Sherry Lansing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sherry Lansing, de son vrai nom Sherry Lee Duhl, née le 31 juillet 1944 à Chicago, est une actrice et productrice américaine[1], également CEO et présidente de Paramount Pictures de 1992 à 2005[2],[3] puis présidente de 20th Century Fox, elle devint alors la première femme à diriger un studio Hollywoodien[4],[5].

En 1996, elle devient la première femme pionnière de l'année d'après la fondation des pionniers du cinéma[6], ainsi que la première femme chef de studio à avoir une étoile sur Walk of Fame[7].

En 2001, elle est nommée l'une des femmes les plus puissantes d'Amérique par le journal Ladies Home Journal[8]. De même le journal The Hollywood Reporter la nomme 4e de sa liste des 100 puissances en 2003[9].

En 2005, elle est la première femme chef de studio à déposer ses empreintes pieds et mains au Grauman's Chinese Theatre sur Hollywood Boulevard[10].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sherry Lansing est issue d'une mère ayant fui l'Allemagne nazie et d'un père investisseur en immobilier. Son père meurt quand elle n'a que neuf ans[11]. Elle fait ses études à University of Chicago Laboratory Schools jusqu'en 1962. En 1966, elle obtient un Baccalauréat en sciences à l'Université Northwestern[3] où elle appartenait à la section féminine Sigma Delta Tau.

Lansing épouse William Friedkin[12], réalisateur ayant reçu un oscar en 1991.

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle suit une carrière d'actrice, elle paraît dans deux films avec John Wayne en 1970, Loving de Irvin Kershner et Rio Lobo de Howard Hawks. Mais déçue elle-même par son jeu d'acteur, elle décide d'agrandir ses connaissances de l'industrie du cinéma en partant du bas. Elle obtient un emploi chez MGM comme chef scénariste et travaille sur deux succès comme Le Syndrome chinois et Kramer contre Kramer. Ce travail la mène finalement, après un passage chez Columbia Pictures, à devenir la première femme présidente de 20th Century Fox[4]. Elle est également partenaire de Jaffe/Lansing Productions avec Stanley R. Jaffe[4]. La société a distribué un certain nombre de petits succès à travers Paramount, dont Liaison fatale en 1987 qui fut nommé aux Oscars pour le meilleur film l'année suivante. En 1992, On lui propose la présidence du groupe Paramount Pictures[4],[13]. Sous sa présidence, Paramount enregistre sa plus longue et meilleure série depuis les années 30 de sorties cinématographiques, comme Forrest Gump, Braveheart ou encore le film qui reçut les plus importantes recettes du cinéma jusqu'à cette époque, Titanic[4],[14]. Six des dix plus grosses recettes de Paramount ont été enregistrées sous sa présidence dont trois films récompensés aux oscars pour le meilleur film[13]. Au total, 80 % des films sortis sous la direction de Lansing furent rentables, score jamais égalé par un directeur de studio jusqu'au début du XXIe siècle.

En tant que chef de studio, elle visait le coût minimal plutôt que la part de marché, préférant prendre le moins de risques possible et faire des films à plus petits budgets que les autres studios. Viacom décide de diviser la société en deux en 2004 et Lansing démissionne à la fin de cette même année après douze ans de direction, ce qui est une longévité rare au sommet de la légende hollywoodienne Best Show in Town[1],[14].

Elle est une régente de l'université de Californie (en)[3],[4],[13] Elle fait partie de diverses associations non-caritatives dont la Croix-Rouge américaine[2], la Fondation Carter[14], DonorsChoose (en), Qualcomm, enseignement pour l'Amérique, The la recherhce américaine contre le cancer[2], la fondation du Prix Albert-Lasker et les amis de la recherche contre le cancer[3],[4].

En 2005, elle crée la fondation Sherry Lansing dédiée à la sensibilisation pour la recherche contre le cancer[1],[4],[14].

En 2007, elle reçoit le prix Jean Hersholt Humanitarian pour son travail dans la recherche contre le cancer lors de la 79e cérémonie des Oscars[2]. Ce prix lui fut remis par Tom Cruise, son ami et partenaire de travail de longue date.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme productrice[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Biographie officielle de Sherry Lansing, editions The Sherry Lansing Foundation. Consulté le 28 février 2011.
  2. a, b, c et d (en) Sherry Lansing to Get Humanitarian Oscar, 15 décembre 2006, Fox News. Consulté le 1er mars 2011.
  3. a, b, c et d (en) Biographie de Sherry Lansing sur Weekendamerica. Consulté le 1er mars 2011.
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Distinguished filmmaker, philanthropist/studio executive to receive honorary degrees, 2 november 2 2007, Penn State News. Consulté le 1er mars 2011.
  5. (en) More women in films is studio chief's wish|coauthors=Judy Hevrdejs and Mike Conklin, 17 mars 1996, Chicago Tribune. Consulté le 1er mars 2011.
  6. (en) Local TV reporters form "chain reaction" in motion picture roles, 31 juillet 1996, Chicago TribuneConsulté le 1er mars 2011.
  7. (en) Walk of Fame welcomes its 1st female executive, 1er août 1996, Deseret News. Consulté le 2 mars 2011.
  8. (en) Ligne 4, Women’s magazine rates influential females, 29 novembre 2001, The Temple News. Consulté le 2 mars 2011.
  9. (en) Reflections of a power player, Cashman, Greer Fay, 22 juin 2005, Jerusalem Post. Consulté le 2 mars 2011.
  10. (en) Sherry Lansing Hand and Footprints Ceremony, 14 mars 2005, Jet. Consulté le 2 mars 2011.
  11. (en) Diane Clehane, Lansing focuses on philanthropy, Variety février 2007. Consulté le 4 mars 2011.
  12. William Friedkin fut marié à Jeanne Moreau auparavant.
  13. a, b et c (en) UCLA Anderson School of Management to Honor Sherry Lansing with 2005 Exemplary Leadership in Management Award; Honor Recognizes Outstanding Business and Community Leadership, 25 avril 2005, UCLA. Consulté le 5 mars 2011.
  14. a, b, c et d (en) My Hero: Extraordinary People on the Heroes Who Inspire Them, The My Hero Project, Simon and Schuster, 2005, pp 96–102, (ISBN 0743292405). Consulté le 5 mars 2011.