )
  25. Jean-Marie Ouvrard, « Blasons de la Charente, famille de Mascureau », (consulté le )
  26. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. P.M. Barbichon, Dictionnaire complet de tous les lieux de la France et de ses colonies, Tétot Frères, , 1104 p. (lire en ligne), p. 565
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Cherves-Châtelars (16096) », (consulté le ).
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  33. Site de l'inspection académique de la Charente
  34. « Église de Cherves », notice no PA00104294, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. a et b Robert Dexant, Châteaux de Charente, Paris, Nouvelles Éditions latines, , 30 p., p. 11
  36. Catillus Carol, « Château du Châtelars, Cherves-Châtelars », (consulté le )
  37. Catillus Carol, « Le Gazon, Cherves-Châtelars », (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]