Eddie Fatu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Umaga.
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Eddie Fatu
Un catcheur brun torse nu, il a une peinture tribale sur le visage et plusieurs tatouages sur le corps.

Umaga en 2009.

Données générales
Nom complet Edward Smith Fatu
Nom de ring Ekmo
Ekmo Fatu
Jamal
O.G. Ekmo
Umaga
Osu Fatu
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des Samoa Samoa
Date de naissance ,
San Francisco, Californie
Date de décès (à 36 ans),
Houston, Texas
Taille 6 4 (1,93 m)[1]
Poids 348 lb (158 kg)[1]
Catcheur (ou catcheuse) décédé
Fédérations All Japan Pro Wrestling
Total Nonstop Action Wrestling
World Wrestling Federation/Entertainment
Entraîneur Afa Anoa'i[2]
Carrière pro. 1995

Edward Smith Fatu, né le à San Francisco et mort le à Houston, est un catcheur (lutteur professionnel) américain mieux connu sous le surnom d'Umaga.

Neveu des catcheurs Afa et Sika Anoa'i, il s'entraîne auprès d'Afa et lutte sous le nom d'Ekmo. Il rejoint la World Wrestling Federation/Entertainment (WWF puis WWE à partir de 2002) en 2001. Après un passage à la Heartland Wrestling Association, le club école de la WWF, il retourne à la WWF où il adopte le nom de ring de Jamal avant d'être renvoyé à la suite de problèmes de comportement en 2003. Cette même année, il rejoint la Total Nonstop Action Wrestling où il fait équipe avec Sonny Siaki et quitte cette fédération en fin d'année. Il part alors au Japon où il lutte à la All Japan Pro Wrestling (AJPW) et y remporte le tournoi Real World Tag League avec Taiyō Kea en 2004 puis le championnat du monde par équipes AJPW avec ce dernier en 2005. Début 2006, il retourne à la WWE où il prend le nom de ring d'Umaga et devient à deux reprises champion intercontinental de la WWE. Son second règne prend fin quand le magazine Sports Illustrated dévoile une liste de catcheurs clients d'une pharmacie vendant des stéroïdes sans demander d’ordonnance. La WWE le suspend alors 30 jours, puis le renvoie en juin 2009 après un contrôle anti-drogue positif. Il lutte ensuite au cours de l'Hulkamania Tour, une série de spectacles organisés en l'honneur d'Hulk Hogan en Australie fin novembre. Il meurt le à la suite d'une crise cardiaque causée par la prise d'anti-douleurs.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fatu est le fils d'Elevera Anoa'i et de Solofa Fatu Sr. ; il a deux frères, Solofa Jr. et Sam Fatu qui sont jumeaux[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts et passage au Japon (1995-2001)[modifier | modifier le code]

Fatu s'entraîne au Wild Samoan Pro Wrestling camp, l'école de catch de son oncle Afa Anoaʻi et fait ses premiers matchs au sein de la fédération de ce dernier, la World Xtreme Wrestling (en)[2]. Il lutte alors sous le nom d'Ekmo et fait équipe avec son cousin Matt Anoa'i qui se fait appeler Kimo[2]. En 1999, ils partent au Japon, Eddie prenant le nom d'Armageddon #1 et Matt celui d'Armageddon #2. Ils participent avec Super Leather (en) au tournoi pour désigner les nouveaux champions par équipes de trois de la World Entertainment Wrestling (WEW) mais échouent en demi-finale face à Hayabusa, Masato Tanaka et Tetsuhiro Kuroda le 31 juillet[4]. En 2000, leur équipe est rebaptisée The Samoans (Eddie sous son véritable nom et Matt sous celui de Matty Samu). Ils remportent le 21 juin le championnat hardcore par équipes de la WEW après leur victoire sur Hideki Hosaka et Yoshinori Sasaki et perdent ce titre face à ces derniers le 28 juillet[5],[6].

World Wrestling Federation/Entertainment (2001-2003)[modifier | modifier le code]

Passage dans les clubs-école (2001-2002)[modifier | modifier le code]

En 2001, ils retournent aux États-Unis où ils rejoignent la Memphis Championship Wrestling (MCW), un des clubs-écoles de la World Wrestling Federation (WWF), sous le nom de The Island Boys (Kimo et OG Ekmo). Ils y remportent à trois reprises le championnat par équipes du Sud de la MCW d'abord le 25 mai et le perdent le même jour face à Charlie et Russ Haas, puis le 1er juin et le perdent à nouveau le même jour face aux frères Haas avant de devenir les derniers champions par équipes de cette fédération le 14 juin après leur victoire sur Acolytes Protection Agency (Farooq et Bradshaw)[7],[8].

Ils rejoignent la Heartland Wrestling Association (HWA), un autre club-école de la WWF, où Fatu reprend le nom de ring d'Ekmo tandis que Matt reprend celui de Kimo[2]. Le 14 novembre, ils deviennent champions par équipes de la HWA après avoir remporté un match sans disqualification face à Evan Karagias et Shannon Moore : leur règne prend fin le 8 décembre à la suite de leur défaite face à Steve Bradley et Val Venis[9],[10].

Three Minutes Warning puis renvoi (2002-2003)[modifier | modifier le code]

Le 9 juillet 2002, ils deviennent à nouveau champions par équipes en remportant un match avec RC Haas où le titre par équipe de Steve Bradley et Val Venis ainsi que le titre poids-lourds d'EZ Money sont en jeu (Haas devient champion poids-lourds ce jour là)[11]. Leur second règne prend fin le 13 février après leur défaite face à Lance Cade et Mike Sanders[12].

un homme portant un bermuda et un t-shirt bleu marine.
Rosey, son cousin et son équipier avec qui il forme Three Minutes Warning.

Le 24 juin, ils font leurs débuts au sein de la World Wrestling Entertainment (WWE) et perdent un match face à Crash et Steven Richards en levée de rideau de l'enregistrement de Sunday Night Heat du 30 juin[13]. Ils commencent à apparaître dans les émissions principales le 22 juillet où ils utilisent le nom de ring de Jamal pour Eddie Fatu et Rosey pour Matt Anoa'i et attaquent, à la demande du manager général de Raw Eric Bischoff, DLo Brown et Shawn Stasiak car Bischoff juge que l'affrontement entre Stasiak et Brown n'est pas divertissant[14]. Ils prennent alors le nom de Three Minutes Warning et continuent d'agresser les catcheurs ainsi que des invités comme Mae Young et The Fabulous Moolah et l'annonceuse Lilian García[1]. Le 9 septembre, Bischoff organise un segment Hot Lesbian Action en réaction au futur mariage gay de Billy et Chuck où deux jeunes femmes se déshabillent avant de s'embrasser avant que Jamal et Rosey ne les attaquent[15]. Trois jours plus tard, Bischoff accompagné de Jamal et Rosey interrompent la cérémonie entre Billy et Chuck[16]. Cela donne lieu à un match entre les deux équipes le 22 septembre à Unforgiven où Jamal et Rosey s'engagent à embrasser les fesses de leur adversaires en cas de défaite alors que Stephanie McMahon (qui est alors manager de Smackdown) s'engage à participer à un segment Hot Lesbian Action si Billy et Chuck perdent leur match, ce qui se produit ; cependant plus tard, elle embrasse une femme ronde qui s'avère être Rikishi qui attaque le manager général de Raw[17]. Three Minutes Warning, qui s'allie à Rico Constantino, a ensuite une rivalité avec les Dudley Boyz (Bubba-Ray Dudley et Spike Dudley) ainsi que Jeff Hardy où ils sortent perdants d'un combat de table par équipe à élimination le 17 novembre au cours des Survivor Series[18].

Le 6 janvier 2003, Rico Constantino, Batista et Three Minutes Warning remportent un match à handicap face au Dudley Boyz (Bubba-Ray Dudley et DVon Dudley) grâce à l'intervention de Ric Flair en fin de match[19]. Le 19 janvier, il participe au Royal Rumble match au cours du spectacle éponyme où il entre en 21e position avant d'être éliminé par l'Undertaker[20]. La rivalité avec les Dudley Boyz donne lieu le 3 février à un match arbitré par Rico Constantino où Jamal et Rosey l'emportent rapidement sur Bubba-Ray et DVon avant que ces derniers aidés par Spike Dudley fassent passer Rico à travers une table[21]. Le 24 février, il participe à une bataille royale pour désigner le challenger pour le championnat du monde poids-lourds de la WWERob Van Dam l'élimine rapidement. Le 1er juin, il perd avec Rosey un match face à Tommy Dreamer et Maven[22]. Il s'agit du dernier match de Jamal à la WWE qui le renvoie quelques jours après l'enregistrement de ce match à la suite d'une bagarre dans une boîte de nuit[23].

Circuit indépendant et Total Nonstop Action Wrestling (2003)[modifier | modifier le code]

Il remonte sur le ring après son renvoi de la World Wrestling Entertainment le 11 juillet à la World Xtreme Wrestling (WXW) sous le nom de Jamal où il fait équipe avec Gary Wolfe et Mana. Ensemble, ils perdent un match par équipe face à Samu (en), Tito Santana et Virgil ; plus tard dans la soirée, il participe à une bataille royale pour désigner le champion poids-lourds de la WXW remportée par Billy Dream[24].

Le 17 septembre, il rejoint la Total Nonstop Action Wrestling (TNA) sous le nom de ring d'Ekmo et intervient en faveur de Sonny Siaki permettant à ce dernier de remporter son match du cercueil face à D'Lo Brown[25]. La semaine suivante, il attaque Mad Mikey et Shark Boy ce qui donne lieu le 1er octobre à un match par équipe entre Mad Mikey et Shark Boy et Sonny Siaki et Ekmo que ces derniers remportent, avant que D'Lo Brown vienne à son tour les attaquer[26],[27]. La semaine suivante, ils attaquent Dusty Rhodes après sa défaite face à A.J. Styles dans un match où le titre de champion du monde poids-lourds de la National Wrestling Alliance (NWA)[Note 1] de Styles est en jeu, avant que le duo America's Most Wanted (composé de Chris Harris et James Storm) n'intervienne ; le 15 octobre, Siaki, Ekmo et Legend (qui remplace Vince Russo) perdent leur match face à America's Most Wanted et Dusty Rhodes[28],[29]. Le 12 novembre, lui et Siaki participent à une bataille royale par équipe pour désigner les nouveaux challengers pour le championnat du monde par équipes de la NWA remporté par les 3Live Kru (BG James et Ron Killings) où il élimine The Gathering (CM Punk et Julio DiNero). Cette élimination donne lieu la semaine suivante à un match par équipe opposant Siaki et Ekmo à The Gathering, ces derniers obtenant la victoire[30],[31].

Il quitte les États-Unis pour le Japon quelques jours après ce match et retourne à la TNA le 11 août, soirée au cours de laquelle il perd un match où son contrat est en jeu face à Alex Shelley après une attaque d'Abyss[32].

All Japan Pro Wrestling (2003-2005)[modifier | modifier le code]

En novembre 2003, il part au Japon où il lutte à la All Japan Pro Wrestling sous le nom de Jamal et participe avec Justin Credible au tournoi Real World Tag League. Ils y remportent quatre matchs en phase de poule tout comme Kaz Hayashi et Satoshi Kojima mais perdent face à ces derniers en finale le 2 décembre[33].

En avril 2004, il participe au tournoi Champion Carnival où il ne remporte que deux matchs en phase de poule face à Keiji Mutō et Arashi (en) et n'atteint pas les demi-finales[34]. Le 12 juin, il affronte Toshiaki Kawada pour le championnat Triple Crown de l'AJPW et perd cette rencontre par décision de l'arbitre[35]. Le 22 septembre, il fait équipe avec Funkster (en) pour le tournoi Autumn Festival où ils se hissent en finale qu'ils perdent le lendemain face à Taichi Ishikari et Toshiaki Kawada[36],[37]. Fin novembre, il fait équipe avec Taiyō Kea pour le tournoi Real World Tag League dont ils sortent premiers de la poule B et affrontent Kaz Hayashi et Satoshi Kojima en finale le 1er décembre, remportant le tournoi[38].

Kendo Kashin et Yuji Nagata rendent leur titre de champion du monde par équipes AJPW le 16 décembre car ils ne l'ont pas défendu depuis six mois[39]. Le , Jamal et Taiyō Kea deviennent champions du monde par équipes AJPW après leur victoire face à Hiroshi Tanahashi et Yutaka Yoshie (en)[40]. Ils conservent leur titre pour leur première défense le 2 février face à Keiji Mutō et Kohei Suwama et font de même le 20 mars face à Chuck Palumbo et Johnny Stamboli[41],[42]. En avril, il participe au tournoi Champion Carnival où il se hisse en finale en terminant deuxième de la poule B avant de sortir Satoshi Kojima en demi-finale mais perd face à Kensuke Sasaki[43]. Il fait à nouveau équipe avec Taiyō Kea avec qui il tente fin novembre de remporter pour la deuxième année consécutive le tournoi Real World Tag League, mais Keiji Mutō et Akebono les éliminent en phase de poule[44]. En fin d'année, Fatu quitte le Japon pour signer avec la World Wrestling Entertainment, laissant le championnat par équipes vacant[39].

World Wrestling Entertainment (2005-2009)[modifier | modifier le code]

Reformation de 3 Minutes Warning (2005-2006)[modifier | modifier le code]

Début décembre 2005, Fatu signe un contrat avec la World Wrestling Entertainment (WWE)[45]. L'équipe créative décide alors de reformer Three Minutes Warning avec Rosey. Ils effectuent un match non retransmis à la télévision avant l'enregistrement de Heat le face à Trent Acid et Bison Bravado[46]. Le départ de Rosey fin mars met fin à ce projet[47].

Diverses rivalités sous le nom d'Umaga (2006-2007)[modifier | modifier le code]

un catcheur torse nu avec des peintures tribales.
Umaga en juillet 2006.

Fatu change alors de gimmick pour celui d'Umaga, un guerrier samoan managé par Armando Alejandro Estrada, et après avoir attaqué Ric Flair le 3 avril, il fait son premier match télévisé sous ce nom la semaine suivante où il l'emporte rapidement face à Chris Guy[48],[49]. Le 30 avril au cours de Backlash, il obtient rapidement la victoire face à Flair[50]. Il continue ensuite à enchainer des victoires expéditives notamment face à Jim Duggan le 12 juin puis face à Eugene le 25 juin au cours de Vengeance[51],[52].

Il commence ensuite à s'attaquer aux principales vedettes de la fédération et continue sa série d'invincibilité en battant John Cena grâce à l'intervention d'Edge et Lita le 17 juillet avant de s'allier à Vince McMahon et prendre pour cible D-Generation X (Shawn Michaels et Triple H) en obtenant une victoire face à chacun des deux membres respectivement le 31 juillet puis le 7 août. Puis il intervient dans le match par équipe le 20 août à SummerSlam en faveur de Vince et Shane McMahon avant que Kane n'arrive pour annihiler cette intervention permettant à D-Generation X de sortir vainqueur de ce match[53],[1],[54]. Kane et Umaga s'affrontent ensuite le 17 septembre à Unforgiven mais ce match se conclut sur un double décompte à l'extérieur[55]. La rivalité entre les deux catcheurs continue et voit Umaga sortir vainqueur d'un match où le perdant quitte Raw le 9 octobre, puis se poursuit avec un match sans enjeu le 5 novembre à Cyber Sunday[56],[57]. Au lendemain de ce dernier match, Eric Bischoff, manager général de Raw, organise un match inter-genres entre Umaga et Maria où John Cena intervient pour venir en aide à Maria, cette dernière étant contrainte par Coachman d'affronter le Samoan[58]. Les deux hommes s'affrontent le 13 novembre dans un match sans enjeu[Note 2] et leur affrontement se conclut par la disqualification d'Umaga à la suite de l'attaque du Big Show sur Cena[59]. Il rejoint l'équipe du Big Show avec Finlay, Montel Vontavious Porter et Test avec qui il affronte l'équipe de Cena (Bobby Lashley, Kane, Rob Van Dam et Sabu) dans un match par équipes à élimination au cours des Survivor Series où Umaga se disqualifie en début de rencontre en frappant Van Dam avec un écran de la table des commentateurs[60].

Le lendemain, Estrada, qui considère que son client mérite un match pour le championnat de la WWE, défie Cena et ce dernier accepte[61]. Ils s'affrontent finalement le au cours de New Year's Revolution où Cena conserve son titre[62]. Il obtient une deuxième chance pour le titre dans un Last Man Standing match au Royal Rumble le 28 janvier où Cena conserve une nouvelle fois son titre[63].

Alliance avec Mr. McMahon et double champion intercontinental (2007)[modifier | modifier le code]

Umaga se retrouve ensuite impliqué dans la rivalité entre Donald Trump et Mr McMahon quand ce dernier annonce le 19 février qu'il va le représenter dans un Hair vs. Hair match à WrestleMania 23[64]. Le même soir, Umaga remporte le championnat intercontinental de la WWE après sa victoire sur Jeff Hardy[64]. Trump choisit Bobby Lashley, le champion de l'ECW, pour le représenter dans ce match le 26 février et le lendemain Umaga commence à s'en prendre à Lashley en intervenant dans un match de championnat l'opposant à Hardcore Holly mais cela n'empêche pas le champion de l'ECW de remporter son match[65],[66]. Le 26 mars, Umaga permet à Mr McMahon de remporter un match sans disqualification face à Lashley[67]. Le 1er avril à WrestleMania 23, les interventions d'Armando Estrada et de Shane McMahon en faveur d'Umaga ne lui permettent pas de remporter le match et Mr McMahon se fait couper les cheveux par Donald Trump[68].

un homme torse nu avec une peinture tribale sur le visage accompagne un homme en noir avec une ceinture de champion de catch ainsi qu'un homme en survêtement.
Umaga accompagnant Mr. MacMahon et son fils Shane.

Le 16 avril alors que la WWE est en tournée en Italie, Mr McMahon lance un défi à quiconque souhaitant affronter Umaga dans un match de championnat et alors qu'aucun catcheur ne souhaite défier le champion intercontinental, Santino Marella qui est dans le public accepte de relever le défi et met fin au règne d'Umaga avec l'aide de Bobby Lashley en fin de match[69]. Il reprend ensuite sa rivalité avec Lashley et aide Mr McMahon à remporter le championnat de l'ECW en donnant la victoire à son équipe (Mr McMahon et Shane) à Backlash le 29 avril et les aide à conserver leur titre face à Rob Van Dam le 8 mai puis face à Lashley douze jours plus tard au cours de Judgment Day[70],[71],[72]. Le 3 juin au cours de ECW One Night Stand, il intervient avec Shane dans le Street fight match mais ne peut empêcher la défaite de Mr McMahon qui perd son titre face à Lashley[73].

Il tente ensuite de récupérer le titre intercontinental face à Santino Marella à Vengeance le 24 juin sans succès et finalement il redevient champion le 2 juillet[74],[75]. Marella obtient un match revanche la semaine où Umaga conserve son titre[76]. Jeff Hardy devient le challenger pour le titre mais il n'arrive pas à vaincre Umaga le 22 juillet au cours du The Great American Bash[77]. Le 26 août à SummerSlam, c'est Carlito et Mr. Kennedy qui ont leur match de championnat mais Umaga en sort vainqueur en faisant le tombé sur Kennedy[78]. C'est finalement Jeff Hardy qui met fin à son second règne de champion intercontinental le 3 septembre, plus tard il fait équipe avec Carlito dans un match à handicap face à Triple H où Umaga provoque la disqualification de son équipe en attaquant son adversaire alors qu'il ne doit pas être sur le ring car Carlito qui est au sol ne peut passer le relais[79]. Le duo continue à s'en prendre à Triple H qui reprend l'ascendant sur ses adversaires avec des coups de chaises et donne des coups de massue à Umaga[79]. Il perd son titre car son nom fait partie d'une liste de clients (tous catcheurs travaillant actuellement ou ayant travaillé à la WWF/WWE) d'une pharmacie d'Orlando qui leur fournit des stéroïdes et/ou de l'hormone de croissance révélée par Sports Illustrated ; dans le cas de Fatu il s'agit d'hormones de croissance et la WWE le suspend 30 jours[80],[81].

Rivalité avec Triple H puis Batista (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Deux catcheurs torse nu se font face.
Triple H affrontant Umaga en novembre 2007.

Il revient de sa suspension le 1er octobre où il bat trois jobbers dans un match à handicap ; plus tard il intervient après la victoire par disqualification de Mr. McMahon face à Triple H arbitré par Carlito et attaque Triple H avant de fuir quand ce dernier prend une massue[82]. Les deux hommes s'affrontent six jours plus tard au cours de No Mercy où Triple H garde sa ceinture de champion de la WWE[83]. Le lendemain, il fait équipe avec Randy Orton qui est le nouveau champion de la WWE[Note 3] dans un match à handicap Tornado[Note 4] où le titre est en jeu face à Triple H au cours duquel Umaga évite la défaite de son équipier en donnant un coup de chaise dans le dos à son rival[84]. Le 28 octobre à Cyber Sunday, il retrouve Triple H dans un Street fight match[Note 5] remporté par ce dernier[85]. Ils se font face dans un match par équipe à élimination le 18 novembre au cours des Survivor Series où Umaga qui est le dernier représentant de son équipe se fait éliminer par son rival et Jeff Hardy[86].

Le 17 décembre, il affronte Ric Flair dans un match où son adversaire met sa carrière en jeu mais il se fait compter à l'extérieur[87]. Deux semaines plus tard, il obtient sa place dans le Royal Rumble match après sa victoire sur Jim Duggan et le il empêche Brian Kendrick de se qualifier pour ce match[88],[89]. Six jours plus tard au cours du Royal Rumble, il entre en 14e position et se fait éliminer par Batista[90]. Le 18 février au cours de No Way Out, il participe à un Elimination Chamber match pour désigner le challenger pour le championnat de la WWE où Triple H, Chris Jericho et Jeff Hardy s'allient pour l'éliminer en effectuant chacun leur tour leur prises de finition, Jericho effectuant le tombé sur Umaga pour l'éliminer[91].

Le 3 mars, il bat rapidement Super Crazy ; William Regal (qui est manager général de Raw) commente exceptionnellement ce match et met l'accent sur la domination d'Umaga[92]. La semaine suivante, Regal annonce qu'Umaga va représenter Raw à WrestleMania XXIV face à Batista qui représente SmackDown ; ce dernier vient interrompre Regal et porte un spinebuster à son futur adversaire[93]. Umaga se venge le 14 mars en aidant Montel Vontavious Porter à vaincre Batista dans un match sans disqualification[94]. Le 30 mars au cours de WrestleMania XXIV, il perd son match face à Batista[95].

Rivalité avec Jeff Hardy puis CM Punk et renvoi (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Le 12 mai, il débute une nouvelle rivalité avec Jeff Hardy qui le bat ce soir-là[96]. En découle un Falls Count Anywhere match le 1er juin à One Night Stand où Hardy l'emporte en effectuant une Swanton bomb depuis le toit d'un camion[97].

Le 23 juin au cours de la draft, il rejoint SmackDown[98]. Le 25 juillet, il participe à une bataille royale pour désigner le challenger pour le championnat du monde poids-lourds de la WWE remporté par The Great Khali[99]. Le 2 août, il se blesse au cours d'un spectacle non retransmis à la télévision et souffre d'une déchirure du ligament croisé antérieur d'un de ses genoux[100]. La WWE minimise alors la durée de sa convalescence en annonçant six semaines puisqu'il remonte sur le ring qu'en janvier 2009[100],[101]. Au cours de sa convalescence il apparaît à la Florida Championship Wrestling, le club-école de la WWE, où durant l'émission du 1er novembre il vient provoquer Black Pain après sa victoire sur Trent Beretta, Pain quitte le ring et Umaga attaque Beretta[102].

Il remonte sur le ring à la télévision le 30 janvier où il bat rapidement Jimmy Wang Yang[103]. Après plusieurs victoires expéditives, il empêche CM Punk d'utiliser sa mallette Money in the Bank[Note 6] sur Edge qui est alors champion du monde poids-lourds de la WWE puis deux semaines plus tard les mêmes évènements se reproduisent[1],[104],[105]. Punk et Umaga s'affrontent deux jours plus tard au cours de Judgment Day et Umaga l'emporte[106]. Le 22 mai, Umaga attaque son rival au cours de son match face à Chris Jericho et le défie dans un Samoan strap match[Note 7], à Extreme Rules[107]. Le 7 juin au cours d'Extreme Rules, CM Punk bat Umaga dans le Samoan strap match[108]. Au lendemain de ce match, la WWE annonce le renvoi d'Eddie Fatu et dans les jours qui suivent, justifie cette décision par l'échec à un test anti-drogues[Note 8] et le refus d'entrée en cure de désintoxication de Fatu[109],[110].

World Wrestling Council et Hulkamania Tour (2009)[modifier | modifier le code]

un catcheur torse nu et tatoué entrant sur le ring.
Osu Fatu entrant sur le ring durant l'Hulkamania Tour.

Après son renvoi, Fatu remonte sur le ring le 11 juillet au World Wrestling Council, une fédération portoricaine, où il bat Mr. Anderson[111]. Le 21 septembre, les organisateurs de l'Hulkamania Tour annoncent la présence de Fatu à cette tournée de quatre jours en Australie fin novembre[112]. Début octobre, il annule une interview avec la société RF Video en prétextant qu'il est en négociation en vue d'un retour à la World Wrestling Entertainment[Note 9],[113]. Il change de nom de ring pour celui d'Osu Fatu durant l'Hulkamania Tour[114]. Le 21 novembre au premier jour du Hulkamania Tour il fait équipe avec Orlando Jordan avec qui il perd un match face à Brian Christopher Lawler et Solofa Fatu Jr.[114]. Une semaine plus tard au cours de la 4e et dernière soirée de l'Hulkamania Tour, il remporte son dernier match face à Mr Anderson[115].

Décès[modifier | modifier le code]

Dans la journée du 4 décembre 2009, sa femme le retrouve inconscient et saignant du nez dans leur maison à Houston[116]. Une ambulance l'amène dans un des hôpitaux de la ville où il meurt dans la journée[117]. Les autorités ordonnent une autopsie et le 1er mars 2010, le responsable de la police du Comté de Harris annonce que le mélange de trois médicaments (de l'hydrocodone, du carisoprodol (en) et du diazépam), un anti-douleur, un myorelaxant et un anxiolytique sont à l'origine de son arrêt cardiaque[118].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fatu est marié et a quatre enfants[119]. Il a plusieurs tatouages sur le torse et les bras qui sont principalement des figures tribales ainsi que le mot Samoa sur son ventre[120]. Ceux sur son avant bras droit sont une manière pour lui de rendre hommage à son cousin Rodney Anoa'i, célèbre catcheur connu sous le nom de Yokozuna mort en 2000[120].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

un catcheur torse nu monte sur la deuxième corde du ring.
Umaga préparant un Big Splash.
Liste des musiques d'entrée d'Eddie Fatu[123]
Musique Compositeur Périodes Fédération(s)
3 Minutes 2 Skinnee J's 2002-2003 WWE
It's Over Run D.M.C. 2003-2005 AJPW
Tonight DJ Quik 2006 WWE
Virtual Voodoo Jim Johnston 2006-2008 WWE
Tribal Trouble Jim Johnston 2008-2009 WWE
Jeux vidéo où apparaît Eddie Fatu[124]
Année de sortie Titre Nom de ring Consoles
2002 Fire Pro Wrestling 2 Jamal Game Boy Advance
2004 King of Colosseum II PlayStation 2
2005 Fire Pro Wrestling Returns
Wrestle Kingdom Xbox 360, PlayStation 2
2006 WWE SmackDown! vs. RAW 2007 Umaga Xbox, Xbox360, PlayStation 2, PSP
2007 WWE SmackDown! vs. RAW 2008 Wii, Nintendo DS, Xbox360, PlayStation 2, PlayStation 3, PSP
2008 WWE SmackDown vs. Raw 2009
2009 WWE SmackDown vs. Raw 2010

Palmarès[modifier | modifier le code]

Catcheur torse nu avec une peinture faciale tenant une ceinture de champion dans une main.
Umaga avec la ceinture de champion intercontinental de la WWE.

Récompenses des magazines[modifier | modifier le code]

Classement PWI 500 d'Eddie Fatu[129]
Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Rang
194 en augmentation 130 en augmentation 128 en diminution 179 en augmentation 150 en augmentation 98 en augmentation 22 en diminution 37 en diminution 101

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. De 2002 à 2007, la Total Nonstop Action Wrestling utilise les deux titres majeurs (champion du monde poids-lourds et champion du monde par équipe) de la National Wrestling Alliance.
  2. John Cena est alors champion de la WWE.
  3. Au cours de No Mercy, Triple H perd son titre face à Randy Orton dans un Last Man Standing match.
  4. Dans un match par équipe ou à handicap Tornado les membres de chaque équipe ont le droit d'être sur le ring en même temps pendant tout le match contrairement à un match par équipe classique.
  5. Il s'agit d'un match sans disqualification où divers objets que l'on trouve dans la rue sont à disposition des participants.
  6. Cette mallette symbolise le droit pour celui qui la détient d'avoir un match pour un des championnats majeurs (championnat de la WWE ou championnat du monde poids-lourds de la WWE) à n'importe quel moment pendant un an.
  7. Il s'agit d'une variante de match simple où les participants sont liés à une sangle. La victoire s'obtient en touchant les quatre coins du ring sans être mis au sol.
  8. La WWE ne communique aucune autre information sur ce contrôle.
  9. Les interviews que font cette société sont connues pour contenir des propos assez négatifs à l'encontre des promoteurs et des autres catcheurs. Ceci explique probablement le refus de Fatu qui d'après le président de RF Video est en négociation avec la WWE.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Profi d'Umaga », sur Online World of Wrestling (consulté le 6 juin 2014)
  2. a, b, c et d (en) John M. Milner et Richard Kamchen, « Umaga Bio », sur SLAM! Sports (consulté le 30 avril 2007).
  3. (en) « Samoan Family », sur Online World of Wrestling (consulté le 26 mars 2016).
  4. (en) « FMW Goodbye Hayabusa - Tag 7 », sur Cagematch-consulté le=28 juin 2015.
  5. (en) « FMW King of Fight 2000 - Tag 1 », sur Cagematch (consulté le 28 juin 2015).
  6. (en) « FMW King Of Fight 2000 II - Tag 9 », sur Cagematch (consulté le 28 juin 2015).
  7. (en) « Historique du championnat par équipe du Sud de la Memphis Championship Wrestling », sur Cagematch (consulté le 28 juin 2015).
  8. (en) « MCW », sur Cagematch (consulté le 28 juin 2015).
  9. « HWA » (consulté le 28 juin 2015).
  10. « HWA » (consulté le 28 juin 2015).
  11. (en) « HWA », sur Cagematch (consulté le 28 juin 2015).
  12. (en) « HWA », sur Cagematch (consulté le 28 juin 2015).
  13. (en) Rick Scaia, « WWE TV Spoilers », sur Online Onslaugh,‎ (consulté le 28 juin 2015).
  14. (en) Scott Keith, « The SmarK RAW Rant – July 22 2002 », sur 411mania,‎ (consulté le 28 juin 2015).
  15. (en) Scott Keith, « The SmarK RAW Rant – September 9 2002 », sur 411mania,‎ (consulté le 28 juin 2015).
  16. (en) Scott Keith, « The SmarKdown Rant – September 12 2002 », sur 411mania,‎ (consulté le 28 juin 2015).
  17. (en) Wade Keller, « 9/22 WWE Unforgiven: Keller's Virtual Time PPV Analysis », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 28 juin 2015).
  18. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant For Survivor Series 2002 », sur 411mania,‎ (consulté le 28 juin 2015).
  19. (en) Mallory Mahling, « 1/6 Raw review: Mahling's "alternative perspective" rundown », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 29 juin 2015).
  20. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant For WWE Royal Rumble 2003 », sur 411mania,‎ (consulté le 29 juin 2015).
  21. (en) Mallory Mahling, « 2/3 Raw review: Mahling's "alternative perspective" rundown », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 29 juin 2015).
  22. (en) Alex Obal, « 411’s WWE Sunday Night Heat Report 06.01.03 », sur 411mania,‎ (consulté le 29 juin 2015).
  23. (en) Widro, « Reasoning Behind Jamal’s WWE Release », sur 411mania,‎ (consulté le 29 juin 2015).
  24. (en) « WXW Sportsfest 2003 », sur Cagematch (consulté le 29 juin 2015).
  25. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant For NWA-TNA – September 17 2003 », sur 411mania,‎ (consulté le 2 juillet 2015).
  26. (en) Scott Keith, « The SmarK Rant For NWA-TNA – September 24 2003 », sur 411mania,‎ (consulté le 1er juillet 2015).
  27. (en) Jason Clevett, « TNA: String of great shows ends », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 29 juin 2015).
  28. (en) Jack Daniels, « 411’s NWA TNA Report 10.08.03 », sur 411mania,‎ (consulté le 2 juillet 2015).
  29. (en) Jack Daniels, « 411’s NWA TNA Report 10.15.03 », sur 411mania,‎ (consulté le 2 juillet 2015).
  30. (en) Jack Daniels, « 411’s NWA TNA Report 11.12.03 », sur 411mania,‎ (consulté le 2 juillet 2015).
  31. (en) Jack Daniels, « 411’s NWA TNA Report 11.19.03 », sur 411mania,‎ (consulté le 2 juillet 2015).
  32. (en) Larry Csonka, « 411’s NWA: TNA PPV Report 08.11.04 », sur 411mania,‎ (consulté le 2 juillet 2015).
  33. (en) « Real World Tag League 2003 », sur Cagematch (consulté le 2 juillet 2015).
  34. (en) « Champion Carnival 2004 », sur Cagematch (consulté le 2 juillet 2015).
  35. (en) « AJPW Crossover 2004 - Tag 9 », sur Cagematch (consulté le 2 juillet 2015).
  36. (en) « AJPW September Dream 2004 - Tag 5 », sur Cagematch (consulté le 3 juillet 2015).
  37. (en) « AJPW September Dream 2004 - Tag 6 », sur Cagematch (consulté le 3 juillet 2015).
  38. a et b (en) « Real World Tag League 2004 », sur Cagematch (consulté le 3 juillet 2015).
  39. a, b et c (en) « Historique du championnat du monde par équipe de la All Japan Pro Wrestling », sur Wrestling Titles (consulté le 3 juillet 2015).|
  40. (en) « AJPW New Year Shining Series 2005 - Tag 6 », sur Cagematch (consulté le 3 juillet 2015).
  41. (en) « AJPW Excite Series 2005 - Tag 1 », sur Cagematch (consulté le 3 juillet 2015).
  42. (en) « AJPW Hold Out Tour 2005 - Tag 7 », sur Cagematch (consulté le 3 juillet 2015).
  43. (en) « Champion Carnival 2005 », sur Cagematch (consulté le 4 juillet 2015).
  44. (en) « Real World Tag League 2005 », sur Cagematch (consulté le 4 juillet 2015).
  45. (en) Ashish, « Even More WWE News: Angle’s Health, Hogan, Jamal », sur 411mania,‎ (consulté le 4 juillet 2015).
  46. (en) « WWE Heat #388 », sur Cagematch (consulté le 6 juillet 2015)
  47. (en) Larry Csonka, « WWE Releases Rosey », sur 411mania,‎ (consulté le 6 juillet 2015).
  48. (en) Chris Sokol, « Raw: Debuts, new tag champs, staredowns », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 6 juillet 2015).
  49. (en) Wade Keller, « KELLER'S RAW REPORT 4/10: Ongoing "virtual time" coverage of live show », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 6 juillet 2015).
  50. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE BACKLASH PPV REPORT 4/30: Ongoing "virtual time" analysis of live event », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 8 juillet 2015).
  51. (en) Derek Martin, « 411’s WWE Raw Report 06.12.06 », sur 411mania,‎ (consulté le 8 juillet 2015).
  52. (en) Dale Plummer et Nick Tylwalk, « DX returns with a Vengeance », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 8 juillet 2015).
  53. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE RAW REPORT 7/17: Ongoing "virtual time" coverage of show », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 10 juillet 2015).
  54. (en) Ken Anderson, « The Anderson Breakdown: Summerslam 2006 », sur Inside Pulse,‎ (consulté le 10 juillet 2015).
  55. (en) J.D. Dunn, « The Unforgiven 2006 Breakdown », sur 411mania,‎ (consulté le 11 juillet 2015).
  56. (en) Dale Plummer, « Raw: Brands mix at Family Reunion », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 12 juillet 2015).
  57. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S CYBER SUNDAY PPV REPORT 11/5: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 12 juillet 2015).
  58. (en) Dale Plummer, « Raw: Bischoff creates controversy », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 12 juillet 2015).
  59. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE RAW REPORT 11/4 (hour two): Orton & Edge vs. Flair & Piper, Nitro vs. Hardy », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 12 juillet 2015).
  60. (en) Brian Elliott, « WWE kills 'Survivor Series' », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 12 juillet 2015).
  61. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S RAW REPORT 11/27: Ongoing "virtual time" coverage of live show », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 13 juillet 2015).
  62. (en) Dale Plummer et Nick Tylwalk, « Cena retains, Triple H injured at Revolution », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 13 juillet 2015).
  63. (en) Dale Plummer et Nick Tylwalk, « Old guard dominates Rumble », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 14 juillet 2015).
  64. a et b (en) Arnold Furious, « 411’s WWE Raw Report 02.19.07 », sur 411mania,‎ (consulté le 18 juillet 2015).
  65. (en) Wade Keller, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 2/26: Ongoing coverage of live edition of Raw », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 21 juillet 2015).
  66. (en) Matt Mackinder, « ECW: Beat the clock, Lashley », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 21 juillet 2015).
  67. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 3/26: Ongoing coverage of live edition of Raw », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 23 juillet 2015).
  68. (en) Arnold Furious, « 411’s WWE WrestleMania 23 Report 04.01.07 », sur 411mania,‎ (consulté le 27 juillet 2015).
  69. (en) Dale Plummer, « Raw: Mama mia! A new I-C champion! », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 27 juillet 2015).
  70. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S BACKLASH REPORT 4/29: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 29 juillet 2015).
  71. (en) Michael Bauer, « 411’s ECW on Sci-Fi Report 05.08.07 », sur 411mania,‎ (consulté le 29 juillet 2015).
  72. (en) Brian Elliott, « WWE just passes on Judgment Day », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 29 juillet 2007).
  73. (en) Matt Mackinder, « One Night Stand a PPV gong show », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 3 août 2015).
  74. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE VENGEANCE PPV REPORT 6/24: Ongoing "virtual time" coverage of live event », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 3 août 2015).
  75. (en) Daniel Wilcox, « 411’s WWE Raw Report 07.02.2007 », sur 411mania,‎ (consulté le 3 août 2015).
  76. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 7/9: Ongoing virtual time coverage of live Raw », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 13 septembre 2015).
  77. (en) Dale Plummer et Nick Tylwalk, « Cena still champ after busy Bash », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 13 septembre 2015).
  78. (en) J.D. Dunn, « The Summerslam 2007 Breakdown », sur 411mania,‎ (consulté le 28 septembre 2015).
  79. a et b (en) Daniel Wilcox, « 411’s WWE Raw Report 09.03.07 », sur 411mania,‎ (consulté le 16 octobre 2015).
  80. (en) Luis Fernando Llosa et L. Jon Wertheim, « Fourteen wrestlers tied to pipeline », sur Sports Illustrated,‎ (consulté le 4 janvier 2016).
  81. (en) Kevin Eck, « Thoughts on WWE suspensions », sur Baltimore Sun,‎ (consulté le 4 janvier 2016).
  82. (en) Dale Plummer, « Raw: Throwing away the first Cena-Kennedy bout », sur CANOE Slam! Sports,‎ (consulté le 4 janvier 2016).
  83. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE NO MERCY REPORT 10/7: Ongoing "virtual time" coverage of PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 4 janvier 2016).
  84. (en) Daniel Wilcox, « 411’s WWE Raw Report 10.08.07 », sur 411mania,‎ (consulté le 16 janvier 2016).
  85. (en) Chris Sokol, « Cyber Sunday succeeds on many levels », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 16 janvier 2016).
  86. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE SURVIVOR SERIES PPV REPORT 11/18: Ongoing "virtual time" coverage of live event », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 11 février 2016).
  87. (en) Matt Bishop, « Raw: Hardy pins the champ », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 11 février 2016).
  88. (en) Larry Csonka, « 411’s WWE Raw Report 12.31.07 », sur 411mania,‎ (consulté le 11 février 2016).
  89. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 1/21: Ongoing virtual time coverage of live HD debut show », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 11 février 2016).
  90. (en) J.D. Dunn, « The Royal Rumble 2008 Breakdown », sur 411mania,‎ (consulté le 11 février 2016).
  91. (en) Dave Hillhouse, « Chamber matches dominate No Way Out », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 12 février 2016).
  92. (en) Nick Tylwalk, « Raw: Horny's dad, Money talks, and Maria's cover », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 12 février 2016).
  93. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 3/10: Ongoing "virtual time" coverage of three-hour show », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 12 février 2016).
  94. (en) Brad Borchardt, « 411’s WWE SmackDown Report 03.14.08 », sur 411mania,‎ (consulté le 12 février 2016).
  95. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE WRESTLEMANIA 24 REPORT: Ongoing "virtual time" coverage of pay-per-view event », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 15 février 2016).
  96. (en) Jon Waldman, « Raw: Returns and splits highlight road to J-Day », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 16 février 2016).
  97. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE ONE NIGHT STAND REPORT 6/1: Ongoing "virtual time" coverage of live PPV », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 16 février 2016).
  98. (en) James Caldwell, « CALDWELL'S WWE RAW REPORT 6/23: Ongoing "virtual time" coverage of live three-hour Draft Raw », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 17 février 2016).
  99. (en) Wade Keller, « KELLER'S WWE SMACKDOWN REPORT 7/25: Vickie listens to Edge apology, Battle Royal for Summerslam Title Shot », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 18 février 2016).
  100. a et b (en) Dave Scherer, « UMAGA INJURY UPDATE, TALK TO KURT ANGLE, JERRY LAWLER AND MORE », sur Pro Wrestling Insider,‎ (consulté le 18 février 2016).
  101. (en) « Matchs d'Umaga », sur Wrestlingdata (consulté le 18 février 2016). On constate sur ce tableau qui compile le nombre de matchs de catch par mois durant sa carrière que Fatu est absent d'août à décembre 2008.
  102. (en) Michael Melchor, « 411’s FCW TV Report 11.01.08 », sur 411mania,‎ (consulté le 18 février 2016).
  103. (en) Mike Tedesco, « Smackdown Results - 1/30/09 », sur WrestleView,‎ (consulté le 19 février 2016).
  104. (en) Greg Parks, « PARKS' WWE SMACKDOWN REPORT 5/1: Ongoing "virtual time" coverage of the show, including Fatal Four-Way to determine #1 Contender for World Title », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 19 février 2016).
  105. (en) Jon Waldman, « Smackdown: re-writing a good show », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 19 février 2016).
  106. (en) Brian Elliott, « Hardy feud reignites at Judgment Day », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 19 février 2016).
  107. (en) « WWE SmackDown! 2009 05 22 », sur Online World of Wrestling (consulté le 19 février 2016).
  108. (en) Raj Giri, « WWE Extreme Rules: CM Punk vs. Umaga », sur Wrestling Inc.,‎ (consulté le 19 février 2016).
  109. (en) Jon Waldman, « Umaga released by WWE », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 19 février 2016).
  110. (en) Ryan Clark, « Breaking News: Umaga Fails Drug Test & Refuses Rehab », sur Wrestling Inc.,‎ (consulté le 19 février 2016).
  111. (es) Anthony Piñeiro, « Coliseo Rubén Rodríguez de Bayamón – 11 Julio 2009 Aniversario #36 dedicado a Hugo Savinovich Asistencia aproximada 7,500 », sur Superluchas,‎ (consulté le 19 février 2016).
  112. (en) Larry Csonka, « Various News: TNA Signs New Knockout, After No Surrender, Hulkamania Tour Information », sur 411mania,‎ (consulté le 19 février 2016).
  113. (en) Ryan Clark, « Report: Booker T & Umaga Returning To WWE? », sur Wrestilng Inc.,‎ (consulté le 19 février 2016).
  114. a et b (en) Antonio Pilone, « 11/21 Hulkamania Tour in Melbourne: Very detailed report on Hulk Hogan and Ric Flair's first matches back, Hogan and Flair bleed heavily, Undercard matches re-create Attitude Era », sur Pro Wrestling Torch,‎ (consulté le 19 février 2016).
  115. (en) Glenn Donaldson, « 11/28 Hulkamania Tour: A second report on Hulk Hogan vs. Ric Flair, Brutus Beefcake vs. Orlando Jordan, The Nasty Boys vs. Rock of Love, Pimp Father vs. Val Venise », sur Pro Wrestling Dot Net,‎ (consulté le 19 février 2016).
  116. (en) « Umaga hospitalized in Houston », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 20 février 2016).
  117. (en) Jon Waldman, « Umaga dead at age 36 », sur Slam! Wrestling,‎ (consulté le 20 février 2016).
  118. (en) « WWE News: Eddie "Umaga" Fatu cause of death information released », sur Pro Wrestling Dot Net,‎ (consulté le 20 février 2016).
  119. (en) The Notorious Eddie Mac, « This Day in Wrestling History (December 4) », sur Cageside Seats,‎ (consulté le 26 mars 2016).
  120. a et b (en) « Umaga Tattoos », sur Celebrity Tatoos (consulté le 29 mars 2016).
  121. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Profil d'Umaga », sur Wrestlingdata (consulté le 4 janvier 2016).
  122. a, b et c (en) « Liste des managers d'Umaga », sur Cagematch (consulté le 20 février 2016).
  123. (de) « Profil d'Umaga », sur Genickbruch (consulté le 4 janvier 2016).
  124. (en) « Jeux vidéo où apparait Umaga », sur Cagematch (consulté le 15 mars 2016).
  125. (en) « Historique du championnat par équipe hardcore de la Frontier Martial-Arts Wrestling / World Entertainment Wrestling », sur Wrestling-Titles (consulté le 4 janvier 2016).
  126. (en) « Historique du championnat par équipe de la Heartland Wrestling Association », sur Wrestling-Titles (consulté le 4 janvier 2016).
  127. (en) « Historique du MCW Southern Tag Team Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 30 septembre 2009)
  128. (en) « Historique du WWE Intercontinental Championship », sur Pro-Wrestling Title Histories (consulté le 30 septembre 2009)
  129. (en) « Classement PWI500 d'Umaga », sur Internet Wrestling Data Base (consulté le 13 septembre 2015).
  130. (de) « Observer: Worst Tag Team », sur genickbruch.com (consulté le 30 septembre 2009)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 mars 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.